AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 i hate being sober ▬ jeremiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: i hate being sober ▬ jeremiah   Mar 27 Fév - 20:15

Manteau de cuir Versace posé sur ses épaules comme une cape, veston à bijoux brodés avec pantalon assortie Givenchy, chemise Dolce & Gabanna d’un rouge profond au col droit brodé, chaussures derbies lustrées Givenchy posées nonchalamment sur la barre de métal sous son tabouret ; Wallace est appuyer au bar, tenant son verre d’une main, le regard perdu dans le reflet que lui renvoie le miroir derrière les étagères de spiritueux.

Ses yeux gris sont cernés, ses longs cheveux blond retenu en une queue de cheval austère, sa bouche une mince ligne concernée. Même les boucles d’oreilles à ses lobes, billes d’argent brillantes, semblent ternes. Ces dernières semaines ont été éprouvantes.

Rien à voir avec le Café de Paris : celui-ci à amener son lot de stress usuel, avec la présence policière sporadique, les bris techniques, les filles à gérer dans les loges VIP et les clients trop saoul ou stone pour comprendre quand il est temps de partir. Non, de ce côté, il n’y a rien qu’il ne peut gérer. C’est Fitzrovia qui le tourmente.

Depuis que le Sabbat a pris le dessus sur Londres, le vampire a profité du chaos pour prendre possession de l’ancien fief de son Sire. En utilisant les itinérants s’aventurant dans le quartier, il entreprit la laborieuse tâche de délimiter son territoire de leur sang. Rien de trop violent envers ses confrères vampires, mais un message assez clair. Si quelques personnes sont venues lui causer des ennuis et remettre en cause son autorité, il les a bien vite écrasés. Il n’a pas tué de ses condisciples, toutefois : non seulement cela lui aurait apporté plus d’ennuis, mais ça lui permettait aussi de laisser le message se propager. La majorité des jeunes vampires de Londres, à la grande satisfaction de l’homme blond, respectaient son règne sur Fitzrovia.

Toutefois, son message s’est peut-être un peu trop bien diffusé : en janvier, à peine la nouvelle année passée, il recevait un message de la part de Nathaniele Zavettori. Une convocation et un avertissement tout à la fois. Wallace n’a pas encore répondu à sa sommation, retournant la question sous tous les angles. Après tout, il se pouvait très bien que cette histoire tourne en sa défaveur : Londres entière appartient à l’homme et cela signifie que Wallace marche sur ses plates-bandes. Il pourrait très bien l’appeler à lui pour l’éliminer aussitôt. D’un autre côté, peut-être désire-t-il réellement discuter et Wallace pourrait y trouver son compte, mais si c’est le cas il doit lui répondre bientôt, car il sent qu’une période de politesse est sur le point d’expirer.

La tension de la situation – il refuse de s’admettre qu’il est stressé dû à la crainte que lui inspire le vampire – a fait en sorte qu’il soit venu de plus en plus souvent ici, dans l’un de ses bars favoris, pour se changer les idées.

Un speakeasy caché dans une recoin de Soho : il y a été introduit par une connaissance, car aucune publicité de l’endroit ne se fait en ligne. Il y a deux portes à passer et plusieurs marches à monter avant de trouver l’étroit bar, caché dans la jonction étrange entre deux buildings résidentiels. L’endroit ne porte aucun nom, n’a que trois employés – que Wallace a jamais vu, du moins – et vend des boissons outrageusement chères. Le genre d’endroit où il peut se cacher en paix, au beau milieu de la semaine, et boire ses soucis. Non pas que l’alcool lui fasse quoi que ce soit.

Il regarde le barman, qui prépare silencieusement un verre. Bien qu’il soit au comptoir, le barman est un homme discret qui ne pipe mots et Wallace apprécie cela. Il déteste lorsqu’un employé lui parle par obligation.

Il porte le verre à ses lèvres, soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Jeu 1 Mar - 16:52

Sa rencontre avec Samuel Moore avait, presque littéralement, allumé un feu sous le postérieur de Jeremiah. Pas seulement, mais surtout, la mention qu’il avait fait d’activités suspectes dans Fitzrovia lui avait rappelé l’existence de son bon ami Wallace Renwick.Et par bon ami, il entendait vampire dont il avait drôlement hâte de voir la tête rouler. S’en étant approché un peu trop sans préparation, il avait subi une petite frousse, ce qui l’avait découragé de s’en prendre à Renwick. Mais le rappel de son existence lui avait aussi rappelé le danger omniprésent tant que le vampire serait dans les parages. Même s’il s’en était éloigné pour chasser du menu fretin, Wallace Renwick rôdait certainement encore dans Fitzrovia. Il avait donc pris une décision, plusieurs semaines avant ce jour fatidique. Pour attraper une grosse prise, il fallait se préparer plus que pour pêcher des crevettes. Pour se faire Renwick, il devait faire notes de ses allées et venues, faire le plus infaillible des plans, être aussi méthodique et patient que possible. Il n’avait jamais être capable d’un tel style de chasse, mais il n’avait pas le choix, s’il voulait faire la peau à ce genre de proie.

Il avait commencé par se terrer près du café de Paris, où il savait pouvoir trouver Wallace la plupart du temps, question de pouvoir noter quand il y entrait et en sortait, et où il allait par la suite. Il avait déjà fait une croix sur le fait de l’attaquer dans le club qu’il gérait, il avait déjà fait l’erreur d’envahir le terrain ennemi, il ne le ferait plus. Le jeune homme avait aussi été très étonné que sa cible ne le remarque pas. Il prenait ses précautions, mais il n’était pas un expert de la traque, loin de là. Renwick était-il devenu insouciant ? De ses observations, il avait pu déduire où le vampire semblait habiter. C’était aussi un mauvais choix pour le surprendre. Il avait besoin d’un autre endroit, plus neutre. Endroit qu’il trouva dans cet espèce d’endroit mystérieux où sa proie allait une à deux fois par semaine. Jeremiah n’était pas étranger au speakeasy, bien qu’il n’en était pas fan, cependant, il savait en reconnaître un. Ce genre d’endroit était souvent moins soumis aux normes que les bars normaux. Parfait.

