AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 your mess is mine ▬ ft. jeremiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Sam 18 Aoû - 15:04

Si le poste de police auquel travail Goldie est l’un des plus achalandés de Londres, il existe tout de même des petites rues peu passantes entre celui-ci et son appartement et lorsque la fantaisie lui prend de marcher jusqu’au travail plutôt que d’expédier le trajet en voiture, Goldie s’assure de les emprunter. Il y a même un petit café sur le chemin, où il peut prendre une pause s’il manque d’énergie ou se fait prendre par la pluie – ou s’il a la dent sucrée ce jour-là, ils font d’excellents cookies.

Toute la semaine, il a pris sa voiture, la canicule de fin d’été trop étouffante pour faire autrement – passer d’un garage à un autre à l’air climatisé est le seul moyen de survivre – mais ce vendredi, la pluie de la veille a fait baisser drastiquement la température et il s’est dit qu’il serait agréable et relaxant de marcher. Après tout, sa semaine a été merdique et il en avait bien besoin.

Sa semaine aurait déjà été difficile sans toute l’histoire avec Jeremiah le weekend précédent. Si toutes les embrouilles au boulot ont été frustrantes, elles ont au moins eu le bon côté de ne pas lui permettre de repenser à l’autre homme. Enfin, pas tant qu’il n’était pas rendu seul, chez lui, assis sur son divan à regarder des films dont il ne se souvient plus de l’intrigue.

Au boulot, il pouvait se vider l’esprit et n’avoir qu’une chose en tête : le procès de Chris Rutledge. Importante figure dans le monde des finances, investisseur immobilier reconnu à sa résidence ostentatoire à Belgravia, Rutledge est l’un de ces hommes qui, malgré un casier judiciaire vierge, ne fait douter personne sur l’illégalité de ses actions dans l’ombre.

Quelques semaines plus tôt, une petite frappe a voulu faire un gros coup d’argent en volant l’une des voitures de sport de Rutledge, garé devant le restaurant où l’homme avait une rencontre d’affaire. Le véhicule a été retrouvé quelques jours plus tard, abandonné dans un quartier industriel, avec un minimum de dommages. Des tests adn ont été fait sur des cheveux et des bouteilles trouvés dans le véhicule – une cellule policière de Londres enquête depuis longtemps sur une organisation de vol de voiture et croyait avoir une parfaite opportunité pour étoffer leur cas. Les résultats ont bel et bien sonné l’alarme, mais pas de la façon dont ils l’avaient espéré. Deux adn ont été identifié : l’un appartenant à un jeune délinquant, ayant déjà un casier pour vol à l’étalage et vol de bicyclette. L’autre appartenant à une personne inconnue, mais dont l’adn a été trouvé sur les corps de plusieurs victimes d’homicides violent dans les cinq dernières années.

Il s’agissait de l’adn de Chris Rutledge.  

Il y a toujours une certaine effervescence au poste lorsqu’un gros procès approche, mais la tension de cette semaine était bien différente d’à l’accoutumé. Les équipes qui n’avaient rien à voir avec le cas évitait activement tout contact avec celui-ci, contrairement à la curiosité polie dont ils font normalement preuve pour les cas sordides.

Les policiers s’occupant du dossier sont eux-mêmes peu enthousiastes : ils se le sont fait balancer par l’équipe du trafic du voiture comme une grenade dégoupillée et doivent faire des pieds et des mains pour réunir toutes les informations nécessaires pour monter le dossier à temps pour le procès. Et la tâche est rendue encore plus difficile du fait que des parts du dossiers ne cessent d’être corrompus ou « égarés » avant qu’ils ne puissent mettre la main dessus.

La même chose semble vouloir se produire du côté de Goldie : ses demandes d’analyse au laboratoire ne cessent d’être perdu, incompris ou fait avec une lenteur hors de l’ordinaire. Comme il a été le médecin légiste pour deux autopsies concernées dans cette enquête, il a été naturellement recruté par l’équipe d’enquêteurs pour coordonner le traitement des preuves biologique. Il s’est lui-même proposer comme expert médical pour le témoignage en cour, voyant là une belle opportunité de carrière. Mais ses rencontres avec les policiers pour se préparer à témoigner ne cessent de couper ses activités aux moments les plus inopportuns et il ne peut garder à l’œil le déroulement de ses demandes.

C’est sans compter les multiples appels qu’il a reçu de l’entourage de Mr. Rutledge, l’encourageant à demi-mot à ne pas témoigner, lui ayant même offert, à un point, des vacances pour toute la durée du procès. Goldie s’est demandé si des offres aussi généreuses étaient offertes aux autres personnes participant au procès. Il aurait peut-être considéré la proposition s’il ne détestait pas les hôtels. De plus, il voyait sa persévérance professionnelle, dans ce cas-ci, comme une belle opportunité pour rétablir ses relations tendues avec ses collègues policiers.

En tout et pour tout, une belle semaine chaotique qui lui a fait faire des heures supplémentaires et quelques migraines. Il voudrait bien que sa marche du retour lui libère l’esprit de tout cela, mais alors qu’il avance d’un pas soutenu sur le trottoir déserté, il écoute d’une oreille distraite le message vocal laissé par sa mère un peu plus tôt – non pas qu’il ne l’a pas vu, il a lui-même rejeté l’appel. Il entend à peine les mots « je crois que tu devrais-» qu’il roule des yeux et ferme son portable, laissant ce problème pour demain.

