AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 your magic is working ⟳ ft. goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 21 Juin - 14:35

Jeremiah avait dormi une solide journée complète après être revenu de ses aventures au poste de police. Il s’était laissé tomber, tout habillé, dans son lit, sans prendre la peine d’entrer sous les couvertures. Il s’était réveillé presque 24h plus tard, en sursaut, comme un mort-vivant qui sortait de son repos éternel. Désorienté, puant et encore plus barbu qu’à son retour chez lui, le chasseur avait pris la journée pour remettre de l’ordre dans ses affaires. Voilà quatre jours qu’il était parti pour mettre en oeuvre ce qu’il pensait être la chasse du siècle qui avait bien failli être sa dernière. Si ce n’était pas assez de passer à un cheveux de se faire déchiqueter par un Wallace Renwick complètement hors de contrôle, il en aurait eu à pâtir avec la police si Goldie n’était pas venu le sauver. Il n’était toutefois pas encore lavé de tout soupçon. C’était quelque chose qu’il devrait gérer, mais pas tout de suite, s’était-il dit avant d’entreprendre de retrouver une apparence présentable. Après avoir pris le temps de se raser, d’inspecter ses points de suture, de changer ses pansements, de se laver accroupi dans sa douche pour éviter de mouiller la plaie, il s’était senti déjà mieux. N’ayant rien mangé de solide depuis il ne savait combien de temps, il avait englouti deux sandwichs au jambon l’un après l’autre, content de sentir un poids dans son estomac négligé. Le reste de sa journée avait été dédié à se trouver un téléphone. Il trouva que ces heures où il se concentrait sur des tâches simples et claires plutôt que de penser aux conséquences possibles de l’explosion du speakeasy lui furent tout aussi bénéfiques que ses deux sandwichs. Mais il faudrait bien qu’il se mette en mode solution après tout.

Il n’avait pas reçu d’appel de la police, très probablement parce qu’ils l’avaient appelé sur le téléphone qu’il avait perdu dans les décombres ou à l’hôpital. Le chasseur n’avait nul doute qu’ils réussiraient à le contacter une fois son nouveau numéro activé, par une technique qui lui était inconnue, comme peu de ses informations personnelles étaient reliées à un quelconque registre. Il ne devait pas être trop complaisant. Il avait beau avoir cherché de fond en comble son appartement, il n’avait pas noté le numéro de Goldie nulle part, une erreur de sa part. Au moins, il se souvenait d’où il habitait, pour y être allé maintenant plusieurs fois. Jeremiah avait donc attendu une journée de plus, prévoyant que le médecin légiste serait en congé un samedi.

Le samedi arrivé, il s’était retrouvé mystérieusement réveillé plusieurs heures plus tôt qu’à son habitude, son cycle ayant été perturbé dans les derniers jours, tant mieux. Il ne sortait jamais si tôt de chez lui, la lumière de la fin de l’avant-midi lui parut bizarre alors qu’il faisait son chemin jusqu’à l’appartement de Covent Garden du… Il ne savait pas trop comment définir Goldie par rapport à lui mais décida de ne pas y penser trop longtemps, il avait des chats plus importants à fouetter que leur statut relationnel. Une bonne demie-heure plus tard, il se retrouva devant la porte d’entrée sur laquelle il cogna. Il avait confiance d’avoir l’air de quelque chose de plus humain que la dernière fois qu’ils s’étaient vus. De nouveau affublé de ses confortables vêtements noirs, le teint un peu moins terne, les yeux moins creux, il avait même pris le temps de placer ses cheveux. Seuls le bandage dans son cou et les quelques petites coupures sur ses mains et son visage trahissaient les évènements des jours précédents. Il n’était pas totalement sûr de ce qu’impliquait cette rencontre avec Goldie quant à la situation, de quelles questions il allait lui poser et à quel point Jeremiah devrait lui mentir. Le médecin légiste n’était pas le membre des forces de l’ordre avec le compas moral le plus… Traditionnel, mais le jeune homme ne savait pas comment il réagirait en apprenant qu’il était en effet coupable de ce dont on l’accusait. Il était plus sage d’éviter le sujet de sa responsabilité dans cette affaire. Devrait-il s’inventer une version des faits ? Peut-être pas. Il verrait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 21 Juin - 23:06

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles Samuel Moore pourrait être anxieux, en ce moment. Ses relations avec ses collègues policiers ont été légèrement tendu, dernièrement, dû à sa – maintenant fameuse – crise de diva face à l’interrogation de son ami. Ami qui ne l’a toujours pas rappelé, bien qu’il lui ait demandé de le faire – va-t-il bien? Y a-t-il eu des complications? – cela fait plusieurs jours, maintenant, qu’il attend de ses nouvelles. Il lui a laissé deux messages, déjà, mais aucune réponse ne lui est parvenue.

Chaque fois que son téléphone a sonné, il a cru à un appel de Jeremiah, mais ce n’était que sa mère : il rejette les appels, mais elle ne cesse de lui laisser des messages. Bien sûr qu’elle a su qu’il a contacter Frank Gelder, du Maitland. Elle arrive toujours à obtenir les informations qui lui sont d’intérêt, même lorsqu’elle ignore qu’elles lui seront utiles.

Malgré tout cela, sa mysophobie se porte bien : aucune crise notable ou pensées envahissantes hors de l’ordinaire. Vraiment, la seule raison pour laquelle il porte un masque chirurgical en tissus, un grand tablier de plastique et des gants de caoutchouc, en ouvrant la porte à son invité surprise, c’est parce qu’il s’agit du jour du ménage mensuel. Bien sûr, il nettoie à tous les jours, mais une fois par mois – lorsqu’il se porte bien, plus lorsqu’il se porte mal – il effectue une purge ménagère méthodique de son appartement.

Il baisse son masque sous son menton d’un doigt, clignant des yeux derrière ses lunettes. « Jeremiah! Hey… » Il fronce les sourcils et jette un regard derrière lui, réfléchissant un instant avant de ramener son attention sur l’autre. « Une minute. »

Il referme la porte et revient sur ses pas, ouvrant le placard de l’entrée pour y prendre cintre et chaussons de plastique avant de revenir à son invité impromptu. Il ouvre la porte et tend les objets à l’autre. « Met ton manteau là-dessus, » commence-t-il en désignant le cintre, « et enfile ça, » conclut-il en posant les chaussons aux pieds de l’autre. Il attend qu’il ait obtempéré avant de lui reprendre le cintre des mains, efficace, l’invitant à entrer d’un mouvement de main. Dans le logement, l’odeur chimique est étouffante : eau de javel avec fumet de produits nettoyants.

« Je t’avais dit d’appeler, non? » Il lance cela d’un ton nonchalant, glissant le manteau de l’autre dans le placard du côté invité – loin de ses propres manteaux. Il referme le placard, se tourne vers l’autre et le dépasse rapidement pour aller tirer l’une de ses chaises de cuisine d’un pied, la plaçant dans la cuisine, face au salon d’un coup de talon. « Assieds-toi ici – fais attention, ne marche pas sur les tuiles là, elles sont encore humides. » Il contourne ladite zone en parlant, allant prendre un autre masque de tissus par son élastique pour le tendre à l’autre. « Enfile ça si l’odeur t’incommode. »

Il se dirige vers la fenêtre de la chambre et l’ouvre un peu plus grand. L’appartement est visiblement en gros dérangement : la table de la cuisine et les chaises sont poussés au fond de celle-ci, alors que le sofa est la table basse du salon sont maintenant dans la chambre. Dans le salon lui-même, un gros seau, des brosses et des chiffons sont placés stratégiquement. Goldie revient au salon, en regardant Jeremiah. « Comment ça va? » Il pointe son cou avant de replacer son masque sur son nez. Il bouge légèrement son tablier de côté pour ne pas s’y empêtré, dévoilant les genouillères qu’il porte aux genoux avant de se remettre au sol pour tremper sa brosse dans le seau de produit nettoyant.

Il n’a jamais eu d’invité le jour du ménage. Il a toujours évité que quelqu’un ne se pointe pendant son petit rituel. Il est un peu pris au dépourvu et préfère éviter d’en faire mention – s’il n’en parle pas, il n’aura pas à s’expliquer, n’est-ce pas?