Son endroit choisi, la deuxième phase de son plan devait se mettre en branle. Phase qui impliquait plus d’observation et de plomberie… L’Écossais aurait auparavant plissé le nez devant ces deux mois de travail juste pour pincer une proie. Mais le jeu en valait désormais la chandelle. Plutôt que de continuer d’observer Renwick dont il connaissait maintenant assez bien l’horaire, il se mit à observer ceux qui entraient et sortaient de ce si discret établissement. Il arriva après quelques temps à comprendre quand il ouvrait et fermait. Une fois que cela fut noté, il ne suffisait qu’à s’introduire dans les lieux alors qu’ils étaient vides. S’il affirmait que la suite aurait pu être accomplie sans le visionnement de plusieurs vidéos youtube, il aurait certainement menti. Mais il n’y avait pas de place pour l’erreur. Son plan comprenait l’identification du système de gicleurs, des tuyaux liant ces gicleurs à leur lieu d’approvisionnement et de ce réservoir d’approvisionnement. Une fois cela fait, il ne suffisait que de remplacer la majorité de l’eau par un ingrédient magique. Tout ce qui restait entre lui et Wallace Renwick, désormais, c’était la mise en oeuvre de la chasse en tant que telle.

Et cette mise en oeuvre, c’était ce soir. Son sac à dos émettant de faibles sons de verre qui cognait contre du verre, il s’était mis en marche vers le lieu de la confrontation finale, attendant d’observer l’entrée de Renwick dans le bâtiment avant de se diriger vers la ruelle arrière. Ils avaient peut-être changé leur sécurité depuis qu’il s’y était introduit, mais il n’y avait pas de caméras là-bas, et il s’était permis d’observer, question de voir si une alerte d’incendie précoce viendrait faire échouer tous ses plans. Ça n’avait pas été le cas. Se sentant étrangement calme, il grimpait jusqu’au balcon qui semblait servir de porte arrière pour le minuscule bar, comme il était venu la dernière fois. Il se posta derrière la porte.  Génial, ils n’avaient pas ajouté de verrou. Après tout, il n’avait rien volé. Il prit une grande respiration avant de monter un foulard noir sur son nez et sa bouche et son capuchon sur sa tête. C’était un peu pour éviter d’être identifié mais aussi pour le look. C’était le temps de s’y mettre. Showtime.

Il sortit deux bouteilles remplies d’un liquide clair et dont sortait des petites guenilles de son sac. Il n’y avait rien de mieux qu’un bon cocktail Molotov pour créer le chaos et la confusion. Il alluma une des bouteilles, avant de donner un violent coup de pied dans la porte qui s’ouvrir avec fracas, jetant la bombe artisanale au bout de ses bras. Celle-ci alla s’écraser près du bar, la déflagration faisant tout suite allumer les gicleurs. C’est là que son ingrédient magique entra en scène. Ce qui sortait de ces gicleurs n’était pas de l’eau, mais le même mélange d’alcool et d’essence que dans ses cocktails molotov. Dès que le liquide entra en contact avec les flammes, celle-ci prirent en puissance dans un grand souffle, les quelques clients fuyant vers la sortie, escortés par les employés. Il y avait un de ces clients qui ne devaient pas passer la porte. Jeremiah alluma l’autre bouteille et la lança de nouveau. Elle éclata en morceaux de verre brisés alors que les flammes allèrent lécher momentanément le plafond. Il entra dans le petit bar, sans se soucier des flammes, recherchant de longs cheveux blonds des yeux. Bingo. Il alla attraper un tabouret donc un détacha un des pieds d’un coup sec, Wallace Renwick dans sa mire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Jeu 8 Mar - 20:02

Malgré que ses réflexes ne soient guère affectés par l’alcool qu’il consomme, Wallace eut à peine le temps de tourner la tête vers la source du fracas que sa vision était emplie d’orange et de blanc, des flammes grimpant sur les bancs et se rependant sur le bar.

Il était sur ses pieds, abandonnant son verre sur la surface de bois où un tentacule de flamme cherchait à l’atteindre, alors que l’alarme incendie se mit à hurler, les gicleurs s’activant dans le chaos. L’air chaud monte d’un coup, en une bourrasque violente alors que les flammes sont étrangement revigorées par le système anti-incendie.

Alors que les gens hurlent et se précipitent vers la sortie, Wallace jure et attrape rapidement le collet de son manteau de cuir pour le lever par-dessus sa tête et protéger sa chevelure du liquide et des flammes. Ces dernières semblent être partout et il les contourne maladroitement en essayant de rejoindre la sortie, mais un objet entre soudainement dans son champ de vision avant de se fracasser au sol, de nouvelles flammes bloquant soudainement son chemin.

Il stop et fait volte-face, cherchant la source de ce feu infernal et son regard se pose sur une silhouette entièrement vêtue de noir, avançant dans les flammes sans en sembler importuner. Son regard est définitivement fixé sur lui et une connexion se fait dans son esprit : tout ça, c’est pour lui. On l’attaque.