Il glisse le téléphone dans la poche arrière de son pantalon bleu, replaçant son sac à bandoulière sur sa hanche par la suite. C’est l’été et il se permet une touche de couleur excentrique, avec sa chemise aux manches courtes, brodée de petites étoiles de mer. Il lève les yeux au ciel, où la lumière commence à se teinter d’orange, reflété par les nuages cotonneux qui se profilent derrière les toits. Il est plus épuisé qu’il ne l’est normalement à la fin de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Sam 18 Aoû - 21:43

La force de déplacer les montagnes était normalement nécessaire pour convaincre Jeremiah de s’excuser, parfois même lorsqu’il était complètement au courant d’être dans le tort. Mais dans ce cas-là, bien précis, il était impossible pour lui de vivre avec la bourde qu’il avait commis quelques jours plus tôt, presque une semaine maintenant. Il avait pris une journée pour se convaincre que que c’était mieux ainsi, qu’il venait de s’éviter un lot considérable de complications. Il avait eu beau se le marteler durant ses heures d’insomnies, rien n’y faisait. L’expression qui avait traversé le visage de Goldie au moment où il lui avait déversé un flot d’immondices sur la tête sans avertissement le hantait. Ce n’était rien de nouveau pour lui, de laisser ses craintes et ses insécurités le convaincre de repousser quelqu’un avant que cette personne ne le fasse elle-même, il l’avait senti arriver et pourtant, n’avait pas résisté. Après une journée de réflexion, il en était venu à la conclusion que, même si en vain, il devait passer par la processus profondément humiliant de s’excuser.

Il fallait tout de même trouver un moyen que ses excuses se rendent jusqu’aux oreilles désintéressées de Goldie qui, clairement, n’avait aucune envie de le revoir dans le moment. Pas moyen de passer chez lui ou de l’appeler, il pouvait facilement lui claquer la porte au nez ou ignorer son appel, comme il l’avait vu faire de nombreuses fois. Il devait l’attrapper en déplacement, pour l’empêcher de se sauver. Tout cela sonnait vraiment comme les plans d’un prédateur, mais c’était probablement la chasse qui déteignait sur sa vision des choses en général, même d’excuses pour son mauvais comportement. Le jeune homme avait conclut également qu’il aurait plus de chance de le croiser sur le chemin entre son travail et son appartement, où il se posta pour mettre sa théorie à l’épreuve tous les après-midi suivants.

Alors qu’il attendait sous la pluie, les bras croisés, les yeux rivés sur le fameux comissariat de police pour une énième traque sans succès, il se demanda sérieusement s’il n’était pas juste en train d’attraper la crève pour rien. Peut-être Goldie avait pris des vacances ? Peut-être avait-il changé son horaire ? Il décida alors d’essayer une dernière fois le lendemain, ce après quoi il devrait changer de stratégie pour de bon. L’avantage de n’avoir croisé personne pendant près d’une semaine était qu’il avait pu pratiquer son discours plusieurs fois, à l’endroit et à l’envers. Si jamais il croisait un jour le médecin légiste, il serait jeté par terre devant son éloquence… Bon peut-être pas, mais au moins il y avait des chances qu’il ne l’offense pas davantage… Si c’était possible de faire pire que ce qu’il lui avait balancé lors de leur dernière conversation.

Le lendemain arriva finalement. Jeremiah avait eu l’idée de faire le chemin inverse, de commencer par l’appartement pour se rendre au commissariat plutôt que le contraire. C’était plus de la pensée magique qu’un réel plan logique, mais il se raccrochait à cet infime espoir de le voir marcher en sens inverse… Personne en vue. Peut-être Goldie n’empruntait même pas ce chemin en fait… Il s’était fait des idées toute la semaine. Il arriva au commissariat bredouille. Ce n’était pas comme si Goldie était dur à repérer pourtant. Avant de complètement baisser les bras, il se remit en chemin vers chez Goldie, cette fois en prenant les petites rues. Après quelques minutes de marche, il jeta sa cigarette à peine allumée, accéléra, repérant une tête blonde au loin. La silhouette grande aux épaules larges qui se précisait à mesure qu’il s’approchait ne lui laissa pas de doutes, c’était bien lui. Il se mit à la course et l’appela: « Goldie ! Goldie ! » Voyant qu’il ne bronchait pas, il renchérit: « Samuel ! » Il n’était même pas encore arrivé à sa hauteur qu’il commençait son discours: « J’ai été con, vraiment, attends- » Il s’arrêta, l’action combinée de crier et de courir le laissait le souffle court… Il devait vraiment arrêter de fumer. Il se pencha, reprenant son souffle pour une fraction de seconde, sa course qui reprenait l’amenant à la hauteur du grand blond. Avant de lui laisser le temps de l’envoyer promener, il continua sa litanie: « Je sais pas ce qui m’a pris, j’ai vraiment merdé, j’ai été tellement con. » Soudainement, les mots ne lui vinrent plus. Après avoir pratiqué toute la semaine, voilà qu’il avait un blanc. Vite, il devait remplir le silence par autre chose que de répéter qu’il était con: « Je sais que tu me mentais pas, je sais pas pourquoi.... Je pensais ça. J’en ai aucune idée. Je suis désolé. » Le mots magiques étaient sortis d’eux-même sans qu’il y pense, il en resta abasourdi, regardant Goldie en espérant qu’il comprenait la rareté de ce genre d’instance, une expression à la fois surprise et presque confuse sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Sam 1 Sep - 19:42

S’il a entendu les pas et la voix, au loin, ce n’est que son prénom qui le tire de ses pensés et lui fait finalement tourner la tête. Peu de personnes l’appellent par son prénom – généralement des membres de sa famille ou des patrons – et c’est avec un air confus qu’il stop sur son chemin, se tournant vers la source de la voix.

Cela lui prend quelque secondes pour identifier la personne qui s’approche de lui – son cerveau essaie d’accoler le visage des quelques personnes qui l’appelle « Samuel » à celui de l’autre qui s’avance – mais l’accoutrement entièrement noir est un élément impossible à confondre ou ignorer : c’est Jeremiah.

Pendant un bref moment, alors que Jeremiah se pli en deux pour reprendre son souffle, Goldie sourit, prenant quelques pas dans sa direction, mais il stop bien vite. Pour une seconde, il a oublié leur dernière rencontre, ressentant seulement, à sa vue, le soulagement de voir une personne amicale à la fin de cette semaine de merde. Puis le souvenir est revenu. Son sourire fond, son dos se redresse. Il attend là, sans piper mot, laissant Jeremiah parcourir la distance qui les sépares.