Il se remet à frotter le sol, avec une vigueur calculée, suivant un motif visiblement pratiqué. « J’ai les informations de l’avocat que je t’ai mentionné, » lance-t-il sans lever la tête. « Je te les donnerai tout à l’heure. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Mar 26 Juin - 11:46

Jeremiah s’attendait évidemment à ce que Goldie soit de l’autre côté de la porte qui s’ouvrait devant lui, mais ne put faire autrement que de reculer, surpris par l’accoutrement de ce dernier. On aurait dit… Il ne savait pas trop quoi, mais l’apparence de Goldie lui avait franchement donné une frousse pendant un instant. L’habitant de l’appartement ne devait pas s’attendre à sa visite, comme l’indiquait le petit moment de flottement entre l’ouverture de la porte et ses salutations. Ce après quoi il décida de fermer la porte à nouveau. Jeremiah resta interdit dans le couloir. C’était définitivement un mauvais moment pour visiter… Mais qu’interrompait-il au juste? Tout cela était définitivement louche. Il se demandait s’il ne devait pas tout simplement revenir un autre jour lorsque la porte fut de nouveau ouverte. Une forte odeur de produit chimique vint alors l’atteindre à travers l’embrasure alors que Goldie lui tendait un cintre et… Des pantoufles ? Le jeune homme n’eut pas le temps de s’éberluer plus longtemps, Goldie était plutôt insistant. Il obtempéra alors dans un silence incertain, plaçant sa veste noire sur le cintre et ses pieds dans les chaussons de plastique.

Une fois qu’il eut la permission d’entrer, il eut de nouveau l’envie de rebrousser chemin et de retourner chez lui, l’odeur de produits chimiques étant si forte qu’il dut plisser les yeux et le nez. Le ton de Goldie n’était pas celui d’un reproche, mais il avait raison, il aurait été plus sage d’appeler vu… Peu importe ce qui se passait dans son appartement dans le moment. Tous les meubles avaient été déplacés, comme pour libérer l’espace. Il n’avait pas besoin d’y penser longtemps pour comprendre que Goldie nettoyait l’endroit de fond en comble, mais pour quelle raison ? Distraitement, il répondit: « J’ai dû… Euh, changer de téléphone. J’avais plus ton numéro », beaucoup plus occupé à balayer les lieux des yeux pour constater l’état de la situation. Le grand blond l’invita alors à s’asseoir sur une chaise désignée, il ne lui demandait pas de revenir une autre fois et ne semblait pas indiquer que le moment était mal choisi, ce qui ajouta à la confusion de Jeremiah qui, anormalement docile, alla s’installer sur la chaise en suivant bien les instructions qu’on lui donnait, prenant au passage le masque avant d’avoir la tête qui tourne à force de respirer les vapeurs intenses qui provenaient des nombreuses surfaces de l’endroit. Il l’enfila prestement. Ce n’était pas comme respirer l’air frais, mais c’était une amélioration certaine.

Avant qu’il puisse interroger son hôte, celui-ci prit les devants, lui demandant comment il allait. La douleur était présente, mais ce n’était pas quelque chose d’étranger pour lui. Avec les années et les nombreuses blessures dont il avait dû endurer la guérison, il avait passé l’étape de s’en plaindre et préférait ne pas trop se concentrer là-dessus. Il fit une pause avant de répondre, fasciné par Goldie qui, le plus naturellement du monde retournait au plancher pour le récurer. « … Ça va », rétorqua-t-il simplement, constatant encore l’anguille sous roche. Moore enchaîna tout de suite sur les histoires d’avocats et Jeremiah n’en put plus de ne pas savoir. Il l’interrompit presque pour lui demander ce qui lui trottait dans la tête depuis qu’il était entré, abaissant son masque contraignant à l’aide de son index: « Non, mais attends. Qu’est-ce qui se passe ici ? T’as tué quelqu’un ? » Il se rendit compte qu’il pouvait y avoir beaucoup d’autres raisons de vouloir nettoyer un appartement de fond en comble, mais c’était à ça qu’il avait pensé en premier… Voilà qui en disait long sur lui. Mais il ne pouvait continuer à faire comme si de rien était et échanger sur son cas. Il serait sans cesse déconcentré par Goldie qui jouait les cendrillon, littéralement à genoux en train de frotter les planchers. Et pourquoi Goldie ne lui avait pas expliqué ce qui se passait de prime abord et faisait comme si de rien était. C’était trop louche et il s’y connaissait en louche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Lun 2 Juil - 20:36

Plus qu’être surpris de la docilité inhabituelle de Jeremiah face à ses demandes, Goldie est soulagé qu’il le suive sans protester dans le logement. Peut-être que la méthode de l’évitement va fonctionner, après tout. Et puis, Jeremiah n’est pas des plus curieux.  

Ce dernier l’a d’ailleurs informé qu’il a dû changer de téléphone et qu’il a perdu son numéro, ce qui explique qu’il ne l’ait pas appelé. Goldie hausse un sourcil tout de même : pourquoi se débarrasser de son téléphone? Ce serait une trop belle coïncidence que son contrat arrive a terme au même moment qu’il est sous enquête policière. Est-ce qu’il avait quelque chose à cacher? Les questions le tenaille un peu, lui brûlant le bord des lèvres, mais il se retient : non seulement ça ne le regarde pas – après tout, lui-même fait des choses peu recommandables et illégales – mais s’il se met à poser des questions, il risque de se faire rendre la faveur. Il se contente simplement d’un hochement de tête et d’un son pensif.

En frottant le sol avec sa brosse, mentionnant l’avocat, Goldie se fait la réflexion qu’une fois son ménage terminé il pourrait jeter un coup d’œil aux blessures de Jeremiah : après quelques jours, il serait intéressant de voir l’état de la guérison. Et, avouons-le, il est curieux de voir lesdites blessures elle-même. Il a entendu de Philips qu’il n’avait pas été brûlé, alors que pouvais bien cacher les pansements de Jeremiah?

Il n’a pas le temps de faire part de cette offre à Jeremiah, toutefois, que celui-ci l’interrompt presque.
« Non, mais attends. Qu’est-ce qui se passe ici ? T’as tué quelqu’un ? »

« Ah. »

Bon. L’évitement ne fonctionne pas. C’est noté. Goldie arrête ses mouvements au milieu de son pattern pour tourner la tête vers son invité. Jeremiah a retiré son masque et semble tout à fait confus. Goldie ne peut pas l’en blâmer. Le médecin le regarde, puis désigne la porte vers la salle de bain d’un mouvement de tête.

« Dans la baignoire, » lance-t-il sombrement. Il laisse quelques secondes s’écouler avant que ses pattes d’oie ne trahisse sont sourire caché par son masque. « Je plaisante. » Il se redresse, laissant la brosse à l’endroit où il est rendu, puis soupire en baissant également son masque d’un doigt ganté. Il sourit.

« C’est simplement le jour du ménage. » Il hausse les épaules en disant cela, comme pour rendre la situation plus légère, comme si toutes personnes normales font un nettoyage en règle de leur logement au point de tout dérangé comme si l’on voulait revernir les planchers. Il jette un coup d’œil à son seau, contenant des produits nettoyant si fort qu’ils en décolorent tranquillement la teinture de ses gants de caoutchoucs – il les jette toujours à la fin, alors ce n’est pas vraiment un problème. « J’ai presque terminé. Quelques lattes de plus et j’aurai nettoyer de fond en comble. »

Il remet son masque et désigne le seau d’un mouvement de la main, avant de reprendre la brosse. « Ça sent fort, je sais, mais on pourra sortir pour discuter ensuite. Il y a un resto pas mal, à quelques rues d’ici : je t’invite! » Petit clin d’œil à l’appui. Il essais encore de détourner l’attention de la situation, essais d’éviter d’en parler plus qu’il ne faut. Il… n’a pas envie d’expliquer tout ça à Jeremiah. Il n’a pas envie qu’il le regarde comme s’il avait perdu la tête.

Il n’a pas envie de perdre la face devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Mar 3 Juil - 16:20

Son regard incrédule passa rapidement de la porte de la salle de bain à Goldie. Il y avait un cadavre dans la baignoire ? Jeremiah lâcha son masque qui claqua sur son nez, ne sachant quoi répondre, moment où Goldie en profita pour lui avouer qu’il se foutait de sa gueule. Le jeune homme cligna des yeux, encore abasourdi et un peu frustré de s’être laissé prendre par la blague. Il croisa les bras en exprimant assez clairement son irritation d’un rire sarcastique: « Ha. Ha. Ha. » C’était totalement de sa faute, mais il n’aimait pas se faire avoir. Mais voilà que sa seule explication logique à ce branle-bas de combat partait en vapeur de javellisant. S’il n’y avait aucun cadavre, pourquoi tout récurer ainsi, qu’y avait-il d’autre à cacher ?

