AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 my loneliness is killing me ▬ magdalena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Sam 3 Mar - 22:22

Dans la pénombre de la classe, le concert de touches tapés sur les claviers et de crayons valsant sur les feuilles de papiers sont un doux murmure supportant la voix du professeur. Assise en tailleur sur son banc, ses chaussures retirées depuis bien longtemps, Eleanor écoute distraitement les spéculations de l’enseignant sur un passage de l’ancien testament en français, sa main notant des mots machinalement dans son cahier de note. Son écriture est petite et fine, étonnamment soignée pour quelqu’un qui a apprit à écrire à l’adolescence : sa mère était très sévère sur ses lettres attachées.

L’albinos aime bien les classes en après-midi : la lumière extérieure devient de moins en moins vive alors que le soleil amorce sa descente après son apogée et cela lui fait moins mal aux yeux sur le chemin du retour ou en route vers le boulot.

Elle cligne des yeux, réalisant soudain que la diapositive a changé et qu’elle a raté la dernière information. Elle se penche aussitôt vers son voisin de gauche pour regarder sur son écran. Il fait glisser sa page de document vers le haut pour lui permettre de voir ses notes et elle murmure un remerciement en copiant rapidement ce qu’elle a manqué.

Eleanor est du genre direct et sociable et tous les étudiants, à ce point de la session, sont habitués à sa présence et ses manies. Elle se dirait amie avec presque tous ceux dans la classe – en excluant les connards, bien sûr – et dans un cours comme « Comparative Bible Translation », c’était une bonne chose d’avoir des alliés.

Alors qu’elle finissait de prendre des notes, la lumière se ralluma et elle lâcha un grognement en tapotant le bureau pour reprendre ses lunettes fumées. Elle les perchait sur son nez alors que le professeur annonçait la pause, leur rappelant que la deuxième partie du cours serait consacrée aux explications et questions concernant le travail de session.

Elle soupire et s’étire longuement avant de se faire petite pour laisser passer son collègue derrière elle. Elle jette un coup d’œil à son téléphone portable, par curiosité, mais aucun nouveau message n’y parait. Il faut dire que peu de personnes ont son numéro : Moea, Valérie, son patron, sa mère, quelques Black Furies… et Magdalena.

Elle avait donné son numéro à la jolie barmaid en tant qu’Eliezer et c’est par textos qu’elles se sont parfois contactés. Si d’un côté l’espagnol communiquait avec son côté masculin, Eleanor n’était pas en reste, passant la voir au Freedom ou lui envoyant des snapchat ridicules (ou coquins).

Le bourdonnement de la pause commence à s’effacer alors que le professeur revient à l’avant. L’albinos pose son crayon sur sa lèvre supérieure le coinçant tel une moustache entre son nez et sa lèvre, pivotant sa chaise d’un côté et de l’autre en regardant les étudiants revenir à leurs places.

Elle remarque une nouvelle silhouette près du professeur, à l’avant de la classe : probablement son assistant, venu donner la deuxième partie du cours. Ou, plutôt, assistante : les belles courbes et la chevelure lustrée ne mentent pas.

Alors que l’enseignant ramène l’ordre, son assistante se tourne enfin vers la classe et Eleanor fige en apercevant son visage. Ses lèvres s’entrouvrent et son crayon tombe bruyamment sur le bureau avant de rouler sur le sol. Son cœur bat si fort, soudainement, qu’elle est surprise de ne pas voir sa silhouette déformer son pull de laine, comme un personnage de cartoon posant les yeux sur l’objet de son affection.

Magdalena se tient près de son professeur, devant la classe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Ven 9 Mar - 16:05

Magdalena était honnêtement nerveuse à l’idée de se retrouver devant une classe et devoir leur parler. C’était la première fois qu’elle était chargée de donner de la matière, chose qu’elle n’avait jamais faite avant. Elle avait aidé les élèves, passé des documents, répondu à des questions. Mais se tenir là, devant une trentaine d’étudiants… C’était assez impressionnant. Il y avait comme une boule de nervosité qui grouillait dans son estomac. Elle avait changé de vêtements trois fois, nerveuse d’être habillée trop proprement ou pas assez professionnellement— Ce n’était pas la même chose que travailler au bar. Elle avait finalement décidé de mettre une blouse à manches courtes couleur prune et une jupe crayon noire qui épousait ses hanches. Ses cheveux étaient attachés en une queue de cheval haute, mais elle avait laissé quelques boucles tomber de chaque côté de son visage. Elle avait gardé son maquillage assez léger, histoire de ne pas trop attirer l’attention.

Le cours qu’on lui avait offert pour la journée était plutôt différent : « Comparative Bible Translation » était un cours spécifiquement donné par le département des Langues, mais étant aussi un cours qui touchait à la religion, on lui avait demandé si elle voulait aider. C’était aussi une occasion pour elle de se familiariser avec l’ambiance d’une classe. Elle arriva donc après la pause, pour le début de la deuxième partie du cours. Durant quelques minutes,  elle parla avec le professeur, qui lui donna quelques conseils avant qu’elle se retourne pour balayer la classe du regard.