Sa première pensée fût stupide : il crut, un instant, que Zavettori s’était lassé d’attendre sa réponse et avait décidé de disposer de lui immédiatement. Toutefois, il s’est aussitôt ravisé en se disant que c’était complètement ridicule : le vampire n’a pas besoin de foutre le feu dans un bar pour mettre fin aux jours de l’homme blond. Et puis, s’il s’agissait d’un vampire ou d’une goule, ils n’entreraient pas dans les flammes de cette façon : il en serait tout aussi affecté que lui…

…ce qui lui fait penser qu’il doit bouger. Les flammes se répandent rapidement et il n’y a plus que peu de sol qui reste sécuritaire. Il s’éloigne des flammes les plus proches, plissant les yeux pour garder un œil sur la personne qui s’est maintenant armée. Il a bloqué sa sortie avec des flammes. Intelligent. Toutefois, celui tout en noir se retrouve maintenant entre le vampire et la sortie la plus préservée du chaos.

Sans attendre plus longtemps, Wallace approche de l’inconnu, traversant la pièce jusqu’à être bloqué par un mur de flamme. Il grogne, jetant rapidement des regards au sol : s’il veut traverser de ce côté, il ne peut pas éviter de marcher dans le feu. Wallace est un vampire, créature éternelle de la nuit, mais il sait combien les flammes lui sont dommageable et la douleur qui les accompagnes. Combien de temps avant que ses vêtements ne prennent feu? Combien de temps pour les éteindre avant que sa peau ne s’effrite au contact des flammes?

Incertain, sans autres ressources pour l’instant, le vampire lève la tête vers l’autre et montre les crocs, misant sur son pouvoir de Presence pour créer la terreur dans le cœur du nouveau venu et libérer le chemin vers la sortie. Il feule comme un chat, le tissus de son costume commençant à roussir dans cette chaleur infernale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Lun 19 Mar - 16:22

La chaleur était probablement étouffante tout autour du chasseur et sa proie, mais, pour lui, les flammes et la fumée avait le même effet qu’une brise de juillet, chaud mais agréable. Ce n’était pas un état que partageait Wallace Renwick, visiblement pris au piège, devant choisir entre les flammes et Jeremiah. Le vampire s’était approché de lui, croyant plus en ses chances contre un humain que contre le feu, mais fut rapidement bloqué par un mur de feu s’élevant dans une nouvelle déflagration. Tout se passait exactement comme il le voulait. Jeremiah agrippa sa patte de chaise, prenant la position d’un batteur prêt à recevoir une balle courbe. Sauf que cette balle courbe était un vampire de plus de 6pieds. Un vampire de plus de 6pieds qui n’avait pas dit son dernier mot, montrant les crocs avec conviction à son adversaire. Le chasseur resserra sa prise sur son arme de fortune. Peut-être que si quelqu’un d’autre avait fait une chose pareille, il aurait trouvé cela ridicule. Mais cette vision avait provoqué un frisson dans son dos, un sentiment qui lui rappelait sa dernière interaction avec le propriétaire du café de Paris, interaction qui s’était terminée par Jeremiah qui l’attaquait, un verre de martini en guise de couteau. C’était bien pour ça qu’il devait finir le travail une fois pour toute ce soir, pas de place pour l’erreur, ce vampire était dangereux. Il ne tenta pas de calmer cette peur qui l'habitait, il l'accepta volontiers. Si c'était ce que ça lui prenait pour faire le travail, il voulait bien garder ce sentiment que Renwick allait le découper en pièces. Il allait juste le faire avant lui. Il était né pour chasser et il le savait, Renwick allait le découvrir bien assez tôt.

Les pupilles dilatées, effet de toute l’adrénaline passant dans ses veines, il serra la mâchoire en un rictus invisible sous son le foulard protégeant sa bouche et son nez. « Alright asshole, let’s boogie », déclara-t-il probablement plus pour lui-même que sa proie avant de se jeter directement à travers le feu, frappant de sa patte de chaise comme pour faire  un coup de circuit avec la tête aux longs cheveux blonds de l’autre bord du mur de flammes. Il pensait que le vampire esquiverait, il avait préparé un arsenal dans ses poches pour changer d’arme rapidement et le surprendre, mais ce fut lui qui fut surpris en entendant le bois craquer, la patte de chaise volant en éclat après avoir très certainement touché sa cible avec une force décuplée par le pouvoir du chasseur. Il ne pouvait cependant pas étirer le combat tant que ça, il ne brûlait pas, mais se fatiguerait plus vite. Il lâcha hâtivement le triste bout de bois restant dans sa main et attrapa un couteau papillon dans poches, prêt à passer au corps à corps. Il devait l’achever le plus vite possible, alors que l’effet de surprise faisait encore son travail. Il dégaina le couteau d’un coup sec, prêt à taillader son adversaire assez pour être certain qu’il brûle comme le futur méchoui qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Jeu 22 Mar - 14:40

Le monde bascule, un cillement aigu gobant tout autres sons. Le vampire titube, ses genoux pliant soudainement sans vraiment le laisser tomber. Il se prend la tête à deux mains en se redressant, balançant d’un côté et de l’autre. Sa vision est floue, ses pensées décousues. Cela prend plusieurs secondes avant que le doux bruit des gicleurs et le craquement du bois malmené par la chaleur ne soient perceptibles de nouveau. Que venait-il de se passer?

À peine sa déclaration terminée, presque inaudible au-dessus du rugissement des flammes, l’inconnu avait sauté dans le feu et balancé son arme de fortune dans sa direction. Sa veste de cuir s’est envolé dans la mouvement violent de sa tête et a disparu dans le chaos orange. Wallace cligne des yeux, regarde ses mains couvertes de sang : une plaie sur sa tempe saigne abondamment, tachant ses cheveux blonds et ses vêtements.