La réponse que Goldie lui offrit alors ne vint pas du tout répondre à ses questionnements, loin de là. Jour de ménage ? Était-ce un nom de code pour quelque chose ? Pourquoi un jour de ménage ? Il n’avait jamais vu cet appartement s’approcher d’être sale ? Il posa ses yeux sur le médecin légiste qui agissait toujours comme si de rien était. Était-ce lui qui était un souillon ? Est-ce que les gens normaux nettoyaient ainsi tous les mois et il n’en avait aucune idée ? Pourquoi Goldie faisait comme s’il n’était pas là les bras croisés à se poser des millions de questions ? Il fronça les sourcils, de nouveau frustré par la situation. Ce n’était pas l’odeur qui le dérangeait tant que ça, mais l’attitude du blond. Ils avaient leurs secrets, ce n’était pas le problème. Il appréciait que Goldie ne lui ait pas demandé de questions quant à ce qui l’avait amené à devenir le suspect numéro d’un incendie criminel. Ce qu’il n’appréciait pas, c’était qu’on le prenne pour un idiot. Faire comme si de rien était, lui proposer de lui payer de la nourriture. Il n’était pas le plus à l’aise dans une conversation, mais il n’était pas un gamin qu’on pouvait distraire avec la promesse d’une glace non plus. Il garde les sourcils froncés et les bras croisés pour protester contre le clin d’oeil qui lui était adressé. Il ne pouvait pas utiliser son charme pour se sortir de toutes les situations. C’était la première fois qu’il se sentait aussi irrité par son attitude qui avait pourtant toujours été très efficace sur lui. Sans savoir dans quoi il allait soudainement mettre les pieds, il balança: « Tu te fous de moi et je le sais, je suis pas con. » L’idée qu’il lui ait proposé de lui payer quelque chose pour se défiler lui faisait sérieusement monter la moutarde au nez. Quoi il pensait qu’il était trop paumé pour se payer à manger et qu’il ferait n’importe quoi pour ça ? Il se garda d’ajouter une injure. Goldie l’avait sauvé du pétrin en se mettant considérablement en danger… Il n’avait pas oublié non plus.

Si Goldie n’avait tué personne, pourquoi les cachoteries ? Jeremiah regarda les alentours flambant de propreté. Oui, il avait remarqué qu’il se lavait les mains tout le temps, ou les petites lingettes qu’il avait toujours sur lui. Il n’avait jamais vu ne serait-ce qu’une poussière dans son appartement et n’avait jamais senti rien d’autre que des produits nettoyants se dégager du médecin légiste. Quelque chose débloca dans son cerveau. Il décroisa les bras et baissa la tête, se sentant tout de suite con de s’être fâché ainsi. Plus calmement, il tenta en regardant ses pieds qui ne touchaient pas le son dans leur petits chaussons bleus: « Donc c’est ça ton truc. » Ce n’était pas très clair, il ne voulait pas clamer des faits qu’il n’avait pas et n’était pas sûr de comprendre tout ce que ça signifiait. Mais, il était maintenant clair pour lui que Goldie n’avait pas le choix de récurer son appartement de fond en comble, ou de se laver les mains jusqu’au sang. Le médecin légiste avait eu raison de le croire stupide, car il fallait être effectivement stupide pour ne pas avoir remarqué depuis tout ce temps. Peut-être que Goldie refuserait d’en parler. Si c’était le cas, il jouerait probablement le jeu, il sentait que ce n’était plus de ses affaires. Il aurait réagi probablement encore plus mal si le médecin venait sans avertir essayer de creuser sur des sujets semblables, sur sa consommation, son addiction et tout le reste. Il continua de regarder ses pieds, gêné par son attitude de merde habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Sam 7 Juil - 10:43

Honnêtement, Goldie aurait cru que sa blague serait mieux passé. Qu’elle aurait détendu les choses, assoupli l’atmosphère, les ramenant sur le pattern usuel de leurs rencontres. Mais c’était de sous-estimé la grogne de Jeremiah. À son rire sarcastique, il était facile de voir que celui aux cheveux noirs était réellement curieux de la situation et qu’il ne laisserait pas les choses passés si facilement. Après tout, tout son physique exprimait bien son humeur maussade : ses sourcils froncés, ses bras croisés. Ça rendait Goldie bien nerveux, tout ça, mais il récure, récure, récure, son esprit bourdonnant au rythme de ses mouvements, alors que son cœur bat sourdement au fond de sa poitrine.

La voix agacée de Jeremiah ne tarde pas à se faire entendre, toutefois. « Tu te fous de moi et je le sais, je suis pas con, » qu’il lui lance, acerbe. « Ah, come on… » ne peut s’empêcher de marmonner Goldie, une remarque d’un ton bien plus sec que ce à quoi les gens sont habitués de sa part. Il sent l’irritation le gagner aussi, trempant rapidement sa brosse dans le seau avant de se mettre à frotter plus vite les lattes du plancher. C’est si difficile à ignorer? C’est si important à savoir, pourquoi il lave? Et pourquoi c’est de ses affaires? Il a la mâchoire serrée, le souffle profond et lent. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas été si près de la colère.

« Donc c’est ça ton truc, » lui vient alors la voix de Jeremiah. De quoi? Quel truc? Qu’est-ce qu’il raconte, maintenant…

Il ralentit ses mouvements, puis s’arrête complètement. Brosse immobile. Ah. Comme un désamorceur qui trouve le bon fil, Jeremiah a su trouver les mots pour stopper l’irritation montante de Goldie. Il est soudainement très fatigué. Avait-il cru qu’il pourrait le cacher indéfiniment? Honnêtement, il évitait d’y penser. Sa psychologue l’avait un peu taraudé à ce sujet. « Lui en as-tu parlé? » qu’elle demandait. Non. « Penses-tu le faire? » Non. « Pourquoi? » Pas de raisons. « Il y a toujours une raison, Samuel. » Pas toujours, non.  

Mais si. Bien sûr qu’il y a une raison. Sa relation avec Jeremiah, c’est un numéro d’équilibrisme. Ils sont sur la corde raide, à se rapprocher tranquillement l’un de l’autre, perdant l’équilibre à la moindre bourde. Les deux ignorent avec un flegme incroyable tout le poids des secrets sur le dos de l’autre, comme si le fait de les mentionner pourrait les faire tomber pour de bon.

Pouf. Semblerait bien qu’il perdre l’équilibre.

« …c’est ça mon truc, » dit Goldie, tout bas, un soupire dans la voix. Il se remet à frotter lentement, en silence. Il se sent étourdi, continue de façon machinale pendant que son esprit semble errer, tourner en rond. Il est incapable de suivre une pensée cohérente et attrape la première qui passe au vol.

« Ça a bien foutu les plans de ma mère en l’air. » Il a un petit rire. « Elle qui voulait un fils parfait, un médecin qui sauve des vies, » continue-t-il, rapidement, d’un ton railleur qui tire sur l’ironie, « elle ne pensait pas devoir passer autant de temps à l’hôpital elle-même. » Quelle mauvaise chute au mystérieux secret du Dr. Moore. Tous ces beaux sourires et ces airs de mystère simplement pour découvrir qu’il est un mec fêlé qui crain la grippe commune comme la peste bubonique. Combien de fois sa mère a dû venir le chercher, en crise, au lycée? Combien de matins de weekend a-t-elle passé à venir le récupéré aux urgences? Certainement moins que son père, elle lui déléguait souvent la tâche. À vrai dire, il ignore pourquoi il a pensé à elle en premier.

« Elle voudrait bien que ça se soigne, » lance-t-il encore, se déplaçant pour continuer à frotter le plancher. « Mais des année de thérapies ne semblent pas fonctionner comme elle voudrait. » Il arrête de frotter et soupire. Ses épaules tombent et il tourne la tête vers la fenêtre, regardant le ciel bleu dehors. Il n’a pas envie de regarder Jeremiah. Sa bouche est sèche. Il déglutit avec difficulté, lève une main gantée de caoutchouc pour replacer ses lunettes sur l’arrête de son nez, puis s’éclaircit la gorge avant de ramener son attention au plancher.