C’est une personne assise dans la deuxième rangée, près de la porte, qui attire son attention. « Dios mío, » soupire-t-elle silencieusement. Eleanor. Cette jeune femme qu’elle avait rencontrée au Freedom, avec qui elle échangeait des photos coquines et des messages assez… chauds sur Snapchat. Elle pince les lèvres, préférant se concentrer sur la tâche à la main : son cours.

« Bonjour, » commence-t-elle, croisant les mains derrière son dos. « Je suis Magdalena, assistante au département de Théologie. » Elle sourit légèrement, se tournant pour prendre un paquet de feuilles sur le bureau et le séparer en piles pour le donner à l’un des étudiants assis dans la première rangée. « Passez ces documents entre vous, s’il vous plaît. On va étudier certains passages de la Genèse en Anglais pour ensuite les transposer en Espagnol— ma langue natale, et puis en Latin. Si vous avez des questions, je suis là pour vous aider. »

Une fois sa présentation terminée, elle se déplace vers le professeur pour lui parler un peu avant de s’adosser au bureau, regardant les étudiants se mettre en équipe pour travailler sur l’exercice. Puis, ses yeux se posèrent de nouveau sur Eleanor pour la regarder durant un long moment, se demandant comment est-ce que tout ça allait se passer. Elle doutait qu'approcher Eleanor devant d'autres étudiants soit une bonne idée. Elle allait donc attendre la fin du cours avec impatience, son coeur battant à toute allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Mar 20 Mar - 22:05

Les étudiants se passèrent les feuilles de rangée en rangée, semi-blasé déjà par l’idée d’une activité de traduction, mais le regard d’Eleanor resta figé sur la femme à l’avant, sa main essayant d’attraper la feuille que lui tendait son voisin à l’aveugle. Celui-ci sembla perdre patience et posa une feuille sur le bureau devant elle avant de passer le paquet à l’arrière. Eleanor laissa retomber sa main sans un mot.

La garou savait que la barmaid voulait enseigner, qu’elle allait débuter un stage… mais elle ne s’était pas du tout attendu à la voir apparaitre à son école. Encore moins dans l’une de ses classes! Le choc est si grand qu’elle est embarassée : alors qu’elle aurait normalement joyeusement saluée une connaissance dans une telle situation, elle était maintenant bien consciente du nombre d’étudiants, de regards qui se poseraient sur elle, si jamais elle osait aborder la belle assistante soudainement.

Quelqu'un dit son nom. « Huh ? » s’exclame-t-elle, tournant la tête vers son voisin de bureau. Il pointe le travail, lui demande s’ils s’y mettent et elle hoche vivement la tête, ramassant son crayon par terre avant de s’affaler sur sa feuille comme pour éviter que son regard ne croise celui de Magdalena de nouveau. C’est elle ou il fait chaud? Ses oreilles doivent être d’un rouge vif.

Elle travaille difficilement sur l’activité, essayant d’écouter son compagnon, mais consacrant la majorité de sa concentration à ne pas regarder l’espagnol dans la salle. Elle rougit de plus belle lorsque son voisin lève la main pour demander l’assistance de la femme et ne cesse de replacer ses lunettes soleil lorsque l’autre se retrouve tout près d’elle.

Enfin, le cours tire à sa fin et tous se mettent à ramasser leurs choses pour sortir rapidement du local. Eleanor range tranquillement ses affaires, lançant des regards aux étudiants. Lorsqu’il ne reste que quelques personnes, trois à peine, elle enfile enfin ses chaussures et attrape ses choses avant de s’approcher du bureau. Elle tend sa feuille d’exercice à Magdalena, puis tire nerveusement sur les manches de son pull, soudainement consciente qu’il est moche et vieillot, affichant un motif ancien de brun, rouge, orange et crème.

« Hey… » commence-t-elle, un million de questions lui passant par la tête. « Tu… Depuis quand…ça va? »

Elle manque d’assurance, soudainement. D’être sortie de leur contexte habituel lui sape sa confiance. Il lui faudrait une bière à la main. Elle a l’air trop gamine lorsqu’elle n’est pas accoudée à un bar.