Aucune pensée cohérente n’a le temps de se former dans son esprit : la douleur est seule maîtresse de ses instincts. Il gronde, pivotant rapidement vers la forme noire de l’étranger et fonce sur lui sans réfléchir. Le sang dans ses yeux l’empêche de voir clairement, la vive lueur des flammes n’aidant pas. Mais il a une rapidité et une force surnaturelle.

Il balance son poing droit vers la forme, se fichant éperdument d’où il frappe, misant tout sur la force de ses coups. Rapidement, il lève le pied gauche pour décocher un coup de talon et essayer de propulser la personne vers l’arrière. S’il a de la chance, il va tomber et libérer son chemin vers la porte.

Il sent qu’il touche sa cible, mais ses cils sont collés par le sang épais qui coule de sa plaie et qui a cuit dans la chaleur de l’incendie. Il jure en frottant ses yeux. Ses sens lui reviennent lentement, mais c’est loin d’être une bonne nouvelle : il sent maintenant ses pieds et le bas de ses jambes, debout dans les hautes flammes, le feu mangeant le tissu et étrécissant le cuir, ses semelles fondant rapidement alors que sa peau commence à crépiter.

Il rouvre les yeux. Le bar n’est plus que flammes, maintenant. Aucun coin n'est épargné. Il sent une pointe de douleur vive dans son dos, se rend compte que son veston s’est mis à brûler également. Il ne s’embête pas à essayer de le retirer proprement : il saisit les manches et déchire le tissu, laissant les loques tomber dans les flammes.

Sa chemise n’est guère en meilleur état et il avance difficilement vers la sortie, là où les flammes gonflent violemment, nourris par le vent. Une seule chose positive : les gicleurs se sont arrêtés, leurs réservoirs vidés de leur contenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Lun 26 Mar - 22:11

Pour être tout à fait honnête, Jeremiah aurait pu être plus rapide à enchaîner. Surpris d’avoir atteint sa cible du premier coup, il avait été quelque peu déstabilisé, ce qui expliquait pourquoi il n’était pas en train de trouer Wallace à répétition. Il n’en avait pas fallu plus pour laisser l’occasion à ce dernier de réagir comme la bête acculée au mur qu’il était. Cependant, il était visiblement désorienté, ce qui était la seule explication logique de pourquoi le chasseur avait réussi à éviter le coup de poing lui étant destiné, aussi rapide soit-il. Il avait soudainement un déjà vu d’un autre combat au corps à corps qu’il n’avait pas du tout dominé, contre ce type complètement ahurissant à la réunion des toxicos anonymes. Il ne vit arriver que trop tard le coup de pied qui suivait ce coup de poing, il reçut le talon du vampire directement dans le ventre. Vu distance assez réduite qui le séparait, le coup fut plutôt comme une poussée, envoyant voler Jeremiah quelques mètres plus loin, la force surnaturelle de la frappe lui coupant momentanément le souffle alors qu’il tombait le dos sur le plancher en flammes. Reprenant son souffle après quelques secondes à faire le poisson sur la plage, il se releva rapidement avec un grognement qui fut la seule plainte qu'il se permit, ayant gardé son couteau serré dans sa main, l’adrénaline l’empêchant de se soucier du mal dans son abdomen et des probables saignements internes qui avaient pu s’y déclarer.

Cherchant Wallace des yeux, il le retrouva, lui qui se dirigeait tant bien que mal vers la sortie, alors que les flammes menaçaient de le dévorer, mais pas assez rapidement au goût du chasseur qui voyait son plan dégénérer quelque peu. Jeremiah ne pouvait pas le laisser traverser cette porte. Il se mit alors à courir, pour se donner un élan, sautant pour atteindre sa proie, se jetant dessus pour le plaquer au sol brûlant avant qu’il n’atteigne son salut. Il se redressa une fois de plus de sa main libre, le vampire emprisonné sous lui pour un court moment, car il avait clairement la force de se libérer dans les prochaines secondes. Jeremiah ne perdit pas de temps, plantant son couteau une première fois dans le vampire, dans le bas de son dos, ne pouvant se permettre de le faire trop loin d’où son couteau était déjà, de peur d’être intercepté. Retirant brusquement la lame de la plaie qu’il venait de faire, il bougea pour le poignarder à un deuxième fois, tentant sa chance, sachant qu’il devait faire compter chaque mouvement, s’il voulait l’affaiblir assez pour lui porter le coup fatal qu’il verrait sans doute venir d’assez loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Lun 2 Avr - 21:23

Il avait presque atteint la porte, ce rectangle de noirceur au-delà des flammes vives, lorsque quelque chose de lourd lui frappe le dos de plein fouet et l’écrasa au sol. Le monde se mit à tourner, les lignes du plancher distordues en vagues : visiblement, le coup contre sa tempe a laissé quelques séquelles. Cet étourdissement fût dissipé par une douleur vive dans le bas de son dos. Il hurle, sentant une lame terriblement brûlante séparer ses chairs en s’enfonçant dans sa peau et il grogne en balançant le bras vers l’arrière pour repousser la chose qui le blesse ainsi.

Dans son mouvement, son bras interrompt la trajectoire du deuxième coup de son attaquant : la lame se fiche dans l’avant-bras du vampire, qui serre les mâchoires en basculant son corps entier pour se retrouver sur le dos. Il tend sa main libre pour saisir la silhouette sombre par la gorge, serrant avec force.