« J’ai presque terminé, » dit-il doucement, fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Mar 10 Juil - 14:17

La réalisation soudaine de Jeremiah avait semblé décourager Goldie de fuir l’évidence plus longtemps. Celui qui était visiblement irrité de la tournure que prenait la conversation semblait maintenant juste découragé, alors qu’il confirmait les soupçons vagues du chasseur. Pas vraiment de détails sur ce qu’est en fait le « truc » dont il était question et Jeremiah n’oserait pas lui en demander, à voir sa réaction. Clairement, Goldie aurait préféré continuer sans qu’il s’en rende compte indéfiniment. Le plus jeune pensait qu’ils en resteraient là ou même que le médecin lui demanderait de quitter les lieux, mais celui-ci enchaîna en parlant de sa mère avec une amertume palpable, avouant par le fait-même que sa peur de la saleté l’avait envoyé jusqu’à l’hôpital. Jeremiah resta interdit, il ne savait pas que de telles peurs pouvaient aller jusque là. Il continuait de regarder les espèces de casques de bain sur ses chaussures, ne voulant pas faire face à Goldie, très gêné de l’avoir mis dans une telle position de vulnérabilité.

Goldie avoua alors que ce n’était pas le genre de trouble qu’on pouvait soigner. Ça, même Jeremiah était au courant. Ce n’était pas comme une grippe ces trucs. Il ne savait pas quoi dire. Il avait forcé Goldie à mettre ses tripes sur la table et maintenant il ne savait plus quoi faire avec et aurait préféré qu’il les remette à leur place. Il n’avait pas les bons mots pour la situation et n’avait pas envie de le froisser, contrairement à beaucoup d’autres gens à qui il devait parler. Était-ce comme une sorte d’échange ? Devait-il révéler un secret lui aussi ? Il n’en avait pas envie, et ne pouvait pas de toute manière. Goldie ne le croirait pas, et même s’il le croyait, il serait probablement plus en danger sachant cela.

Le blond s’éclaircit la gorge, ce qui ramena le regard de Jeremiah à lui sans qu’il s’en rende compte. Il vit qu’il s’était remis à récurer. Il se mordit l’intérieur de la joue, tentant de trouver quoi lui dire. Il se leva précipitamment lorsqu’une idée lui vint. « T’as besoin d’un coup de main ? », proposa-t-il d’un ton un peu trop énergique qui trahissait la non-spontanéité de l’offre et sa nervosité. « Je peux nettoyer aussi », ajouta-t-il pour l’assurer de ses capacités de ménage dont on devait douter en le regardant. Mais Goldie ne mentait pas, il avait presque fini, comme Jeremiah le remarqua en balayant l’appartement des yeux. La seule chose qu’il pouvait faire pour aider c’était de trouver une machine à remonter le temps et fermer sa propre bouche au moment opportun. Il se gratta le fond de la tête, hésitant. Il devait penser à quelque chose d’autre. Changer le sujet ? Il pourrait lui proposer de payer le resto, il lui devait bien ça avec les évènements du poste de police. Cela ne lui semblait pas une bonne stratégie, il allait probablement gêner Goldie davantage. Il regarda de nouveau le sol, triturant un peu avec ses mains alors qu’il tentait de placer les mots en ordre dans sa tête avant de les dire. Même après cela, ces mots semblèrent lui échapper alors qu’il lançait maladroitement: « Je m’en fous de ton truc… Non, pas que je m’en fous mais... » Il émit un grognement frustré en levant les yeux au ciel, incapable de communiquer son propos de manière intelligente. « Tout le monde a des trucs, c’est comme ça, donc… C’est ok ? » Il avait terminé sa phrase à l’interrogative, comme pour demander à Goldie s’il avait capté ce qu’il voulait dire à travers tout ça. Il soupira, les mains dans les poches de ses pantalons. Il aurait juste dû proposer de payer le repas, comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 12 Juil - 14:30

Cela ne faisait que quelques secondes que Goldie s’était remis à récurer en silence lorsque Jeremiah propose de l’aider à nettoyer. Il cligne des yeux, redresse la tête pour regarder l’autre. Honnêtement, il ne se serait pas attendu à cette réaction suite à son histoire. Il aurait cru plus probable un silence embarrassé, un changement de sujet ou même qu’il prenne congé pour fuir la situation malaisante.

Goldie ouvre la bouche, réfléchissant, regardant autour. C’est la première fois qu’on lui propose de l’aider à nettoyer. Généralement, lorsqu’il a été surpris dans ses séances de nettoyage, les gens avaient plus tendance à lui dire que c’était assez propre et de laisser tomber son ménage pour aller faire autre chose. Il n’a pas le temps d’arriver à une décision que Jeremiah reprend la parole.

« Je m’en fous de ton truc… Non, pas que je m’en fous mais... Tout le monde a des trucs, c’est comme ça, donc… C’est ok ? »

Goldie le regarde, silencieux. Tout le monde a des trucs. C’est probablement vrai. Mais il doute que les gens aient généralement un « truc » qui affecte tous les aspects de leur vie. Mais si Jeremiah lui dit qu’il s’en fou… qu’il ne perçoit pas cela comme totalement anormal… Goldie se mord l’intérieur de la lèvre, puis a un petit rire. Il hoche lentement le tête, jetant un regard vers son bureau sous son lit suspendu.

« Tu peux aller nourrir Peanut Butter, » lance-t-il alors, pointant le poisson rouge dans l’aquarium. Il ramène son regard sur Jeremiah, sourire aux lèvres. « Tu pourras m’aider à replacer les meubles une fois que j’en aurai terminé avec le plancher? »

Il revient à sa brosse, le cœur battant. Une partie de lui est soulagée et satisfaite : Jeremiah semble prendre plutôt bien cette nouvelle information à son propos. Toutefois, une nouvelle crainte vient de naître en lui, le rongeant dans le creux de son estomac : peut-être que Jeremiah ne se rend pas compte, encore, de l’ampleur de la chose et peut-être qu’un jour il changeras d’idée à son sujet. Certainement qu’un jour il va changer d’idée. Peut-être dans un mois. Peut-être demain.

Il retient un soupire. Il va être obligé d’en parler avec sa psy, maintenant, c’est sur. Mais…. Il devrait essayer d’en parler avec Jeremiah, d’abord… non?

Il termine enfin son plancher, et se redresse, prenant le seau et la brosse pour se rendre dans la salle de bain. Il vide le contenu du seau dans la toilette avant de le laver, avec la brosse, dans l’évier. Il les place ensuite dans la baignoire pour sécher, avant d’aller laver son évier lui-même. Gants, et masques se retrouvent à la poubelle, tablier dans la machine à laver et il se lave rapidement les mains avant de ressortir. Il pousse ses lunettes sur l’arrête de son nez et pointe la table et les chaises. « Tu peux prendre un côté? »

Une fois la table, les chaises, le divan est la table basse remises à leur place, Goldie se lave les mains de nouveau, jetant un regard à Jeremiah. « L’offre du restaurant tiens toujours, tu sais. » Il sourit. « On y va? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Mer 18 Juil - 10:48

Jeremiah ne savait pas quand il était devenu bon à ce genre de truc. Il venait de réussir une interaction sociale, c’était chose rare. Que lui était-il arrivé ? Était-ce un coup de chance ? Sa réponse, bien que maladroite, avait eu l’air de satisfaire Goldie qui ne montrait plus de signes d’irritations comme tout à l’heure. Il était toujours un peu difficile de déceler les émotions du médecin légiste sous son masque souriant, mais le bien moins charismatique jeune homme osait espérer que ce rire signifiait qu’il n’était pas fâché. Il hocha la tête prestement lorsque Goldie lui proposa des façons d’aider. Ce n’était pas grand chose, mais il avait presque terminé après tout. Il se dirigea vers le lit en hauteur en-dessous duquel vivait le dénommé Peanut Butter, poisson rouge de profession. Il n’avait jamais eu de poisson et n’avait aucune idée de la quantité ou de la nature de leur nourriture. Il resta un moment interdit, balayant des yeux les alentours de l’aquarium jusqu’à ce qu’il remarque un petit flacon prometteur dont il dévissa le couvercle pour exposer des petits trous. Il saupoudra l’aquarium comme s’il assaisonnait une dinde, se disant qu’il était mieux d’en donner trop que pas assez. Au pire, Peanut Butter aurait de quoi manger pour deux jours.

