AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 that's what big sisters are for ▬ nathaniele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Sam 25 Fév - 17:11

Par les fenêtres de la demeure, il est possible de voir les lumières s’allumer une à une, alors que la jeune femme sort de sa salle de musique, lance un regard curieux par la fenêtre et descend les escaliers pour aller répondre à la porte. Elle a reconnu d’un coup d’œil la voiture de Nathaniele : après tout, elle est belle et élégante tout comme lui. Il est surprenant qu’il arrive sans s’être annoncé, toutefois ; non pas qu’elle en soit dérangée. C’était une journée de congé, aujourd’hui, et elle ne s’est même pas donné la peine de se vêtir outre mesure : elle porte encore sa robe de nuit en dentelle d’un bleu délicat, sa robe de chambre de satin rouge drapée sur ses épaules. Honnêtement, elle s’était un peu ennuyée, seule à la maison, et c’est pourquoi elle ouvre la porte avec un sourire éclatant… qui s’efface bien rapidement lorsqu’elle aperçoit le visage de son ami.

« Nathaniele?! »

Elle cligne rapidement des yeux, tend les mains pour le soutenir en l’observant des pieds à la tête. Ses cheveux emmêlés, sa chemise trouée, tachée, ce sang… Cette odeur qu’elle connait si bien, mais qui est si différente maintenant… Elle tire son ami à l’intérieur de la maison, refermant précipitemment la porte.

« Mein gott, Nate! » Elle retourne toujours à sa langue natale lorsqu’elle est sous le choc. « Que s’est-il passé?! »

Elle l’aide jusqu’aux escaliers, le fais s’assoir dans les marches les plus proches. Ses mains trembles. Elle n’est normalement pas dérangée par le sang, les blessures, la violence… du moins, pas depuis sa transformation. Mais c’est Nate. Nate! Pourquoi est-il blessé, qu’est-ce qu’il s’est passé, qu’est-ce que-  

« Laisse-moi voir. »

Sans attendre de réponse, elle déchire la chemise de l’italien pour observer la plaie. Le vêtement est déjà ruiné, de toute façon. Elle essuie un peu de sang à l'aide de ses mains pour mieux voir les bords de la blessure, s’excusant à mi-voix pour l’inconfort causé. Elle soupire, se passe la langue sur les lèvres et lève les yeux sur Nate.

« Ce n’est pas terrible… »

Elle lève ses mains sanglantes, prend le visage de Nate entre ses doigts et sourit.

« Tu as toujours ta tête. »

Elle a un petit rire. Maintenant qu’elle a vu de quoi il retourne, elle ne tremble plus. Elle a même l’air un peu excitée, penchant la tête de côté.

« Tu devrais garder une pression dessus. Tu as besoin d’aide? Tu veux que je t’apporte quelqu’un? »

Elle sait qu'il est plus efficace de boire du sang pour aider la guérison que de mettre des pansements. Elle croise ses doigts, tenant ses mains carmines devant elle, prête à servir. Rien ne lui ferait plus plaisir que d'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Mer 1 Mar - 23:12

« Nora, ouvres-moi, pitié...»

L'Italien voit le magnifique sourire de son amie s'effacer. Avec raison, il tient sa plaie, sa chemise tachée et ses cheveux habituellement si bien peignés maintenant en bataille, dépeignés comme si une tornade y était passée. Pas une tornade, mais tout comme. La raison s'appelait Valérie, qui l'avait sauvagement attaqué. Il devait par contre avouer qu'il n'y était pas aller de main morte avec elle. Son entrée par effraction, ses propos à l'endroit de Gabriel, tous ses agissements, au bout du compte. Il avait très mal. Mal certes à sa blessure physique mais plus à l'âme. La seule personne qu'il avait aimé plus que lui-même venait de lui planter une lame en pleine poitrine. Il souffrait mais ne savait pas comment l'exprimer. Il se fait tirer à l'intérieur par une Nora, à première vue, paniquée. Les mots en allemand, la question, l'ordre qu'elle lui donne presque. Il entend tout, ne sait seulement pas à quoi répondre en premier. Assis dans les marches, il constate que sa chère amie vient de déchirer sa chemise. Elle est bonne pour la poubelle d'une manière ou d'une autre...

Elle le rassure, lui dit que sa blessure n'est pas si terrible. Il grogne. Il se doute que la blessure n'est pas bien grave, c'est la douleur qui l'agace. Nathaniele sent que Nora prend son visage entre ses mains, il sent le liquide vermeille parsemé sa mâchoire, là où son amie avait ses doigts quelques instants plus tôt.

« Tu as toujours ta tête. »

Elle rigole et le vampire a un petit sourire, qui ne dure pas longtemps. Il a mal et il sait que son amie fera tout pour l'aider. La femme tantôt paniquée de voir son ami dans un tel état avait laissée place à une femme en attente d'une demande toute précise. Voulait-il qu'elle lui apporte quelqu'un? Il sait qu'il guérira plus vite s'il s'abreuve au cou d'un mortel et sa chère amie est là, fidèle au poste, pour partir à la chasse dans les rues baignées dans l'obscurité. Il hoche la tête à l'affirmative, appliquant, comme elle le lui avait conseillé, une pression sur son torse. Avant qu'elle ne le quitte pour lui rapporter cet antidote peu orthodoxe, il souffle :

« Je reviens de chez Valérie... »

Il grimace légèrement, tentant de trouver une position un moindrement confortable sur sa marche d'escalier.

« Je t'expliquerai. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Jeu 2 Mar - 21:13

De le voir sourire brièvement la rassure. Dès qu’il hoche la tête, acquiesçant à son offre, elle se lève, et monte rapidement les escaliers, passant à côté de Nathaniele. Elle va dans la salle de bain  et sors, du placard sous le lavabo, la grande bâche de plastique qu’elle utilise pour limité les dégâts. Sa salle de bain est toute de pierre blanche pour permettre un lavage à l’eau de javel, mais il est toujours mieux de prendre un minimum de précautions. Elle étend la bâche avant de filer dans sa chambre pour attraper son porte-feuille et pour troquer sa petite culotte à motif d’abeilles pour un string assortie à sa robe de nuit : elle n’a pas le temps de faire dans la finesse pour trouver une proie et il est mieux de miser fort sur l’appât. Elle redescend les escaliers, s’arrêtant près de son ami. Elle s’accroupit, pose de nouveau une main sur sa joue.