Le foulard noir qui masquait le visage de l’autre glisse vers le bas, sa pointe coincée dans la poigne du vampire, et même la vision floue de Wallace ne peut l’empêcher de reconnaître les traits de l’autre. Ses pupilles s’étrécissent, ses lèvres s’étire en une grimace dévoilant ses dents, et sa voix est un grondement guttural alors qu’il cris « TOI! »

Il serre sa main avec plus de force sur la gorge de l’autre, prêt à briser ses cervicales comme une brindille, sentant même ses ongles percer sa peau, mais les flammes dévorant ses mollets et la douleur cuisante lui fait réaliser l’urgence de la situation. Il pli son bras, ramenant le visage de Jeremiah près du siens et, avec un hurlement de douleur et de rage, projette le chasseur violemment vers l’arrière. Il se redresse rapidement, des éclairs de douleurs parcourant son corps, provenant de ses jambes, de son dos, de son bras. Il ne cesse de gronder, sa douleur étant trop grande pour des mots, se remettant sur pieds, cherchant à s’orienter de nouveau vers la sortie.

Il repère le rectangle de noirceur, tordu. Il se traine dans sa direction, clopinant pour éviter de déclencher la douleur dans le bas de son dos – le chasseur doit avoir toucher un nerf dorsal. Il ne restait que deux ou trois pas à franchir lorsqu’un bruit assourdissant, comme si l’immeuble lui-même s’était mit à crier, se fit entendre, une vibration faisant perdre pied au vampire alors qu’il observe, sans trop le comprendre, un pan du plafond s’affaisser sur le cadre de porte.

La sortie vient de disparaître. L’endroit n’est que noirceur, chaleur et vive lueur : les flammes mangent tout autour d’eux, projetant des ombres dramatiques. Wallace se redresse, lèvres entrouvertes, regard vide.

Il va mourir.

La certitude le frappe comme un seau d’acide, grugeant son être jusqu’à son centre. Il va mourir. Il pivote lentement sur lui-même, ignorant les flammes qui lèchent ses mains, qui brûlent ce qui reste de son pantalon et des lambeaux de sa chemise. Ses yeux bleu acier cherchent la silhouette sombre de Jeremiah.

Il n’a plus rien à perdre.

Ce chasseur va périr avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Lun 2 Avr - 23:45

Dans un mouvement désespéré, Wallace avait tenté de bloquer la fine lame du couteau-papillon de son bras. La lame entra dans le muscle, Jeremiah la secoua pour faire le plus de dommage possible au muscle. Cet effort le déconcentra des intentions de sa proie qui se retourna sa crier gare, lui enlevant son arme des mains. Il fut pris de court et bien assez rapidement, pris à la gorge. Il sentit tout de suite une poigne titanesque écraser sa gorge. Ses mains tentèrent de repousser celle qui l’étranglait dans un réflexe vain main rien n’y faisait. Prisonnier de sa position agenouillée sur celui qui l’attaquait désormais, il ne pouvait rien faire alors que des griffes perçaient la peau de sa nuque. Il commença rapidement à manquer d’air, ses yeux roulant vers l’arrière de son crâne. Soudainement, alors que la fin semblait inévitable, l’air lui revint tout d’un coup, alors qu’il volait inexplicablement dans les airs. Il respira dans une grande goulée paniquée en plein vol plané avant de s’écraser une fois de plus sur le plancher de plus en plus ravagé par les flammes. Il se tordit de douleur en toussant profondément, amenant ses main à sa gorge pour y sentir des cavités sanguinolentes où les griffes de Wallace avaient percé sa peau avant qu’il ait un inexplicable changement d’idée. Le souffle encore court, il réussit à se hisser à quatre pattes, décelant la silhouette du vampire qui se dirigeait une fois de plus vers la sortie. Jeremiah rassembla ses forces pour se relever, mais il n’était pas assez rapide. À ce rythme, sa proie allait lui échapper.

Puis, ce fut comme si la justice divine avait finalement pris son côté, la providence incroyable faisant que cette sortie, pourtant si près de Wallace, s’écroula soudainement. Le chasseur, finalement debout, ne put retenir un soupir de soulagement, hochant lentement la tête. Cet endroit allait s’écrouler sans aucun doute, et pourtant, la chance lui souriait. Il regarda la réalisation inverse faire son chemin vers Wallace, dont l’unique salut venait de littéralement s’écrouler. Ce fut avec l’expression de quelqu’un qui a déjà tout perdu qu’il se retournait vers lui. Une pensée lui vint alors, une évidence. Aucun d’eux n’allait pouvoir sortir de ce ce building n’est-ce pas ? S’il voulait s’assurer de la mort de Wallace Renwick, il allait probablement devoir l’y accompagner. Il émit un rare et court éclat de rire, la voix encore rauque. C’était exactement comment il s’imaginait mourir au moins. Il lança à son adversaire, d’un ton assez fort pour couvrir les crépitements et gémissements de la structure qui menaçait de s'effondrer: « Je te l’avais dit... Je te l’avais dit que je reviendrais te buter une fois pour toute ! » Il se pencha, les mains sur ses cuisses, pour reprendre son souffle. Il était épuisé. Il n’était jamais resté dans un feu si longtemps. Mais ce n’était pas grave. Tout ce dont il avait besoin, c’était quelques minutes. Après tout ça, le feu ferait bien ce qu’il voudrait de lui. Peut-être que le vampire avait oublié mais pas lui. Il n’avait pas oublié ce qu’il avait promis de lui faire, et il avait l’intention de tenir sa promesse. Jeremiah avait même l’impression qu’il allait mourir heureux avec tout ça. Comme promis, cette enflure de Renwick allait mourir en petit tas de cendres ordinaires et anonymes. Il se redressa au prix de grands efforts, délivrant sa provocation finale, n’ayant pas non plus oublié les paroles hautaines que lui avait adressé le vampire lors de leur dernière échauffourée: « Le bétail t’emmerde, Renwick ! » C’était ce bétail qui allait descendre le caïd de Fitzorvia. S’il avait fait quelque chose dans sa courte carrière londonienne, ce serait bien ça. Il ferma les yeux une fraction de seconde et prit une grande respiration, se préparant à ce que la douleur ne se fasse plus trop attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Ven 6 Avr - 22:49

La voix de Jeremiah lui parvenait étouffer, au travers du rugissement des flammes, mais Wallace entendit parfaitement ses tirades. Étonnement, il n’en ressenti rien : toute sa colère s’est écroulée avec la structure du bâtiment. Il n’est qu’une coquille vide, confus et obsédé par l’idée que sa fin arrive à grands pas. Et par la vengeance.

