AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 And the world's gonna know my name — pv raven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Mathias von Brandt «
avatar

lasombra - sabbat
Messages : 3

MessageSujet: And the world's gonna know my name — pv raven   Lun 6 Aoû - 0:30

Vêtu d’un t-shirt blanc et d’une paire de jeans noir, Mathias était assis au bar, un verre à la main. C’était une soirée tranquille, le pub étant presque vide. Savourant son whiskey sur glace, il observait un homme assis non-loin de là, à l’autre extrémité du bar. Sa plus récente cible était là, buvant comme un trou. Que ça soit pour remplir un vide ou bien noyer ses regrets, sa raison de boire n’était pas importante : Cet homme avait contrarié les mauvaises personnes, et il était maintenant la proie du Lasombra. Pour Mathias, ce n’était qu’un nouveau contrat. Rien de plus, rien de moins. Toutefois, il comptait tout de même s’amuser avec cette petite brebis égarée. Ça faisait bientôt quelques heures que le vampire l’observait boire et se vanter à la pauvre barmaid dans l’espoir (en vain) d’avoir son numéro. Mathias persifla silencieusement— c’était pratiquement de la torture à regarder. La soif de contact humain, le désir de la chair, le besoin de se sentir moins seul… C’était pathétique. Clairement, cet homme ne comprenait pas le message que la jeune femme tentait de lui faire passer : elle n’était pas intéressée. Surtout pas par quelqu’un qui semblait être 20 ans son aîné et qui n’avait quasi plus un poil sur la tête.

Heureusement pour elle, elle n’avait pas à craindre qu’il l’attende après la sortie des bars. Il serait bientôt chose du passé. À bien y repenser, c’était peut-être pour cette raison qu’il avait été nommé comme cible. En se basant sur son comportement harcelant, Mathias n’avait pas de difficulté à croire qu’il s’agissait probablement d’un homme qui ne comprenait pas le mot « non ». Il avait dû s’y prendre à la mauvaise personne, et maintenant, allait le payer de sa vie. Le Lasombra s’arracha de son tabouret après avoir payé son verre pour suivre sa cible vers la sortie. S’engouffrant dans une ruelle près du bar, il remarqua l’absence de lumière, excepté pour les nuages qui laissaient entrevoir quelques rayons de lune. L’ambiance parfaite pour un vampire ayant un contrôle de l’obscurité tel que Mathias. Celui-ci savait déjà comment s’y prendre pour éliminer cet homme. Il tenait simplement à le voir souffrir pour son plaisir personnel. C’était une bien meilleure récompense que la prime qu’il allait recevoir, une fois ce déchet éliminé.

Utilisant son pouvoir Obtenebration, Mathias manipula les ombres pour faire en sorte que l’ombre de sa victime devienne assez grande pour qu’il puisse s’y cacher. Rapidement, le vampire était déjà rendu derrière sa proie. Le Lasombra sorti de l’ombre et attrapa l’homme par les côtes. C’est avec un sourire machiavélique aux lèvres que Mathias mis de la pression sur celles-ci, les brisant en un rien de temps. Au même moment, le vampire se servit de son pouvoir d’ombre pour bloquer les cordes vocales de la pauvre brebis qui cherchait à crier à l’aide. L’homme tomba par terre, en train de suffoquer : ses côtes brisées ayant percé ses poumons, le laissant se noyer dans son propre sang. Face à l’homme, Mathias se mit à genoux et glissa sa main sous sa tête pour pouvoir le regarder dans les yeux. Le vampire tenait à voir la vie quitter le corps de sa victime. La faiblesse et la fragilité de la vie humaine avaient toujours été des choses qui le captivaient, car il en avait été privé en devenant la créature qu’il est. Le Lasombra n’en voulait gère aux autres de l’avoir transformé— il en était plus reconnaissant qu’il ne le laissait paraître. L’humanité était pour lui un fardeau ; des carcasses vides qui ne savaient pas ce qu’elles voulaient. Les humains ne savent jamais réellement ce qu’ils veulent, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Ce qui était malheureux; bien que Mathias croyait avoir perdu son humanité, lui et ses confrères n’étaient pas si différents des humains.

Le corps convulsait faiblement dans les bras du Lasombra, qui examinait la scène avec une fascination étrange. À peine mort, Mathias avait d’autres projets pour ce corps inerte. Déchirant le chandail d’un coup sec et rapide, il força ses mains à l’intérieur du cadavre. « Voyons voir de quoi tu es fait, » murmura-t-il, ses doigts forçant peau, muscles et tendons alors qu’il ouvrait le torse de sa victime. Il avait récemment découvert une certaine curiosité en rapport aux corps de ses victimes. Après tout, c’était beaucoup trop ennuyant de faire un travail propre. Plus il y avait de dégâts, plus c’était facile de faire croire que c’était une attaque animale s’il advenait qu’il n’ait pas le temps de disposer du corps. Malgré qu’il soit préoccupé par son travail, Mathias senti un frisson lui parcourir l’échine– on l’observait. Cependant, il restait complètement stoïque. Quiconque oserait l’arrêter se retrouverait dans une situation semblable. Seul quelqu’un de stupide ou de fou tenterait de l’arrêter. Ignorant le regard qui pesait sur lui pour vaquer à ses occupations, il agrippa ce qui restait des côtes de sa victime pour les forcer de nouveau, cette fois vers l’extérieur. Une odeur ferreuse baignait dans l’air alors qu’un restant de sang giclait. Ce n’était qu’une couche de sang de plus sur le chandail de Mathias, qui allait sûrement se ramasser droit à la poubelle une fois son travail terminé. Curieux, ses mains poussaient et déplaçaient les différents organes tandis qu’il étudiait ce qui se trouvait sous ses yeux. L’observateur pouvait bien attendre à plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Raven Fowler «
avatar