« Je vais faire le plus vite possible, alors soit patient. »

« Je reviens de chez Valérie... »

Celle aux cheveux bleus cligne rapidement des yeux. Que c’était-il passé chez la belle? Était-elle en danger? Le vampire grimace avant de lui dire, simplement, qu’il lui expliquera et elle hoche la tête.

« J’ai préparé la salle de bain, en haut. Il faudrait que tu t’y rendre. Ça ne sera pas long, je m’occupe de tout. »

Elle vient poser un baiser affectueux sur son front avant de se redresser et de filer dans la cuisine pour se laver rapidement les mains, couvertes de sang. Elle éteint les lumières, puis attrape ses clés avant de partir. Son plan est simple : se rendre en voiture dans les coins chauds de Soho pour trouver une brebis égarée. Elle ne chasse que rarement des personnes adultes : après tout, leur sang la fait vomir, bien malgré elle. Ce n’est que lorsqu’elle veut prendre un bain de sang qu’elle essaie de les attraper dans ses filets et ses victimes sont toujours les mêmes : des hommes qui ont cru pouvoir prendre avantage d’elle. Garant sa voiture dans une rue discrète, elle se promène, légèrement vêtu, nue pieds, titubant en zigzag sur les trottoirs à la recherche d’hommes isolés qui penseront voir une femme en détresse, sans défenses.

Le premier fût un échec. Il était bien trop gentil. Dès qu’il l’a vue s’approcher, il s’est précipité à son aide, laissant tomber sa cigarette, lui demandant aussitôt si elle allait bien. Lorsqu’elle a tenté de lui faire montrer ses couleurs en se collant contre lui et en essayant de planter ses lèvres contre les siennes, il a détourné la tête, refuser, essayant même de la draper dans son manteau pour lui éviter le froid. Elle était si agréablement surprise, qu’elle a passé quelques minutes à sourire doucement en le laissant s’occuper d’elle, mais lorsqu’il sortit son portable pour appeler de l’aide, elle se glissa à son oreille pour lui murmurer les mots magiques : « oublie-moi. » Confus, il cligna des yeux, figé, alors qu’elle s’éloignait pour trouver quelqu’un d’autre. Son pouvoir dominate était très pratique pour modifier les souvenirs des gens.

Le deuxième fût parfait. Un vrai salaud. Un mec à l’haleine de whiskey et au rire nerveux alors qu’il essayait de toucher la jeune femme le plus possible en lui demandant si elle était perdue. Elle n’aura pas de remords à lui enlever la vie. Murmurant à son oreille, utilisant encore une fois son pouvoir dominate, elle le fit la suivre jusqu’à sa voiture, qu’elle conduit jusqu’à sa demeure. Ils sont dans son garage, à l’abri des regards, près de 40 minutes après son départ. L’homme la suit dans la maison et elle monte les escaliers en parlant fort.

« Désolé, precioso, ça a pris un peu plus de temps que prévu, mais nous voilà! »

Elle pousse l’homme au sol dans la salle de bain, le choc le libérant de l’envoutement et il semble confus, clignant des yeux face à la lumière. Elle le regarde sans sourire, avant de ramener son regard sur son ami.

« Tu veux que je m’en charges pour toi? »

Cela la rendras malade, mais s’il n’a pas la force de le faire lui-même, elle le feras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Lun 13 Mar - 19:23

Il ne savait pas comment il allait expliquer toute cette histoire à Nora. Comment lui raconter la soirée affreuse qu'il venait de passer? Comment expliquer cette plaie qui se retrouvait maintenant juste au-dessus de son organe vital? Comment lui expliquer que dans son esprit, il avait l'impression de s'être fait arracher une partie de lui-même? Son amie l'avait laissé à lui-même quelques instants à peine. Il la vit revenir vers lui, dans sa robe de nuit et il ses yeux laissèrent passer son mécontentement. Oui, elle voulait lui venir en aide mais était-elle obligée d'y aller si fort pour ramener quelqu'un? Il soupira. Sa blessure lui faisait encore mal mais c'était maintenant supportable. Il hocha la tête lorsqu'elle lui eut dit qu'il devrait être patient.

« Je n'irai nulle-part dans cet état, pars sans crainte. »

Il sent les lèvres de son amie contre son front et elle ferme les lumières avant de fermer la porte derrière elle. L'Italien se relève doucement et entreprend alors de grimper les escaliers, un pas après l'autre, la main glissant contre la rampe. Il n'était pas souvent venu visiter Nora alors l'emplacement de la salle de bain lui fut révéler après qu'il eut fouiner un peu à l'étage. Nathaniele remarque la bâche étendue sur le plancher de pierre blanche. Il sourit timidement. Son amie est une femme prévoyante, il aurait dû le savoir. Il avait bien fait de venir la voir. Il n'avait aucune crainte, elle allait s'occuper de lui. Pourtant, faire confiance à quelqu'un lui était difficile. Il baisse les yeux sur sa chemise blanche maintenant rougeâtre à certains endroits et déchirée, gracieuseté de son amie à la chevelure bleue. Il entreprend de retirer le vêtement, grimaçant dû à l'inconfort que ces mouvements lui provoque. Il va au lavabo et ouvre l'eau de la robinetterie; une eau tiède, pour laver une partie de sa blessure ainsi que le sang qu'il a sur les mains et sur sa mâchoire. Il sent le sang séché sur sa mâchoire et l'effet lui est désagréable. Et l'Italien, dans un instant d'oubli, lève les yeux vers le miroir. Son absence de reflet vient lui créer un autre inconfort, plus grand encore que sa plaie au torse. Il se souvient de tous ces miroirs qu'il a sortit de son manoir lorsqu'il s'était aperçu que son image n'y apparaissait plus. Il redoutait les miroirs depuis ce temps. Pourtant, il se force à regarder le vide que lui renvoi la glace. Il soupire de nouveau et termine d'au moins laver son torse nu. Le sang ne s'échappe plus que par filets mais il sait que de se nourrir sera bénéfique à sa guérison complète.