Il grogne et avance, piquant au travers des flammes pour rejoindre le chasseur. Il lui fonce dedans à pleine vitesse, le plaquant accidentellement contre l’une des poutres de soutient au centre de la pièce : il a tenté de lève le bras droit pour le saisir, mais son avant-bras a refusé de coopérer et il est entré en collision avec Jeremiah. Son bras pend mollement, des rigoles de sang s’étiolant autour du manche de l’arme du chasseur, la pointe argentée de la lame pointant hors de la peau du côté opposé. Wallace gronde, redressant la tête et lève le bras gauche pour saisir les cheveux noirs de l’autre. Il tire violemment sa tête sur le côté, le regardant dans les yeux.

« Mort… un… tu un mort… » Il gronde, frustré : que ce soit le coup contre sa tête ou la douleur qui le ronge insatiablement, Wallace est incapable de former une phrase cohérente. Son esprit nage dans des brumes épaisses, la seule constante étant l’ombre de la mort planant au-dessus d’eux et son dégout envers Jeremiah. Il serre sa poigne si fort sur ses cheveux qu’il sent ses ongles érafler sa peau. Soudainement, une idée. Une lueur s’allume dans ses yeux et il tire la tête de l’autre vers l’arrière, libérant l'accès à sa carotide avant d’y enfoncer ses dents sans délais.

Il va mourir, certes, mais s’il boit son sang il aura peut-être assez d’énergie pour le faire souffrir d’abord : son désir de vengeance est ce qui l’a gardé en vie aussi longtemps, quelques minutes de plus seraient un vrai délice. Il prend de longues gorgées, autant qu’il peut, ayant une pensée futile et éphémère sur sa déception que le sang de son ennemi goûte si bon. Il ne s’éternise pas, voulant éviter que l’autre ait le temps de réagir et décroche ses lèvres de son cou, réussissant à gronder une phrase au-travers de sa gorge irritée par la fumée.

« Tu vas crever le premier. »

Il le pousse au sol sur le côté d’un puissant mouvement avant de venir saisir le manche de l’arme fichée dans son bras. Il retient son souffle avant de la retirer d’un coup sec, ferme brièvement les yeux pour retenir la nausée qui le saisit subitement, puis les rouvre pour se fixer sur son ennemi.

Il fait pivoter l’arme dans sa main pour mieux la tenir puis balance son bras en visant le ventre de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Sam 7 Avr - 0:20

C’était comme ça qu’il s’imaginait que ça se déroulerait. Il s’était souvent imaginé mourir ainsi, dans une gloire assez personnelle, sans aucun autre témoin que son adversaire et les flammes qui dévoraient la pièce. Il vit Renwick qui traversait les flammes, débarrassé de toute la crainte qu’elles lui inspiraient quelques secondes auparavant. Tous deux savaient qu’ils allaient mourir ici. Alors que le vampire s’approchait de plus en plus, Jeremiah se répétait sans cesse la même pensée. C’était une bonne façon de partir, celle qu’il avait choisie, celle à laquelle il s’attendait toutes les nuits. Son dos alla s’écraser sur une poutre qui craqua d’un bruit inquiétant, semblant prête à s’effondrer à tout moment. Le chasseur n’avait pas vraiment de temps pour penser à l’intégrité du bâtiment, son souffle coupé une énième fois. Un flottement d’une fraction de seconde s’installa alors entre les deux adversaires à court d’issues et de stratégies, un complètement épuisé et l’autre au bras inutilisable. Wallace réagit finalement le premier, attrapant le jeune homme par les cheveux. Il serra les dents. C’était assez ironique de se tapper des vols planés par dessus vols planés mais d’avoir quand même le luxe de trouver qu’il était douloureux de se faire tirer les cheveux. La perspective de mourir bientôt lui donnait envie de rire de tout et rien… Leurs yeux se rencontrèrent, alors que le vampire semblait avoir perdu la capacité même de parler. Une fois le masque craqué, c’était un animal, rien de plus. Jeremiah n’aurait pas vu de différence entre son regard et celui d’un fauve tournant en rond dans son enclos de zoo. Peu importe ce qu’il lui réservait, il était prêt, et ça n’y changerait rien, se disait-il, jusqu’à ce qu’il voit l’autre ouvrir grande sa bouche pleine de crocs.

Il n’avait jamais été mordu, de toute sa carrière de chasseur. Un hoquet s’étrangla dans sa gorge prise d’assaut, alors que la douleur subite le figea complètement. Il sentit littéralement que l’on retirait la substance de son corps à travers ses veines, ses genoux fléchirent, la présence oppressante de Renwick l’empêchant de s’effondrer au sol tout de suite. Ce qui était une certitude théorique en était une tout à fait pratique, il allait mourir. Il tenta s'immiscer ses mains entre lui et son assaillant désespéré afin de le repousser, mais chaque gorgée le vidait de sa force à un point presque mesurable. On aurait dit une éternité à vivre cette sentation de la plus dégoûtante vulnérabilité. Lorsque les dents de Wallace se retirèrent enfin de sa gorge, Jeremiah n’y voyait plus clair. Il n’eut pas besoin d’être poussé très fort pour s’écrouler au sol, lui que ses jambes ne soutenaient plus depuis de longs instants déjà.

