AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 If these streets could talk ➖ Hunter (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Mar 1 Aoû - 22:55

Ce matin-là, Londres était superbe. Légèrement ensoleillée, les traces de pluie de la veille commençant à sécher tranquillement. Il n'y faisait pas trop chaud, un léger vent faisant virevolter les cheveux des Londoniens qui marchaient dans les rues. Parmi eux, un jeune canadien, débarqué dans la capitale Anglaise quelques mois plutôt. Il s'était rapidement mis à l'aise avec sa ville d'adoption pour les années à venir. Il aimait beaucoup l'ambiance qui régnait à Londres, son énergie et son histoire. Il adorait cette ville, même s'il y était depuis seulement deux ou trois mois. Son Université était bien entamée, il ne tapait pas les scores auxquels il était habitué lorsqu'il était plus jeune mais au moins, il se tenait plus haut que la note de passage. Ses cheveux bruns étaient cachés sous une casquette, qu'il portait à l'envers, son torse caché sous un chandail gris léger et il portait un jeans. Il était rare qu'il s'habille ainsi pour aller à ses cours mais il n'avait tout simplement pas eut le temps de repasser chemise et pantalon ce matin-là, réveillé en panique par un simple regard à son réveil-matin. Il s'était rapidement rendu à son seul cours de la journée, son estomac criant famine jusqu'à ce qu'il décide de retourner chez lui pour en calmer les cris.

Derek marchait tranquillement. Même si son estomac était en train de s'autodigérer, il appréciait toujours autant les rues de Londres. Autour de lui, les gens se mouvaient comme une grande vague humaine, ils bougeaient au même rythme, certains parlant au téléphone, d'autres avec leur musique aux oreilles, ou certains tenant leur mallette à la main, en route pour un rendez-vous important. Au détour d'une rue, le jeune homme vit un groupe un peu plus important que les autres, rassemblé autour d'il ne savait trop quoi ou trop qui. Il haussa un sourcil, s'avançant vers le groupe. Un sourire apparu sur ses lèvres lorsqu'il vit le jeune homme qui était entouré. Tous le regardait faire ses petits tours de magie. Derek vit alors aux pieds du jeune homme en question un petit pot où on voyait quelques pièces de monnaie. Les cris de l'estomac du hunter reprirent de plus belle et il se retourna pour voir s'il y avait des restaurants tout près. Apercevant un café de l'autre côté de la rue, il traversa et y fit la file jusqu'à la caisse. Il commanda un sandwich au jambon sur un croissant avec un café. Son regard s'attarda sur la fenêtre donnant sur la rue où le jeune homme faisait ses tours. Les gens commençaient à quitter la scène, laissant le pauvre tout seul.

« Je vais prendre deux fois la même chose, finalement. » dit-il au caissier lorsqu'il revint lui donner sa commande, pour le faire payer en même temps.

Une fois le deuxième sandwich et le deuxième café en main, il quitta le petit restaurant. Le jeune étudiant s'approcha du jeune magicien.

« Est-ce que je peux m'asseoir? »

Il leva le sac et le porte gobelets qu'il tenait dans ses mains.

« J'ai de quoi manger. »

Il n'attendit pas la réponse de l'autre. Il pris place à ses côtés, lui tendant un sandwich et un café, avant de prendre une bouchée du sien.

« Bon appétit! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Mer 9 Aoû - 22:22

Le soleil est éblouissant et impitoyable et la petite foule rassemblée autour de lui ne parvient pas à protéger ses yeux de sa lumière. Il coupe le jeu de carte machinalement, demandant avec des sourires forcés « Est-ce votre carte? » encore et encore, les « Oooh » et les « Aaah » des badauds couvrant les grondements de son estomac. Il meurt de faim.

La nuit dernière a été froide et humide – la température chute drastiquement, les nuits de pluie, sauf quelques exceptions particulières durant la saison des orages. Son corps a dépensé tellement d’énergie à le réchauffer pendant son sommeil qu’il s’est réveillé avec l’estomac dans les talons et les mains trop tremblantes pour tenter de pickpoquet qui que ce soit.

Il ne sort son vieux paquet de carte qu’en de tels occasions, où il a envie d’argent rapide sans vouloir – ou pouvoir – le voler. Ses cartes sont si vieilles que le blanc a jaunis, que tous les coins sont abimés et gonflés, rendant difficile de les mélanger et quelques-unes sont manquantes – à savoir le 4 de trèfles, le valet de cœur et le joker noir et blanc – mais il les aime bien.

Alors il est là, assis sur sa veste de jean, portant une camisole blanche sous un vieux chandail bleu. Sa manche droite est remontée jusqu’au-dessus du coude, mais pas la gauche : il évite de montrer ses cicatrices lorsqu’il mendie, ce n’est pas du bon business. Ses cheveux légèrement ondulés sont ébouriffés en tous sens, lui tombant sur le visage ou pointant vers le ciel.

Son énième tour de passe-passe tire quelques rires aux personnes encore présente, un petit tintement se faisant entendre lorsqu’ils laissent tomber quelques pièces de monnaie dans le petit pot qu’il a mis au sol devant lui, puis voilà le petit groupe qui se disperse. Hunter glisse le paquet de carte dans l’une des poches de sa veste au sol avant de se frotter le visage à deux mains. Il attrape le pot et compte son profit avec un petit soupir. 5 livres et 82 pences. Il peut surement s’acheter un muffin. Ou un café. Merde, qu’est-ce qui va le soutenir assez pour lui donner le temps de se faire plus d’argent?