Après un moment qui lui semblait ne plus finir, il entendit finalement du bruit en provenance de l'étage inférieur. Il se tenait toujours près du lavabo mais recula plus loin sur la bâche, face à la porte. Il vit alors Nora entrer dans son champ de vision et elle qui poussait un homme visiblement incommoder par l'alcool sur le sol, aux pieds de Nate. Elle s'excusa du temps que ça avait pu prendre et lui demanda s'il voulait qu'elle se charge de lui.

« Ce ne sera pas nécessaire, chère amie. Je savais que je pouvais compter sur toi. »

Il se jeta à genoux sur le sol et attrapa son repas par le collet. Après la confusion, il avait terriblement peur et il respirait la terreur par tous les pores de sa peau. Nathaniele n'attendit pas plus longtemps, il planta ses crocs dans la jugulaire de l'homme, aspirant goulûment le sang dans sa bouche. Grâce au sang humain, Nate sentait ses forces revenir peu à peu et sa blessure guérir d'elle-même. Après quelques minutes à siphonner sa proie, il retira ses crocs de son cou, le sang coulant doucement à la commissure de ses lèvres. Il lécha le sang de sa langue, posant son regard foncé dans celui de son amie.

« C'est fou comme on se sent mieux après un bon repas. »

Il se releva, tassant du pied le bras du cadavre.

« Comment comptes-tu le sortir de chez toi à présent? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Lun 20 Mar - 11:54

Fût un temps où la jeune femme suisse était une âme sensible et charitable. Lorsqu’elle était humaine, pour être précis. Elle était végétarienne, ne se mettait jamais en colère, parlait d’une voix douce, pardonnais les erreurs des autres, aidait lorsqu’elle le pouvait, sans même qu’on lui demande et frissonnait, une main contre le cœur, lorsqu’elle voyait de terribles accidents aux nouvelles du matin, pensant aux pauvres personnes souffrant de cette tragédie.

Pourtant, elle ne ressentait rien, en ce moment, en regardant l’homme terrifié être agripper par les mains puissantes de son ami. C’était normal, banal et elle ne pensa aucunement aux personnes qui pourraient être affectés par sa mort. Il n’est qu’une chose désagréable, comme un insecte qui s’est introduit dans la maison et qu’on doit maintenant éliminer.

Elle reste appuyée contre le cadre de porte, entortillant une mèche de cheveux bleus autour d’un doigt, alors que le visage de l’homme se vide de couleurs, drainé par l’autre comme une boîte de jus pour enfant. Elle sourit à son ami alors que celui-ci lèche les commissures de ses lèvres et rit à son commentaire, hochant la tête d’un air appréciateur. Elle n’a pas besoin de se nourrir aussi souvent que ses congénères, elle a l’impression, et peut passer beaucoup de temps entre deux attaques, mais il est vrai qu’elle se sent plus énergique et plus… lucide, après un « bon repas ».

« Comment comptes-tu le sortir de chez toi à présent? »

« Hm? Oh. »

Elle se redresse, laissant la mèche de cheveux se dérouler rapidement comme une tornade bleue et s’approche un peu pour regarder le corps. Saignement minimal, encore flexible…  Elle penche la tête de côté, puis sors de la pièce, revenant quelques instants plus tard avec le plus gros étui qu’elle possède : un étui de contrebasse. Immense, noir, épais et étanche, elle l’utilise souvent comme outil pour transporter ailleurs ses éléments indésirables. Elle le pose au sol avant de l’ouvrir habillement d’un pied, se penchant au même temps pour attraper l’homme par un bras et le soulever du sol comme s’il n’était qu’une plume. Le tenant à bout de bras, elle fouille rapidement ses poches, sortant portefeuille, carte d’identité, factures… tout ce qui rendrait trop facile la tâche de l’identifier. Elle pose ces éléments sur la petite maquilleuse près d’elle avant de fourrer le corps dans l’étui sans ménagement. Elle doit tordre un peu les membres pour les accommoder à la forme de l’étui, ignorant les craquements produits, puis ferme le tout en soupirant. Elle se redresse et s’étire, souriant à l’autre.

« Tu peux prendre un bain pendant que je m’occupe de ceci ~ J’aimerais le sortir de la maison avant qu’il ne se mette à sentir. »

Elle a un petit rire en sortant de la pièce, étui en main. Elle le pose brièvement pour se changer, troquant sa scandaleuse robe de nuit pour une jupe épaisse tombant au genou, des bottes de randonnée élégantes et une chemise surmontée d’un manteau à l’allure militaire. Elle enfonce un chapeau newsboy sur sa tête pour compléter le tout.

« Cela peut prendre un peu plus de temps, » dit-elle en s’arrêtant dans le cadre de porte de la salle de bain, « mais tu n’as pas le droit de partir sans m’avoir tout raconté. D’accords ? »

Avec un clin d’œil et un sourire, elle est en route vers le garage. Le bruit du moteur de sa voiture s’éloignant, et la maison retombe dans le silence. Cela prend une heure avant qu’elle ne revienne : la nuit est bien avancée. Elle monte lentement les marches, évaluant la quantité de sang à nettoyer, puis revient vers son ami.

« Désolée, me voilà. »

Elle sourit, relève le bord de son chapeau d’une petite pichenette. Elle semble si gamine, dans cet attirail, alors qu’elle vient de disposer d’un cadavre.

« Tu te sens mieux? » Elle pose une main sur la joue pâle de l’autre.  « Tu peux me dire ce qui s’est passé, maintenant? »

Elle penche la tête de côté, prête à écouter. Elle a un petit sourire en coin. « Le reste du ménage peut attendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Jeu 30 Mar - 15:04

Une énergie nouvelle semblait circuler dans son corps tout entier, une étincelle ayant ranimer, l'espace d'un instant, le feu dans ses yeux. Il se sentait bien. Il passa une main sur son torse. Bientôt le trou qui s'y trouvait ne serait plus qu'un mauvais souvenir d'une querelle avec celle qu'il voulait comme douce moitié. Pourtant, il sentirait probablement toujours le pincement douloureux qu'il avait ressentit au moment où la lame avait percée sa chair froide. Un de ces souvenirs qui menait à la croisée de chemin entre le changement ou conserver les mêmes habitudes perverses et sadiques. Peut-être que c'était ce qui lui fallait pour changer; ce petit stress à savoir si sa non-vie s'arrêtait là ou si elle se poursuivait. Mais l'épée de Damoclès ne s'était pas abattue sur lui, pas cette fois.  

