AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 war is coming (if you want it) ✵ ft. val

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Veda Mukherjee «
avatar

assamite - anarch
Messages : 6

MessageSujet: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Mer 28 Fév - 9:38

Il y avait de cela longtemps que Veda prévoyait faire enfin le tour de la National Gallery, mais l’occasion ne s’était jamais présentée, jusqu’à présent. À présent, elle avait l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Non seulement pouvait-elle faire le tour des oeuvres à sa guise, mais elle avait aussi un rendez-vous. Un rendez-vous avec qui? Quelqu’un qui ne le savait pas encore. Se tenant dans la section des peintres italiens, elle laissait son regard parcourir les toiles. Les peintres italiens lui faisait toujours le même effet, c’était bien beau, tout était là pour faire un chef d’oeuvre, mais il manquait quelque chose d’important pour l’Assamite. Sans daigner regarder ce qu’il restait de la section, elle se déplaça vers les peintres Espagnols. Elle émit un soupir de satisfaction audible. Voilà ce qu’elle cherchait, un peu de noirceur, quelque chose de beaucoup plus dramatique. Elle resta quelques minutes devant la même toile de Goya, visiblement enchantée, bien que son sourire continuel laisse à confusion sur ce qu’elle ressentait vraiment à l’intérieur. La vampire se fit la note mentale de revenir passer plus de temps dans cette section, elle avait quelque chose à faire pour le moment.

Habillée d’une robe noire ajustée au col roulé, de bottes hautes en cuir et d’un trench beige, ses cheveux relevés en une queue de cheval serrée, elle ne détonnait pas du tout des autres qui semblaient n’avoir rien de mieux à faire en milieu de journée que de parcourir la National Gallery. Doucement, elle se décrocha de sa toile de Goya, se dirigeant vers la source d’une odeur particulière. C’était l’odeur de quelqu’un, en fait, de quelqu’une. Elle avait rencontré momentanément cette personne au bain de sang donné par le Sabbat, où elle avait appris bon nombre de choses bien intéressantes sur l’état des choses dans la ville: un bishop impopulaire, quelques arrivistes, dont un qui semblait très bien réussir, une grogne générale, bref, le parfait cocktail pour une guerre civile. Cette personne avait également capté son intérêt. Elle ne lui avait pas été particulièrement favorable, ni défavorable, dans le monde vampirique, les choses étaient rarement si noires ou blanches.Veda n’avait aucune idée de la manière dont elle réagirait à sa proposition, c’était le plus excitant. Suivant l’effluve comme si elle ne faisait que vagabonder à travers les salles, elle arriva à la section des peintres français. Son nez ne l’avait pas trahi, c’était bien là que se tenait Valérie A. Chapman, qui lui faisait dos. Veda ne s’avança pas davantage, question de pouvoir l’observer, pour savoir à quoi s’en tenir. Après tout, ce n’était pas n’importe quelle proposition qu’elle avait pour elle. Ce qu’elle avait en tête avait le potentiel de complètement changer la balance des pouvoirs du monde des vampires de Londres. Qui dirait non à cela ? Certainement pas Veda Mukherjee, de qui le sourire s’étira un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Valérie A. Chapman «
avatar

assamite - sabbat
Messages : 42

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Jeu 1 Mar - 21:41

Valérie ne savait guère ce qui l’avait menée jusqu’au musée, mais elle ne regrettait aucunement sa décision. Depuis quelques temps, elle se sentait un peu perdue, sans savoir quoi faire de sa peau. Son deuil de Gabriel est fait, mais elle ne peut s’empêcher de penser à lui, de temps en temps. Si avant, c’étaient des larmes qui coulaient, c’Était maintenant simplement un petit sourire triste qui animait son visage. Elle n’avait que des bons souvenirs du vampire, et Nathaniele lui avait arraché ça. Elle était entièrement consciente que le Lasombra était complètement obnubilé par son existence— depuis leur rencontre en Italie, Valérie avait fait exprès de toujours être hors de sa portée, soit en disparaissant, soit en jouant la difficile.

