AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 closetalkers ; ft. goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
» Samuel Moore «
avatar

humain ignorant
Messages : 22

MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   Ven 28 Juil - 21:38

Était-ce son imagination optimiste ou est-ce que Jeremiah venait vraiment de lorgner ses lèvres en réfléchissant? C’était bon signe ou pas? Son cœur bat rapidement, alors qu’il attend la réaction de l’autre. Son visage n’en laisse surement rien paraître – après tout, il a appris à contrôler ses expressions il y a longtemps et elles ne lui échappent que très rarement – mais cela fait longtemps qu’il n’a pas été si tendu : il sent même ses paumes devenir moites, ce qui ne lui arrive presque jamais. Après tout, au nombre de fois qu’il se lave les mains dans une journée, elles sont si desséchées qu’un peu de moiteur serait nécessaire.

L’autre se met à hocher la tête lentement et Goldie ne peut se retenir de suivre imperceptiblement le mouvement de la sienne tant il est concentré sur celui aux cheveux noirs. « C’était pas mal... », laisse tomber l’autre et le blond retient son souffle. Bon signe? Bon signe, oui. Une personne qui n’a pas envie de ce type de relation n’irais pas admettre que c’était bien, n’est-ce pas?

Minute. « Type de relation » ? Il a envie d’un « type de relation »? Sa bouche est sèche et il est soudainement nerveux. Quand était la dernière fois qu’il a désiré autant une relation, peu importe le type? Il n’arrive même pas à s’en souvenir.

Pour Goldie, les relations sont généralement superficielles ; il doit en tirer quelque chose au final, ou alors ça ne sert à rien de les entretenir. Que ce soit pour de l’argent, des faveurs, les apparences… Il a souvent sortie avec des filles ou des mecs très beau et sot, simplement pour avoir l’air d’un jeune homme normal, à la vie sentimentale houleuse et restreinte tout à la fois. Mais jamais il n’a eu envie d’embrasser ces personnes-là, propres ou non.

Il entrouvre les lèvres, laisse son souffle lui échapper, attendant toujours la suite. L’autre semble mettre ses idées en ordre avant de poursuivre : « Pas mal, une fois comme ça ? Ou… Assez pas mal pour retenter le coup? »

Un clignement d’œil, un sourire en coin et Goldie respire normalement de nouveau. Il s’avance sur son banc, plus près, et tend une main pour toucher la joue de l’autre, délicatement, glissant tranquillement vers sa mâchoire. « Moi je veux bien », commence-t-il d’un ton prudent, son regard cherchant celui de l’autre, « Et toi? » Cette question tombe comme un point de non-retour. Si Jeremiah répond négativement, ça se termine maintenant et il n’y aura probablement plus jamais d’occasion pour que cette chose – peu importe ce que c’est – se développe. S’il répond positivement, ça ouvre les portes à toutes sortes de sentiments, de contacts et de situations auxquels Goldie n’est probablement pas prêt à faire face.

Il approche lentement son visage du sien, attendant une réponse alors que son autre main monte aussi pour encadrer le visage de l’autre. C’est la première fois que leurs peaux se touchent vraiment. Celle de Jeremiah est chaude et douce comparée à la peau sèche et froide de ses mains. Même ses petites cicatrices ne rendent pas sa peau assez rugueuse pour être désagréable à toucher. Il laisse le bout de ses doigts effleurer son visage, appréciant le contact sans l’anxiété habituelle qui l’accompagne, alors que ses lèvres se retrouvent à quelques millimètres de celles de l’autre.

Il a si peur d’entendre une réponse qu’il a envie de l’embrasser de nouveau pour l’empêcher d’ouvrir la bouche. D’un autre côté, il souhaite tellement entendre une réponse qu’il est figé dans le temps, seulement quelques millimètres de plus à franchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 71

MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   Lun 31 Juil - 23:18

Il retint son souffle une énième fois lorsqu’une main aux doigts non gantés vint toucher sa joue, avec une douceur qui le chatouillait presque. Encore ces petits chocs électriques, cette attraction qui faisait que son visage semblait collé à cette main l’effleurant. Il eut l’air de fermer les yeux un instant, les rouvrant toutefois à la seconde où il entendit l’autre répondre, lui qui avait oublié pendant un instant qu’il avait même posé la question. Il l’avait posée comme s’il n’espérait aucune réponse, car c’était peut-être le plus simple. Goldie semblait bien décidé sur son opinion, assez pour lui renvoyer la question. Jeremiah était encore moins prêt à répondre à la question qu’à la poser. Mais ses yeux bleus l'agrippaient avec bien plus de force que ces mains, le retenant sur ce banc alors que l’autre s’approchait à nouveau.