Il est interrompu dans ses réflexions par l’approche d’une nouvelle personne. Il lève les yeux, prêt à demander « Un petit tour? » avec un sourire commercial, mais il est pris de court quand l’autre lui demande s’il peut s’assoir. Il ouvre la bouche pour répondre, mais l’autre poursuit déjà : « J'ai de quoi manger. » Ces simples mots lui tordent l’estomac et laisse surement paraître sur le visage du coréen à quel point il désir cette nourriture.

L’autre s’assoit sans attendre sa réponse et c’est aussi bien : l’attention du garçon est fixée sur le sac de papier brun. Le garçon sort un sandwich dudit sac et attrape l’un des deux cafés pour les lui tendre et Hunter s’en empare avidement. Il pose le café à côté de lui et prend le sandwich à deux mains, entendant à peine ce que l’autre lui dit alors qu’il enfourne la moitié du croissant en trois bouchés rapides. Il ferme les yeux, savourant la nourriture et laisse tomber sa tête sur son torse, soupirant de soulagement.

Il mâche lentement ses énormes bouchées, la tête vide, puis déglutit avant d’attraper son café pour en prendre une gorgée. Il est brûlant, mais il n’a pas envie d’attendre qu’il refroidisse. Il prend une nouvelle bouchée et une autre gorgée encore avant d’être enfin assez calme pour rapporter son attention sur l’autre.  Plutôt jeune, surement dans les environs de son âge, l’air décontracté, des vêtements pas si usés, plutôt propres : il n’a pas l’air de manquer de moyens. Sa casquette à l’envers lui donne l’air d’un de ces mecs sportifs qui sont très directs, mais généralement des bons types.

Hunter se passe la langue sur les lèvres, a un sourire en coin. « Merci. » Il lève le sandwich – ce qu’il en reste – et le café, comme s’il était nécessaire de préciser pourquoi il le remerciait. « J’en avait bien besoin. » Il a un petit rire, jette un regard autour d’eux, analysant les trottoirs et les passants présents avant de revenir à l’autre.

« Loin de moi l’idée d’être ingras, » commence-t-il prudemment, le regardant de côté, « mais y’a pas un mec caché quelque part qui me filme pour que vous ayez l’air de chics types sur facebook, hm? » Il hausse les épaules, comme si c’était sans importance, mais il est vraiment nerveux. Il a entendu parler de ce mouvement de vidéos virales et ça exacerbe sa paranoïa depuis. « Je préfèrerais éviter que ma tête se retrouve en ligne. Sans offenses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Lun 6 Nov - 21:34

Ce n'était pas dans la nature de Derek de déranger ainsi des étrangers, surtout si son interruption faisait en sorte que l'individu ne récolte pas d'argent, comme ce jeune magicien de rue à qui il venait tenir compagnie. Mais, c'était dans la nature du Canadien de vouloir faire quelques gestes de gentillesse envers autrui. C'était ainsi qu'il avait été élevé et éduqué. C'est pour cette raison qu'il venait d'acheter ce sandwich et ce café pour le jeune homme. Au lieu de lui remettre quelques pièces, l'étudiant avait simplement décidé de lui payer le repas. Il ignorait tout de la situation du jeune homme qui se trouvait près de lui, son geste pourrait être mal vu par le magicien, ou pas. Derek avait toujours eut dans l'idée d'aider les gens au meilleur de ses capacités, c'était pour cette raison qu'il avait décidé d'aller en droit à l'Université. Il avait maintenant une occasion, hors du cadre scolaire, de poser un geste qui montrait une partie de l'étendue de sa gentillesse. Un sourire se dessine sur les lèvres de Derek lorsqu'il tend les deux items au jeune homme et que ce dernier s'en empare presque aussitôt. Le canadien avait visé juste, son intervention était plus que bienvenue.

Il pris une bouchée de son propre sandwich, mordant dans le croissant à pleines dents alors qu'il voyait son compagnon en engloutir presque la moitié en quelques secondes à peine. Derek est plus patient que l'autre, mais il se dit qu'à voir la façon dont il engouffre la nourriture, il a peut-être passé quelques jours sans se mettre quelque chose sous la dent. Pendant que les deux mangent en silence, l'étudiant se laisse aller à le regarder. Il tente de trouver l'histoire derrière le personnage, savoir qu'est-ce qui l'a poussé à faire ses petits tours de magie. Il plisse les yeux, comme si le regarder de cette façon pouvait lui permettre de le scruter jusqu'au fond de l'âme. Finalement, le magicien lève les yeux vers lui, montrant le sandwich et le café en le remerciant. Derek hoche la tête de haut en bas, terminant de mastiquer sa propre bouchée. Lorsque l'autre confirma ses impressions, le jeune homme se sentit soulagé d'avoir pu lui procurer cette nourriture qui lui semblait salutaire.

« Tu as pas à t'en faire; je fais pas ça pour les likes. Tu te retrouvera pas sur le web. », Il bu une gorgée de son café avant de reprendre : « Je me suis dis que les pièces de monnaie et les tours de passe-passe devaient avoir un but quelconque.»

Il croqua dans son sandwich, le mangeant moins vite que son nouveau compagnon, qui en était presque à la fin. Pourquoi faisait-il ça? De juste s'asseoir avec un étranger, lui offrir à manger. Peut-être qu'il faisait ça par simple plaisir. Peut-être le jeune homme était en train de perdre de l'argent à cause de lui. Il aurait mieux fait de laisser tomber les quelques pièces de monnaie qui traînait dans la poche de son jeans et le laisser tranquille. Derek jette un coup d'oeil au petit pot qui lui sert à récolter son argent. Il n'a pas l'air bien bien remplis. Au contraire, quelques livres mais sans plus. Du coup, le jeune Canadien se sent un peu mieux d'avoir accomplis cette bonne action.