Le visage contre le plancher, déjà poisseux du sang qui s’échappait de ses plaies, le jeune chasseur se rendit à l’évidence. Cela n’avait rien à voir avec le fantasme glorieux qu’il s’était fait de sa mort. Il ne s’était jamais imaginé qu’il ferait si froid. Il ne s’était jamais imaginé avoir regretté que personne ne soit là pour l’aider. Mais à ce moment précis, il se sentait seul et petit. Il se retourna sur le dos avec une plainte, voyant l’ombre floue de Renwick qui se penchait vers lui. Une évidence lui vint alors. Il ne voulait pas mourir. Ce n’était pas ce qu’il était venu faire ici. Il avait voulu en finir avec Renwick pour une raison contraire. Il voulait se débarrasser de Renwick pour vivre un peu. Pour passer du temps à regarder le soleil, à boire des sodas dégueulasses sans regarder par-dessus son épaule. Comment pouvait-il faire ces choses s’il mourrait ici en espèce de chien galeux qui avait baissé les bras ? Avec l’énergie de ses dernières forces , il attrapa le poignet de Renwick, tirant dessus avec un grognement, utilisant la force de ce dernier contre lui, et lui faire lâcher l’arme fatidique. Un fois le couteau de nouveau en sa possession, il alla le planter directement dans la main qui le tenait, traversant la paume pour venir se ficher dans le bois du plancher. Puis, il recula, tentant de se relever en hâte pour mettre le plus de distance entre lui et le vampire. Il allait vivre, merde, c’était le but de l’opération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

brujah - sabbat
Messages : 51

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Dim 8 Avr - 22:47

Peu importe l’état lamentable dans lequel il était lui-même, il n’aurait jamais cru son adversaire capable de le maîtriser : après tout, quelques secondes plus tôt, alors qu’il se gorgeait de son sang, ses mains faiblardes lui étaient inutiles pour le libérer. Mais il semblerait que son impuissance n’était qu’abandon et qu’une nouvelle flamme l’animais maintenant, alors qu’il tire le vampire vers l’avant, lui faisant perdre pieds et lâcher prise sur son arme.

Wallace trébuche, ses genoux bien à vif frappant le sol plein de suif et sa vision vacillante de nouveau lui fait serrer les dents pour ne pas vomir le peu de sang qu’il a réussis à ingérer. Cet étourdissement permis de nouveau à son ennemi d’agir. Wallace n’eut même pas conscience des mouvements de Jeremiah avant de sentir la déchirante douleur dans sa main.

Il hurle, de rage et de douleur : alors que ses jambes guérissent aussi vite qu’elles brûlent, son esprit trouve encore l’énergie de recevoir les signaux des nerfs de sa main percée par une lame. Il jure, marmonnant des mots dont il ignore la justesse ou l’existence, forçant sa vision à se stabiliser, essayant de demander à sa main droite de fonctionner, de réagir, de se tendre vers l’arme et de la saisir pour se libérer. Malgré toute sa concentration, le membre reste inerte, bien que tremblant plus fort qu’auparavent. Grinçant des dents, il tourne la tête vers le chasseur. La colère gonfle de nouveau en lui, de retour après une brève pause et il lève la main gauche, forçant contre le manche de l’arme pour forcer la lame hors du bois abimé. L’effort lui tire un grondement, ses yeux gris fixés sur son ennemi avec la détermination d’un prédateur.

D’un mouvement soudain, la lame s’extirpe des lattes et le bras du vampire monte en arabesque dans les airs. Il se relève, un pied à la fois, le dos courbé, le regard toujours ancré sur celui en noir. Il lève la main gauche à son visage, saisit le manche du couteau avec ses dents et retire enfin la lame de sa chair. Il ouvre la bouche pour laisser l’arme tomber au sol, puis passe la langue sur ses lèvres pour se débarrasser des traces de son sang.

« Crève, » croasse-t-il, sa gorge éreintée par les cris et les flammes. « Crève, » répète-t-il, faisant un pas vers l’autre. « CRÈVE, » crie-t-il, accélérant sur ses membres calcinés. « CRÈVE! »  hurle-t-il, les pupilles étrécies, presque sur son ennemi, sa main sanguinolente tendue.

Mais soudainement, le monde bascule. L’immeuble gronde et soupire, les lattes noires du plancher cédant sous les pas lourds du vampire. Les ténèbres de l’étage inférieur l’accueil alors que sa main tendue se referme sur l’air à quelques centimètres du pied de Jeremiah, frappant le plancher avant de glisser dans l’ombre à sa suite.

Sa réception est sèche et douloureuse, ses pieds frappant le plancher, faisant craquer ses chevilles avant que le reste de son corps ne se fracasse contre les débris. Sa bouche s’ouvre sur un cri silencieux, la douleur trop grande pour que son esprit ne lui accorde une voix. Il cherche son souffle plusieurs secondes avant de se souvenir qu’il n’en a guère besoin. Au-dessus de lui, plus haut qu’il ne l’aurait pensé, un trou de flammes oranges.

Le sol est frais.

Il veux dormir.

Il secoue la tête. Non. Il est loin des flammes. Il doit être au rez-de-chaussée. Une porte doit être accessible. Il peut partir. Il peut fuir.