Certes, pour un vampire comme Nathaniele, il fallait s’attendre à ce qu’il finisse par faire une crise comme un enfant à qui on refuse un jouet. Maintenant, c’était de l’indifférence qu’elle ressentait lorsqu’elle croisait le vampire. Même si une partie d’elle était attirée par lui — seulement sur le plan physique, il avait la capacité émotionnelle d’une cuillère— Valérie restait toujours sur ses gardes. Ce n’était pas un secret, qu’elle l’avait poignardé. Il n’avait rien fait en retour, et elle savait que c’était parce qu’il était amoureux d’elle. Sans ça, c’était clair qu’elle aurait finie en un tas de cendres au beau milieu de l’Elysium, ou peu importe comment le Sabbat l’appelait, maintenant.

C’était peut-être la curiosité, ou bien le besoin de se retrouver seule avec ses pensées qui avait guidée jusqu’à ce musée qui recelait de pièces de plusieurs peintres différents. Elle avait fait le tour, prenant son temps pour admirer chaque pièce qui était exposée, ses yeux bleus parcourant les toiles. Durant ses études en France, elle avait entendu parler de ces toiles, mais de pouvoir les voir de ses propres yeux était quelque chose d’autre entièrement. Elle s’était longuement attardée sur quelques pièces de Caravaggio avant de se promener sur l’étage. C’est en arrivant dans la section des peintres Français du 17ème siècle que Valérie ressent de nouveau cette présence.

Ce n’était pas la première fois qu’elle la ressentait. Elle l’avait sentie au Crow’s Nest, à l’Université. Dans la rue, même. Depuis quelques temps— pas trop longtemps, elle était observée par quelqu’un. Mais qui était-ce? Est-ce qu’on avait enfin envoyé la Black Hand pour la supprimer, elle qui avait brisé l’une des règles les plus importantes du Sabbat?

Valérie se tourna sur ses talons, dans un mouvement silencieux et fluide. Prête à se défendre s’il le fallait, elle tomba nez à nez avec une femme qu’elle reconnut aussitôt. « Veda, » dit-elle en un souffle, à moitié soulagée de voir là un visage plus ou moins familier. Elle ne connaissait quasi rien au sujet de cette nouvelle venue qu’elle avait rencontrée au Blood Bath, mais quelque chose lui disait qu’il ne fallait pas la sous-estimer. Après tout, si son intuition était bonne, Veda était la personne qui l’observait depuis ces derniers temps. « Que fais-tu ici? » Question stupide, se dit-elle avant de se reprendre. « Je veux dire— Pourquoi me suivais-tu? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Veda Mukherjee «
avatar

assamite - anarch
Messages : 6

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Lun 26 Mar - 21:30

Le mouvement dans lequel Valérie s’était retournée n’avait rien de brusque ou de soudain, cela ne voulait pas dire qu’il n’était pas empreint d’une certaine hostilité. Il était difficile d’expliquer en mots pourquoi on sentait ce genre de chose, c’était une énergie que Veda connaissait bien. Ce qui la surprit davantage fut la réaction de l’autre assamite lorsqu’elle la replaça, un soulagement passager. S’attendait-elle à quelqu’un d’autre ? Franchement, l’Indienne s’attendait à être accueillie avec plus de froideur, de ce qu’elle avait pu inférer de leur courte rencontre au blood bath. Voilà qui était intéressant, qu’est-ce qui avait changé depuis ? Au moins, la jeune vampire se rappelait de son nom, c’était flatteur, du moins, Valérie n’était pas de ceux qui prenaient plaisir à oublier les noms des autres afin de montrer qu’ils avaient des choses plus importantes auxquelles penser. Après un court sourire dévoilant sans pudeur ses canines, elle lui rendit sa courtoisie: « Valérie. » Veda n’était pas de celles qui avaient particulièrement honte de ce qu’elle était. Elle respectait la Mascarade si c’était ce qui l’avantageait le plus, dépendant de la balance du pouvoir entre la Camarilla et le Sabbat, elle trouvait même que cette dernière comportaient quelques avantages, surtout en terme de contrôle des têtes brûlées, mais elle ne la suivait certainement pas par crainte des humains. Surprenament, ses altercations avec ces humains belliqueux, ceux qui se prenaient pour des chasseurs plutôt que des proies, avaient été peu nombreuses, mais cocasses, certes.