Sa question semble surprendre son amie. Nathaniele la regarde sortir de la salle de bain et il reste là, avec seule compagnie celle du cadavre vidé de son sang. Il trouve qu'il n'est pas très bavard mais ça lui va, il n'est pas très bavard non-plus dans une situation pareille. Le vampire croise les bras sur sa poitrine, cachant à peine la plaie qui commence à se refermer doucement, les chairs qui se raccrochent une par une à leurs vieilles attaches, le muscle qui retrouve sa forme d'avant la déchirure. Nora revient alors à la salle de bain avec un gros étui de contre-basse. Un sourire sadique étire les lèvres percées du Lasombra. Il lui offrirait bien un coup de main mais il sait qu'elle a probablement déjà effectuée l'opération à quelques reprises. Les craquements des os du mort sonnent comme une drôle de requiem alors qu'il est mené à son dernier repos dans un cercueil tout aussi étrange, sans linceul, sans arrangements funéraires, sans rites, sans chants, et personne n'ayant envoyer de fleurs.

Sa chère amie le quitte de nouveau, habillée d'une manière moins aguichante que sa nuisette, elle attrapa l’étui et l'informe que ça peut lui prendre un peu plus de temps et lui offre de prendre un bain. Il jette un coup d'oeil à la baignoire et hoche la tête à l'affirmative. Que pourrait-il faire d'autre en l'attendant, de toute façon. Elle est déjà bien gentille de le débarrasser de tous ses problèmes. Un faible sourire étire ses lèvres et ses yeux foncés deviennent encore plus sérieux lorsqu'elle lui dit qu'il ne peut partir avant qu'elle ne sache le fin fond de l'histoire. Il soupire doucement et elle le quitte. Le vampire fait alors couler l'eau du bain, une eau tiède, sans bain-moussant, sans parfums. Il ne fait que se glisser à l'intérieur, nu comme au jour de sa naissance. L'Italien plonge la tête sous l'eau et elle se teint de rose. Le sang qu'il avait encore sur lui le quittant peu à peu. Les bruits de Nora qui revient ne l'inquiètent pas. Au contraire, il la laisse venir à lui, ne se scandalisant pas plus de sa nudité. Avant d'êtres amis, les deux vampires avaient été amants et ils n'étaient pas pour s'insurger de la nudité de l'autre.

« Tu peux me dire ce qui s’est passé, maintenant? »
« Je me suis présenté chez Valérie, ce soir, dans l'intention de lui présenter des excuses; comme nous en avions discuter lors de notre dernier souper ensemble. J'ai cogner à sa porte, sans réponse et je suis entré quand même. »

Il jeta un coup d'oeil vers son amie. Il savait qu'elle désapprouverait. Il poursuivit :

« Elle était dans la douche, je l'ai attendue, visitant les lieux et sa chambre. J'y ai trouvé plusieurs objets ayant appartenu à Gabriel Osborn. »

Il pris une pause, glissant sa main dans l'eau pour la ressortir et y regarder couler l'eau en légères cascades.

« Nous nous sommes disputer à son sujet. Je lui ai dis qu'elle devait l'oublier, qu'il était mort et que son souvenir ne lui servirait que de faiblesse. »

Avant que Nora puisse dire quoi que ce soit, il baisse les yeux.

« Je lui ai dis qu'il était autant une faiblesse pour elle qu'elle en était une pour moi. »

Il ne savait pas si son amie comprendrait ce qu'il tentait d'expliquer mais sa réaction serait importante pour lui. L'opinion de Nora était l'une des seules qu'il considérait importantes dans sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Dim 2 Avr - 16:27

Ayant contournée la baignoire sur patte, celle aux cheveux bleus s’était accroupi au sol, bras appuyés sur le bord de porcelaine blanche, près de la tête de son ami, pour le regarder face à face. Elle n’avait eu aucune réaction particulière face à sa nudité : après tout, un corps nu est loin de la dérangé, particulièrement un qu’elle a déjà vu à plusieurs reprises auparavant. Elle ne pouvait s’empêché de le trouvé beau, d’ailleurs, ce corps voilé dans une eau rosée. Nathaniele aurait été superbe dans un bain d’un rouge vif.

Elle est tirée de ses pensées par la voix de son ami, qui se décide enfin à lui raconté ce qui s’est passé. Elle sourit tendrement à son introduction, fière qu’il ait marché sur sa fierté pour aller s’excuser, mais elle fronce légèrement les sourcils lorsqu’il mentionne être entré sans y avoir été invité. Franchement. Manque d’étiquette. Nathaniele doit savoir mieux que cela.

Lorsqu’il dit avoir visiter les lieux pendant que la belle était à la douche, Nora fit ouvertement un son de désapprobation, se redressant pour regarder sévèrement l’autre. Elle serait livide s’il s’introduisait chez elle sans son accord. Enfin, pas vraiment : ils se connaissent assez pour qu’elle le lui pardonne. Toutes autres personnes auraient eu droit à une nuque brisée.

« Nous nous sommes disputer à son sujet. Je lui ai dis qu'elle devait l'oublier, qu'il était mort et que son souvenir ne lui servirait que de faiblesse. Je lui ai dis qu'il était autant une faiblesse pour elle qu'elle en était une pour moi. »

Nora resta pensive un instant, le bout de ses doigts frôlant la surface de l’eau et se leva silencieusement. En deux pas, elle se retrouve derrière Nate et elle s’agenouille au sol, passant ses bras autour du cou de l’italien et appuyant sa joue aux cheveux noirs. L’étreinte affectueuse dura un moment, quelques longues secondes, avant que celle aux cheveux bleus ne penche la tête plus près de l’oreille de l’autre, parlant doucement.

« Tu as été un mauvais garçon, Nathaniele, » commence-t-elle, sachant pertinemment qu’il n’aimerait pas l’infantilisation dans ce choix de mots. « Tu as enfreins beaucoup de règles : moi aussi ça m’aurait mise en colère. » Si le plus âgé l’a déjà vu en colère, ce n’aurais été qu’une fois, mais une fois mémorable. Lorsqu’elle perd son calme, la musicienne perd aussi toute douceur. Son regard et sa mâchoire se durcissent, son ton devient cruel et métallique, son corps rigide et si elle est poussée plus loin encore, elle devient, bien malgré elle, violente. Une crise de la suisse tourne bien vite au carnage.