Ce dernier se met à parler aussitôt arrivé à sa hauteur, son discours déboulant de ses lèvres.  « Je sais pas ce qui m’a pris, j’ai vraiment merdé, j’ai été tellement con. Je sais que tu me mentais pas, je sais pas pourquoi.... Je pensais ça. J’en ai aucune idée. Je suis désolé. »

Goldie cligne des yeux. Il ne sait pas à quoi il s’attendait. Il s’était préparé pour quelque chose de négatif, mais il est pris au dépourvu par cette tournure des choses. Visiblement, Jeremiah ne savait pas ce qu’il allait dire non plus, à l’expression qu’il fait. C’est… est-ce que… est-ce qu’il veut qu’ils se réconcilient? Son cœur bat rapidement. Qu’est-ce que ça veut dire? Est-ce qu’il s’excuse simplement de son attitude? Est-ce qu’il… est-ce qu’il veut qu’ils reviennent – enfin, qu’ils soient ensemble?

Goldie ouvre la bouche, réfléchissant, puis la referme en expirant. Ses épaules tombent, abandonnant son air stoïc – pour le moment. Il regarde Jeremiah. « Vraiment? » Il ne peut s’empêcher de douter un peu de ces excuses soudaines. Mais après tout : Jeremiah est venu le retrouver de son propre chef. Goldie tourne légèrement son corps pour faire dos au rayon de lumière éblouissant de fin de journée, dernières traces du soleil agonisant au-dessus des toits. Il fronce les sourcils.

« …j’ai été con aussi, » dit-il simplement, frottant le bout de ses doigts contre le bord de ses pouces par réflexe nerveux. « J’ai… je suis lâche. J’ai préféré te mettre face à un ultimatum que d’attendre et voir si tout ça fonctionnerais.» Il a fait un cercle avec sa main en parlant, entre lui et Jeremiah. ‘Tout ça’. Il a un petit rire, levant les yeux vers l’autre. Il l’observe, petit sourire aux lèvres.

« Tu crois que ça peut marcher? » Son sourire s’agrandit, amusé par ce qu'il vient de dire. Il est vraiment lâche. Il avoue l’avoir mis dans une situation impossible avant de lui poser une question impossible. Il secoue la tête, comme pour montrer que Jeremiah n’a pas besoin de répondre. « Parce que je n’en ai aucune idée, » continue-t-il, tournant légèrement la tête vers le ciel beaucoup plus sombre, maintenant. « Mais j’aimerais bien. »

Il retombe dans le silence. Il est lui-même surpris de ne pas être plus en colère ou amer suite à cette belle merde au restaurant. Il ne peut se cacher qu’il est content que Jeremiah soit venu s’excuser. Honnêtement, il ne le croyait pas du genre capable d’admettre des tords. Il semblerait qu’il l’ait mal jugé.

Soudainement, il fronce les sourcils et tourne la tête derrière lui, observant la rue sombre et vide un moment. Il scrute la rue, l’air perplexe.

« Tu as entendu ça? »

Il a cru entendre une voix. Mais il n’y a personne en vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Mar 4 Sep - 16:21

Si quelqu’un était plus abasourdi de ses soudaines excuses que Jeremiah lui-même, c’était bien Goldie qui, pour une rare fois, était pris de court. Franchement, le jeune homme avait pour plan de s’excuser, mais ce qu’il avait préparé lui permettait de garder un peu plus de dignité. Il avait clairement eu l’air du gars désespéré, prêt à marcher sur son orgueil. Il ne pouvait pas en vouloir à Goldie d’être surpris d’une telle attitude venant de lui, ce n’était franchement pas son genre. Mais, sous le coup du moment, ça l’avait été. Lorsque le médecin exprima ses doutes bien fondé, il perdit un peu de sa fougue, se sentant beaucoup plus embarrassé par ce qu’il venait de dire. Il plissa les yeux avant de rétorquer: « Ouais… Je pense ?  » Ce n’était peut-être pas très convaincant mais ça avait le mérite d’être honnête. Et plus d’honnêteté ne leur ferait pas mal de temps en temps… Dans les mesures du raisonnable.

Le chasseur ne s’attendait pas à recevoir ce qui s’approchait dangereusement d’excuses de la part de son interlocuteur, qui avait franchement un passe-droit vue la goujaterie avec laquelle il avait été traité par Jeremiah la dernière fois. Mais il n’avait pas tort. Il détourna le regard, comme pour ne pas constater la réaction de Goldie alors qu’il ajoutait: « C’est vrai que c’était con… Un peu.  ». Oui, il était venu s’excuser, mais si Goldie tenait à avouer ses torts, il n’allait pas lui mentir en disant qu’il avait été un ange de bonnes intentions ce jour-là. Jeremiah avait clairement perdu les pédales et s’était imaginé des scénarios de complots incroyables, mais Goldie l’avait certainement acculé au pied du mur sans avertissement. Cela n’avait pas semblé l’offusquer tant que ça, car il lui demandait déjà une question pleine de sous-entendu. Si ça pouvait marcher ? Jeremiah ne put s’empêcher de ramener son attention au blond, question de vérifier de quoi il parlait. Ne voyant rien d’autre à quoi il pouvait référence qu’eux deux, il comprit ce qu’il lui demandait, sans pour autant savoir quoi lui répondre. Il était le plus mal placé pour le savoir. Goldie ne le laissa pas en plan trop longtemps, ajoutant qu’il n’en avait aucune idée non plus. Jeremiah soupira l’espace d’un instant, rassuré de ne pas avoir à se lancer en conjoncture, lui qui ne pensait pas une seconde que ses excuses seraient acceptées d’une telle façon.

Il haussa les sourcils en entendant ce par quoi le médecin légiste concluait son énigmatique questionnement: une très bonne nouvelle. Il avait finalement bien fait de se permettre d’être désespéré. Enthousiaste, il fit un pas vers l’avant en assurant: « C’est le plan  ». Ce moment d’optimisme passager n’eut pas l’effet escompté, Goldie fronçant soudainement les sourcils. L’Écossais était persuadé, pendant une fraction de seconde, qu’il avait merdé sans le savoir. Goldie se retourna, comme à la recherche de quelque chose, lui demandant s’il avait entendu quelque chose. Il allait lui répondre à la négative, avant de lui aussi entendre une voix provenir de derrière le médecin, une voix faible qui semblait appeler à l’aide avec difficulté. Il reprit son air sérieux et fermé et hocha la tête pour indiquer qu’il avait aussi entendu. Il dépassa Goldie d’un pas prudent, tentant de suivre la voix qui appela de nouveau, balayant les alentours des yeux, sa main agrippant quelque chose dans la poche arrière de son pantalon. La voix se fit entendre de nouveau, cette fois à sa droite. Il s’arrêta pour faire signe à Goldie, lui pointant une ruelle étroite. Peu importe ce qu’ils allaient y trouver, cette personne était bien chanceuse d’être tombée sur un médecin, comme ça, par hasard. Elle avait choisi son moment.