« Tu vas donner les autres ateliers, aussi? » Il y en a plusieurs au calendrier et son cœur s’emballe déjà à l’idée de revoir la belle espagnole à l’école. Elle se gratte la nuque, distraitement, regardant autour pour s’assurer qu’il n’y a ni étudiant, ni professeur pour l’entendre, puis continue. « Tu as d’autres cours aussi, ou… ou tu es libre, là? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Mer 28 Mar - 10:26

Magdalena est honnêtement soulagée de voir les étudiants se mettre au travail sans trop rechigner. Peut-être sont-ils curieux de voir sa manière d’enseigner. Peut-être sont-ils curieux à son sujet. Elle ne voulait pas trop s’ouvrir à eux— ce n’était que temporaire, après tout. Elle se promène en travers la classe pour répondre à quelques questions, pour aider les étudiants à traduire proprement le texte qu’elle leur avait remis. Son accent est doux, sa voix chaude. Un sourire étire ses lèvres alors qu’elle quitte une autre équipe, qui la remercie d’un « gracias » maladroit. Une fois de retour devant la classe, son attention est de nouveau piquée par le coéquipier d’Eleanor qui lève la main. Elle reste professionnelle et souriante, répondant aux questions avec le plus de clarté possible.

Puis, quand vint la fin du cours, elle remercie les élèves de leur collaboration et ramasse les travaux pour les mettre dans une pochette. Elle comptait les corriger et les remettre à l’enseignant, qui allait sûrement lui donner des commentaires à propos de son enseignement à leur prochaine rencontre. L’homme quitte, et comme il ne restait que quelques élèves dans la salle, Magdalena en profite pour ramasser ses choses à son tour. La voix qui l’interpelle lui fait lever les yeux, et elle voit Eleanor sous un tout autre jour. Elle semble hors de sa zone de confort— après tout, elles se sont souvent vues au bar. « Hey, toi-même,» dit-elle avec un petit sourire, suivant des yeux le dernier étudiant qui quitta la classe. Une fois toutes seules, Magdalena semble plus à l’aise. « Ça va, » dit-elle en hochant la tête doucement. Elle met son sac sur son épaule, regardant l’albinos durant un long moment.

Elle a l’air tellement jeune, dans cet environnement. Elle semble être une toute autre personne, même. À la question, Magdalena hoche la tête doucement. « C’est mon premier dans ce cours, mais j’en ai deux autres à donner. » Elle n’a pas vraiment envie de s’éterniser sur le sujet, pas parce qu’elle n’est pas intéressée, mais parce que ce n’est pas le genre de conversation qu’elle est habituée d’avoir avec Eleanor. « Je vais remettre les travaux corrigés à la prochaine, et un autre pour se concentrer sur les traductions en tant que tel. » Les yeux noisette de l’espagnole sont incapables de la quitter. Elle s’est ennuyée d’elle, est tentée de la toucher, de caresser son visage à la peau d’albâtre. « J’ai rien de prévu, » elle penche la tête, étire ses lèvres pleines en un nouveau sourire. « Toi? Des devoirs? Du travail? » Magdalena glisse sa langue sur ses lèvres, prenant une profonde inspiration. « Tu as envie d’aller prendre un café? » Elle sort son téléphone pour regarder l’heure, pince les lèvres et secoue la tête. « Encore mieux— Je t’invite à dîner. Chez moi? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Lun 2 Avr - 22:19

Alors que son amante lui confirme qu’elle reviendra dans ce cours et lui explique les prochains ateliers, Eleanor ne peut empêcher son cœur de faire des cabrioles et son esprit de s’emballer. Elle est tout excitée à l’idée de passé plus de temps avec Magdalena, mais découvre qu’elle ressent aussi une pointe d’anxiété.

C’est nouveau, ça : normalement, elle ne pense pas au futur et aux conséquences. Le choc de l’arrivée de Magdalena en classe aujourd’hui, devant une classe emplie de personnes qu’Eleanor connait et côtoie, semble avoir ravivé un souvenir désagréable chez elle : sa première expérience sexuelle, quand ce connard de Kieran O’Brien a dit à toute l’école qu’il s’était tapé l’albinos. En moins de 24h, Eleanor s’était retrouvée sous les projecteurs, sous des centaines de regards animés d’une curiosité malsaine. Elle… ne voudrait pas que cela se reproduise.

Elle est ramenée à la réalité par la question de l’autre. Si elle a des travaux ou du travail? Eleanor secoue vivement la tête avant de répondre en levant une main pour décoller les mèches rebelles de ses lèvres. « Des devoirs j’en ai toujours, mais ça va. Je ne travail pas aujourd’hui, c’est demain plutôt… »

L’autre prend une inspiration avant de lui proposer un café et Eleanor sourit, repoussant ses verres fumés sur l’arrête de son nez. Elle n’a pas le temps de répondre que l’autre regarde son téléphone et poursuit.