« Je t'ai vu aller tantôt. Tu es bon! Et les gens ont l'air de bien aimer le spectacle! » dit-il en essuyant les miettes de pain sur le bord de sa bouche, « J'espère que je ne te ferai pas perdre trop d'argent. »

Deux gorgées de café suivirent ses paroles. Il ne savait pas trop comment entreprendre une conversation avec le jeune homme mais Derek ne voulait pas le quitter tout de suite.

« Comment tu t'appelles? Moi c'est Derek. » dit-il en hochant sa tête comme une salutation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Dim 26 Nov - 20:50

Mangeant son sandwich avec lui, l’autre semblait tout à faire à l’aise et naturel. Pas le genre d’attitude qu’aurait un type cherchant à provoquer une réaction chez l’itinérant pour faire du buzz en ligne. Et avec raison, le brun lui confirme qu’il n’y a pas de caméra cachée ou de plan diabolique pour de la popularité éphémère.

« Je me suis dis que les pièces de monnaie et les tours de passe-passe devaient avoir un but quelconque.» qu’il conclut. Le coréen hausse un sourcil et a un petit rire en lançant, malgré lui, un dernier regard aux alentours. En règle générale, beaucoup de personnes croient que l’argent qu’ils donnent à des personnes dans la rue sera investie dans de l’alcool ou de la drogue. Le coréen est persuadé que la plupart des gents croient qu’il est à la rue à cause de problèmes de dépendances, même s’il a l’air parfaitement en santé : après tout, pourquoi un mec aussi jeune en serait à demander la charité si ce n’était pour ça?

Mais peu importe ce que les gens pensent : c’est plutôt cool de recevoir à manger. Hunter prend une longue gorgée pensive de son café, puis une autre bouchée de son sandwich avant de ramener son attention sur l’autre. Le type complimente ses talents de magicien et le coréen s’étouffe presque sur sa bouché en riant. Il déglutit, tousse et sourit, l’air amusé.

« Merci, » lance-t-il à l’autre en faisant une simili-révérence, « beaucoup de pratique et un estomac creux font des merveilles. » Il reprend une bouchée, tendant une oreille distraite à l’autre commentaire du garçon, puis agite la main pour chasser l’inquiétude de l’autre, secouant brièvement la tête négativement. Il lève un doigt de la main tenant son café pour lui dire d’attendre, puis mâche rapidement sa bouchée pour pouvoir répondre.

« Non, mec, t’inquiète. Avec ça – » il montre le café et le sandwich de nouveau, « j’ai tout ce qu’il me faut pour continuer ma journée. » Il sourit, sincèrement cette fois. Il n’avait besoin que d’un quelque chose pour lui caller l’estomac et il sera libre de faire ce qu’il veut pour se faire de l’argent aujourd’hui. L’autre buvait son café et Hunter fit de même. Il avait légèrement refroidit et ne lui brûlait plus le palais, maintenant.

« Comment tu t'appelles? Moi c'est Derek. »

Il ramène son regard sur l’autre. Il mentirait s’il disait qu’il était surpris – les gens ont tendance à vouloir faire du small talk – mais il aurait quand même aimé éviter les épanchements personnels. Il n’aime pas trop en laisser savoir sur sa vie et son identité. Mais bon… ce type est sympa…

« Lee. » Il a un sourire en coin avant d’enfourner la dernière bouchée de son sandwich, d’essuyer sa main sur son chandail et de tendre celle-ci à l’autre en guise de conclusion de présentation officielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Mar 27 Fév - 13:25

Il était loin d'avoir fait ça pour les likes sur les réseaux sociaux ou pour répondre à un pari quelconque. Il ne faisait pas ça pour s'attirer les éloges des passants ou pour recevoir des compliments pour sa générosité; Derek était ainsi naturellement généreux et donnait de son temps lorsqu'il le pouvait. Et là, après son cours d'Université, c'était là qu'il avait du temps. Du temps qu'il aurait pu utiliser pour ses devoirs ou encore pour faire le ménage de sa chambre de résidence, ce qu'il remettait toujours à plus tard. Du temps qu'il aurait pu utiliser pour aller prendre un verre avec des étudiants de sa classe, les mêmes qui venaient de lui faire signe de la main en passant devant lui et qu'il salua de la même façon tout en restant avec le magicien. Derek a conscience que les gens peuvent les regarder de manière étrange mais il s'en fou un peu. Sa bonne action est accomplie, il pourrait lui souhaiter une bonne journée et partir mais il n'est pas comme ça. Il a envie d'apprendre à connaître le jeune homme. Les questions fusent de toutes parts dans le cerveau du canadien mais les poser à tour de rôle ressemblerait trop à un interrogatoire en règle et il ne veut pas effrayer l'asiatique, ni paraître pour un fou. Ce jeune l'intrigue. Il dit jeune mais les deux garçons doivent avoir le même âge, ou presque. Une pensée fraie son chemin dans son crâne. Comment deux hommes ayant sensiblement le même âge peuvent se retrouver dans des situations si différentes. L'un est étudiant en droit à l'Université, il a obtenu une bourse d'études pour quitter son Canada natal, ses parents lui envoient de l'argent plusieurs fois par mois pour subvenir à ses besoins sans avoir à travailler, lui permettant ainsi de se concentrer sur ses études. L'autre, par contre, doit mendier pour avoir un peu de nourriture à se mettre dans la panse et à le voir faire ses tours dans la rue, il serait étonnant qu'il travaille ou qu'il aille à l'école. Mais il ne voulait pas juger trop vite son compagnon de sandwich, d'où la raison pour laquelle Derek désirait le connaître d'avantage.