Il ne voyait toujours pas qui avait pu appeler à l’aide dans son champs de vision, mais avança tout de même dans le couloir entre les bâtiments où d’eux personnes ne pouvaient pas se tenir coude à coude. Il était certain d’avoir entendu la voix émaner de cet endroit, peut-être y avait-il un coin qu’il ne voyait pas d’où il était. Il jeta un coup d’oeil derrière lui, afin de vérifier si Goldie le suivait. Ce ne fut guère long avant qu’ils arrivent au bout de la ruelle, un cul-de-sac. Pas une âme qui vive et aucune cachette en vue. Il resta confus un moment, pourtant, il aurait juré avoir entendu la voix venir d’ici. Ça ne devait pas être bien loin. Il haussa les épaules avant de se retourner pour faire marche arrière, faisant face à Goldie, mais aussi, à quelqu’un d’autre. Il sursauta en silence. Il ne l’avait jamais entendu se glisser derrière eux et voilà qu’il se tenait entre eux et la rue, dans cette très étroite ruelle. Sa main retourna à sa poche arrière et il en sortit tout de suite un couteau papillon, la manoeuvre restant cachée derrière la silhouette plus large de Goldie devant lui. Jeremiah avait, probablement avec raison, un très mauvais pressentiment pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Lun 17 Sep - 19:54

Quand Jeremiah s’avança vers lui, lui assurant qu’il avait bien l’intention d’essayer de faire marcher les choses entre eux, Goldie aurait été bien prêt de l’embrasser, malgré son ignorance des choses avec lesquelles ses lèvres sont entré en contact dernièrement.

Mais il n’a pas le temps d’agir sur cette impulsion qu’une voix mystérieuse attirait leur attention. Goldie était rassuré de savoir que Jeremiah l’avait également entendu : il n’a pas l’air du type qui essai de sortir d’une situation en inventant une distraction. Mais ce n’était pas le temps d’être soulagé : visiblement, une personne en détresse avait besoin d’une intervention.

Si Goldie n’est pas le plus… dévoué des médecins, il tient toutefois à cœur son serrement d’Hippocrate et c’est sans hésiter qu’il emboite le pas à Jeremiah vers la source de la voix. Alors que celui tout en noir scrute les environs, les guidant jusqu’à la ruelle d’où la voix semble provenir, Goldie ouvre son sac en grand, faisant glisser la fermeture éclaire intérieure pour atteindre ses « derniers recours » : de petites brosses à ongles emballées individuellement, une petite bouteille d’alcool à friction 70% et un paquet souple de gants en latex. Ce sont des éléments qu’il touche rarement, mais garde tout près en cas d’une mauvaise journée.

Et, dans ce cas-ci, dans l’éventualité de devoir entrer en contact avec un blessé potentiellement grouillant de germes.  

Face à l’étroitesse de la ruelle et la possibilité de devoir y traiter la personne en détresse, Goldie commença à parler, essayant d’extraire un gant de son sachet. « Jeremiah, tu devrais te mettre derrière moi… »

Il n’a pas le temps de terminer qu’il aperçoit la fin de la venelle : un cul-de-sac. Et personne d’autre qu’eux. Goldie fronce les sourcils, scrutant le sol comme s’ils avaient pu rater une personne dans cet endroit exiguë. Il était pourtant certain…

Jeremiah se retourne vers lui, ayant certainement décidé qu’il était temps de ressortir et sursaute soudainement. Goldie sourit presque, se demandant, pendant un instant, si l’autre ne s’attendait pas à le voir si prêt, mais il remarque que le regard de Jeremiah n’est pas posé sur lui, passant plutôt par-dessus son épaule pour se fixer sur un point derrière lui. Simple curiosité se transforme en stress lorsqu’il voit Jeremiah brandir une arme – c’est un couteau?! – et Goldie pivote rapidement, fourrant ses gants dans son sac.

Il sent son cœur battre la chamade lorsqu’il aperçoit la silhouette leur bloquant le passage. Si son esprit en pleins rush d’adrénaline s’imagine d’abord une agression de passage, un vol, ses iris dilatés ont tôt fait d’identifier l’autre dans la noirceur de la ruelle.

« Brompton? » Il est déconcerté, observant le secrétaire de Chris Rutledge se tenir là, dans une ruelle sale, vêtu de son veston Armani. Les pensées se bouscules dans sa tête, mais l’improbabilité de la situation enveloppe le tout d’un nuage de confusion. Il n’arrive pas à percer la brume avant que l’homme ne se penche vers l’avant, menaçant, ouvrant la bouche pour-

What the fuck?!

Goldie sent la panique brûler dans ses veines, pompée à 10km/h par son cœur alors que ses yeux restent accrochés sur les crocs montrés. Sa bouche est sèche, mais il force rapidement des mots à sortir, levant une main qui hésite entre la protection et l’apaisement.

« Brompton, j’ignore à quoi tu joues, mais penses-y, ça ne vaut pas la peine, peu importe ce que tu as en tête, juste- juste, recule. » Sa voix, incertaine au début, devient plus assurée et plus claire vers la fin, comme si ses propres mots l’aidaient à mettre du sens dans cette situation surnaturelle. « On peut parler, » ajoute-t-il avec une confiance qu’il ne ressent pas, mais il n’a pas le temps de conclure ce pourparlers.

Il se prend quelque chose de plein fouet, frappant tout son corps pour le faire basculer vers l’arrière. Il sent brièvement la présence de Jeremiah, mais c’est plutôt le sol qui lui frappe le dos avec force, lui coupant le souffle alors que Brompton le surplombe, l’écrasant par les épaules.

Goldie lève les bras par réflexe défensif au moment où l’homme abaissait la tête, crocs dénudés, et il sent une brûlure naître dans sa main. Il a un hoquet, sidéré par la réalisation qu’on vient de le mordre.