«Encore mieux— Je t’invite à dîner. Chez moi? »

« Oh! » Eleanor a un grand sourire, un petit rire lui échappant. Elle hausse les épaules, prenant la ganse de son sac dans ses mains. « Oui, pourquoi pas. » Elle penche la tête de côté et cligne des yeux, ses longs cils blancs visibles même derrière les verres de ses lunettes. « Tu veux que je rentre me changer d’abord, ou…? »

Lena ne l’a probablement jamais vu habillé de la sorte : pull trop grand, jeans usés, bretelles de cuir pendant de ses hanches, mocassins fatigués aux pieds… Eleanor est normalement vêtu de ses beaux vêtements de soirée – que Valérie l’aide à choisir – lorsqu’elle se retrouve au bar de la belle espagnole. Et comme elles se sont toujours vues de nuit, jusqu’à présent, elle ne l’a jamais vu portant ses verres fumés non plus… Eleanor se demande si elle a l’air ringarde, en ce moment, avec son apparence peu soignée et sa tête échevelée.

Une pensée soudaine lui passe par la tête et elle inspire brusquement, jetant un coup d’œil à la porte. « Oh, peut-être faudrait-il éviter de partir ensemble… » Elle se mord la lèvre, ramène son regard sur Magdalena. « Enfin, je ne sais pas. C’est un problème ou pas? » Elle hausse les sourcils. « Je réfléchis trop à tout ça, tu crois? »

Elle a un petit rire. Soudainement elle ne sais plus comment il est normal ou non d’agir avec ses professeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Mer 18 Avr - 12:49

Magdalena sourit à la surprise d’Eleanor. À la regarder, elle a vraiment plus l’air d’une gamine, avec ses vêtements trop grands et usés. Même si les vêtements de l’espagnole sont tous neufs comparés à ceux de l’albinos, Magdalena aime ce look. Ça lui rappelle la différence d’âge entre les deux, mais ça fait aussi ressortir la personnalité de la plus jeune. « Tu n’as pas besoin de te changer, » fini-t-elle par répondre en secouant la tête. Elle est tentée de la toucher, de coincer une mèche folle derrière son oreille. Mais elle ne veut pas être prise dans une situation dangereuse. Avec la voix un peu plus bas, histoire que personne ne l’entende du corridor, elle parle de nouveau. « Tu es parfaite comme tu es. » Il y a comme des papillons dans l’estomac de la brunette. Elle a oublié que c’était comme ça qu’elle se sentait, lorsqu’Eleanor était dans les parages. Une véritable adolescente.

Lorsque l’autre parle, Magdalena suit son regard vers la porte toujours ouverte. Elle a raison, réalise-t-elle. « Peut-être, » dit-elle en hochant la tête. Elle croise ses bras, pensant pendant qu’Eleanor continue de parler. Elle finit par secouer la tête. « Tu ne réfléchis pas trop, » répond l’espagnole avec un petit sourire. « Mais souvent, ce sont les autres qui se font des idées. » Elle hausse les épaules— à bien y penser, les étudiants peuvent bien croire ce qu’ils voulaient. Magdalena allait tout de même rester professionnelle sur son lieu de travail. « Je ne te donnerai pas de traitement de faveur, si tu t’inquiètes à ce sujet. » Elle fait un clin d’œil en sa direction avant de ramasser les derniers trucs lui appartenant pour finalement se diriger vers la porte.

Elle s’attend à ce qu’Eleanor la suive, jetant un coup d’œil derrière elle. Magdalena ralenti un peu le pas pour la laisser la rattraper, et lorsqu’elles marchent une à côté de l’autre, lui fait un sourire. « Alors, tu aimes tes cours?En quoi étudies-tu, exactement? » C’est une question un peu stupide, mais l’espagnole réalise qu’elle en sait très peu sur les activités journalières de la jeune femme. Elle veut la connaître plus, et c’est l’une des raisons pourquoi elle l’invite à souper. C’est plus facile de connaître quelqu’un en discutant au-dessus d’un bon repas. En arrivant à l’extérieur, Magdalena hèle un taxi et donne son adresse au chauffeur. Un petit sourire étire ses lèvres— la dernière fois qu’elles s’étaient retrouvées dans un taxi ensemble, c’était beaucoup plus chaud. Elles font le court voyage en silence, mais une fois le tarif payé et sorties du véhicule, Magdalena ne peut s’empêcher de parler. « C’est bizarre, » dit-elle. « De te voir comme ça. C’est comme… si je voyais une nouvelle partie de toi. J’aime bien. » Elle rit en déverrouillant la porte. « J’espère que tu as faim. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Dim 22 Avr - 23:00

Lorsque l’autre la complimente, lui assurant qu’elle est parfaite ainsi, Eleanor retient son souffle comme si cela lui permettrait de retenir le rouge qui monte à ses joues : sans succès. Honnêtement, cela a probablement accélérer le processus.

Jetant un coup d’œil à la porte à son tour, Magdalena lui confirme qu’elle ne réfléchit pas trop. « Mais souvent, ce sont les autres qui se font des idées,» la rassure-t-elle, toutefois, un sourire aux lèvres. Eleanor est légèrement soulagée, écoutant la belle assistante lui assurer qu’elle ne lui donnera pas de traitement de faveur, puis elle grimace. « Non, je ne m’en fais pas pour cela, c’est plutôt… » Elle hésite, se mordant la lèvre en levant les yeux au plafond. « J’ai une réputation,» dit-elle finalement, vague et simple. Son charactère direct lui a value bien des commentaires : elle a fait sensation à son arrivée, comme son absence de filtre mental lui a laissé glisser à quelques étudiants qu’elle serait prête à entretenir une relation de nature sexuelle avec eux. C’était dit avec moins de verve, toutefois.