Il resta un moment planté là, regardant le poisson gober les petits flocons bruns avec voracité, découvrant ainsi que les bouches de poissons étaient de terrifiants petits trous noirs aspirant tout sur leur passage. Il tourna un peu la tête, entendant que Goldie se déplaçait, il avait sûrement fini. Le voyant s’engouffrer dans la salle de bain, il attendit, observant encore une fois la rutilante propreté de l’appartement. L’Écossais se sentit un peu comme un tas de poussière ambulant dans un tel environnement, lui qui était tout le contraire d'aseptisé. Maintenant qu’il comprenait un peu mieux l’aversion de Goldie pour la saleté, il devenait encore plus étrange qu’il s’intéresse à lui. Il n’était pas malpropre, enfin, pas de son propre gré, mais ses occupations impliquaient qu’il se salisse fréquemment. De plus, même avec ses cheveux tenus plus courts, il n’était pas des plus proprets, ce qui contrastait presque de manière comique lorsqu’ils marchaient ensemble ou étaient vus en public. Il n’était toujours pas sûr de comprendre où un tas de problème sur deux pattes comme lui pouvait s’intégrer dans l’univers immaculé de Goldie. Le problème contraire se posait aussi. Où Goldie, cet espèce d’amalgame de tous les membres de One Direction si on les avait passé au mélangeur et versé dans un moule de plus de 6 pieds, pouvait bien fonctionner dans son monde sordide et généralement peu recommandable. Il avait bien eu la preuve de l’incompatibilité de leurs vies quelques jours auparavant, au poste de police. Sur papier, rien de cela ne fonctionnait. Mais il avait réussi une interaction sociale difficile, donc, les miracles existaient peut-être.

Il fut tiré de cette réflexion par Goldie qui émergeait des toilettes, indiquant qu’il avait besoin d’aide pour remettre les meubles au bon endroit. De soulever des objets, même peu lourds pour deux personnes, lui causa un élancement dans le cou. Il essaya tout pour que cela ne paraisse pas trop dans son visage, mais il était certainement trop tôt pour faire quoi que ce soit qui implique son bras du côté de sa morsure. La douleur persista une fois que tous les meubles furent placés. Jeremiah tenta de s’étirer un peu pendant que Goldie ne regardait pas, mais cela ne fut pas très efficace. Il dut s’arrêter en mi-mouvement lorsque le médecin lui proposa toujours un resto. Il semblait y tenir, même si ce n’était pas pour faire diversion de son ménage un peu maniaque. Le plus jeune fit oui de la tête avant de se rappeler d’un détail et répondre: « T’as pas à payer ma part… » Il fronça un peu les sourcils, embarrassé en repensant aux évènements du poste. « C’est moi qui t’en dois une, pas vrai? » Il se fourra les mains dans les poches pour avoir l’air plus décontracté en disant cela, comme s’il était déjà passé à autre chose, plus du tout mortifié d’avoir du être sauvé de la salle d'interrogatoire par son… Par Goldie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 2 Aoû - 12:33

Face à son offre de restaurant, Jeremiah semble partant, mais souligne tout de même qu’il est celui qui invite. « C’est moi qui t’en dois une, pas vrai? » indique-t-il et Goldie a un petit sourire en coin.

« J’imagine que c’est vrai, » répond-t-il doucement. Il retire ses lunettes pour aller les poser sur son bureau, jetant un coup d’œil à Peanut Butter au passage. Il hausse un sourcil face à la quantité de nourriture, mais ne passe aucun commentaire, sinon un sourire amusé qui peut en dire long. Il revient vers l’entrée.

« Allons prendre de l’air frais. » La pièce sent toujours aussi fort des produits nettoyants, malgré la fenêtre ouverte. Le temps qu’ils aillent au restaurant, elle aura aéré. Goldie ouvre le placard de l’entré, attrape l’un de son manteau léger, change ses chaussons intérieurs pour ses chaussures extérieures et attrape son sac à bandoulière, toujours prêt à partir. Il ouvre la porte, éteint les lumières. Il regarde Jeremiah. « Oh, enlève les chaussons dans le couloir. S’il-te-plait. » Il a un petit sourire d’excuse, et le laisse sortir avant de fermer la porte du bout du pieds. Il verrouille la porte en parlant. « Il y a une poubelle à l’entrée. »

Et ils sont en chemin, loin de l’appartement à la propreté rassurante. Goldie place rapidement ses vêtements, lissant sa chemise et son manteau. Il glisse même une main dans ses cheveux pour s’assurer de la perfection de ses frisettes. Il est de retour à son moi habituel, presque par automatisme : apparence parfaite, sourire éclatant. Enfin, presque à l’habitude : il se perd dans ses pensées entre chacune de ses actions. Il regarde Jeremiah.

« Si tu sors ton téléphone, je peux te redonner mon numéro. Et celui de l’avocat, » il ajoute, penchant la tête de côté. Il attend que l’autre ait sortie son téléphone avant de lui dicter les numéros, lui donnant aussi le nom de l’avocat en question. Il s’arrête en parlant : le peu de temps que cela a pris les a amenés au restaurant. Il ne mentait pas lorsqu’il disait que c’était tout près!

« Tu aimes indien? » Il pointe l’affiche du restaurant, légèrement stéréotypé dans son imagerie, mais si délavé qu’on devine qu’elle est suspendue depuis longtemps. « C’est excellent, ici, » ajoute-t-il, comme pour le convaincre malgré tout. Ils se glisse dans le restaurant pour aller s’assoir à une table, saluant rapidement l’un des serveurs : visiblement il vient souvent. Il met son sac et son manteau sur le dossier de sa chaise avant de s’assoir et d’attraper une lingette nettoyante pour se laver les mains. Il jette un regard à Jeremiah alors qu’il se lave les mains, prenant soins à passer dans toutes les courbes et crevasses. Il reste silencieux un instant, puis a un petit sourire, parlant doucement.

« Tu n’as vraiment pas de questions? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Lun 6 Aoû - 13:27

Heureusement, Goldie avait accepté son offre de s’occuper de payer le repas. S’il y avait quelque chose qui lui faisait perdre patience, c’était bien ces guerres de politesse où chacun faisait des pieds et des mains pour être le plus magnanime. Cela le faisait se sentir drôlement hors de ses habitudes, lui qui n’était pas connu pour ses manières. Il fallait dire que la situation avec Goldie était particulière, il lui en devait une, mais ce n’était pas tout ce qui expliquait son comportement que ces connaissances n’auraient guère reconnu. Jeremiah pouvait sans aucun doute affirmer que la relation qu’il entretenait avec le médecin légiste, bien que non-définie, était une première pour lui. Il ne savait pas si c’était réciproque. Il lui était arrivé quelque fois qu’on lui avoue des secrets sordides, la plupart de ceux-ci n’étaient pas particulièrement bien cachés par les gens avec qui il consommait, mais ça ne l’avait jamais intéressé.

Le jeune homme n’était pas fâché de respirer de l’air frais, il avait l’impression d’avoir passé les dernière minute avec la tête dans un seau de javellisant. À la suite du grand blond, il alla chercher la veste qu’il avait auparavant posé sur un cintre, allant retirer ses ridicules chaussons avant que Goldie ne lui demande de s’exécuter à l’extérieur. Ouais, il aurait dû y penser. Il acquiesça silencieusement et sortit pour terminer de les enlever. Il ne savait pas pourquoi il avait crû que Goldie réutilisait ces trucs. C’était plutôt une fois et hop poubelle avec lui. Maintenant il comprenait bien pourquoi. Les écologistes devaient détester ce type. Il jeta les pantoufles dans ladite poubelle, il n’avait cure de ce que les hippies pensaient de lui.

Ils sortirent dans la rue, de retour à la normale. Pour tous les gens qu’ils croisaient, Goldie avait probablement toujours l’air du type parfait, le seul hic étant probablement le gremlin peu fréquentable qui marchait à ses côtés. Ledit gremlin se demanda combien de gens dans la vie du médecin légiste étaient au courant de l’étendue de sa peur des germes. Plusieurs avaient dû remarquer, mais combien avaient assisté à son grand ménage de la semaine ? Il allait chercher une cigarette dans sa poche lorsque Goldie lui fit mention de nouveau de l’avocat. Le chasseur sortir son téléphone de sa poche comme si c’était ce qu’il voulait faire depuis le début, prenant en note les deux numéros. Alors qu’il remettait le téléphone dans sa poche, il se saisit de son paquet de cigarette, mais n’eut toujours pas l’occasion de le sortir, alors qu’ils arrivaient déjà au restaurant. Ça pour être proche…

Il n’était pas vraiment sûr s’il aimait l’indien en fait. Comme tout le monde, il avait déjà mangé un curry de pub, mais était rarement allé dans un vrai restaurant indien, même si ce n’était pas ça qui manquait dans les alentours de Glasgow. Il avait toujours l’impression que ce genre de nourriture sentait trop fort ou était trop épicé. Mais il n’allait pas rechigner maintenant, si c’était ce que Goldie voulait manger. De la nourriture ça restait quand même juste de la nourriture. Comme conscient de son hésitation, le blond lui assura que c’était très bon. Il hocha la tête avec retenue avant d’ajouter: « Ça me va  ». Il entrèrent donc sans plus tarder. Tout ce nettoyage devait avoir ouvert l'appétit de Goldie après tout. L’odeur, bien différente de celle de l’appartement de Goldie, l’assaillit dès son entrée. Décidément, son nez en prenait plein la gueule aujourd’hui. Il n’avait jamais été habitué à de la cuisine très goûteuse à la maison où l’aliment de base était sans nul doute la patate. Lorsqu’il avait commencé à arrêter l’héroïne, même les frites lui paraissaient comme agressantes de saveur, mais ça c’était calmé depuis. Il n’avait pas de grands horizons culinaires, mais n’était pas difficile.