Elle inspire profondément et soupire longuement, se redressant en déliant ses bras pour glisser ses mains le long des épaules de l’homme, remontant en effleurant son cou pour enfin se glisser dans les longues mèches de cheveux noirs. Les peignant doucement de ses doigts, elles les laissent pendent à l’extérieur du bain, administrant un massage crânien distrait en réfléchissant.

Glissant ses pouces contre les tempes de Nate, elle se met à parler doucement, prudemment, en peignant ses cheveux vers l’arrière de nouveau.  

« Tu ne peux pas lui demander d’oublier. » Elle laisse ses doigts glisser entre les mèches jusqu’à leur base, puis vient les glisser contre sa nuque. « Tu dois accepter que cette personne a existé pour elle. Parfois elle va s’ennuyer et avoir envie d’en parler. Tu dois accepter que tu vas devoir l’écouter. Elle ne te fera jamais confiance si elle sent qu’elle ne peut pas se confier. »

Elle parle d’expérience. Elle compte bon nombre de deuils à son actif. Sa mère. Son père. Ses victimes… Elle secoue légèrement la tête, glisse quelques mèches coriaces derrières les oreilles de l’homme, puis sourit.

« La bonne chose, toutefois, est qu’elle se sentiras beaucoup mieux maintenant qu’elle a pu sortir sa colère. »  

Elle penche la tête de côté pour regarder Nate dans les yeux.

« C’est plus facile de commencer à aimer quelqu’un lorsqu’on s’est purger des sentiments négatifs ~ »

Elle est terriblement optimiste pour penser que de s’être fait poignarder par la femme qu’on aime est un bon signe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Mar 4 Avr - 21:15

Oui, l'opinion de Nora était sûrement la seule à laquelle Nathaniele se fiait. C'était la raison pour laquelle il s'était présenté chez Valérie. Il essayait, de manière gauche et maladroite, d'agir comme son amie aux cheveux bleus l'aurait fait. Mais il était évident que le Lasombra n'était pas prêt à agir d'une manière aussi peu habituelle pour lui. Par réflexe, le vampire soupira, il devait se laisser du temps mais être conscient qu'il devrait retenter sa chance auprès de Valérie. Mais, une voix dans sa tête lui disait d'être prudent avec elle; elle avait bien faillis le tuer. Un doute plana dans sa tête. Il était probablement le seul et unique responsable de la situation dans laquelle il s'était retrouvé prisonnier. Il devrait apporter des changements à son attitude et à sa manière d'être. La tâche semblait colossale devant lui. Pour une rare fois, celui qui se croyait si grand donnait l'impression d'être tout petit, facile à éliminer, qu'un doigt pourrait l'écraser.

Nate voyait bien que Nora n'était pas d'accord avec tout ce qu'il avait fait ou tout ce qu'il avait dit à Valérie. Il voyait ses yeux se plisser au fur et à mesure de son récit. Les bras de Nora et sa joue contre ses cheveux le font se relaxer sur le champ. La suisse avait toujours eut cet effet apaisant sur lui et, encore aujourd'hui, son contact lui fait le plus grand bien. Mais quand elle commence à le réprimander comme un enfant, il se raidit un peu. Après une pause, le vampire sent les mains de Nora remonter sur ses épaules puis dans ses cheveux. Il penche la tête, l'appuyant contre la porcelaine de la baignoire, fermant les yeux, laissant son amie masser sa tête de ses doigts. Une pensée lui traverse rapidement l'esprit, celle qu'il est vrai que les musiciens jouant d'un instrument à cordes ont beaucoup de doigté et ce pour diverses choses. Son amie lui parle doucement et, étrangement, Nate ressent beaucoup de bien-être malgré le fait qu'elle lui fait la morale. Elle lui rappelle qu'il ne peut pas obliger Valérie à oublier Gabriel. Puis, elle dit quelque chose qui laisse perplexe le vampire :

« Tu dois accepter que cette personne à existé pour elle. »

Puis elle lui parle que Valérie ne lui fera jamais confiance si elle ne peut pas se confier à lui. Il réfléchit, il fronce les sourcils, les paupières toujours closes. Peut-être que c'est quelque chose qu'il peut tenter : laisser sa belle se confier à lui et lui montrer qu'il peut lui apporter du soutien. Mais, sa mâchoire se serre à l'idée qu'elle lui parle de Gabriel et de ce qu'ils ont eu comme relation avant que Nathaniele ne fasse sa grande entrée à Londres.  

« Tu crois donc que sa réaction serait amoindrie si je m'excuse en bonne et due forme maintenant qu'elle a déversé sa colère sur moi? »

Il laisse tomber ces mots en ouvrant les yeux, tournant la tête pour regarder les yeux bleus de sa tendre amie. Il se redresse, ses avants bras contre la porcelaine. L'Italien garde le silence quelques secondes, analysant ce que la vampire venait de lui dire. Il soupire doucement, se demandant s'il arriverait à être un homme digne de l'attention de Valérie un jour ou s'il devait lâcher prise sur elle.

« J'ai l'impression qu'il faudrait que je sois une toute autre personne pour être capable de lui plaire. »

Il lève ses yeux bruns vers son amie, quelques gouttes d'eau coulant contre son visage.

« Suis-je si horrible, Nora? J'essaye de comprendre tout cela mais ça ne fait aucun sens pour moi et j'ai peur de faire des erreurs qui me coûteront très cher. »

Le Lasombra était entre la colère et les questionnements existentiels. Il voulait comprendre mais n'y arrivait pas. Il n'avait jamais perdu une personne à qui il tenait véritablement. Peut-être était-ce l'une des portes d'entrées à sa compréhension des sentiments de Valérie à l'endroit de Gabe.  Peut-être que son amie, qui était plus douce que lui, pourrait lui faire entendre raison et lui montrer que ce n'était pas comme cela qu'il deviendrait l'homme qui une place comme celle de Gabriel Osborn dans le cœur de Valérie Chapman.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Jeu 6 Avr - 17:39

La vampire aux cheveux bleu avais regarder le visage de Nathaniele changer d’expression alors qu’il écoutait ses paroles. Elle se demandait bien tout ce qui lui passait par la tête lorsqu’elle le conseillait et les conclusions qu’il en tirait. Lorsqu’il serre la mâchoire, elle sait qu’il a atteint la fin d’une réflexion.