Il roule difficilement sur le ventre, cherche à s’orienter. Il aperçoit quelques fenêtres, des lueurs rouges et bleu y luisant sporadiquement. Mauvais signe. Mauvais côté. Il s’en détourne et rampe, plantant ses ongles dans le sol pour se trainer, par-dessus les débris, jusqu’à une autre pièce. Il s’agrippe à un cadre de porte, parvient à se mettre sur pieds. Il est confus, a l’impression d’être dans un tout autre univers.

La sortie. Il doit sortir. Il entre dans la pièce et titube jusqu’à un carré légèrement plus clair, sur le mur : une fenêtre. Il l’ouvre d’un mouvement, à peine déconcentré au son de la serrure brisée hors de ses gonds et se hisse dehors, s’affalant au sol comme une poupée de chiffon. L’air est frais. Il entend des voix inquiète au loin. Les badauds, les voisins. Il les emmerdes : il est vivant.

Il se redresse et s’éloigne vers les rues sombres de Londres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 100

MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   Lun 9 Avr - 14:53

Encore à moitié assis sur le plancher éprouvé, Jeremiah tentait à la fois de reculer et de se redresser, une entreprise qui s’avéra être trop ambitieuse pour ses capacité actuelles. Un faux mouvement plia un de ses bras dans un angle désavantageux, lui qui arrivait déjà à peine à se soutenir au-dessus du sol. Son bras céda et il retomba sur le dos. Mais le hurlement inhumain qu’avait poussé Renwick l’avait motivé à se relever aussitôt en panique. Il arriva à redresser le haut de son corps, juste pour que son regard croise celui de son ennemi, encore perceptible à travers les flammes. Deux yeux fichés sur lui tels de missiles, qui ne se détachaient pas de sa cible, peu importe les circonstances. Soudainement, le couteau censé l’immobiliser était retiré du plancher et le sang qui restait à Jeremiah lui monta aux oreilles tambourinant avec frayeur. Il regarda de tous les côtés. C’était maintenant lui qui se retrouvait piégé. Il allait finir par l’avoir. Il avait tenté par tous les moyens de s’en sortir mais c’était fini. Wallace allait bien finir par l’attraper. Le jeune homme déglutit alors que le vampire se débarrassait de la lame comme d’un agaçant cure-dent. Tétanisé, il avait oublié de continuer à reculer. Il serra les dents, les yeux rivés sur le prédateur qui réduisait considérablement la distance entre eux à chaque pas.

« Merde, merde, merde  », gémit-il comme une prosodie terrorisée, alors qu’il tentait de se sauver vers une issue inexistante, encore sur le dos, sachant que le temps de se mettre sur ses deux jambes serait le même dont le vampire avait besoin pour l’atteindre. Il n’avait jamais eu aussi peur de sa vie, alors que cette forme calcinée et grotesque arrivait presque à portée de main de lui. Il s’arrêta et ferma les yeux, priant à il ne savait qui ou quoi. Mais la douleur ne vint pas, au lieu de celle-ci, un craquement et le bruit d’une main désespérée sur les lattes. Le jeune chasseur rouvrit les yeux, constatant le trou béant où se tenait, quelques instants auparavant, Wallace Renwick. Il se laissa tomber sur le dos, se permettant une grande inspiration. Il ne sait à qui il avait prié, mais on avait répondu à son appel. Ses deux mains vinrent s'aplatir dans son visage. Oh putain.

Cet instant de félicité ne dura qu’un court instant, alors qu’une sentation de chaleur se mit à parcourir tous ses membres. Il remarqua pour la première fois que la totalité de ses vêtements étaient en feu.Et il n’avait plus asez d’énergie pour s’empêcher de brûler bien longtemps. Il roula sur le côté, le goût du sang emplissant sa bouche. Il se mit sur les genoux, puis sur ses jambes, la fumée commençant à lui piquer les yeux et la gorge. Il jeta un oeil au trou dans le plancher, trop haut… Et il savait qui d’autre l'attendait en bas. Il se traîna jusqu’à la porte par laquelle il était entré. Encore quelques petits pas, et il serait en sécurité. Il se répétait ce mensonge pour trouver le courage de mettre un pied devant l’autre. Il arriva devant l’ouverture recouverte de débris que le dernier effondrement avait miraculeusement fait bouger assez pour permettre de se glisser à l’extérieur, ce qu’il fit, laissant son sac à dos carbonisé à l’intérieur du speakeasy détruit. Le sensation de la brise nocturne sur sa peau lui donna presque envie de pleurer, il ne pensait pas qu’il la sentirait à nouveau de si tôt. Plan de match, quitter les lieux, passer un coup de fil à Hunter, et il serait comme neuf. Oui c’était un bon plan. Il s’approcha du rebord de petit balcon, passant une jambe dans le vide pour atterrir en douceur. Un nouveau grondement se fit entendre, alors qu’il se retrouvait dans un califourchon bien désavantageux. Sa vision bascula alors que le mur extérieur de la bâtisse s’écroulait. Il aperçut vaguement des lumières rouges et bleues, comme un kaléidoscope avant de percuter durement le sol. Ses mains sur lesquelles il atterrit s’écorchèrent sur l’asphalte alors qu’il roulait à travers les quelques briques projetées avec lui, évitant de justesse la plus grosse partie du mur qui s’était simplement effondrée sur elle-même. Il cligna des yeux, apercevant par intervalle des bottes qui se dirigeaient vers lui, entendant un mélange de voix, de sirènes et de sonneries de walkie-talkie. Non, il était trop crevé pour gérer ça. Il ferma les yeux une nouvelle fois contre le sol frais et les garda fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: i hate being sober ▬ jeremiah   

Revenir en haut Aller en bas
 

i hate being sober ▬ jeremiah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» SOBER [06/03 20h25]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Londres :: Soho-