La douleur se manifeste lentement, faisant picoter sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Mar 18 Sep - 16:20

Jeremiah alla cacher le couteau dans sa main derrière son dos, c’était un réflexe qui n’avait pas échappé à Goldie. Il fut embarrassé pendant un très court instant, avant de regarder ce qui se passait par-dessus l’épaule du médecin. Un type en veston chic que le grand blond connaissait clairement de nom. Alors que la pensée de ranger son arme traversait son esprit, l’homme mystérieux ouvrit la bouche et elle s’évapora aussitôt. Les pièces du puzzles s’assemblèrent alors pour le chasseur, ils venaient de tomber dans un piège. Il n’avait aucune idée de comment et pourquoi Goldie connaissait ce type, mais ce n’était guère important dans le moment. Il fit un pas vers l’avant. prêt à pousser Goldie sur le côté, pour sa sécurité, enfin, autant que possible dans le peu d’espace qu’ils avaient, mais s’arrêta en le voyant lever la main. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Il lança un regard inquiet au médecin légiste puis à l’homme en complet. Mais qu’est-ce qu’il fabriquait ? Il essayait de raisonner avec lui ? On ne pouvait pas raisonner avec des vampires, surtout un, qui les avait visiblement embusqués. Il regarda de nouveau Goldie, comment pouvait-il être si calme ? Était-il au courant, depuis tout ce temps ? Non, il l’aurait remarqué…

Ce court moment d’inattention fut tout ce dont le vampire avait besoin pour se jeter sur Goldie qui tomba à la renverse. Jeremiah recula, par réflexe, pour éviter d’être entraîné dans sa chute. Il peinait à voir ce qui se passait, mais entendit très distinctement un hoquet de douleur et de surprise venant du blond. Était-il blessé ? Il se ressaisit rapidement, voyant là son unique opportunité pour attaquer leur adversaire. Les pieds fermement ancrés dans le sol, il se pencha pour attrapper Brompton par le cuir chevelu, soulevant sa tête et, assez rapidement pour qu’il ne puisse réagir, alla planter son couteau dans sa gorge tendue. Un flot de sang gicla non seulement de la plaie béante laissée par sa lame qu’il retira aussitôt, mais aussi de la bouche de vampire, directement sur sa pauvre victime en dessous, mais il en fallait plus pour se débarrasser de ce genre de bête. La main plaquée sur sa gorge, Brompton se redressa promptement, juste à temps pour recevoir en pleine tête la poubelle en métal que le chasseur lui lançait au bout de ses bras. Ce dernier enjamba sans un mot la silhouette étendue de Goldie, se saisissant de nouveau du récipient de métal qu’il abattit sauvagement sur le vampire qui eut à peine le temps de lever les mains, comme un ironique miroir de celui qu’il venait d’attaquer. La poubelle entre les mains de Jeremiah se retrouva soudainement empreinte d’une énergie qui la faisait vibrer et même briller comme de l’aluminium que l’on avait mis par mégarde dans le micro-ondes et un craquement sonore indiqua que les mains, pourtant puissantes, du vampire n’avaient pas pu altérer sa course. Jeremiah le frappa de son arme de fortune à répétition avec frénésie, jusqu’à ce que la poubelle se mette à se défaire entre ses doigts, s'effilochant en rubans de métal aux airs calcinés qu’il laissa tomber sans plus de cérémonie sur la forme étendue qui ne tressaillait même plus sous les coups depuis quelques secondes déjà. Il resta là, visiblement essoufflé, les poings serrés. Après avoir repris quelques profondes respirations, il se pencha pour ramasser son couteau, qu’il n’aurait pas à remplacer, pour une fois, et l’essuya machinalement sur son chandail.

Soudainement, il se rappela qu’il n’était pas seul dans la ruelle et se retourna précipitamment après un court juron, il en avait quasiment presque oublié Goldie. Il rangea son couteau en panique, comme si cela pouvait lui faire oublier tout ce qu’il venait de voir. Peut-être qu’il s’était évanoui et qu’il n’avait rien vu ? L’Écossais l'espérait, mais espérait surtout qu’il n’était pas blessé. Il s’accroupit à ses côtés, observant à la recherche de morsures, difficile à dire avec tout ce sang. « T’es pas blessé ? Ça va ? », demanda-t-il, les mains en l’air, n’osant pas le toucher pour vérifier. Il n’avait pas l’air d’avoir été mordu au cou ou au visage du moins. Il n’avait jamais vu une attaque de vampire à une telle heure, le soleil venait à peine de se coucher… Pourquoi un vampire voudrait-il attaquer Goldie ? Jeremiah se demanda si ce n’était pas à cause de lui en fait, que Goldie s’était retrouvé en sa présence par hasard… Non, parce que Jeremiah voulait que Goldie le pardonne. Goldie ne s’était-il que retrouvé au mauvais endroit en mauvaise compagnie ? Mais Goldie connaissait Brompton… C’était à n’y rien comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Dim 4 Nov - 11:10

Une bête féroce. Toutes personnes qui se serraient retrouvés face à ce regard fou, ces lèvres sanglantes, ces crocs luisant, toutes personnes en seraient venues à la même conclusion : il s’agit là d’un animal sauvage, incapable de raison. Mais ce visage, si humain : comment un être pensant peut-il devenir ce- cet chose? Goldie, ne peu s’empêcher de penser qu’il y aurait un moyen de ramener cet esprit embrumé à un état de raison, mais comment, comment faire, que dire, y a-t-il seulement quelque chose à dire? Et sa main qui le brûle, alors qu’il tente de repousser l’autre par ses épaules – l’a-t-il vraiment mordu? Vraiment? Ce picotement qui se répend dans sa paume, c’est peut-être-

La tête de Brompton se redresse soudainement et Goldie a à peine le temps de comprendre que c’est la main de Jeremiah qui la lui a levée que l’éclat d’une lame traverse son champ de vision, venant se ficher dans la peau tendue de la gorge de l’autre homme et un flot de sang se déverse brusquement sur lui, Goldie ayant le reflexe de fermer les yeux avant qu’il ne sente le liquide – tiède? – lui éclaboussé le visage.