malkavian - sabbat
Messages : 16

MessageSujet: Re: And the world's gonna know my name — pv raven   Mer 15 Aoû - 23:09

La soirée se faisait sombre, le ciel avait perdu sa couleur orangé du coucher de soleil. Il adorait ce moment, celui ou la nuit prenait place. Les gens qui grouillaient vers leurs véhicules pour retrouver leurs maisons et les insouciants qui marchaient dans les rues pour aller vers les bars. C’était des repas rapide pour le vampire. Il les suivait un moment et se cachait dans une des ruelles en bord des rues principales pour les attraper sans que personne ne le voie. Il les trainait vers les recoins là où il allait pouvoir manger en paix. Un peu plus et le malkav’ pouvait entendre son ventre gargouiller, il avait faim et sa journée à analyser du sang pour un des cas sur lesquels il travaillait dans ses stages n’avait pas aidé à sa cause. Il avait habitude de se nourrir si souvent qu’il ne sentait pas vraiment la faim. Il mangeait parfois seulement pour le plaisir de tuer et de savoir que cette personne soufrait.

Il avait suivi cette femme depuis un moment. Elle était seule, semblait ne plus avoir de batterie dans son téléphone cellulaire vu son expression quand celui-ci ne s’était pas allumer. Le tueur se tapi dans l’ombre, devenant invisible tout en se concentrant sur l’illusion qu’il mettait en œuvre. Il voulait l’attirer vers lui, c’était plus facile avec les jeunes femmes. Il pouvait utiliser la technique du chaton. Ce n’était pas la partie la plus cruelle, mais ça fonctionnait pour les faire entrer dans la ruelle.

Ce pauvre petit chat, tout frêle, au fond de la ruelle sombre qui miaule pour attirer une âme charitable pour l’aider, le ramener à la maison au chaud. La femme avait mordu à l’hameçon. Une fois plus près d’elle, ce chaton disparu, Laissant place à Raven qui la surplombait, la regardant de haut. En regardant vers le haut, elle pouvait voir sa propre réflexion ainsi que celle de son assassin. La femme allait assister a son propre meurtre, comme si elle regardait un film d’horreur. Il aimait le moment ou la personne savait qu’elle allait vivre ses derniers instants. Certaines personne priait en vain d’autre se mettait simplement à pleurer. Ce qui était le cas de sa présente victime. Les larmes coulaient sur ses joues. La pauvre le suppliait de ne pas lui faire de mal. Il répliqua avec un sourire alors qu’il sorti de sa poche sa lame préféré, un scalpel bien aiguisé, pour venir couper sa fine gorge à l’endroit où se trouvait l’aorte. Le sang de la femme subissant une libération de la pression jaillit dans son visage alors que Raven tentait de couvrir la plaie de sa bouche, avalant le plus de sang possible dans ce flot presque continu. Une fois rassasié, il laissa tomber le corps au sol, mais il ne s’arrêta pas là. De ses dents, il arracha la peau coupée par grand lambeau, créant une ouverture béante en avalant chacun des morceaux. Il savait bien qu’il allait finir par s’en rendre malade, mais le gout le rendait fou. C’était quelque chose dont il ne pouvait pas se passer. Un petit plaisir coupable. Toujours avec l’aide de sa bouche, il sorti le tube digestive et respiratoire de la victime pour pouvoir atteindre le tronc cérébral qui se trouvait non loin derrière. C’était la première fois qu’il allait gouter cette partie de l’humain. Par simple curiosité. Le cervelet était une partie beaucoup plus tendre sous les dents que le cartilage qui protégeaient les artères du cou.

Il se releva, prenant du recul sur son œuvre et essuyant sa bouche de sa main déjà couverte de sang, étendant les taches plus qu’autre chose. De toute façon, il devait en avoir partout. Il se leva, laissant le cadavre derrière lui comme un déchet d’emballage que l’on laisserait simplement au sol.

Toujours invisible aux yeux de tous, il se faufilait de ruelle en ruelle, prenant soin de ne pas trop marcher longtemps sur la rue plus passante. Puis cette odeur de fer très forte lui monta au nez. Quelqu’un d’autre venait de tuer? Cela restait à voir. Mais il eut confirmation, le coupable avait les deux mains dans le cadavre, éviscérant ce dernier en retirant même certains des organes. Si c’était un simple humain, celui-ci était aussi tordu que lui. Le malkav’ s’approcha de l’autre tueur, posant sa main pleine de sang contre celle de l’autre, apparaissant par même moment.