Il avait peut-être perdu plus de sang qu’il ne l’aurait cru. Sa tête était légère et ses membres bien lourds, comme pleins de plomb, le clouant sur place. Goldie mit une autre main sur son visage, formant une confortable cage. Malgré les main rugueuses du médecin légiste, c’était le seul geste de douceur qu’il avait reçu depuis des années et des années. Il avait oublié ce que c’était. Si c’était ainsi que ces gestes le faisait se sentir, pourquoi avait-il passé tout ce temps à les fuir ? Pourquoi n’avait-il jamais remarqué qu’ils lui manquaient si terriblement ? Il avait toujours haï être vulnérable, et pourtant, et voilà qu’il se demandait comment il avait fait pour passer tout ce temps sans se sentir ainsi tenu entre les mains d’un autre. Les lèvres de Goldie étaient à sa portée et si le précédent baiser n’était qu’une drôle de singularité, le prochain ne partageait pas sa signification. S’il ne se penchait que de quelques centimètres en avant, il ferait une erreur. Une erreur stupide et dangereuse. Une erreur qu’il avait envie de faire avec toute l’étourdissement de son corps. Il se pencha vers l’avant, sa main allant s’appuyer sur une des cuisses de l’homme en face de lui, alors que son visage franchissait l’infime distance que le séparait de l’autre.

Il venait de signer l’arrêt des temps plus simples, il en était conscient mais détaché. C’était la manière la plus improbable par laquelle sa journée pouvait finir, certainement. Il avait toujours trouvé très difficile l’acte d’embrasser, trop d’intimité, de non-dits, de signaux de ses sens. Il était resté un moment figé, ne sachant que faire de leurs deux bouches liées, avant de prendre une courte inspiration, suivant un instinct qu’il ne savait pas qu’il avait. Peut-être serait-ce le pire baiser de toute la vie de Goldie, mais c’était une éventualité à laquelle il ne devait pas trop penser, question de ne pas être tout à fait conscient de la folie qu’il était en train de faire. Il s’approcha un peu plus, sa main glissant un peu plus haut sur la cuisses de Samuel, approfondissant le contact de leurs lèvres. C’était probablement ce qui se qualifiait comme une réponse positive. De le dire aurait impliqué plus de raisonnement, plus de risque de reprendre ses esprits. Alors que ça, c’était de l’instinct, de la mémoire musculaire… Finalement quelque chose qui n’était pas si éloigné du mode de fonctionnement habituel du hunter. Il n’avait jamais été reconnu comme étant le roi des bonnes décisions.

Goldie non plus de toute évidence, qui savait probablement encore moins que lui dans quel merdier il venait de mettre le pied. Oui, il avait mis en scène un bien belle version de lui en sa présence, quelqu’un de presque sortable, mais pas au point de le trouver si charmant. Peut-être ce mystère, cette incompréhension l’avait tout autant attiré que le magnétisme qui émanait de ses mains. Il fallait bien élucider ce qu’un type parfait comme Goldie pouvait bien lui trouver. Le jeune homme sentait son coeur qui accélérait à chaque battement, revenant lui emplir les oreilles. Il eut l’impression de risquer de rester collé à l’autre pour une durée qu’il ne pouvait plus estimer, peur d’être écrasé par la gravité de l’orbite de Goldie. Sa main posée sur sa cuisse se crispa légèrement, comme s’il commençait à prendre peur sans toutefois briser le baiser. Il y avait quelque chose de trop tentant dans tout cela, comme le liquide sucré au fond d’une plante carnivore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

humain ignorant
Messages : 22

MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   Lun 7 Aoû - 22:01

Avec sa gueule de beau gosse, les gens ont tendance à se faire des idées préconçues quant à Goldie. Même sans vraiment en être conscient, ils assument tout de sa situation financière, familiale, de son orientation et de ses expériences de vie. Il est plutôt habitué de voir des sourcils se hausser subrepticement lorsqu’il mentionne quelque chose qui dément ces dites idées et il ne s’en formalise pas plus, mais quelques fois ces idées donne lieu à des situations quelques peu embarrassantes ou, du moins, malaisantes.

Surement que l’idée la plus tenace et la plus dérangeante, pour lui, concerne les baisers : c’est sûr qu’avec une tête de tombeur blondasse, on croit que d’un clin d’œil il fait tomber les filles comme des mouches et qu’il doit être le roi des baisers divins. Honnêtement, ce n’est pas le cas.