Il ne respire plus. Ses membres sont crispés. Son cœur bat si rapidement qu’il pourrait s’être tétanisé. Il est couvert de sang. Il sent le liquide imbibé ses vêtements, lentement, la moiteur carmine se faisant sentir de plus en plus contre sa peau. Il sent la nappe visqueuse qui couvre son visage, ses paupières, ses lèvres, perle près de ses narines et un seul souffle, un seul respire pourrait l’attirer à l’intérieur, pourrait le faire pénétrer dans son corps, pourrait le contaminer-

Sa main. Sa main. Sa main est blessée. Il a une plaie ouverte à la main. Sa main qui brûle. Qui brûle de plus en plus. Sa main. Sa main. Sa main est une voie ouverte. Sa main.  

Hépatites B et C, le VIH, E. Coli, streptocoque, staphylocoque : une encyclopédie de possibilité défile dans sa tête.

Son dos. L’arrière de sa tête. Son corps touche au sol. Sol de ruelle. Poubelles. 411 millions de bactérie par pouce carré dans une poubelle. Plusieurs poubelles. Sol. Contact direct. Égratignure? Contact direct. Voie ouverte.

Il tousse, incapable de retenir son souffle plus longtemps. Tous se remet à fonctionner d’un coup : le sang dans ses veines, ses muscles agités, ses pensées frénétiques, le son répétitif d’impacts quelque part devant lui, une lumière aveuglante qu’il peut deviner même de derrière ses paupières.

Le sol. Il ne veut plus toucher au sol.

Il se redresse en position assise, s’aidant avec ses coudes.

Il est assis. Il est assis maintenant. Ses mains sont dans les airs, paumes ouvertes vers le haut, inutiles. Il sent ses cheveux collés à son visage. Un frisson de dégoût le parcours : c’est le sang qui les colle. Il gémit, lèvres scellées, yeux fermés avec force. Il est sale. Il est sale. Il est sale, il est sale, il est sale, il est sale, il est sale il est sale il est sale il est saleilestsaleilestsaleilestsale-

« T’es pas blessé ? Ça va ? »

Goldie sursaute au son de la voix, son souffle bruyant et précipité lorsqu’il traverse ses narines. Il manque d’air. Mais il ne peut pas ouvrir la bouche, il ne peut pas, le sang est, le sang est sur ses lèvres, sur-

Il a un mouvement imperceptible de la tête, une sorte de réponse négative saccadée : essai-t-il de répondre à la question de Jeremiah ou de s’éclaircir les idées? Il n’en sait rien, il ne sait pas, il ne peut plus réfléchir, il, il sent sa peau fourmillée, engluée, le liquide déjà froid, de plus en plus froid, s’accrochant à sa peau, à ses pores, cherchant un chemin vers l’intérieur, des millions de bactéries dans une course effrénée vers un hôte-

Son souffle est trop rapide. Sa tête est légère. Il gémit de nouveau, se penchant vers l’avant. Il manque d’air. Ses yeux lui brûlent, débordant d’eau salée.

Des larmes de panique strie le sang sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Lun 5 Nov - 11:06

C’était à un Goldie terrorisé que Jeremiah faisait face. Le blond, assis sur le sol, les yeux écarquillés et le souffle court, fut même incapable de lui répondre. Le chasseur sentit poindre la panique au fond de son ventre. Il aurait du faire attention et tuer le vampire de manière plus… Propre. Il ne savait trop comment, il avait agit par instinct avec son peu de ressources et n’avait pas songé une seconde de quoi Goldie pouvait être le témoin. Et voilà qu’il l’avait sans doute traumatisé… Jerermiah regarda autour, comme si les alentours de la ruelle pouvaient lui souffler ce qu’il fallait dire à Goldie pour le convaincre qu’il n’était pas un dangereux psychopathe. Ce dernier gémit de nouveau, attirant son attention. Ce fut à ce moment qu’il comprit ce qui se passait réellement, en voyant le sang poisseux qui collait à son visage. « Oh, merde... », dit-il à haute voix avant de s’agenouiller devant lui. Il devait flipper, non plus que flipper, avec du sang étranger plein le visage. Jeremiah jeta un nouveau coup d’oeil derrière eux. Ils ne pouvaient pas s’éterniser là, le corps du vampire était toujours bien solide, écrabouillé sous la poubelle. Si quelqu’un avait entendu quelque chose, ils allaient être dans une merde incroyable.

Goldie l’avait déjà averti qu’une telle situation de crise extrême pourrait se dérouler, mais il n’avait jamais songé que cela impliquerait aussi un vampire, de poignarder ledit vampire à trois centimètres de son visage et, finalement, une mise à mort brutale avec une poubelle. Il n’avait jamais prévu que tout partirait en couille à ce point, et pourtant. Il fallait bien qu’il fasse quelque chose. Il n’avait pas de mouchoir ou quoi que ce soit sur lui pour le nettoyer mais… Goldie devait avoir quelque chose, certainement. Parlant lentement comme les négociateurs avec des preneurs d’otage dans les films, il annonça: « Je vais aller chercher quelque chose dans ton sac pour nettoyer ça, ok ? » Il alla ouvrir le sac à bandoulière que Goldie traînait toujours avec lui, qui devait sans doute être plein à craquer de lingettes nettoyantes. Bingo. Il en sortir quelques unes, se disant que le médecin légiste devait être habitué à la brûlure chimique. Tout ce qu’il avait sorti de son sac lui fut nécessaire pour ôter le plus gros du sang foncé qui croûtait déjà sur son visage et sa nuque, ses mouvements qu’ils voulaient doux trahissaient tout de même sa hâte. Voyant que sa main était elle aussi tachée de sang, il fouilla de nouveau dans le sac, épuisant totalement la réserve de lingette qui s’y trouvait. Faisant attention de ne pas toucher la plaie de ses mains, il souleva celle de Goldie en la soulevant par un de ses doigts, essuyant le sang qui y perlait. Il savait bien que cela servait probablement plus à rassurer Goldie qu’à appliquer des premiers soins efficaces pour sa blessure, mais c’était tout ce qu’il pouvait faire dans le moment.