Il était habitué de faire du social. C'était une des forces du jeune homme. Il était le genre de gars passe-partout qui pouvait autant se tenir avec les athlètes, les populaires ou bien ceux qu'on qualifiait de petits génies. Et puis, avec ses études en droit, il était emmené à discuter avec beaucoup de personnes différentes des-quelles il devait gagner la confiance pour qu'elles se confient à lui. Le canadien était dans son élément. Le magicien le rassure au sujet de sa quête à l'argent, il montre le petit repas simple que l'étudiant lui a ramené, lui dit qu'il a tout ce qu'il faut maintenant. Derek se sent rassuré. Puis, l'amuseur de rue lui présente sa main, disant s'appeler Lee. Tout sourire, il la serre. C'est déjà un bon début. Il avait déjà eut à travailler sur un cas où la jeune femme avait tout simplement refusé de lui serrer la main ou même de lui adresser la parole.

« Content de savoir que ça te donne un peu de répit. » Dit-il en désignant la dernière bouchée que Lee mastiquait.

Il regarde rapidement la monnaie que son compagnon a réussis à ramasser.

« Les londoniens n'ont pas été très généreux aujourd'hui. » nota-t-il en prenant la dernière gorgée de son café.

Il se lève, va jeter le gobelet vide à la poubelle qui se trouve à quelques pas devant eux puis revient s'asseoir. Comme il reprend place, il voit, un peu plus loin, deux policiers qui s'avancent dans la foule. Derek aurait été enclin à les ignorer et à continuer sa petite conversation avec l'asiatique, mais dans le cas présent, les deux policiers pointèrent dans leur direction et commencèrent à s'avancer vers eux.

« Oh. J'ai bien peur qu'on aille bientôt de la compagnie. »

Dieu qu'il était bon pour émettre une évidence. Il cherche rapidement dans sa tête les réglementations qui traite de l'atteinte à l'ordre public. Si tout se passe bien, Lee pourrait s'en sortir avec une amende. Derek serre les dents; il sait bien que si le jeune homme n'a pas assez d'argent pour se nourrir et qu'il doive mendier, il y a fort à parier qu'il n'aura pas l'argent pour payer une amende. Le jeune étudiant se lève, lisse son chandail.

« Je vais leur parler. Tu n'as rien fait qui n'était pas correct. Tu vas peut-être avoir un petit avertissement. »

Il sourit. Il veut se montrer encourageant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Lun 5 Mar - 22:04

Derek lui serre la main sans hésitation. Hunter sourit, appréciant sa poigne : il a tendance à faire plus confiance à quelqu’un qui serre sa main solidement. Une poigne trop molle ou trop forte témoignent des faiblesses de caractères avec lesquelles il n’a pas envie de jongler.

Il ramène sa main à lui, souriant au commentaire de l’autre, puis prend une autre longue gorgée de café. Derek mentionne les maigres revenus qu’il s’est fait et Hunter hausse un sourcil, ramenant son regard sur lui. C’est un peu… impoli de regarder comme ça combien de monnaie il s’est fait. Mais hey : ça vient de bonnes intentions. Le coréen hausse les épaules et plie ses jambes pour appuyer ses bras sur ses genoux.

« Je suis content qu’on m’ait donné quoi que ce soit, de base, » laisse-t-il tombé nonchalamment. Il tourne un sourire en coin vers l’autre : « ‘Beggars can’t be choosers’, right? » Il trouve cette expression très vraie et c’est pourquoi il préfère être un voleur qu’un mendiant la plupart du temps.

Derek se lève pour aller jeter son verre vide. Cela ramène l’attention du coréen sur sa propre boisson. Il prend encore une gorgée, puis secoue distraitement le verre d’une main pour évaluer la quantité de liquide qui y reste.

« Oh. J'ai bien peur qu'on aille bientôt de la compagnie. »

La voix de l’autre tire un petit « Hm? » interrogatif de Hunter et celui-ci tourne la tête vers lui avant de suivre son regard. Deux policiers qui viennent droit vers eux. Uh-oh. Sans attendre, Hunter envoie la tête vers l’arrière pour finir son café.

L’autre se lève et replace ses vêtements, le bon samaritain devenant preux chevalier, lançant avec confiance qu’il allait leur parler avec toute la fougue d’une mère blanche voulant parler au manager.

Hunter, lui, vide la monnaie de son gobelet à ses poches, attrapant ses cartes rapidement en sautant sur ses pieds, un petit rire nerveux lui échappant. « C’est pas la première fois qu’ils viennent me voir, mec, c’est mort. »

D’un geste fluide il empoigne la rambarde de métal qui était derrière eux, les séparant de la rue, et il saute par-dessus. « Merci pour le sandwich ; je dois me barrer! » Sur ces mots rapides, le coréen détalle comme un lapin, traversant la rue entre deux voitures pour essayer de disparaître dans les ruelles de l’autre côté.