Valérie lui demanda alors ce qu’elle faisait ici, ce à quoi Veda s’apprêtait à répondre en toute candeur, avant que son interlocutrice ne précise le fond de sa pensée. Il referma la bouche qu’elle avait entrouverte, penchant la tête sur le côté en affichant une surprise presque tendre. « Te suivre, voilà qui est un grand mot », décida-t-elle plutôt de dire. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, elle n’était pas du genre à mentir si elle avait d’autres options. À travers les années, elle avait appris qu’une réalité n’était jamais unique. Il y avait souvent moyen de dire la vérité sans se trahir, en la tournant à son plus bel avantage. Il était donc vrai que d’impliquer qu’elle était, en ce moment précis, en train de suivre Valérie était exagéré. Certes, elle savait qu’elle serait là, ce pourquoi elle avait décidé de s’y rendre, ce n’était pas la même chose que de la suivre, non? Elle décida aussi d’être généreuse et d’avouer le but de sa visite, désignant des yeux les alentours avant de revenir poser ses yeux sur Valérie de manière équivoque: « J’étais d’abord venue observer les oeuvres d’art. » Son interlocutrice pouvait faire ce qu’elle voulait de cette déclaration, flatterie à peine voilée ou fait, elle n’en serait pas plus gênée. Si cela pouvait la mettre en bonne disposition pour la suite, tant mieux, et puis, encore une fois, elle ne faisait qu’énoncer une autre vérité, on n’aurait pas pu dire que Valérie était particulièrement difficile à regarder.

Elle avait évidemment une proposition à lui faire, mais elle aurait détesté paraître comme celle qui était pressée de passer à un autre appel, sans rien apprendre de plus sur son interlocutrice, ou sans tenter de la mettre plus confortable. Croisant les bras nonchalament, elle continua alors en prenant quelques pas dans la direction de l'autre Assamite, question de réduire la distance prudente entre elles: « Je suis bien contente de trouver quelqu’un dans cette ville qui apprécie les beaux-arts, à en croire ce que j’ai vu, j’ai bien failli croire que toute la population londonienne étaient obsédés par les boîtes de nuits et les clubs. » Et par population, elle faisait sans aucun doute référence à la population vampirique, elle ne parlait certainement pas du bétail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Valérie A. Chapman «
avatar

assamite - sabbat
Messages : 42

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Mer 28 Mar - 11:31

Valérie fronça les sourcils au commentaire de Veda. Mais oui, elle la suivait. Était-ce une exagération? Elle pinça les lèvres, se tourna pour regarder l’œuvre devant laquelle elles se tenaient. Elle ne savait pas si c’était vrai, si Veda était vraiment venue pour regarder les œuvres d’art. Peut-être que ce n’était qu’une coïncidence, mais Valérie ne croyait pas au hasard. Durant un moment, elle garda les yeux sur la toile, admirant les traits de pinceau durant un moment. Elle tourna la tête lorsque Veda brisa de nouveau le silence, son regard bleu se posant sur la femme. Elle s’attardait à sa beauté— elle l’avait vue au Blood Bath, se rappelait à quel point la couleur safran de sa robe mettait en valeur la teinte riche de sa peau. Elle était l’une des rares Assamites qu’elle avait rencontrées, et Valérie savait que Veda était beaucoup plus âgée qu’elle, qu’elle méritait le respect.

Un sourire étira ses lèvres. « Tu es arrivée un peu trop tard, » dit-elle, faisant quelques pas pour se diriger vers une autre peinture. Elle s’arrêta de nouveau, penchant la tête en regardant l’œuvre. « Du temps de la Camarilla, cette ville était beaucoup plus… cultivée. Mais depuis l’arrivée du Sabbat, disons que les plus jeunes aiment bien foutre la merde et faire la fête. » Elle prit une pause, regardant Veda de nouveau. « J’ai un bac’ en histoire de l’art, » ajouta-t-elle, comme si c’était réellement important. Mais c’était l’une des raisons pourquoi elle se retrouvait dans un musée. C’était aussi l’un des endroits où elle aimait se recueillir, où elle pouvait mettre de l’ordre dans ses pensées sans être dérangée. Elle ne se sentait toutefois pas menacée par Veda, mais était plutôt curieuse de savoir pour quelle raison elle la suivait. Pourquoi exactement l’avait-elle approchée?