Alors que Goldie s’astiquait cérémonieusement les mains, le jeune Écossais alla tout de suite regarder le menu à la recherche de quelque chose de familier. Son scan rapide lui permit de repérer des mots connus, soit du riz et du pain. Merci les féculents, toujours au rendez-vous. Aussi, le mot beurre. C’était toujours gagnant le beurre. Une question lui fit alors lever la tête du menu, pris de court dans son examen en profondeur de la cuisine indienne authentique. Il ne comprit pas tout de suite ce à quoi Goldie faisait référence et assuma qu’il s’agissait de sa situation judiciaire. Il balbutia, confus sur où il voulait en venir: « Euh… Est-ce que l’avocat va être vraiment nécessaire ? Ils ont pas… D’autres suspects ? » Ce ne fut qu’après avoir parlé qu’il se rendit compte que Goldie ne voulait probablement pas parler de ça en fait, même si ça avait été, brièvement, leur dernier sujet de conversation. « Ah! Merde, tu voulais dire… Ça ? », s’empêtra-t-il en pointant malheureusement la lingette nettoyante dans ses mains, faute de mots plus clairs. Il baissa les yeux dans son menu avant de se botter le cul pour ne pas abandonner la conversation, sachant que la réponse à ses questions ne serait pas dans la section des entrées. Clairement, Goldie avait l’air de vouloir être questionné à ce sujet. Pour Jeremiah qui affectionnait l’attitude du “Don’t ask, don’t tell”, c’était une surprise. Une question lui vint sans savoir si c’était ce que le médecin désirait entendre: « Depuis quand tu… Quelque chose est arrivé? » Il se disait que c’était sans doute relié à un événement traumatisant, comme Batman et les chauve-souris… Sauf que ça avait donné à Goldie le pouvoir de nettoyer tout son appartement à la vitesse de l’éclair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Mar 14 Aoû - 21:51

Au regard surpris que lui lance Jeremiah par-dessus son menu, Goldie se dit qu’il a sa réponse : non, l’autre n’a vraiment pas de questions pour lui. En fait, il est étrange qu’il se soit même demandé si Jeremiah voudrait en savoir plus : il n’est vraiment pas le genre d’homme à entretenir la conversation, encore moins si cela concerne des sujets sensibles. Il y a quelques minutes, c’était la raison pour laquelle il se disait que son secret était en sécurité et qu’il tentait d’éviter d’aborder le sujet.

Jeremiah lui pose une question incertaine quant à l’enquête sur l’incendie. Typique. Goldie ne peut retenir un sourire, le même sourire qu’il plaquait sur son visage lors de leurs rencontres professionnelles lorsque l’une des questions de Jeremiah dépassait les limites de leur entente ou de ses connaissances. Il ne sait réellement rien à ce sujet : disons qu’il est tenu loin de l’enquête maintenant qu’il est « personnellement » impliqué.

Aussitôt sa question posée, Jeremiah semble comprendre ce que Goldie voulait dire et le médecin a un petit rire. Il hoche la tête, émettant un petit « Hm-hm » pensif, posant de côté la lingette souillée que l’autre avait pointé. Il se sent un peu stupide. C’est un beau sentiment de vouloir discuter avec Jeremiah, mais encore faut-il qu’il prenne en compte que Jeremiah ne veut probablement pas parler. Une belle histoire à raconter en thérapie. Mais contre toute attente, l’autre continue.

« Depuis quand tu… Quelque chose est arrivé? »

Goldie lève les yeux vers l’autre, haussant les sourcils. Il mentirait s’il disait que la soudaine question ne lui fait rien : il a très bien senti la brûlure de l’adrénaline dans ses veines. Du stress. Encore.  Mais son visage n’en laisse rien paraître. Il sourit, penchant la tête de côté.

« Même ma thérapeute n’est pas aussi directe, » mentionne-t-il avec un sourire amusé. Il lève les yeux, observant les tapisseries faussement authentiques dans le haut des murs, réfléchissant un instant. Il s’est lui-même souvent posé la question. Ses mains flottent au-dessus de la table sans y toucher, ses avant-bras servant de point d’appuie à l’angle de la table.

« S’il s’est passé quelque chose, » dit-il doucement, ramenant son regard sur Jeremiah, « je ne m’en souvient pas. » Il hausse les épaules, un peu raide, sourire aux lèvres malgré tout. « J’ai commencé très jeune à faire attention aux saletés. Me laver les mains régulièrement. » Il tourne les mains vers le haut, frottant ses doigts, son regard rencontrant celui d’un employé plus loin. Il affiche un grand sourire par réflexe. « J’évitais les contacts avec les gens. » Ça faisait bien râler ses parents, qui le trouvait impoli à refuser de serrer la main à leurs amis mondains. Plus d’une fois il s’est pris un discours rationnel de leur part, lorsque son bulletin scolaire – quoique parfait du côté des notes – affichait un message inquiet de son enseignant mentionnant son incapacité à se faire des amis en classe.  

Il ferme les poings, toujours sans toucher la table. « C’est rapidement devenu hors de contrôle et mes parents m’ont pris en main. » Il regarde Jeremiah. « J’avais 12 ans, alors ce qui a mené à tout ça, » il fait un mouvement vague des mains vers lui, « est assez flou dans ma mémoire. » Il a un petit rire avant de redevenir silencieux, réfléchissant de nouveau. C’est un bon résumé, il imagine. Pas trop de détails à faire sourciller, rien qu’une belle énumération. Alors pourquoi a-t-il l’impression de mentir? De rendre les choses plus lisses qu’elles ne le sont? Hm.

Il fronce les sourcils, inspirant lentement. Il ouvre les mains, comme s’il s’apprête à expliquer quelque chose, les refermes. Il se redresse sur sa chaise, envoie une mèche bouclée de côté d’un mouvement de tête et il s’éclaircit la gorge, rouvrant les mains de nouveaux.

« Je veux que tu comprennes une chose, » dit-il alors, voix moins légère qu’à l’accoutumé. « Ce que tu as vu aujourd’hui c’est… c’est une bonne journée. » Il lève les yeux sur Jeremiah. Il ne sourit plus. « Je suis en mesure de sortir manger quelque chose préparer dans un environnement non-contrôlé, je n’ai besoin que d’une lingette à mon arrivée de l’extérieur et je ne me suis pas changé dans des vêtements propres avant de sortir. » Il tourne les mains vers sa chemise pour appuyer ses propos. « Le jour du ménage, » poursuit-il, « est une simple contre-mesure une fois par mois pour rendre d’éventuelle mauvaise journée moins intense. » Il sourit. « Parce que j’ai des mauvaises journées. Peut importe ce que je fais elles sont là et elles reviennent et demain pourrait être une mauvaise journée, même si je suis certain d’avoir stérilisé chaque recoin de mon parquet. »

Il se passe la langue sur les lèvres, reprenant son souffle, sa voix baissant d’un autre ton. « Une mauvaise journée peut simplement m’empêcher de discuter avec d’autres personnes, comme elle peut m’empêcher de manger ou encore me faire tourner en boucle dans la tête l’idée de me laver le corps entier au javellisant parce que je sens des germes se déplacer sur ma peau et je me moque entièrement de la douleur si je suis capable de me débarrasser de ce sentiment. Et, merde, » il jette un regard rapide aux employés pour s’assurer que personne ne l’entend, ses mots sortant de plus en plus vite de ses lèvres, « j’aimerais pouvoir dire que je suis capable de faire passer inaperçu les mauvaises journées, mais c’est impossible et peu importe l’affection que j’ai réussis à m’attirer, les gens finissent tous par craquer et être épuisé de mes saloperies et je t’aime Jeremiah, mais tu as beau dire que tu t’en fous je ne crois pas que tu comprennes qu’il s’agit d’un truc impossible à ignorer et même si j’aurais préféré ne jamais t’en parler nous voilà en train d’en putain de parler et si tu n’as pas envie de gérer ce truc je ne t’en blâmerai pas. »