Dans son empressement, il n’a pas remarqué qu’il a laissé sa veste de jean sur le sol, là où il faisait ses tours de magie et il cours simplement, pull sur le dos et poches tintant de pièces de monnaie argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Lun 19 Mar - 15:29

Là, il fallait dire qu'il ne comprenait fichtrement rien à ce qui se passait. Les deux policiers venaient vers eux, probablement leur donner un avertissement concernant le flânage ou pour avertir Lee au sujet de ses amusements de rue. Voir que certains s'étaient plaints de la chose alors que d'autres appréciaient l'expérience. C'est pour cela que Derek s'étaient levé et avait dit à son compagnon qu'il allait régler tout ça. Il pourrait leur proposer de quitter les lieux sans délais ou crise en échange d'un simple avertissement. Il ne voulait pas que le jeune homme se retrouve avec une contravention, pas après tout ce temps qu'il avait passé à faire ses tours de magie dans le but de gagner un peu d'argent. La cause était juste et noble et Derek, en bon étudiant en droit, réfléchissait déjà à ce qu'il dirait aux policiers pour défendre son client. Mais à peine venait-il de dire qu'il allait parler aux agents de la paix qui s'avançaient qu'il voyait le jeune magicien avaler les dernières gorgées de son café d'un trait, ramasser sa petite monnaie, ses cartes et se levant d'un bond. Quand Lee lui apprit que ce n'était pas la première fois qu'ils venaient le voir, Derek sut que les chances étaient minces qu'il s'en sorte avec un simple avertissement. Il allait être dans de sales draps s'ils l'attrapait. Puis, devant les yeux écarquillés de surprise du canadien, le coréen prend la fuite, sautant par-dessus la rambarde qui les séparaient de la rue derrière eux. Sous le choc, le jeune étudiant ne sait pas vraiment quoi faire.

Il voit les policiers qui montrent du doigt l'endroit où il se trouve et où le magicien vient de disparaître, ironiquement. Ils se pressent vers lui. Il baisse les yeux, se demandant s'il doit prendre la fuite lui aussi. En baissant les yeux, il voit la veste de jean qui traîne encore sur le sol. Son propriétaire l'ayant laisser derrière, Derek sait ce qu'il doit faire maintenant. Il attrape le vêtement et le serre dans son poing pour ne pas la laisser filer. Étant un ancien sportif, la forme physique du jeune homme est bonne. Il se dit qu'il a tout de même la chance de rattraper Lee même si ce dernier à une avance considérable. Le brun saute la rambarde à son tour pour voir le jeune mendiant se diriger vers les ruelles. Il le suit des yeux un petit moment, tentant de savoir qu'elle trajectoire il allait utiliser. Puis, lorsqu'il fut certain qu'il ne le perdrait pas, il se mit en chasse, entendant les cris des policiers et les klaxons des voitures alors qu'il les coupaient de manière plus ou moins sécuritaire. L'exercice le mène rapidement à rattraper le jeune homme et à courir encore un peu derrière lui, sans se montrer essouffler le moins du monde.

« Attends, Lee! » réussit-il à émettre à l'endroit du coréen, « Tu as oublié ta veeeeste. »

Il espère que ça fasse s'arrêter le jeune homme après lequel il cours. Ses poumons commencent à lui chauffer mais il n'a pas mal, il est habitué à un effort constant.

« Ils sont partis, ils ne te suivent plus! Arrête maintenant! » dit-il avec un rire dans la voix.

Puis il s'arrête lui-même, pas parce qu'il est à bout de souffle mais parce qu'il veut lui montrer qu'il peut s'arrêter lui aussi.

« Tiens, prends ta veste et si tu veux toujours partir, tu partiras. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Jeu 22 Mar - 15:22

Le coréen mentirait s’il disait qu’il n’avait pas paniqué en entendant les pas derrière lui, mais il ne put retenir un rire incrédule lorsqu’il entendit la voix de l’autre. Sans arrêter de courir, il jette des coups d’œil par-dessus son épaule, confus par la poursuite ridicule qui semblait prendre place, puis comprend enfin ce que l’autre lui cris.

Il ralentit puis s’arrête, essoufflé, les joues rougies par l’effort, mais le reste du visage blanchi par l’air froid. Il jette un regard par-dessus l’autre, vers le bout de la ruelle, et soupir de soulagement lorsqu’il ne voit personne y apparaitre et n’entend aucuns pas s’approchant d’eux. Il rit, puis grogne en s’accroupissant, venant serrer ses mains autour de ses chevilles. Elles sont douloureuses, un frisson de douleur les traversant au rythme de son pouls. L’autre lui tend sa veste de jean.

« Dude, » commence Hunter, un pâle sourire aux lèvres, « tu m’a suivi que pour ça? » Il lève les yeux vers l’autre, les sourcils haussés, puis rigole de nouveau en prenant sa veste d’une main. « Merci. » Il s’assoit plutôt que se redresser, voulant laisser ses jambes se reposer. Ses chevilles n’ont jamais complètement récupéré de leurs blessures d’il y a 5 ans. Elles lui font mal dès que l’impact de ses pas se fait plus lourd et répétitif : le jogging et la course lui sont douloureux, mais il aime savoir qu’il est encore capable de courir.

Il regarde l’autre. « Tu parles souvent aux policiers? » Il se gratte la tête, remonte son autre manche pour aider son corps à se refroidir après l’effort soudain, se fichant bien de la décence, maintenant. « Je préfère éviter et filer. Même si je ne fais rien de mal, j’essaye de faire en sorte qu’ils ne puissent pas me reconnaitre, hm? » Cela sonne comme une question, mais ce n’en est pas une. Même s’ils font des choses totalement légales, des policiers peuvent apprendre à connaitre des personnes itinérantes puis leur causer des problèmes pour ‘flannage’ ou autre connerie. Bien sûr, certains sont cool et viennent leur porter des cafés ou des couvertures, mais d'autres ne sont guère mieux que les adolescents qui s'amusent à faire du homeless bashing après une cuite de semaine de relâche.

Il regarde sa veste de jean, puis la pose sur ses genoux. Il tape des mains, soudainement. « Bon! » s’exclame-t-il, l’air sympathique. « Pour te remercier, ça te dis un tour de magie? Un vrai, cette fois. » Il a un sourire mystérieux, penche la tête de côté.