« Je sais que tu m’as observée, » dit-elle finalement en allant s’asseoir sur un banc coussiné dans le centre de la salle. En regardant Veda, elle remarqua à quel point elle était élégante, avec sa robe et ses bottes et son trench coat. De son côté, Valérie était habillée d’un jean bleu foncé et d’un grand gilet de laine jaune moutarde. Ses cheveux étaient tenus en tresses françaises, dégageant son visage légèrement maquillé. « Il y a deux raisons pourquoi tu me suivrais. » Elle était directe, ne voulant pas tourner autour du pot trop longtemps. Son instinct était assez développé, et considérant sa position, Valérie avait une bonne idée de la raison pour laquelle Veda était venue. Étant une Assamite, les chances qu’elle était là pour la tuer étaient assez grandes. « Soit tu veux me parler, soit tu veux me tuer. Laquelle est-ce? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Veda Mukherjee «
avatar

assamite - anarch
Messages : 6

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Dim 8 Avr - 21:41

Veda n’avait pas de prédisposition à apprécier la Camarilla plus que le Sabbat, malgré son avis sur la Mascarade. En fait, ces deux groupes étaient chacun trop hétérogènes pour qu’elle puisse vraiment avoir une opinion arrêtée sur ceux-ci. Il y avait certainement plusieurs Camarilla et plusieurs Sabbat. Mais ce que Valérie lui expliquait sur le changement de garde de la ville venait s’aligner avec ses soupçons sur ceux qui avaient la main-mise sur la ville. Elle ne s’était pas sentie en compagnie de beaucoup d’esprits semblables au bain de sang, sauf certains et certaines à qui elle avait prévu de rendre visite, comme en ce moment. C’était bien dommage que si peu des enfants laissés à eux-mêmes de cette ville aient un intérêt pour l’art. Tant qu’à avoir une vie éternelle devant soi, pourquoi ne pas prendre le temps de se passionner pour les choses inutiles ? L’Assamite haussa les sourcils lorsque Valérie lui avoua étudier dans ce domaines. « Oh, voilà qui est merveilleux », s’enthousiasma-t-elle. Elle aurait bien aimé faire ce genre de choses dans sa jeunesse, alors qu’elle appréciait encore se faire dire quoi faire par d’autres qu’elle-même. Elle était désormais trop désintéressée par le monde des humains pour faire une telle chose. En un sens, elle enviait la fraîcheur juvénile que son interlocutrice semblait dégager.