Depuis, le choc est passé et les étudiants qui la connaisse savent qu’elle est simplement sans complexes. Tout au plus, c’est une anecdote cocasse. Mais si on la voit agir d’une façon… trop familière avec Magdalena, c’est probablement risqué. Elle n’a jamais tenté quoi que ce soit avec un enseignant ou un assistant ; elle a une certaine notion de l’autorité – sa mère et ses confrères se sont bien assuré de cela avant de la laisser venir en Angleterre – et respecte une certaine distance. Mais elle a déjà franchi la ligne avec Lena, alors elle ne va pas s’en priver.

Eleanor emboite le pas à Magdalena avec quelques secondes de retard, ayant hésitée un moment. Elle la rattrape rapidement, ses mocassins usés chuintant à peine contre le sol. Elle enfile sa parka rapidement, avant de remettre son sac à dos sur ses épaules. Elle écoute distraitement la question de Magdalena, puis la regarde. « Oh, j’étudies en traduction. » Elle lève une main, faisant une ellipse du bout du doigt. « Enfin, en traduction et littérature, je fais un diplôme conjoint sur deux ans. » Elle laisse retomber sa main, prenant les brettelles de son sac, un sourire aux lèvres. « Pour l’instant. On verra par la suite. » Elle penche la tête de côté. « Le cours est intéressant, mais je trouve plutôt ennuyant de traduire des textes religieux. Je les trouve tristes. » Eleanor n’est pas fan de religion. Elle ne comprend pas vraiment l’engouement. Ça lui semble plus comme un roman un peu ennuyeux que comme un compte-rendu historique.

Eleanor cligne des yeux et se protège brièvement le visage d’une main : malgré ses verres fumés, la vive lumière extérieure l’a brièvement éblouie. Elle suit encore Lena, ouvrant la bouche pour lui retourner la question, mais s’arrête lorsque l’espagnole hèle un taxi. Eleanor sent son cœur battre plus rapidement en se glissant dans le véhicule avec l’assistante professeur. Elle pose son sac sur ses genoux et croise ses bras autour, jouant avec la languette de la fermeture éclair, distraitement. Elle regarde par la fenêtre sur le chemin, souriant doucement au paysage qu’elle connait bien : celui la guidant jusqu’à la demeure de la belle femme.

Ce n’est qu’une fois sortie du taxi que Lena repris la parole. « C’est bizarre de te voir comme ça. C’est comme… si je voyais une nouvelle partie de toi. J’aime bien. » Eleanor met son sac sur une épaule, échappant un petit rire. « C’est la lumière de l’après-midi, qui donne cette impression. » Elle la suit jusqu’à l’entrée, un petit sourire aux lèvres. « On ne s’est vu que sous la lumière du matin, jusqu’à maintenant… non? » Elle penche la tête de côté, puis hoche rapidement la tête à la question de l’autre, se glissant dans la maison à sa suite. « J’ai toujours faim! »

Elle laisse tomber son sac au sol, puis baisse légèrement ses lunettes dans la pénombre de l’entrée, plantant ses yeux rubis sur l’autre. « On cuisine quoi? Comment je peux aider? » Elle retire son manteau et le range machinalement. Elle lève les manches de son pull sur ses bras pâles et lève ses poings en l’air. « Je suis prête! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Mer 11 Juil - 20:48

Magdalena l'écoutait parler avec intérêt, heureuse de pouvoir la connaître autrement que physiquement. Elle comprend son ennui face aux textes religieux, hochant la tête. « Désolée, » dit-elle avec un regard légèrement malaisé. « Je suis dans le département de théologie, donc… J'essaie de mêler les deux. » Elle ne savait pas vraiment comment s'exprimer à ce sujet. Magdalena sait que de parler de religion n'est pas une si bonne idée. Mais une fois rendues chez elle, la conversation change facilement. Au commentaire d'Eleanor, elle rit. « Hmm. Peut-être, mais c'est aussi de te voir dans un environnement autre, je pense. »

La demeure de Magdalena est toujours aussi modeste, et dans la lumière du jour, on remarque beaucoup mieux les décorations. Des peintures abstraites, des couleurs riches sur les murs. Elle a l'impression que la seule pièce qu'Eleanor ait vue soit sa chambre, et elle compte changer ça. « J'avais déjà tout acheté pour préparer une paella, » dit-elle en jetant un regard vers l'albinos.