Il lève les mains et agite les doigts. « Pas un tour de passe-passe. Si tu me donne un truc que tu as depuis longtemps, je peux te dire un souvenir de ton passé. » Il sourit, laissant ses mains tomber sur ses genoux. C’est plutôt rare qu’il tombe sur quelqu’un de si gentil, il peut bien l’amuser un peu.  

« Ça te dit? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Dim 25 Mar - 11:43

Voir les policiers avait semblé déstabilisé le jeune coréen, qui courait pour leur échapper. Derek, lui, faisait tout en son pouvoir pour lui montrer qu'il était en sécurité avec lui, maintenant. Il s'arrêta, pris un moment pour délier ses jambes qui n'avaient pas fait de course de ce genre depuis un bon moment et regarda le jeune homme revenir vers lui. Il semble avoir mal aux chevilles mais le canadien ne dit rien, il se contente de l'observer. Lee lui paraît épuisé par l'effort mais il prend sa veste et le remercie avec un sourire et un léger rire. Debout, Derek voit le magicien s'asseoir à même l'asphalte de la ruelle. Plus le temps passe et plus le brun trouve l'asiatique mystérieux. Il plane autour de lui une aura de mystères et cela chicote le canadien qui doit user de toute sa volonté pour ne pas le bombarder de questions. C'est plutôt son compagnon qui pose une question. S'il parle souvent avec les policiers? Pas vraiment. En fait, il n'a jamais eu à le faire. Lee lui avoue qu'il préfère ne pas s'attarder quand les agents de la paix sont dans les parages, qu'il ne désire pas se faire reconnaître. Avec un sourire, Derek plonge ses yeux bruns sur Lee puis croise ses bras sur son torse.

« Je n'ai jamais eu à parler avec des policiers. Mon intention première était de leur dire que tu ne faisais pas de tapage et qu'ils pouvaient te laisser tranquille. » Il gratte sa repousse de barbe avant de recroiser les bras, « J'étudie en droit à l'Université alors je connais les lois et législations un peu par cœur, j'ai pas trop, trop le choix! »

Il lui sourit puis hausse un sourcil lorsque le coréen lui propose un tour de magie, un vrai de vrai, pour le remercier de lui avoir rapporter sa veste. Au départ, ce n'était pas pour obtenir quoi que ce soit que Derek avait remis la veste à Lee mais bien parce qu'il était comme ça de nature. Il n'aurait pas pu tolérer que le mendiant perde sa veste, surtout avec le climat de Londres et son petit vent froid.

« Pourquoi pas! » lâcha-t-il, prenant place sur le sol devant l'asiatique.

Derek s'assit à même le sol, se foutant un peu que ses jeans finissent pleins de poussière. Quand le magicien lui parle d'un truc qu'il a depuis longtemps, le canadien ne peut que retirer la montre qu'il a au poignet. C'était une montre toute simple au bracelet en cuir, sans artifice, que son père et sa mère lui avait donné pour son anniversaire. Il la portait toujours et c'était de loin l'objet qu'il possédait depuis le plus longtemps. Du moins, de ce qu'il avait sur lui, en fait. Il la tend à son compagnon un sourire ornant son visage.

« Allez le magicien, impressionne-moi! »

C'était une petite blague, un petit défi qu'il lançait à Lee. Il était curieux de voir quel souvenir il pourrait aller chercher. Il espérait que s'en soit un bon et pas un qui le mettrait dans l'embarras.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Lun 2 Avr - 20:50

Contrairement à son impression, Derek lui assure qu’il n’a pas l’habitude de converser avec les agents de la paix. Il glisse être étudiant en droit et Hunter n’est pas surpris : son idée de tout à l’heure, de simplement parler avec la police pour régler la situation, lui parait tout à fait normal, maintenant. Le coréen ne s’y risquerait tout de même pas : avec sa situation précaire – et illégale – son ethnicité et son absence de papiers, il sait que la merde lui tomberait dessus peu importe le talent d’orateur de sa nouvelle connaissance.

Derek semble enthousiaste à l’idée d’un tour de magie et s’assoit au sol en face de lui, malgré le fais qu’ils soient dans une ruelle. Il n’y a pas à dire, ce type n’est pas du genre craintif : dans sa situation, Hunter se serait imaginé trois ou quatre scénarios bien glauques où cette interaction aurait tourné au désastre. Même maintenant, Hunter a quelques idées de comment cette rencontre pourrait mal tourner, mais bon : l’autre lui a ramener sa veste.

L’étudiant retire sa montre pour la tendre au coréen et Hunter la prend, un petit sourire en coin aux lèvres. Vraiment, zéro crainte. Il regarde la montre de plus près alors que l’autre lance un « Allez le magicien, impressionne-moi! », amusé. La montre a quelques signes d’usures, mais semble de plutôt bonne qualité : il le faut bien, pour durer longtemps.

Hunter serre le poing sur la montre et jette un regard à l’autre. « C’est important que tu gardes le silence, » qu’il dit, un sourire en coin aux lèvres, « pour que la magie opère. » Il lui lance un clin d’œil avant de fermer les yeux, posant son autre main par-dessus son poing. Il se concentre, ralentissant sa respiration, jusqu’à atteindre une zone de calme. Ses mains sont chaudes, comme si l’objet lové dans sa paume émettait des vagues de chaleur alors que des images se manifestent.

La nuit, l’air est froid, bien que la saison ne soit pas si avancée – dans quel pays est-il? Ce n’est pas l’Angleterre – la voix de Derek est audible, distordu sur les bords du souvenir. Le jeune homme semble être en train d’argumenter, avec empathie, pour essayer de régler une situation, mais ce n’est pas avec la force de l’ordre qu’il débat, mais bien une immense créature, un monstre couvert de fourrure, un regard de flamme sur le ciel noir, des crocs de lune agressifs, alors que Derek essai tant bien que mal, encore, de le raisonner, d’éviter un drame, d’éviter le combat, mais le monstre lève une patte aux griffes acérées et-

-et Hunter sursaute, rouvrant les yeux. Il semble confus, un instant, ses sens se reconnectant lentement avec sa situation présente, le sol chaud, l’air froid, le murmure distant des badauds dans la rue et le regard de Derek, en face de lui.