Valérie revint alors sur le fait qu’elle l’avait observée. Ce n’était pas faux. Veda pencha la tête légèrement sur le côté mais ne répondit rien, laissant la plus jeune s’éloigner pour prendre place sur le banc central. Elle la laissa aller jusqu’au bout de ce qu’elle avait à dire avant d’intervenir sur le sujet. Elle n’avait pas tort, à part lui parler ou la tuer, qu’aurait-elle pu bien faire d’elle ? Le répertoire de ses interactions était probablement limité qu’elle n’aimerait le croire, elle qui aimait bien s’afficher dans toute sa mondanité. Elle décroisa les bras avec un petit soupir. « Ma chère, se permit-elle allégrement, si je voulais te tuer, je serais en train de gaspiller un avantage considérable, juste pour échanger des plaisanteries . » Elle se mit alors à avancer à pas silencieux pour rejoindre Valérie, s’asseyant prestement d’un mouvement gracieux à ses côtés, gardant tout de même une distance respectueuse entre elles, elles n’étaient pas si proches après tout. Plaçant ses main jointes sur ses cuisses, laissant apparaître les quelques bijoux dorés les ornant, elle commença, souriante mais sérieuse:  « J’ai une proposition pour toi . » Cette proposition n’était pas légère, elle était même dangereuse. Mais elles connaissaient certainement tous deux le danger. « Il s’agit certainement de quelque chose qui va remettre en cause la balance de pouvoir de Londres, quelque chose qui pourrait certainement froisser les esprits les plus rigides . » Elle jeta un regard équivoque à l’autre Assamite en prononçant ces mots. Certainement elle comprendrait à qui elle faisait référence au Bishop de la ville, que Valérie connaissait certainement, de ce qu’elle avait pu observer au bain de sang. C’était Nathaniele L. Zavettori qui avait le plus à perdre de ce qu’elle allait entreprendre, et elle doutait qu’il la laisserait faire sans lever le petit doigt, c’était ce qu’elle espérait. En avertissant ainsi Valérie, néanmoins, elle lui laissait l’occasion de se désister tout de suite avant de se retrouver soupçonnée d’être une complice de son coup d’État réduit. Mais elle voulait quand même l’appâter un peu, car il s’agissait tout de même d’une proposition trépidante.« Ce que je désire n’est pas très loin de la révolution », ajouta-t-elle mystérieusement en baissant le ton, espérant que cela pique l’intérêt de sa jeune collègue. Si non, et bien, elle se serait simplement trompée sur son caractère. Ce serait dommage, mais pas dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Valérie A. Chapman «
avatar

assamite - sabbat
Messages : 42

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Ven 20 Avr - 16:13

Valérie ne parle pas vraiment de son passé. Durant un bref moment, elle se demande si elle a déjà mentionné ces études à Eleanor, mais ne se rappelle pas si ça avait déjà été un sujet de conversation. La seule raison pour laquelle elle en parle à Veda est parce qu’elle est, elle aussi, un vampire. Il y a tellement de possibilités avec l’immortalité, Valérie à peine à imaginer les vampires qui la gaspillent pour autre chose que de s’enrichir. La jeune femme regarde l’autre alors qu’elle s’approche pour s’asseoir à ses côtés. « Certains vampires aiment bien jouer avec leurs proies avant de les tuer, » dit Valérie à mi-voix. Ses yeux bleus s’attardent sur les mains de Veda, remarquent les bijoux dorés qui ornent ses doigts. Mais ce n’est pas ça qui attire son attention— c’est plutôt ce qu’elle avait à dire. Elle lève les yeux, regarde longuement Veda. « Remettre en cause le pouvoir? » Elle pense à Nathaniele aussitôt, se demande comment est-ce que la vampire va faire pour essayer de le renverser. Sa curiosité est définitivement piquée.

Elle était entièrement consciente que Nathaniele avait beaucoup de choses à perdre, s’il perdait son titre de Bishop. Sans cette protection, peut-être que d’autres vampires seraient prêts à l’attaquer. Le Sabbat était puissant, mais un coup d’État pourrait définitivement lui faire mal.  Valérie n’était fidèle au Sabbat que par question de survie— ça lui donnait un avantage, une protection que la Camarilla ne pouvait pas lui fournir. Pas dans une ville qui grouillait de vampires qui n’avaient aucune limite. Lorsque Veda baisse la voix, Valérie la regarde de nouveau. Durant un moment, son visage est stoïque, difficile à lire. Elle pince les lèvres, inspire profondément. Elle est définitivement intéressée par ce que Veda avance. « Qu’est-ce que tu planifies? »

Elle est légèrement nerveuse, soudainement. La jeune femme était consciente que si cette tentative échouait, tous les vampires impliqués dans l’affaire pourraient être exécutés sans hésitation. Elle se lève d’un coup, s’avançant silencieusement vers une autre peinture pour essayer de faire le ménage dans sa tête. Comment est-ce que ça pouvait se faire? Elle évalue les risques, les pours, les contres. Puis, finalement, elle se retourne vers Veda et s’avance, croise les bras sur sa poitrine. « Je veux en savoir plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Veda Mukherjee «
avatar