C'est un repas qui n'était pas si compliqué à préparer et qui allait sûrement lui plaire. Enfin, c'est ce que Lena espérait. C'était un plat originaire de son pays, et depuis aussi longtemps qu'elle pouvait se rappeler, c'était l'un de ses favoris. Padre Francesco en cuisinait souvent, et avait pris soin de lui apprendre. Ça fait partie de ta culture, mija, disait-il. « Allez, viens laver tes mains. » Lena guida Eleanor jusqu'à la cuisine, où elle commence à préparer tout ce qui leur fallait pour le souper; planches à découper, couteaux, épices, viande. Après s'être lavé les mains, elle ouvrit un tiroir et en sorti deux tabliers. « Tiens, on va mettre ça. » Elle lâcha un petit rire, s'étirant les bras pour attacher l'un des deux autour de la taille de l'albinos, histoire de protéger ses vêtements. Une fois leurs mains lavées, Lena lui indiqua quoi faire— couper les poivrons en petits cubes, tandis qu'elle s'affairait à préparer le riz.

Ses yeux noisette se posant sur Eleanor, Magdalena soupira doucement. « Parles-moi un peu de toi. Tu as un repas favori? » C'était de la conversation simple, mais c'était assez pour apprendre à connaître la jeune femme qui se tenait devant elle. Avec son pull trop grand, ses cheveux un peu fous, Eleanor avait un style assez unique. Mais alors qu'elle était affairée à couper les légumes, son visage concentré, Magdalena pouvait voir une certaine sagesse derrière son regard. Tout ceci la rendait de plus en plus curieuse à son égard, et elle avait tout simplement plus envie de la connaître. « Je pense que la paella est le mien, » dit-elle doucement. « Mon père adoptif m'en faisait souvent. Ça me rappelle de bons souvenirs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Sam 21 Juil - 14:38

Abandonnant ses mocassins dans l’entrée, Eleanor suit Magdalena nue pieds dans la maison. Elle cligne des yeux et hausse les sourcils. « Paella? » Elle réfléchit un instant, puis secoue la tête. « Je ne crois pas en avoir jamais entendu parler, » dit-elle, pensive, avant de sourire, une étincelle dans les yeux. « Nouvelle recette! » Elle lève les poings en l’air, excitée.

Elle adore essayer des choses qu’elle n’a jamais manger auparavant. À grandir sous forme crinos, il était rare qu’elle mange des choses plus poussés ou distinguées qu’un steak saignant avec une sauce. Sa mère aimait cuisiner toutes sortes de choses, mais Eleanor rechignait à manger des repas aux composantes trop petites pour être prises par ses grosses pattes ou qui tombaient facilement de sa gueule. Lorsqu’elle fût en mesure de sortir et de vivre une vie relativement normale, elle a plus souvent été au restaurant et essayer toutes sortes de recettes, mais c’était rarement très diversifiés : le restaurant le plus exotique de sa petite ville devait être le kioske de nourriture chinoise à emporter.
Eleanor se lave les mains à la demande de Magdalena, les bulles de savon aussi blanches que ses paumes. Elle secoue ses mains dans le lavabo plutôt que de prendre un linge pour les sécher, puis vient jeter un coup d’œil à tous les ingrédients que l’assistante professeur à sortie. Elle remarque les crevettes et sourit. « Heeey, hello, » dit-elle, glissant un doigt sous l’une de leur antenne. Elle a un petit rire. « J’adore les crevettes, » ajoute-t-elle, se tournant vers Magdalena qui sors des tabliers.

Elle penche la tête pour la laisser lui passer le tablier autour du cou, puis lève légèrement les bras pour la laisser attacher les ganses autour de sa taille. Son grand chandail masquait ses formes, mais le tablier vient amincir sa taille. Elle sourit et la remercie, ne pouvant s’empêcher de la reluquer alors qu’elle enfile son propre tablier. Vraiment, sur une femme qui a des courbes, un tablier souligne toutes les bonnes formes…

Eleanor ramène son attention sur les poivrons qu’elle doit couper, et s’y met. Elle n’est pas très douée pour la cuisine. Elle connait les bases, mais elle n’a jamais eu à se faire à manger elle-même avant de venir à Londres. Elle se concentre pour couper les poivrons correctement. Tant, en fait, qu’elle n’entend presque pas la question de l’autre femme.

« Hm? Oh, hm… je ne crois pas. » Eleanor n’y pense pas vraiment. Elle aime la nourriture en général.