Il n’est pas mauvais, mais ses propres limitations rendent l’expérience bien différente de ce à quoi les gens s’attendent. S’il aime le contact des lèvres des autres, le partage de salive est loin d’être une expérience agréable à ses yeux. Il a tendance à se dérober dès qu’une personne tente d’approfondir un baiser en ce sens.

Sans qu’ils ne le sachent, l’inexpérience de Jeremiah dans ce domaine est ce qui permet à leur soudain désir de contact de se poursuivre sans aucun accrochage. Alors que l’autre presse ses lèvres contre les siennes, soudainement, Goldie referme les yeux et glisse l’une de ses larges mains sur la nuque de l’autre. La main de celui aux cheveux noirs sur sa cuisse le fait frissonner : il est si peu enclin aux contacts que ce simple toucher lui semble beaucoup plus intense qu’il ne l’est en réalité.  Il n’en a que faire que ce baiser soit maladroit ou non ; le simple contact des lèvres de Jeremiah lui donne la chair de poule.

Il sent la main de ce dernier se crisper sur sa cuisse et il rompt brièvement le baiser, parlant tout bas. « Ça va? » Il caresse la joue de l’autre du bout de son nez, attendant une réponse avant de revenir coller leurs lèvres. Il laisse sa main glisser de la nuque à l’épaule, puis de l’épaule au bras, mais il s’arrête juste au-dessus du poignet, incapable de descendre plus bas encore et de toucher la main de l’autre. Ce contact lui semble étrangement inaccessible pour l’instant.

Il rompt enfin le baiser, reprenant son souffle, reculant son visage pour regarder l’autre. Ses oreilles et ses pommettes sont rougies, réchauffées par leur proximité. Il se passe la langue sur les lèvres, rapidement, cherchant ses mots. Enfin, il cligne des yeux et parle doucement, un léger sourire flottant sur son visage. « Je ne serais pas contre faire ce genre de chose plus souvent… » Il se retient d’ajouter un « Je crois » : il a initié le contact, il ne va pas se décharger de sa responsabilité en emmenant ses doutes dans l’équation.

Il inspire longuement, laisse sa main qui était encore contre le visage de l’autre descendre sur son épaule. « Je ne mélange pas vie privée et professionnelle, normalement, mais… » Il hausse les épaules, a un petit rire qui semble presque embarrassé. « J’ai envie de faire une exception. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 71

MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   Sam 19 Aoû - 9:35

Goldie lui demanda si ça allait, il fit signe que oui, comme par automatisme. C’était un mensonge. Un doute avait grimpé le long de sa colonne et s’était logé dans sa tête. Quelque chose d’aussi bon ne pouvait être si simple, ne pouvait pas être sans danger. Les lèvres de l’autre touchèrent les siennes à nouveau et il plongea à nouveau, la tête comme tenue sous l’eau. Des mains qui touchaient sa nuque, son épaule, le faisant presque frissonner. Lorsque le baiser fut rompu, il était étourdi, essoufflé. Goldie affirma vouloir retenter l’expérience, Jeremiah cligna les yeux. Il venait à peine de mettre le pied en dehors du manège, il n’avait pas assez repris ses esprits pour pouvoir s’avancer sur la question. Tout ce qu’il savait, c’était que le doute ne le quittait pas. Il n’y avait rien de gratuit dans la vie. Cette incartade avec Goldie, il allait devoir la payer. Quelque chose dans son esprit lui criait au loin que le danger approchait, mais la main qui glissait sur son visage le paralysait une fois de plus. Il n’était pas capable de départager les signaux de ses nerfs et de ses neurones. Un qui disait de prendre ses jambes à son cou, un autre qui en voulait plus, beaucoup plus.

Pour Samuel c’était peut-être mélanger vie professionnelle et privée, pour Jeremiah cette distinction n’existait pas. C’en était pas moins problématique. Une vie privée, il n’en avait pas. Des frivolités et des tentations, voilà tout ce que sa vie privée lui avait apporté. Mais il le voulait tellement, cette exception. Il voulait que ces mains touchent son visage pendant des heures… Des heures où il n’était pas à la chasse… La chasse, toujours la chasse. Il ouvrit la bouche, même s’il avait oublié ce qu’il tentait de dire.