assamite - anarch
Messages : 6

MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   Ven 4 Mai - 13:06

Sans que Veda n’ait déjà avoué les détails de ce qu’elle entendait proposer à Valérie, elle pouvait tout de même constater que l’idée, encore floue, la travaillait. Son non-verbal était ambigu, mais n’était pas hostile. Lorsque l’autre Assamite se retourna, elle semblait bien décidée à entendre davantage. Excellent. Les yeux de l’Indienne se posèrent sur sa comparse, une lueur toute particulière les habitant.Tout dépendait évidemment de la suite. Comment expliquer cela en termes qui ne donneraient pas des airs de plan fou à son idée. Peut-être fallait-il commencer du début pour cela ? Un peu d’obscurantisme pouvait être très efficace dans certains contextes, mais dans d’autres, il était mieux d’être limpide. Toujours assise sur le petit banc, elle commença: « Il est facile de constater que l’emprise du Sabbat sur la ville est indisputable. » Elle parlait d’un ton normal, nullement intéressée par les cachotteries et les murmures.Si ce qu’elles disaient tombaient dans des oreilles indiscrète, c’était parfait. «Je n’ai rien contre le Sabbat, en général. Cependant... », commença-t-elle en passant le pouce sur une des chaîne dorées sur sa main. «Mais un chef indisputable est paresseux, complaisant, ce n’est pas quelque chose que je puisse tolérer. » Elle avait prononcé ces paroles assez dures sans que le sourire ne s’efface de son visage. « Je ne propose pas le retour de la Camarilla, bien sûr que non, il y a bien une raison qui explique qu’ils aient été chassés de Londres. Non, je n’ai pas d’intérêts pour les faibles. » La Camarilla souffrait d’un problème de rigidité chronique, une faiblesse qui n’était pas sans rappeler les dirigeants ankylosés du Sabbat de Londres. La ville puait comme un flaque d’eau stagnante, et c’était bien son intention de venir touiller le tout.

Elle se leva alors, se disant que c’était bien le temps qu’elle passe à la partie la plus concrète de sa proposition. « Il est temps de sortir de cette ennuyante binarité, tu ne crois pas ? Camarilla… Sabbat, pourquoi choisir ? Pourquoi ne pas en choisir aucune  ?» Son sourire était toujours présent, mais quelque chose dans sa présence indiquait qu’elle passait vraiment aux choses sérieuses. « Ce dont cette ville a besoin, c’est d’un nouveau joueur. J’imagine que tu as déjà entendu parler des Anarchs ». Le mot tomba dans la salle silencieuse. Veda jeta un regard autour d’elles, curieuse de voir si on les épiait. Il y avait bien une raison pourquoi elle avait tenu à parler à Valérie ici, elle voulait qu’elles soient entendues. Bien sûr, c’était particulièrement dangereux de s’exposer à des représailles avant que le mouvement ne soit entamé. Mais de tenter de se débarrasser d’elles serait, premièrement, difficile et, deuxièmement, risqué. En effet, le Bishop risquerait très bien de donner de l’ampleur au mouvement en lui prêtant attention. Veda se demandait bien ce qu’il allait faire de ces nouvelles. Elle resta plantée devant Valérie, lui laissant digérer son discours de recrutement, car c’était bien ce que c’était. L’Assamite n’était pas particulièrement loyale aux idéaux des Anarchs, elle n’était pas une révolutionnaire passionnée. Les vrais Anarchs purs et durs seraient probablement insultés d’apprendre que leur mouvement était ainsi récupéré par une opportuniste comme elle. Elle n’en avait cure. Ce qui l’intéressait, c’était l’équilibre, c’était de tester le pouvoir, que cela mène à son renforcement ou à son renversement, le résultat serait le même. C’était la partie qu’elle ne partageait pas à Valérie et qu’elle ne partagerait pas non plus aux prochaines recrues. Elle n’était pas férue de justice ou d’égalité, ou quoi que ce soit, elle n’avait pas besoin de l’être pour instrumentaliser cette cause. Le mouvement Anarch était un outil, sans plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: war is coming (if you want it) ✵ ft. val   

Revenir en haut Aller en bas
 

war is coming (if you want it) ✵ ft. val

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Londres :: Belgravia-