« …t’es un chasseur?! » Une ampoule s’allume dans l’esprit de Hunter. « Holy SHIT, dude! » C’est la première fois qu’il découvre l’un de ses semblables par hasard : il a normalement vu leur arrivée d’avance ou a été les retrouvés dans des lieux où les chasseurs sont fréquents. Il regarde l’autre avec de grands yeux, mettant une main sur son torse.

« Moi aussi, j’en suis un. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Mer 18 Avr - 19:42

Plus il côtoyait le jeune homme et plus Derek avait des questions. Mais ce n'était pas le moment de les poser. Pas maintenant. Il avait des questions concernant son histoire personnelle. Il voulait savoir comment un jeune homme, qui avait probablement le même âge que lui ou en être très près, pouvait se retrouver dans une situation comme la sienne, celle d'un mendiant qui se sauvait de la police. Cette dernière information fit sourciller le canadien, il voulait savoir pour quelle obscure raison Lee redoutait les agents de la paix comme ça. Avait-il eut des problèmes avec les forces de l'ordre étant plus jeune? Était-il en fuite et recherché pour un crime? Pendant un court instant, Derek fut tenté de prendre la parole et de lui demander tout ce qui trottait dans sa tête. Mais il se fit intimer le contraire par son compagnon, lui disant qu'il se devait d'être silencieux pour qu'il puisse réussir son tour de passe-passe. Ah oui! Il en oubliait le souvenir qu'irait chercher le magicien. Sa curiosité se tourna donc vers cet élément. Il en oublia momentanément les mille-et-une questions qui passaient dans son cerveau l'une après l'autre.

Pendant quelques minutes, il demeure là à regarder le coréen qui tient sa montre. Il ne bronche pas et lui non plus. Les deux hommes sont immobiles, l'un les yeux fermer et l'autre les yeux ouverts. Par réflexes, Derek regarde autour de lui, vérifie que rien ne pourrait les surprendre pendant que Lee semble en pleine transe. Il tortille ses mains ensemble, il commence à être nerveux. Se joue-t-il de lui? Derek n'a pas l'habitude d'être naïf, mais il a tendance à donner la chance au coureur. Et puis, sachant que les créatures surnaturelles existent, il tient à croire le jeune mendiant lorsqu'il lui dit qu'il lui fait un véritable tour de magie. Puis au bout d'un moment Lee ouvre les yeux, reprend contact avec la réalité. Le canadien ne le brusque pas, il veut lui laisser le temps de retrouver ses esprits. Mais ce que Lee lui balance lui fait l'effet d'une douche froide. Il a VU qu'il était un chasseur. Comment a-t-il su ça?! Les yeux bruns de Derek s'ouvrent de surprise et sa bouche béate n'émet aucun son. Et son compagnon lui dit qu'il est un chasseur lui aussi.

« C'est pas possible. » furent les premiers mots qui quittèrent sa gorge nouée, « Je ne savais pas qu'il y en avait d'autres...»

La surprise est forte pour Derek. Il se revoit, plus jeune, avec le Loup Garou qui volait les poules de ses parents. Il se revoit avec d'autres Loups, certains avec qui ça avait bien tourné et d'autres qu'il avait dû fuir. Quel souvenir de lui avait-il vu pour qu'il soit sûr à 100?% qu'il est un chasseur? Le jeune étudiant tend la main et reprend sa montre, l'attachant autour de son poignet, les yeux dans le vague.

« Je ne croyais pas tomber un jour sur quelqu'un qui était comme moi. C'est un drôle de feeling je dois dire... »

Il regarda Lee et il sourit, lâchant un petit rire par la même occasion.

« Sur ce coup-là, je dois dire que je suis vachement impressionner! »

Il regarde autour d'eux. La ruelle est toujours vide de monde, pas de dangers que quelqu'un entende.

« Comment tu l'as su? Pour les créatures. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Hunter Lee «
avatar

hunter visionary
Messages : 37

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Jeu 3 Mai - 17:04

Quand Derek se montra surpris, affirmant qu’il croyait être le seul, Hunter haussa les sourcils bien haut, pris au dépourvu. Sa première réaction fût d’ouvrir la bouche pour lancer une tirade moqueuse, mais il se ravisa soudain. Un souvenir refit surface : les premiers mois où il s’était découvert des pouvoirs. Il ne comprenait pas le changement, s’était même questionné à savoir s’il s’agissait d’habiletés qu’il avait toujours possédé sans le savoir, avant de se raisonner que cela ne faisait aucun sens. Il s’était brièvement demandé s’il n’avait pas soudainement été touché par le divin, même…

…mais il n’y avait rien de divin aux créatures qui ont causés ce changement en lui. Il n’avait découvert l’existence d’autres chasseurs qu’au travers d’une vision : cet aperçu du futur lui a permis d’aller rejoindre des chasseurs dans la ville de passage où il résidait et ainsi se mettre à côtoyer de plus grands cercles de chasseur de paranormal. Hunter émet un son pensif, étonné qu’il soit si accoutumé aux autres chasseurs, maintenant, qu’il ait oublié qu’un jour il ignorait tout de leur existence. Il sourit et regarde l’autre.