Une fois le séance de nettoyage terminée, Jeremiah laissa tout bonnement traîner par terre les lingettes souillées, se concentrant à essayer de regarder Goldie dans le yeux. Il avait l’impression de gérer quelqu’un en bad trip, ce n’était peut-être pas si différent. « Ok, maintenant, on va aller chez toi. C’est pas très loin, hein ? On va être là en un rien de temps », dit-il lentement pour qu’il comprenne bien dans son état. Le plus jeune fit alors un mouvement pour prendre la main de l’autre pour l’aider à se relever mais se ravisa, restant un moment figé, ne sachant pas trop comment procéder pour le toucher le moins possible. Il opta finalement pour se contorsionner dans une position peu confortable pour le soulever par l’aisselle de Goldie, passant le bras de médecin au-dessus de ses épaules pour le soutenir, mais aussi, qu’il marchait assez rapidement pour qu’ils ne se fassent pas prendre.

Les lingettes n’avaient pas fait de miracle, son visage portait encore des marques rougeâtres plus ou moins pâles et les taches de sang sur ses vêtements étaient encore tout à fait visibles. Son coeur battait à la chamade alors qu’ils s’engageaient dans la ruelle, passant à côté du cadavre incriminant, il pria pour que personne ne les voit. Il ne prit même pas le temps de regarder des deux côté en émergeant dans la rue, pressant le pas autant que Goldie pouvait suivre. Il était beaucoup plus lourd qu’il ne l’aurait cru. Ce type passait-il son temps au gym ou c’était ses séances de nettoyage intensif qui faisaient office d’exercice quotidien ? Pas le temps de penser à ça, il fallait s’éloigner des lieux du crime au plus vite et prier que le corps du vampire se désintègre avant que quelqu’un ne se mette le nez dans la cette ruelle. « Ok, on est ok, tout va bien », répéta-t-il comme une litanie, autant pour lui-même que Goldie. Juste un gars tout en noir et un autre avec du sang dans le visage qui se baladaient innocemment dans les rues. Ils croisèrent une femme qui leur envoya un regard concerné, ce à quoi Jeremiah répondit en faisant un effort titanesque pour produire le plus faux des faux sourire qui n’avait jamais existé. Peu convaincue, mais peu intéressée, la femme avait détourné les yeux et continué sa route. Vivement qu’ils arrivent chez Goldie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Samuel Moore «
avatar

hunter redeemer
Messages : 53

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Mar 6 Nov - 19:53

Le médecin n’est pas vraiment conscient des actions de Jeremiah, trop isolé dans l’orage de sa tête et le bourdonnement de son sang dans ses oreilles pour le remarqué. Toutefois, le son familier des fermetures éclairs de son sac est comme une lueur dans la tempête et il cligne rapidement des yeux, tournant son regard vers les mains de l’autre homme. La vue de ses lingettes désinfectantes le fait presque gémir de nouveau : il n’a jamais eu autant besoin d’elles qu’à ce moment précis. Il est si soulagé lorsqu’il sent l’odeur chimique de leur désinfectant, la fraîcheur moite de leur contact contre sa peau, que ses pensées anxieuses quant à la propreté des mains de Jeremiah n’arrivent pas à se frayer un chemin jusqu’à son esprit.

Il tremble, maintenant, ses muscles hésitants entre la tension et le relâchement, ses bras baissant de plus en plus, remontant en un sursaut lorsqu’ils entrent en contact avec ses cuisses. Son regard pâle n’arrive pas à se focaliser, courant dans le labyrinthe de ses pensées, n’apercevant rien du monde tangible. Ses lèvres s’entrouvrent légèrement lorsqu’il les sent libres de sang séché et il inspire longuement, l’air frais créant un baume sur sa gorge brûlante. Ce n’est qu’après avoir respiré profondément plusieurs fois que Goldie remarque les points noirs qui désertent sa vision : il faisait de l’hyperventilation et n’en avait même pas conscience. Il ferme les yeux, essayant de se concentrer sur son souffle, mais son esprit fatigué bourdonne de pensées coupantes comme des éclats de verre et il ne peut s’en détourner sans s’y couper.

Il rouvre les yeux en soupirant, posant son regard sur sa main que Jeremiah nettoie. Les lingettes dévoilent les indentations précises d’une denture, des plaies profondes, trop profondes, d’où jaillit le sang, où peuvent entrer les germes, une voie ouverte vers-

« Non, non, non, non, non… » souffle-t-il entre ses lèvres, à peine audible, inconscient de ses pensées qui coulent hors de sa bouche.

Il cligne des yeux, une masse obstruant sa vision et lève son regard. Cela lui prend de longues secondes pour identifier la chose, mais il reconnait les yeux bruns de Jeremiah avant d’entendre sa voix.

« Ok, maintenant, on va aller chez toi. C’est pas très loin, hein ? On va être là en un rien de temps » qu’il lui dit, lentement, et malgré son attention cela prend un moment à Goldie pour comprendre ces quelques phrases. Chez lui? Oui. Oui, il veut être chez lui.

Il se crispe tout de même lorsqu’il sent la main de Jeremiah se glisser sous son aisselle, peine à se relever en minimisant ses contacts avec le sol. Jeremiah passe son bras autour de ses épaules, mais le médecin semble en conflit avec ce mouvement : il s’appuie sur lui tout en essayant de le toucher le moins possible, une lourde présence qui semble vouloir tout repousser autour de lui.

« Ok, on est ok, tout va bien »

Aussi simples les paroles de Jeremiah sont-elles, un mantra répétitif aide à avancer. Il n’est pas conscient du trajet – un pied devant l’autre, un pied devant l’autre, ignore les taches carmines sur les vêtements, un pied devant l’autre, ne porte pas attention au demi-lune sur la paume de sa main, un pied. Devant. L’autre.

Il stop, bloqué par la porte de son building. Il lève les yeux, apercevant son reflet.

Il est sale.

« Pochette. Devant. »

Sa voix est éraillée, son ton pressant. Son souffle s’accélère de nouveau. Il veut rentrer, il veut rentrer, il veut être chez lui, mais il ne peut prendre lui-même ses clés, il ne peut toucher son sac. Il ne peut pas toucher la porte, il ne peut pas toucher les boutons de l’ascenseur, il ne peut pas toucher la poignée, il ne peut pas toucher aux interrupteurs ou aux robinets dans sa salle de bain, il ne peut rien faire, rien faire du tout.