« Tu crois donc que sa réaction serait amoindrie si je m'excuse en bonne et due forme maintenant qu'elle a déversé sa colère sur moi? »

Il a ouvert les yeux en parlant, la regarde maintenant. Elle sourit, et répond un doux « Oui. » tout simple. Elle soutient son regard, penchant légèrement la tête de côté, avant que l’autre ne lui annonce qu’il croit devoir être quelqu’un d’autre pour plaire à la belle Valérie. Son désarroi est visible, bien que contenu, alors qu’il plante son regard dans le sien, continuant sur sa lancée.

« Suis-je si horrible, Nora? J'essaye de comprendre tout cela mais ça ne fait aucun sens pour moi et j'ai peur de faire des erreurs qui me coûteront très cher. »

Nora inspire lentement, posant les mains sur les joue de l’autre, puis a un petit rire. Elle penche la tête de côté, l’air coquette. « Nate, » commence-t-elle, « tu sais quel est la première chose que j’ai pensée, lorsque nous nous sommes rencontrés? » Elle laisse quelques secondes passées, même s’il s’agit d’une question rhétorique. Elle lève les sourcils, souriant toujours. « Quel bel homme! » Elle a un rire cristallin, venant poser brièvement ses lèvres contres celles, pâles, de l’autre. C’était un baiser léger qui rappel leur passé bref d’amant et elle ramène ses mains pour s’appuyer sur le bord de la baignoire.

Elle laisse ses doigts caresser la surface de l’eau en continuant. « Tu donnes l’impression d’être dur et cruel et méchant… et pourtant, quand tu es avec moi, tu es doux et attentionné… et tu souris! » Elle semble amusée par ce dernier détail, un instant. « Tu n’es pas horrible… mais tu peux agir horriblement, parfois. » Elle le regarde dans les yeux. « Pourquoi tu n’es pas aussi doux, avec elle? Tu l’aimes et pourtant tu es toujours irrité, sur tes gardes, lorsque tu la voie. On dirait que tu préfères te disputer avec elle que de lui avouer... »

Elle laisse la phrase en suspens, perdue dans ses pensées un instant. Puis, soudainement, elle pouffe de rire, ramenant un regard brillant sur l’autre. « Tu es comme un enfant qui ne peut s’empêcher d’embêter celle qu’il aime! » Elle rit toujours en tendant une main pour la poser de nouveau sur la joue de l’autre.

« Tu n’es pas horrible, Nate. Tu es adorable. Tu dois simplement arrêter tes mesquineries et enfin la traiter comme il se doit. »

Elle a failli ajouter « Mieux que tu ne me traite moi », mais elle pinça plutôt les lèvres. Après tout, l’affection n’est pas une compétition et elle pense avoir déjà mis assez de pression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Dim 23 Avr - 23:40

C'était vraiment frustrant pour Nathaniele de ne pas comprendre du premier coup la raison pour laquelle il était dans le tord. Il n'avait jamais ressentit aucune tristesse à perdre quelqu'un ou quelque chose. C'était l'une des raisons pour laquelle son Sire, Teobaldo, l'avait choisis. Le Lasombra avait à peine cligné des yeux pour exprimer ce qu'il ressentait à la mort de ses parents et de sa fratrie. Il ne comprenait alors pas pourquoi Valérie était si atteinte par la mort de Gabriel. Pour une rare fois dans sa longue vie, Nathaniele espérait que quelqu'un de sensé comprendrait et voudrait lui expliquer en des termes clairs ce qu'il commettait comme erreur à répétition. Et sa chère amie Nora semblait être la personne toute désignée pour lui servir ces leçons de vie. Il n'avait jamais été prompt aux relations humaines, ce n'était donc nullement surprenant qu'il doive apprendre tout cela. Qui de mieux que sa seule et unique amie pour le lui montrer. Peut-être qu'avec ses conseils, le vampire serait en mesure d'être plus... humain?

Elle pose ses mains sur ses joues mouillées par l'eau que contient la baignoire et qui coule encore de ses cheveux longs. Elle dit son surnom. Ça semble mettre un peu de baume sur ce qu'il s'apprête à entendre. Près de lui se tient la seule personne qui utilise ce surnom. La seule personne qui a le droit et le privilège de l'utiliser. Elle le complimente pour pose ses lèvres contre les siennes. Il sait que ce baiser n'est qu'amical et qu'aucun sentiments amoureux n'en ressort. Ce n'est pas un baiser comme ils avaient l'habitude d'échanger lorsqu'ils étaient amants. C'est un baiser d'une amie à un ami. Elle semblait amusée de le voir se questionner autant, de le voir si vulnérable -perdu même-.

«Tu n’es pas horrible… mais tu peux agir horriblement, parfois. Pourquoi tu n’es pas aussi doux, avec elle? Tu l’aimes et pourtant tu es toujours irrité, sur tes gardes, lorsque tu la voie. On dirait que tu préfères te disputer avec elle que de lui avouer...»

Il ne sait pas quoi répondre à cette dernière remarque. L'Homme sait que sa compagne n'est pas allée encore au bout de son idée. Il garde le silence, dépité. Son amie à beau tenter de lui remonter le moral en lui disant qu'il n'est pas une personne horrible, l'impression qu'elle dit ça pour le consoler ne lui sort pas de la tête. Lorsqu'elle le compare à un enfant, il fronce les sourcil.

« Je suis loin d'être un enfant. J'ai dix-sept décennies de vécues, chère amie. »

Nathaniele se tait alors durant de longs instants. S'il comprend bien le message de Nora, il se doit d'arrêter d'être méchant pour espérer un jour plaire à Valérie. Un soupir quitte ses lèvres. Son dos quitte la surface de porcelaine de la baignoire, se courbant légèrement vers l'avant. Il passe une main sur ses cheveux trempés. La question qui lui vient aux lèvres est hésitante, lui semble stupide. Mais il la pose quand même.