« Ouais, on est plusieurs. » Il tend la montre à l’autre et lui laisse la reprendre. « On est pas mal à Londres, je peux te présenter des gens, si tu veux. » Il pense notamment à Emmanuel, le médecin attitré des chasseurs de la ville.

« Je ne croyais pas tomber un jour sur quelqu'un qui était comme moi. C'est un drôle de feeling je dois dire... » poursuit l’autre, remettant sa montre à son poignet. Hunter rigole, se grattant la nuque. « Je m’en doute; c’est pas le genre de chose qu’on annonce à tous ceux qu’on croise. "Bonjour, je suis capricorne et j'ai souvent affaire à des créatures sanguinaires." "Moi aussi!" "Mais quelle coïncidence!" » Il a alterner de côté entre chacune des phrases de dialogue, tenant un verre invisible à la main, avant de laisser retomber ses bras et de ramener son attention sur Derek.

L’autre poursuit, se disant impressionné et Hunter ne peut s’empêcher de se sentir un peu flatté de l’admiration sincère que l’autre témoigne. Il a tendance a trouver ses pouvoirs encombrant ou mal adaptés : après tout, il ne peut pas vraiment se défendre, seulement prévenir ou guérir – il a entendu dire qu’un des deux était mieux que l’autre.

Lorsque Derek lui demande comment il a su, Hunter rigole, agitant ses doigts en l’air en imitant des étincelles. « Magie! » Il penche la tête sur le côté, levant les index. « La vrai question est plutôt : pourquoi tu essais de raisonner un monstre deux fois plus gros que toi?! » Il ouvre les bras pour appuyer l’étendu de la créature. « T’as envie de te faire bouffer ou quoi? »

Hunter n’a jamais vu de loup-garou en vrai –  il en a simplement entendu des histoires ou aperçus dans ses visions – mais il est persuadé qu’il perdrait tout ses moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Derek Curtis-Ellsworth «
avatar

hunter redeemer
Messages : 8

MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   Dim 15 Juil - 21:10

Incroyable. C'était le premier mot qui lui venait à l'esprit. Ce que Lee venait de lui apprendre, c'était incroyable. Toute une nouvelle. Derek avait l'habitude d'être quelqu'un de très humble mais sur ce coup-là, il s'était cru unique en son genre. Il ne lui avait jamais traversé l'esprit qu'il puisse y en avoir d'autres comme lui, des chasseurs comme avait le coréen. Quand le magicien lui propose de lui présenter des gens, Derek lève la tête vers lui, un regard timide flottant dans ses yeux bruns. Il n'aurait jamais pensé qu'une invitation du genre viendrait. Et puis, quelles sortes de personnes ces gens pouvaient-ils vraiment être? S'ils étaient tous comme Lee, le jeune homme irait volontiers mais il ne savait pas les véritables intentions de ces gens.

« Je veux bien. Ça ne me ferait pas de tort de rencontrer d'autre monde comme toi et moi. »

Quand il lui pose la question à savoir comment il a su pour l'existence des créatues, l'asiatique semble repousser la question, lui renvoyant une interrogation à la place. Pourquoi il raisonne avec ces monstres? Bonne question. Il y avait bien des Garous qui venaient à se repentir du mal qu'ils avaient fait à autrui lorsque Derek venait à les confronter avec leurs erreurs passées. Certains décidaient alors de ne faire que le bien autour d'eux, quitte à ce que leur propre qualité de vie en écope. D'autres cependant, ne voulaient rien savoir des belles paroles douces et encourageantes de Derek. Il s'était souvent buté à des non catégoriques et à des Garous qui venaient à l'attaquer. Il réalisa que c'était probablement un souvenir du genre que Lee venait de voir.

« J'essaye de raisonner les créatures qui font du mal autour d'elles. Certaines décident de suivre la bonne voie, d'autres décident de m'attaquer. T'inquiètes pas, l'ami; aucune blessure sérieuse depuis que je fais ça. Seulement un sentiment d'échec quand je vois qu'un monstre du genre décide de continuer à faire le mal autour de lui. » Il prend un petit moment pour réfléchir, se remémorant certaines de ces créatures, « Mais au moins, un plus grand nombre de Loups font le saut à devenir de bons citoyens et à faire le bien dans leur communauté. Alors, mes statistiques sont pas trop mal! »

Il laisse passer un rire. Une impression vient alors tirailler le jeune homme; il a l'impression qu'il lui faudra de la patience avant d'en connaître d'avantage sur le magicien. Il n'a peut-être pas gagné sa confiance, malgré le sandwich, le café, le fait qu'il lui ait rapporté sa veste ainsi que la découverte qu'ils étaient tous deux des chasseurs. Au bout d'un moment où le silence plane, Derek se lève et retire la poussière qui couvrait son pantalon au niveau des fesses.

« Il commence à se faire tard, je vais y aller. »

Mais avant de partir, il fouille dans ses poches, en sortant un bout de papier sur lequel il avait noté une lecture qu'il devait faire ainsi que le stylo qu'il avait rapidement attrapé avant de se rendre à son cours et d'être en retard. Il barre rapidement la note concernant la lecture et y inscrit son numéro de téléphone cellulaire.

« Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit ou que ton offre de me présenter des gens tient toujours, tu as mon numéro. Oh et, c'est un numéro canadien, c'est normal qu'il ressemble pas à ceux d'Angleterre! Ça été un plaisir, Lee. »

Il lui sourit et quitte la ruelle pour retourner aux résidences.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: If these streets could talk ➖ Hunter (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 

If these streets could talk ➖ Hunter (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A hunter ... a bear
» [01.07.11] Video: évolution du bounty hunter
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Monster Hunter Orage
» How to talk with me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Jardin Public :: Sujets terminés-