‘Ce truc’ qu’il a dit, en se désignant de nouveau. Il inspire longuement, s’adossant à sa chaise, regardant ses mains. Oh wow. Il a dit beaucoup plus que ce qu’il avait l’intention de dire. Il n’a même pas été capable de garder le sourire ou maîtriser son ton, pendant cette tirade. Il repasse ses paroles dans sa tête, comme s’il ne s’était pas écouté lui-même alors qu’il parlait. Ses pommettes se colore de rose. Oh. Des mots sensibles lui ont vraiment échappés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 16 Aoû - 10:42

Une fois de plus, il se sentit stupide. Non seulement, il n’avait pas compris le sujet de la conversation du premier coup et, en plus, la question qu’il avait posée ne semblait pas être la bonne. Goldie restait poli, comme il l’était toujours, mais lui avait bien fait savoir qu’il avait été trop direct. Il n’avait aucune idée de ce qu’il était acceptable de dire ou non en parlant de tels sujets, il n’avait aucune connaissance de ce dont il était question en fait, que son expérience personnelle. Il attendait la réponse du médecin avec une certaine appréhension, sentant qu’il allait se faire réprimander avec l’habituelle douceur un peu trompeuse de ce dernier, celle qui lui faisait comprendre à retardement. Cependant, plutôt que de faire cela, Goldie lui répondit en toute honnêteté… Enfin, il espérait. Jeremiah le regardait alors qu’il faisait quelque chose qui aurait très bien pu le caractériser à ses yeux en une fraction de seconde: avouer qu’il restait loin des gens, tout en envoyant un sourire éblouissant à un inconnu. Le jeune homme se sentit un peu inquiet d’être une fois de plus charmé contre son meilleur entendement.

Finalement, Goldie lui avait répondu sans économie de mots, mais le chasseur avait l’impression de n’avoir rien appris. Mais ce n’était pas comme s’il ne lui avait rien dit… Il avait un mauvais pressentiment, une inquiétude irrationnelle qui se taisait moins facilement qu’à l’habitude, et il ne savait pas pourquoi. Il déglutit, ne sachant pas trop quoi répondre à ce qu’il venait d’entendre. Y avait-il quelque chose à répondre ? C’était Goldie qui voulait qu’il lui pose une question, pourquoi nous voulait-il donc pas répondre ? Il avait l’impression d’avoir reçu une réponse d’une agence de relation publique. Pourquoi doutait-il autant ?

Il baissa les yeux un moment, les relevant en entendant Goldie reprendre la parole. Son expression avait changé, prenant un rare air plus sérieux qui paraissait presque sévère si on le comparait à son sourire habituel. Il posa son menu, se disant que ce n’était plus le temps de le garder, un peu comme un bouclier. Voilà probablement la réponse que Samuel voulait lui donner depuis le début, réponse à laquelle la mauvaise question avait été posée. Ses premiers mots l’avaient mis quelque peu mal à l’aise, il entendait entre eux un brin de paternalisme. Il était capable de comprendre sans qu’on lui demande. Il se crispa un peu sans le vouloir. Goldie lui parlait de ses sentiments et lui faisait part d’une intimité qu’il ne partageait pas avec grand monde, clairement. Pourquoi, alors, se sentait-il comme une mouche sur la toile d’une araignée ?

Lorsque Goldie en vint à une description assez détaillée de ce que pouvait impliquer une mauvaise journée, le jeune homme ne put s’empêcher de tressaillir, se gardant de grimacer comme il aurait été tenté de faire à s’imaginer la sensation du javellisant sur sa peau. Ce que le médecin lui confiait prenait des airs de secret, de plus en plus, alors qu’ils étaient pourtant dans un lieu public, peu fréquenté, mais public tout de même. Il parlait rapidement, comme s’il était pressé de dire quelque chose, ne prenant pas le temps de le formuler avec sa prudence habituelle. Jeremiah dut se pencher pour mieux l’entendre. Beaucoup d’information lui parvint, de tous les sens, en même temps. Il sentit commencer à battre la chamade avant de réaliser tout ce qui venait d’être dit. Il cligna des yeux, abasourdi. Un picotement, né de sa mâchoire, fit le chemin jusqu’à ses oreilles qui ne bénéficiaient malheureusement plus du couvert de ses cheveux. Il baissa les yeux vers la table et le menu.

Il repassa ce qui venait d’être dit à l’envers et à l’endroit dans sa tête. Le doute qui trottait toujours dans recoin de sa tête s’en saisit aussitôt. Goldie était toujours en contrôle, Goldie savait mentir, il le savait et ne pouvait l’ignorer. Un Goldie qui perdait la maîtrise de ses mots, qui parlait de “saloperies”, qui lui disait qu’il l’aimait à la dérobée entre deux avertissements… Ça ne lui ressemblait pas. Jeremiah l’avait certainement ressenti, cette idée qu’il avait raison, que c’était une mauvaise idée. Cette idée, il l’entretenait souvent. Mais cette fois, il avait eu la nette impression qu’il ne serait pas capable de gérer. Il était vraiment excellent.

Son expression tomba alors qu’il se redressait. Là où son visage se plissait, il n’y avait plus rien, juste le calme froid d’une carapace qui se reformait à la vitesse de l’éclair. Il hausse des sourcils faussement affables et déclare: « C’est un chouette resto, hein ? C’est toujours ici que tu fais ça ? » C’était logique, de faire ça dans un lieu public mais familier, au cas que ça tourne mal, pour décourager l’autre de faire une scène. Il se saisit du menu une nouvelle fois, faisant semblant de le regarder de manière exagérée alors qu’il continuait: « C’est vraiment un chouette endroit et une routine bien huilée hein ? C’est ici que t’amènes ceux qui en savent trop ? Ceux qui sont allés trop loin ? » Il laissa tomber le menu, incapable de faire semblant de ne pas être en colère, les sourcils froncés, il haussa le ton. « Tu les amènes ici, et là tu te vides le coeur et tu les convaincs que c’est mieux de tout arrêter, mais comme si c’était leur idée ? C’est bien, c’est propre. Ils s’en vont chez eux tous émus, en pensant qu’ils sont les seuls à qui t’as dit tout ce baratin… C’est du génie ! » Il était complètement convaincu que Goldie lui mentait, qu’il se jouait de lui en se disant qu’il serait facilement distrait par des mots doux et de la poudre aux yeux, que ça serait facile, parce qu’il n’avait pas l’habitude ni les capacités. Clairement, les serveurs, ayant entendu le ton des mots échangés, prenaient bien leur temps pour venir prendre la commande, ne voulant pas être impliqués. Ils devaient être habitués eux aussi, ils avaient vu passer les autres. Si Goldie voulait se débarrasser de lui, il n’avait pas besoin de le faire ainsi, de le faire sentir comme un imbécile, comme un niais facilement manipulé. Il soupira, évitant de nouveau son regard, ne sachant que dire de plus à part un fouilli incompréhensible de déception rageuse. Mais avant de foutre le camp, il voulait au moins lui faire avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Jeu 16 Aoû - 21:16

Le rose sur les pommettes de Goldie s’empourpre, rougissant, migrant vers ses oreilles alors que Jeremiah parle. S’il était d’abord confus par ce que Jeremiah disait, le ton montant et la colère palpable ont vite eu fait d’éclaircir les choses.

Il est blessé. Lorsque l’on sort ses trippes face à quelqu’un d’autre, les bases de la décence seraient que l’on fasse attention à où l’on met les pieds. Mais Jeremiah le regarde droit dans les yeux, les piétinant allègrement en l’accusant de… de quoi? De se moquer de lui? D’être un casanova? Un mythomane décomplexé? Il parle d’un scénario bien pratiqué, comme s’il avait amené des dizaines de personnes dans ce resto. Quoi? Pourquoi? Parce qu’ils se sont trop approchés… de quoi? Il est plus que blessé : il est en colère.