« Y a-t-il une manière d'arrêter tout cela? » Il soupire de nouveau, « Je veux dire- Je ne me rendais pas compte de tout cela... Personne ne m'a jamais dit que j'étais ainsi... »

Il fallait dire que personne de sain d'esprit irait dire à Nathaniele Zavettori qu'il était cruel et sadique et méchant et horrible. À moins que les gens ayant tenté la chose ne soient plus de ce monde pour mentionner qu'ils ont essayés de lui en glisser un mot. En agissant de la sorte, Valérie venait de créer une confusion totale chez Nate et Nora essayait de lui expliquer la raison pour laquelle il était perturbé. C'était de toute beauté. Mais, ce soir-là, une étincelle brilla dans le regard de Nathaniele. Il avait finalement comprit. Grâce à l'amitié de sa Nora. Elle avait réussis à lui montrer les deux côtés de la médaille. Il comprit qu'il traitait bien Nora mais qu'il ne traitait pas Valérie comme il le devait s'il voulait qu'elle soit sienne. Il n'avait suffit que d'une lame et d'une amie pour le lui faire comprendre. Maintenant, le plus gros des défis qu'il devait relevé était celui de changement ce que 170 ans de vie avait forgé.

Il se tourna vers Nora et murmura :

« J'ai compris, Nora. J'ai compris ce qu'il me fallait changer. »

Il avança sa main trempée et caressa sa joue, un regard tendre posé sur son amie. Il n'aurait pas pu y arriver sans elle, et il le savait pertinemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Mar 2 Mai - 23:38

Lorsque Nathaniele posa la question, le dos courbé, l’air abattu, Nora se senti, pour la première fois depuis le début de cette histoire, envahie de tristesse. Elle venait de voir, le plus clairement possible, la profondeur de la détresse de son amie et cela lui faisait mal. Elle voudrait le serrer dans ses bras et lui assurer que tout va bien et que tout s’arrangeras pour le mieux, mais elle est figée par l’émotion, sur le bord de la baignoire.

Elle bat rapidement des paupières, s’assurant qu’aucunes larmes n’échappent à sa vigilance et prend une grande inspiration. Alors qu’elle se maîtrisait, l’autre semblait, lui-aussi, avoir repris le contrôle. Son regard était déterminé, clair et sa voix emplie d’assurance, perceptible même au travers de son murmure.

« J'ai compris, Nora. J'ai compris ce qu'il me fallait changer. »

Il touche sa joue, délicatement et elle a un grand sourire soulagée. Elle vient prendre sa main des siennes, pressant affectueusement son visage contre la paume de l’autre. Elle embrasse rapidement la main du vampire avant de se lever et de lâcher prise. Elle parle doucement.

« Je suis contente que tu ais trouver une réponse. L’eau est froide, maintenant : si tu as terminé de te laver, sors vite. »

Elle recule de quelques pas, sa jupe balançant à ce mouvement simple. Elle penche la tête de côté, pensive.

« Je pense avoir quelques vêtements à ta taille, je vais te les chercher. »

Elle tourne les talons et sors de la salle de bain pour se diriger vers la chambre d’invités, au bout du couloir. Allumant la lumière, elle file ouvrir la grande commode antique trônant contre le mur de la pièce : à l’intérieur, des pyjamas en soie, pour hommes et pour femmes, prêts à être utilisés, ainsi que quelques vêtements de secours, chemises, et pantalons de la dernière saison. Une femme du monde se doit d’être prête à répondre aux besoins de ses invités, après tout. Elle sélectionne une chemise et un pantalon, puis, après une brève hésitation, les remets dans le tiroir pour plutôt prendre un ensemble de nuit.

Elle retourne à la salle de bain, posant le pyjama d’un geste déterminé sur la table basse. « Reste pour la nuit, » lance-t-elle à son ami, « je veux que tu restes. » Il est rare qu’elle exige quelque chose de la sorte, mais elle craint qu’il parte si elle lui laisse le choix. Il est arrivé très faible et même s’il est en voie de guérison et semble allé mieux, elle se sentirait beaucoup plus à l’aise s’il passait la nuit chez elle. Après tout, elle le sait fragile émotivement en ce moment.

« Cela devrait te faire, » continue-t-elle en caressant le tissu du pyjama d’une main. « Je vais aller préparer la chambre d’invité, d’accords? » Ah, elle est trop douce pour s’affirmer jusqu’au bout : elle ne veut quand même pas le mettre en colère en le contraignant. Elle sourit et va vers le couloir, mais s’arrête dans le cadre de porte, une main sur ce dernier.

Elle tourne la tête, parle d’une voix douce. « À moins… que tu ne préfères dormir avec moi? » Elle pose son regard bleu sur lui, attentionnée. Cette demande n’a rien de sexuel – quoi qu’elle n’y verrait aucun inconvénient, elle sait comment le sex peut parfois consoler une âme en peine – elle a simplement eu un souvenir d’enfance, bref et fugace. Rien ne la rassurait plus que de dormir avec son père lorsqu’elle avait eu une mauvaise journée. Si elle pouvait apporter plus de réconfort à son ami de la sorte, elle le ferait avec plaisir.

Elle attends patiemment une réponse, à la sortie de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nathaniele L. Zavettori «
avatar

clan lasombra
Messages : 48

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Mar 9 Mai - 1:18

Les réalisations que faisaient Nathaniele ne pouvaient pas être seulement de passages. Il voulait que Valérie le considère et l'apprécie. S'il lui fallait changer quelque chose dans son comportement et ses agissements pour qu'elle s'intéresse à lui, soit, il le ferait. Mais les progrès qu'il ferait pourraient jouer sur sa motivation à changer, s'il advenait que les changements qui se feraient dans les jours, les semaines, les mois qui suivaient, ne donnent pas les résultats escomptés rapidement. Il voulait que ça fonctionne mais perdrait-il espoir s'il n'était pas capable de changer ces comportements qui déplaisaient tant à sa belle? Il était à espérer que non. Peut-être qu'avec l'aide et les conseils de Nora, il réussirait l'impossible, soit gagner le cœur de Valérie.