« Impressionnant – il était épaté de voir une tel cruauté, seulement sa voix ne le démontrait pas – tu sais, tu pourrais simplement tout sortir, ça serait plus intéressant quand ils retrouveront le corps. Je n’avais jamais vu l’intestin grêle sous cet angle et avec autant de tissus adipeux autour. Cet homme n’était pas le plus vaillant si tu veux mon avis. »

Il s’arrêta un moment, ayant probablement l’air absent pour un cours instant avant de reprendre la parole :

« Dit-moi, tu manges ou tu fais ça juste par curiosité de voir à l’intérieur ? »

Il avait oublié qui était encore couverts de sang qui dégoutait encore de ses cheveux et tombait sur son visage souillé d’hémoglobine. Il eut un sourire. Seulement un tueur qui parlait à un autre, il n’allait pas se posé de question.  

« La chair à bon gout, mais le cœur c’est l’idéal. Tu as déjà essayé? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Mathias von Brandt «
avatar

lasombra - sabbat
Messages : 3

MessageSujet: Re: And the world's gonna know my name — pv raven   Jeu 15 Nov - 22:04

Il était quasi en transe, ses mains glissantes de sang. Il avait entendu l’inconnu se rapprocher et parler, mais son attention était, évidemment, rivée sur autre chose. Levant la tête, Mathias posa les yeux sur la personne qui se tenait debout, à peine à quelques mètres de lui. Pas vraiment surpris de le voir couvert de sang, lui aussi. Il avait dû passer une bonne soirée. Personne n’étant sain d’esprit approcherait un psychopathe occupé à éventrer un corps au beau milieu d’une ruelle, et Mathias fit tout de suite le lien. Soit c’était un autre vampire, soit c’était… un humain avec beaucoup, beaucoup d’imagination. Et de tendances meurtrières. Toutefois, comme il ne l’avait pas entendu arriver, il avait tiré la conclusion qu’il était un vampire. Il avait déjà eu à chasser ceux dotés d’un pouvoir tel que le sien— qui leur permettait de marcher comme s’ils étaient sur un nuage. Mathias rebaissa les yeux, continuant à s’affairer, mangeant bout par bout le corps en écoutant ce que l’inconnu avait à dire.

C’est en examinant de plus près ce qu’il avait dans les mains qu’il fit une moue d’approbation ; il connaissait bien son anatomie, puisque c’était en effet l’intestin grêle qu’il avait à la main. Un sourire étira les lèvres ensanglantés de Mathias, qui répondit pour la première fois. « Si tu ne l’as jamais vu de cet angle, t’aurais dû voir ça. J’en ai déjà pendu un avec. Étonnamment élastique, comme organe. »

Lorsque l’inconnu continua à parler, lui demandant quel était exactement son but, Mathias haussa les épaules d’une façon désinvolte. « Un peu des deux. » Répondit-il, baissant les yeux sur la carcasse pendant un moment. Il lâcha l’intestin— ce qui en restait, pour mettre ses mains dans la cage thoracique avant de la forcer encore plus. Un craquement sordide se fit entendre, et après quelques bruits obscènes, Mathias sorti le cœur encore chaud du corps. « Plusieurs fois. C’est là que tout le sang se retrouve, alors c’est probablement l’une des parties les plus juteuses. » Il l’examina durant quelques instants avant d’en prendre une bouchée.

Le sang lui coulait le long du menton, s’ajoutant à la quantité qui tachait déjà son chandail. C’était certainement la meilleure partie, pensait le Lasombra. En se relevant, Mathias avala sa bouchée et tendit l’organe à l’inconnu, comme un geste de bonne foi. C’était à la fois un test, à savoir s’il était digne d’être… un ami ? La majorité des vampires trouvaient les méthodes de Mathias peu orthodoxes, mais si ce dernier acceptait, peut-être qu’alors il pourrait le considérer comme un allié. « Dans les anciennes tribus, ils croyaient que manger le cœur de son ennemi nous permettait de gagner sa force  et son courage. » Si l’inconnu n’acceptait pas, celui-ci ne serait pas mieux que tous les autres. Après tout, c’était normal pour un mouton de craindre un lion.

Après s’être échangés un long regard, Mathias admit sa curiosité face à l’état de l’autre vampire. Quelque chose lui disait qu’il avait peut-être devant lui ce fameux tueur en série que la police recherchait. Un cannibale, qui laissait les corps dans un état tellement pitoyable qu’il était impossible pour les familles de faire des funérailles avec un cercueil ouvert. Les humains ne savaient tout simplement pas reconnaître une véritable œuvre d’art. En tout cas, c’était ce qu’il espérait secrètement.  « Tu sembles avoir quelque chose à me raconter, » dit-il. « Je t’ai montré le mien, à toi de me montrer le tien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: And the world's gonna know my name — pv raven   

Revenir en haut Aller en bas
 

And the world's gonna know my name — pv raven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Londres :: Covent Garden :: Penderel's Oak-