Il est figé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 120

MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    Mar 13 Nov - 11:31

Ils avaient fini par se rendre jusqu’à la porte du bâtiment où vivait Goldie sans embûches. Peu importe ce qui expliquait cette attaque soudaine et visiblement préméditée du vampire, ce dernier avait agi seul selon toute logique. Normalement, il aurait assumé que cette attaque était le résultat d’une rétribution pour un vampire quelconque à qui il avait refait le portrait mais… Goldie le connaissait et avait essayé de le raisonner. Jeremiah ne savait trop quoi en penser et le médecin n’était pas en état d’éclairer sa lanterne tant qu’il était aussi sale. Le chasseur se douterait bien que ce dernier ne serait pas capable d’aller chercher ses clés par lui-même, mais au moins, il avait été en mesure de lui indiquer où elles se trouvaient. Sans plus attendre, il s'affaira à fouiller la pochette en question, trouvant rapidement lesdites clés, pas de risque de tomber sur de vieux mouchoirs utilisés et humides dans le sac de Goldie. Il examina le trousseau quelques instant pour déceler quelle clé était la bonne sans devoir toutes les essayer dans la serrure. Ne connaissant pas la teneur réelle de la situation dans laquelle ils se trouvaient, il aurait franchement préféré amener Goldie chez lui… Mais avec sa crise, c’était hors de question, son appartement allait l’achever. Après un essai infructueux, Jeremiah réussit à ouvrir la porte dans laquelle il entra, tenant toujours le grand blond sur son épaule jusqu’à l’ascenseur. Heureusement, il n’avait plus besoin d’indications, il était venu plusieurs fois maintenant. Heureusement aussi, Goldie ne vivait pas dans ce genre de complexe d’appartements chics avec un gardien de sécurité, cela aurait sensiblement compliqué ses allées et venues, surtout depuis ses derniers démêlés avec la police.

Évidemment, l'ascenseur n’était pas vide lorsqu’il arriva au rez-de-chaussée c’était bien sa chance habituelle. L’homme qui en sortit devait être un voisin, à en comprendre l’expression dans son visage lorsqu’il reconnut Goldie. Dans un mélange de méfiance et de sollicitude, il leur demanda s’il devait appeler la police. « Non, c’est bon, il a fait une mauvaise chute », improvisa Jeremiah en citant l’excuse la plus louche de l’univers. Voyant que cela ne faisait qu’attiser l’inquiétude dans le visage de l’homme bien mis, son attaché-caisse bien serré dans sa main. Le jeune homme paniqua alors et tenta un nouveau bluff, s’adressant à Goldie lui-même d’un ton faussement taquin: « Ça t’apprendra à essayer de me suivre quand on va picoler, Moore ». Cela parut convaincre l’homme de finalement sortir de l’ascenseur pour leur laisser la place. Sentant presque des sueurs froides couler le long de sa nuque, Jeremiah laissa tomber sa façade d’habitué de pub qui lui avait pris tous les efforts du monde à tenir. ne serait-ce que quelques minutes. D’écrabouiller un vampire à coup de poubelle lui avait semblé plus facile. Alors qu’il appuyait sur le bouton de l’étage de Goldie, il se permit un long soupir.

Ils arrivèrent finalement à l’appartement que l’Écossais ouvrit de l’autre clé qu’il avait gardé à portée de main. Ils pourraient enfin souffler et essayer de gérer la situation dans le calme. N’étant pas sûr qu’il saurait se tenir debout, il cessa de soutenir Goldie près d’un tabouret, pour ce que celui-ci puisse s’asseoir au besoin, le temps que Jeremiah se fasse un plan de match. Évidemment, ce plan devrait impliquer de nettoyer Goldie, mais par où commencer ? Faisant les cents pas dans l’appartement, n’ayant pas songé à ôter ses chaussures, il décida de trouver une trousse de premier soins pour s’occuper d’abord de la plaie dans sa main. Il récita alors ses intentions à haute-voix, pour Goldie, mais aussi pour organiser ses pensées: « Ok, on va s’occuper de ta main et après, on nettoie tout le reste, c’est bon ? » Il n’était pas sûr que le blond lui répondrait, mais au moins, il était au courant. Le chasseur tenta alors d’invoquer ses souvenirs de cette fois où il était venu pour la première fois ici, lorsqu’il s’était fait poignarder. Ce jour-là, Goldie avait sorti une trousse bien garnie, mais où était-elle ? Il se rappela soudainement avoir vu Samuel sortir de la salle de bain avec une petite boîte rouge ornée d’une croix, boîte qu’il alla chercher dans cette même pièce, se disant qu’il y avait peu de chance qu’elle ait changé d’endroit. Il revient alors à la cuisine où il a laissé Goldie, les rôles ayant été échangés depuis la dernière fois. Faisant bien attention de ne pas toucher la blessure qui s’avérait être une morsure en bonne et due forme, il observa la gravité des dégâts. Certes, il n’était pas médecin, mais il savait au moins comment désinfecter une plaie et faire un bandage, et il avait décrété que c’était ce que Goldie avait besoin. Il s’arrima à la tâche de désinfecter la blessure en profondeur, sans se soucier des brûlures auxquelles Goldie devait être immunisé. Il gardait le silence, visiblement concentré et il savait que son interlocuteur ne serait que très peu loquace. De se concentrer sur la gestion de sa crise l’empêchait de penser aux conséquences de l’incident dont il avait été témoin et ce que celles-ci entraîneraient sur leur relation. Cette inquiétude fut vite balayée, comme du revers de la main, alors qu’il s’appliquait à enrouler celle de Goldie d’un bandage. Ce n’était pas un travail parfait, mais ça ferait l’affaire jusqu’à ce qu’il ait fini de récurer Goldie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: your mess is mine ▬ ft. jeremiah    

Revenir en haut Aller en bas
 

your mess is mine ▬ ft. jeremiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» Le Mess des Marines
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Londres :: Covent Garden :: Domicile de Samuel Moore-