Il serre les poings. Les mots de Jeremiah tournent dans sa tête, avec l’agaçante rapidité d’un nuage de moucherons. La majorité n’est que du charabia, mais il ressent une pointe douloureuse au centre de sa colère : certaines de ses accusations sont probablement vrai. Pas en ce qui concerne les multiples relations que Jeremiah semble s’imaginer. Il n’a amené qu’une seule personne dans ce restaurant avant : sa sœur. Et encore moins par rapport à « tout ce baratin » qu’il lui a servi. La dernière personne à qui il en a parlé, c’est sa collègue de travail, Moea, presque deux ans plus tôt. Ce n’était que parce qu’elle est toujours en train de fourrer son nez dans ses affaires dû à leur entente peu légale et qu’elle a bien remarqué un jour, malgré lui.

Non, tout ça, c’est des conneries. Mais peut-être est-il vrai qu’il a tenté, sans même y penser, de pousser Jeremiah à mettre fin à la relation maintenant, comme si c’était son idée à lui. Après tout, en lui disant tout ça, il lui a bien ouvert la porte. Il lui a ouvert bien grande, en la désignant d’une révérence… mais en gardant l’espoir qu’il allait trébucher sur son pied dans l’embrasure et rester coincé avec lui. C’est la première fois qu’une réaction face à sa « condition » lui avait fait si plaisir. Mais ça ne fait qu’accentuer l’angoisse qu’il tourne finalement les talons un jour en comprenant à quel point il est névrosé. Il ne s’attendait pas vraiment à une réponse positive, en lui déballant tout ça, mais il… il aurait espéré une possibilité.

Merde, il va devoir commencer à prendre des notes; son prochain rendez-vous psychologique est bien trop loin, maintenant.

« Alors, quoi, » il reprend, finalement, voix tendue, « tu crois que j’ai besoin de me mettre en scène et d’inventé une histoire pathétique pour mettre fin à des relations? » Il a un léger sifflement, comme un rire raté, ses faux sourires étouffés par son irritation. Il regarde l’autre en secouant imperceptiblement la tête. « Non, crois-moi Jeremiah, si je voulais me débarrasser de toi je t’aurais laissé dans le couloir. »

Il y a bien des limites à l’humiliation. S’il n’avait pas eu envie de le voir il lui aurait donner les informations directement dans le corridor avant de le retourner chez lui. Il l’aurait même fait avec un sourire et un clin d’œil. Mais il l’a laissé entrer. Parce qu’il voulait parler et il voulait s’informer sur son état de santé. Parce qu’il est con. Merde.

Il se force à ouvrir les poings, faisant craquer ses jointures en se redressant un peu. Sa voix est froide à défaut d’être contrôlée. « Je suis manipulateur, mais je suis aussi paresseux, » laisse-t-il tombé, se souvenant maintenant amèrement du petit discours qu’il a sortie à Jeremiah ce fameux soir où ils ont commencé à… se voir. Il poursuit sur le même ton. « Il n’y a rien à gagner d’être charmant pendant une séparation. Je n’ai pas besoin de faire de beaux sentiments avec une personne que je n’ai pas l’intention de revoir. » Les commissures de ses lèvres se redressent enfin, en un sourire plus crispé qu’à l’accoutumé. Ses yeux ne sourient pas. Quelle journée de merde. Cela fait combien d’années depuis la dernière fois qu’il a essayer d’entretenir une relation sérieuse? Ça lui apprendra. Il a envie de dormir.

Merde. Avec tout ça, il n’a pas mis ses draps dans la sécheuse.

Il soupire, poussant sa chaise vers l’arrière dans un crissement. « Tu sais quoi, » laisse-t-il tomber en prenant la ganse de son sac, « on est quitte. » Il se lève, passant la bandoulière par-dessus sa tête pour l’appuyer sur son épaule. « Pas la peine de me payer le repas. » Il tend une main, attrapant sans vergogne l’un des carrés contenant une lingette désinfectante – hey, si le secret est sorti, autant ne pas se gêner. « Fais attention à toi. »

Il tourne les talons, filant vers la sortie. Au passage, il sourit d’un de ses sourires de marque, presque rétablit, aux serveurs, s’excusant platement d’un imprévu avant de se glisser dehors.

Il a envie de vomir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   Ven 17 Aoû - 10:02

C’était la première fois qu’il voyait Goldie réellement en colère, il n’avait pas pensé que c’était possible. Clairement, il avait le don de venir à bout de la patience de n’importe qui. Ce n’était pas l’irritation de quelqu’un qui venait d’être découvert au milieu d’un mensonge, pas du tout. Il ne savait pas ce qu’il avait espéré en disant une telle chose, il ne le savait jamais. Il avait écouté cette alarme toujours dans le coin de sa tête qui lui disait sans cesse de tout foutre en l’air et il avait réussi avec brio. Goldie était visiblement blessé, au point de ne pas être capable de se cacher derrière des sourires. La colère de Jeremiah disparu comme l’air d’un ballon crevé, alors qu’il comprenait la bourde monumentale qu’il venait de faire. Il n’y avait pourtant eu aucun doute dans son esprit, il n’y avait eu aucune alternative possible. Ce qu’il avait entendu ne pouvait être vrai. Il avait donc régressé à un éclair à sa méfiance, comme on remet de vieille pantoufles.

Il était terrassé par sa propre stupidité et la honte qui venait de tomber sur lui comme une chape de plomb. Goldie avait tout à fait raison, quel aurait été l’intérêt de faire toute cette mise en scène ? Il n’était pas un psychopathe, il n’appréciait pas se jouer des gens. Sur le moment, cette idée fantasque lui avait pourtant paru si tangible et logique… Il était vraiment le roi des cons. C’était comme ça qu’il réagissait après que quelqu’un lui ait dit qu’il l’aimait pour la première fois depuis… Il ne comptait même plus les années. Quelqu’un lui disait qu’il l’aimait et lui, l’envoyait promener. Le roi des cons, vraiment. Il voulut tout de suite s’excuser, mais il était trop tard, Goldie se levait déjà, ne pouvant pas endurer d’être en sa présence plus longtemps avec raison.

Il devait le retenir, il devait se confondre en excuse tout de suite. Il leva la main, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il devait dire quelque chose. Rien n’y fit, il resta là comme un chevreuil devant les phares d’une voiture, le regardant s’éloigner de la table vers la porte. Il venait de tout gâcher. Ce n’était même pas ses activités dangereuses qui avaient mis à mal leur relation, juste la banalité de son caractère de merde, son incapacité à croire que quelqu’un pouvait lui vouloir du bien ou même entretenir des sentiments pour lui. Il leva les yeux vers les serveurs qui le regardaient avec un air incertain, l’air de se demander si quelqu’un allait finalement commander dans toute cette histoire. Il se leva précipitamment, sifflant en sentant une nouvelle douleur cuisante à la base de son cou. Il manqua de trébucher dans une chaise alors qu’il se précipitait vers la porte à son tour. Il pouvait peut-être le ratrapper, tout n’était pas perdu.

La porte claqua derrière lui alors qu’il le cherchait partout aux alentours, mais il était trop tard, il était parti. Il était probablement chez lui… Mais Jeremiah savait qu’il ne servait rien d’y aller, il ne lui ouvrirait jamais après ce qu’il venait de faire. Merde, merde, merde. Il donna un coup de pied rageur dans une canette écrasée qui trainait. « Putain de con de merde! » Son cri attira l’attention des quelques passants dans les environs qui lui jetèrent des regards inquiets. Il se dirigea dans la direction opposée à l’appartement de Goldie d’un pas rapide et lourd. Pourquoi était-il ainsi ? Pourquoi fallait-il qu’il gâche tout, tout le temps ? Goldie n’avait été qu’honnête avec lui et lui… C’était peut-être mieux comme ça. Ça devait arriver à un moment ou un autre. C’était même un miracle qu’il n’ait pas tout fait foirer plus tôt. Il essayait de s’en convaincre, sans vraiment y croire, sans réussir à ne plus être autant en colère contre lui-même. Après tout ce que Goldie avait fait pour lui. Il était tellement con. Il s’arrêta soudainement et se retourna, comme s’il allait le voir derrière lui en train de revenir au restaurant. Mais il n’y avait personne. Il se faisait encore des idées. Il se laissa presque tomber, dos à un muret, avant de fouiller ses poches à la recherche d’une cigarette avec un soupir fatigué. Le roi des cons, à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: your magic is working ⟳ ft. goldie   

Revenir en haut Aller en bas
 

your magic is working ⟳ ft. goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Age of Magic
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Magic ball ^^
» It's magic banane is the
» Questions sur la Seith Magic (animal possession)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Londres :: Covent Garden :: Domicile de Samuel Moore-