Le geste de tendresse qu'il offre à Nora en réponse à la tendresse dont elle a fait preuve avec lui, plus tôt, lui fait du bien. Il se demande comment il ferait sans elle. Il a beau avoir 170 ans, il donne l'impression de débuter ses premières vraies expériences de vie. Quand elle se lève, s'éloignant de la baignoire, il sourit brièvement. L'eau froide ne le dérange pas, il doit avoir la peau aussi froide que l'eau dans laquelle il trempe depuis un bout de temps. Il rigole de la manière dont elle le traite; comme une mère avec son enfant ou comme une grande sœur avec son petit frère, même s'il se trouve à être le plus âgé des deux, et de beaucoup. Pour lui faire plaisir, il se lève, sentant l'eau glisser sur son corps, ses cheveux trempés tombant dans son dos, chatouillant l'espace entre ses omoplates. Le temps que Nora est dans la chambre d'invités, il fouille dans les armoires de la salle de bain, histoire de dénicher une serviette. Une fois trouvée, il l'enroule autour de sa taille, cachant ainsi sa nudité à son amie, même s'il savait que cela ne lui poserait aucun problème.

Elle lui revient, un pyjama de soie entre les mains. Le posant sur la table base, elle semble déterminée. Le Lasombra hausse un sourcil. Pourquoi lui laisserait-elle un pyjama? Il la regarde, croisant les bras sur son torse. Elle lui demande de rester pour la nuit. En fait, il s'agit plus d'un ordre léger. Il ouvre la bouche pour rouspéter, lui dire qu'il est parfaitement apte à retourner chez lui, surtout qu'ils habitent le même quartier. Mais elle ajoute qu'elle aimerait qu'il reste. Tous ses arguments tombent en morceaux et il abdique la victoire à son amie. La Ventrue reprend, lui disant que le pyjama devrait lui aller et qu'elle va préparer la chambre d'invités pour lui. Elle s'arrête dans le cadre de la porte, le regarde, propose de dormir avec elle, si c'est ce qu'il préfère. Le vampire sourit. Un vrai sourire, franc. Rien ne lui ferait plus plaisir, même s'il ne dort pas beaucoup. Il attrape le pantalon du pyjama, détache la serviette et la laisse tomber, enfilant rapidement le bas du pyjama. Avec un sourire en coin, il marche vers Nora et la suit jusqu'à sa chambre.

« Je n'ai absolument aucun argument pour ne pas dormir avec toi. Ça m'a toujours fait du bien. Et je n'y vois aucun inconvénient. »

Il se dirige du côté du lit opposé à elle et ouvre les couvertures avant de s'y glisser, sans pour autant s'abriter en-dessous. Nathaniele attend que Nora prenne place dans le lit avant de reprendre la parole.

« On dirait bien que Dieu t'a donner le rôle d'être mon ange gardien! »

Il va chercher sa main et en embrasse le dessus en un baisemain digne d'un gentleman. Il passe un bras sous sa tête pour mieux continuer de voir son amie. Ses yeux foncés se posent sur ceux pâles de son amie. Coucher sur le dos, la tête tournée vers Nora, le vampire inspire et expire profondément.

« Merci. Pour toute l'aide que tu m'a apportée ce soir. Et pour les autres fois où tu m'as aidée. Je te dois beaucoup, Nora. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 34

MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   Ven 26 Mai - 13:58

Lorsqu’elle vit Nathaniele croiser les bras sur le torse, face à sa demande, elle crut un moment qu’il allait refuser et partir, trop fier pour accepter le moment de faiblesse qu’il a eu, exposé à son regard. Mais, étonnement, il n’en fait rien. Il lui offre même un grand sourire. Il enfile le bas du pyjama et lui emboite le pas, lui expliquant : « Je n'ai absolument aucun argument pour ne pas dormir avec toi. Ça m'a toujours fait du bien. Et je n'y vois aucun inconvénient. »

Celle aux cheveux bleus sourit, lui jetant un regard de côté en se faufilant dans sa chambre. La chambre de la femme est grande, claire, alliant le blanc cassé aux minimes touches de bleu marin. Un mur est tapissé de chapeaux posés sur des crochets, une commode basse trônant dessous. À l’opposé, un secrétaire délicat où une dizaine de cadres de toutes les tailles affiches des photos de Nora avec ses étudiants de musique à différentes étapes de sa vie : parfois elle est blonde, parfois elle est bleue, ici en France et là en Espagne. Le lit est la pièce centrale, massive base de bois et multiples oreillers formant un monstre de confort. Il n’y a pas de miroirs ici : ceux-ci sont dans le placard walk-in dont les portes sont présentement fermés.

Nora retire son chapeau pour l’accrocher dans l’espace vide du mur où il était à l’origine. S’en suit une valse au travers de la pièce alors qu’elle se dévêtit, mettant les vêtements là où ils doivent aller – la majorité au lavage, comme elle doit effacer de ceux-ci les traces de leur invité plus tôt. Elle ne semble pas déranger par la présence de l’autre alors qu’elle enfile une robe de nuit plus décente que celle dans laquelle il l’avait surprise à son arrivé.

Elle place ses cheveux bleus derrière ses oreilles en se tournant enfin vers le lit, venant y rejoindre l’autre. Elle s’y assoit, souriant à son compagnon. « On dirait bien que Dieu t'a donné le rôle d'être mon ange gardien! », dit-il. Elle cligne des yeux, puis pouffe de rire. On l’a souvent comparé à un ange lorsqu’elle avait de longs cheveux blonds et n’était connu que comme une délicate musicienne, mais jamais on ne lui a attribuer la vertu de la protection. Cela lui plaît.

« Je vais faire de mon mieux pour être digne du rôle. »

Elle sourit alors qu’il baise sa main et elle s’étend à son tour, montant les épais draps jusqu’à ses épaules. Elle se met en boule sur le côté, une main sous l’oreiller. Elle soutient le regard de son ami, souriant doucement.

« Merci. Pour toute l'aide que tu m'a apportée ce soir. Et pour les autres fois où tu m'as aidée. Je te dois beaucoup, Nora. »

Elle reste pensive un instant, légèrement surprise, puis sourit de nouveau. Elle parle doucement.

« C’est réciproque, precioso. »

Elle roule de l’autre côté pour éteindre la lumière, mais cela ne change pas grand-chose : les lueurs du matin commencent à poindre à l’horizon, déjà. Ce fût une longue nuit.

Elle revient vers l’autre, inspire doucement.

« Dors bien, Nathaniele. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: that's what big sisters are for ▬ nathaniele   

Revenir en haut Aller en bas
 

that's what big sisters are for ▬ nathaniele

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cypher's sisters of battle
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]
» Vente armee New In Box - Sisters Of Battle
» The Weird Sisters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Jardin Public :: Sujets terminés-