« Je pense que la paella est le mien. Mon père adoptif m'en faisait souvent. Ça me rappelle de bons souvenirs. »

Eleanor regarde Magdalena, un sourire aux lèvres, puis réfléchit avec plus de sérieux. « J’aime… le steak. » Elle a un petit rire. « On mangeait du steak avec mon père. » Maintenant qu’elle y pensait, c’était lorsque son père errant passait à la maison qu’ils mangeaient des coupes de viande de meilleure qualité. C’est lui qui les amenait. Cela faisait vraiment longtemps qu’elle n’y avait pas pensé…

Elle se tourne vers Magdalena. « Tu es adoptée? » Elle pose la question tout à fait innocemment, sans penser que c’était peut-être un sujet délicat. Aucun filtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Mar 11 Sep - 15:01

Magdalena terminait de couper le poulet en petits cubes lorsqu’Eleanor lui posa la question. Elle réalisa alors que c’était la première fois qu’elle révélait quelque chose d’un peu plus intime à son sujet. C’était peut-être le premier pas à faire pour connaître l’autre jeune femme un peu mieux. Doucement, elle hocha la tête. Ce n’était pas un secret; Magdalena n’avait jamais eu honte d’avoir été élevée par un prêtre. « Oui, » répondit-elle en levant les yeux vers l’albinos.  « J’avais douze ans. » Elle se retourna pour mettre la viande dans la poêle, l’assaisonna avant de regarder de nouveau Eleanor. « Disons que… Mes parents n’étaient pas vraiment faits pour avoir des enfants. J’ai été adoptée par le prêtre, parce que c’est plus difficile d’être prise en charge quand tu es une ado en pleine crise existentielle. » Elle échappa un rire, secouant la tête.

Elle n’avait pas vraiment de mauvais souvenirs du prêtre; il l’avait traitée comme si elle était réellement sa fille, et sans lui, elle serait probablement dans une toute autre situation aujourd’hui. « Il est mort quand j’avais vingt-et-un ans. » Pendant un bref instant, une expression triste se retrouve sur le visage de l’Espagnole. « Je suis partie le lendemain de ses funérailles. » C’était sa seule véritable famille, quand on y pensait. Magdalena retournait en Espagne une fois par an pour visiter la tombe de Padre Francesco, y laisser des fleurs et y prier, espérant qu’il sache qu’elle pensait toujours à lui. Elle retourna son attention sur la viande pendant quelques instants, fini par mettre les légumes et le riz dans la même casserole pour laisser le tout mijoter pendant un moment. « Il ne reste plus qu’à patienter un peu, et dans une vingtaine de minutes, on pourra manger. »

Elle sortit des couverts du tiroir et marcha quelques mètres jusqu’à la table à manger en bois foncé pour les poser à deux places; celle du bout et celle à sa gauche. En relevant la tête vers Eleanor, elle hausse les sourcils. « Et toi? Ta famille, ça ressemble à quoi? » Elle parlait tout en marchant pour sortir des assiettes creuses de l’armoire, et deux verres. D’un coup sec, Magdalena se retourne vers l’albinos, une coupe à la main. « Tu bois du vin? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Eleanor R. Bloom «
avatar

tribu black furies
Messages : 84

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Sam 22 Sep - 19:57

Captivée par l’histoire de Magdalena, Eleanor néglige complètement son devoir de coupeuse de poivrons. La belle espagnole explique qu’elle a été prise en charge par un prêtre, alors qu’elle-même entrait dans cette période houleuse qu’est l’adolescence. Eleanor sourit et ricane aussi à la mention de la crise existentielle, mais elle penche la tête de côté avec un sourcil haussé. « Tu ne devais pas être si terrible. » Elle n’aurait pas cru Lena du genre turbulente, même ado. Elle semble si calme et douce et mature – tout le contraire d’Eleanor, en fait.

L’odeur de la viande qui cuit rappelle sa tâche à Eleanor et la garou se met bien vite à couper ses légumes, écoutant toujours attentivement son hôte. Son couteau s’arrête en l’air, toutefois, lorsque Magdalena mentionne le décès de son parent. Oh. Une tristesse sourde, comme un souvenir dilué, se fait sentir au creux de sa poitrine, mais elle l’en chasse bien vite, secouant un peu la tête.

« Je suis désolée, » dit-elle, tournant ses yeux rubis vers l’autre femme. Eleanor ne sait trop que penser de la mort. Elle… ne voit pas cela comme une chose négative. Elle ne le voit pas non plus comme quelque chose de positif, mais les gens semblent s’offusquer lorsqu’elle ne montre pas assez d’empathie. Ce n’est pas qu’elle soit froide ou qu’elle ne trouve pas cela triste, c’est seulement… normal.

Eleanor termine sa tâche, dans ses pensées, avant de venir rajouter les poivrons à la poêle avec les autres légumes que Magdalena y a jeter. Elle frotte ses mains sur son tablier pour se débarrasser de grains collants et sourit lorsque l’enseignante annonce qu’elles pourront bientôt manger. « J’ai hâte d’y goûter! » assure Eleanor, réajustant ses manches au-dessus de ses coudes.