Et si Goldie l’apprenait. Que penserait-il de lui? Le trouverait-il étrange ? Serait-il dégoûté ? Trop de questions qu’il ne s’était jamais posées. Le jeune homme se sentait encore plus étourdi. Trop de signaux, de questions, de paroles. Il sentit la panique, la vraie, se saisir de lui. Il regarda soudainement derrière lui. Il devait savoir où était la sortie. « Je dois rentrer chez moi », balbutia-t-il soudainement. Il savait que cela blesserait probablement Goldie, mais il avait besoin de silence, d’un environnement connu, quelque chose pour se remettre les idées en place. Il paniquait comme s’il savait qu’il allait rechuter mais qu’il ne pouvait rien y faire. Il se leva de son tabouret, serrant les dents lorsque le mouvement brusque mit de la tension sur ses points de sutures. Il regarda Goldie et se ravisa. Non, il ne devait pas se tenter davantage. « Je dois y aller », répéta-t-il pour se convaincre. Ce genre d’histoire, ce n’était pas pour lui. Ça avait l’air simple, mais il savait que le prix à payer serait trop grand. Il tourna le dos au médecin légiste, se dirigeant vers l’entrée de son appartement. Lorsque sa main se posa sur la poignée, il tenter de rester, stoppé par les remords. Il se permit alors ce qu’il ne devait pas faire, entretenir un espoir vain, alors qu’il glissait doucement avant d’ouvrir la porte: « Je t’appellerai ». Il ne se permit cependant pas de regard en arrière alors qu’il traversait précipitamment l’embrasure de la porte avant de la refermer derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

humain ignorant
Messages : 22

MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   Jeu 14 Sep - 19:46

L’absence de réaction était déjà assez inquiétante, Goldie ne fût pas du tout soulagé de voir l’autre pivoté sur son siège pour regarder ailleurs, déclarant qu’il devait rentrer chez lui. Et le voilà debout d’un coup, le grand t-shirt gris accentuant encore plus leur différence de taille maintenant qu’il pend de ses épaules maigres.

Quelque chose au creux de l’estomac du blond se noue, alors qu’il regarde l’autre galérer à trouver ses mots. « Je dois y aller », qu’il dit, mais ça ne sonne pas comme s’il s’adressait vraiment à lui. Il tourne les talons, file vers la porte, stop un moment. « Je t’appellerai. » Et il est partie. Juste comme ça.

Le plus âgé est toujours assis sur son banc dans la cuisine, face au tabouret, maintenant vide, de l’autre. Il observe la porte fermée. Honnêtement, il ne sait pas trop quoi penser. L’autre est partie calmement, voir même poliment, sans claquer la porte ni rien de trop extravagant, et pourtant Goldie se sent un peu secoué. Son cœur bat fort, ses lèvres brûlent et ce nœud dans son estomac est toujours là.

Il renifle, ramène son attention sur sa cuisine : le matériel de premier soins éparpillés, le plateau plein de choses souillés de sang… Il se lève et va se laver les mains avant d’aller sortir un grand sac poubelle noir. Il y rentre le plateau et son contenu, fermant le tout d’un triple nœud. Il pose le sac près de l’entrée. Deuxième lavage de mains. Il range son matériel dans son kit de premier soin avant de remettre celui-ci à sa place. Troisième lavage de mains. Il replace les tabourets avec ses pieds, se frottant la nuque, pensif. Il n’a pas encore mangé. Mais il a plutôt envie de se doucher. Quatrième lavage de mains.

Il prend l’une de ses piles de pyjama dans son tiroir – ils sont tous bien placés, prêts à être utilisés, comme il n’utilise jamais le même deux fois d'affilée – et va le poser près de la douche. Tous ses vêtements se retrouvent dans le panier de linge sale. Il entre dans la douche. Début de la routine : pieds, mains, tibiats, mollets, mains, cuisses, mains, bassin, mains, ventre, torse, dos, mains, épaules, cou, nuque, mains, visa-.

Il stop, son linge savonneux à quelques centimètres de son visage. Il se passe la langue sur les lèvres, pensif. Elles goûtent la cigarette… un peu... Se fait-il des idées? Lentement, avec attention, il nettoie son visage en évitant sa bouche, puis laisse l’eau de la douche le rincer. Il se lave les mains encore avant de faire son shampooing.

Il sort de la douche, enfile ses vêtements propres et va se laisser tomber sur son divan. Il observe l’écran noir de sa télévision. Il passe encore sa langue sur ses lèvres. Elles goûtent le savon.

Il est déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: closetalkers ; ft. goldie   

Revenir en haut Aller en bas
 

closetalkers ; ft. goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Jardin Public :: Sujets terminés-