Elle suit Lena vers la table, mais reste debout près de celles-ci alors que l’autre femme retourne chercher des couverts. « Et toi? Ta famille, ça ressemble à quoi? » lui lance-t-elle en pleins mouvement et Eleanor lève les yeux au plafond. « Eeeuh…. »

Elle n’a pas le temps de trouver une façon de répondre que Lena se tourne vers elle pour lui offrir du vin et la garou a un rire avant d’hocher la tête. « Je bois de tout alcool, » confirme-t-elle avec sérieux.

Elle défait son tablier en réfléchissant et le pose sur le dossier de sa chaise avant de prendre la coupe servit avec un sourire. « Ma famille, » commence-t-elle, collant la coupe à ses lèvres pâles, « est éclatée. »

Elle prend une gorgée du liquide carmin, se passant la langue sur les lèvres avant de poursuivre. « J’ai toujours habité avec Mam, parfois avec mon père aussi, mais plus souvent avec mes, uh… sœurs? Tantes? » Elle semble confuse un instant, marmonnant en irlandais, puis sourit. « Sœurs! » Elle semble bien contente d’avoir confirmer le terme en anglais : c’est comme cela qu’elle appelait les Black Furies avec lesquelles elles ont habités dans leur petit village. C’est comme ça qu’elle appel aussi les Black Furies avec lesquelles elle passe du temps, ici à Londres. Elle ramène la coupe à ses lèvres. « Et maintenant je suis avec Moea. » Elle prend une gorgée, complètement inconsciente du compte-rendu étrange qu’elle vient de donner de sa famille : comme si toutes personnes avec qui elle habite font immédiatement partie de ce cercle.

« Mam est encore en Irlande, » précise-t-elle en conclusion, ramenant son regard sur l’autre en poussant ses cheveux vers l’arrière. Elle tient sa coupe à deux mains, la lève un peu pour la montrer à l’autre. « Merci pour le vin, » dit-elle avec un petit rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Magdalena E. Torres «
avatar

hunter judge
Messages : 43

MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   Jeu 8 Nov - 13:12

Magdalena imita Eleanor en retirant son tablier, le posant par-dessus le sien. Même si elle était barmaid, elle n’avait jamais vraiment réalisé que la jeune femme n’avait pas de préférence en matière d’alcool. Peut-être étaient-elles trop occupées à flirter pour parler d’autre chose? Elle leur versa chacune un verre, tendant l’un d’eux à Eleanor avant de s’adosser contre le comptoir. Elle porta toute son attention sur Eleanor alors que celle-ci expliquait sa situation familiale, surprise de voir qu’elle n’était pas la seule à vivre quelque chose d’un peu compliqué. Elle échappa un petit rire au moment où elle hésitait sur un mot. Magdalena savait exactement ce que c’était, de connaître un mot dans une langue mais pas dans l’autre. Elle prit une gorgée de son vin, hochant la tête. « Et Moea, c’est un membre de ta famille? » Elle posait la question par curiosité, voulant en savoir plus sur la vie d’Eleanor. Après tout, son passé avait fait d’elle la personne qu’elle était.

« Mais de rien, » dit-elle en levant sa coupe de la même façon. Elle se rapprocha un peu de l’albinos pour venir cogner doucement son verre contre le sien. « Cheers, love. » Magdalena sourit chaleureusement en sa direction avant de se tourner un peu pour regarder le plat de paella qui continuait à cuire doucement. « Je suis contente que tu aies accepté mon invitation, » elle parlait en posant sa coupe sur le comptoir, utilisant une cuillère de bois pour brasser doucement le mélange. En levant le couvercle, elle avait libéré une tonne d’odeurs— des épices, des tomates. C’était une odeur qui fit sourire Magdalena de façon un peu nostalgique. La paella lui rappelait des bons souvenirs.

Leur conversation avait fait passer le temps étonnamment vite— c’était prêt. Elle sorti deux assiettes creuses de l’armoire, les posant sur le comptoir avant de regarder Eleanor de nouveau. « Tu peux aller t’asseoir, » dit-elle, faisant un mouvement de tête en direction de la table. « J’arrive, » Magdalena sourit avant de remplir leurs assiettes, les prenant pour les poser sur la table. Elle retourna vers la cuisine pour couper quelques tranches de pain croûté et les mettre dans un bol avant de le ramener à la table avec dans l’autre main sa coupe de vin. Elle s’assit enfin à côté d’Eleanor, soupirant doucement. « Bon appétit. » Elle prit doucement la main de l’albinos, la serrant affectueusement avant de prendre sa fourchette. « Tu me diras ce que tu en penses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: my loneliness is killing me ▬ magdalena   

Revenir en haut Aller en bas
 

my loneliness is killing me ▬ magdalena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» My loneliness is killing me... [libre]
» Killing Dissent /Sou Duvalier.
» (F) MAGDALENA ZALEJSKA it's war in my mind
» (F/LIBRE) √ MAGDALENA ZALEJSKA
» La ville des rebuts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Université de Londres :: Goldsmiths :: Département de Littérature Comparative-