AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 secret alphabets [ft. wallace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 72

MessageSujet: secret alphabets [ft. wallace]   Lun 5 Sep - 19:49

Sa dernière altercation avec un hunter n’avait pas quitté les pensées de Jeremiah. On ne pouvait pas dire que ses talents de travail d’équipe s’étaient affinés depuis son arrivée à Londres. Casser des doigts à un borgne innocent pour lui soutirer des noms, mais surtout parce que ledit borgne n’était pas d’accord avec lui, ce n’était pas un très bel exemple de bonne entente. Mais cet incident ne le quittait pas, pas parce qu’il regrettait ses actions. Il avait beau repenser sans cesse à la situation, il n’éprouvait aucun regret, même avec le recul. Cependant, il n’était pas pleinement inconscient. Il savait que, quelque part, ce qu’il avait fait n’était pas bien. Il n’en avait pas touché un mot à Fergus, il n’allait pas aller s’en vanter. Mais il ne regrettait pas. Ce qu’il faisait n’était pas facile et on ne faisait pas de choses difficiles sans se salir les mains, flottant sur ses idéaux comme s’il s’agissait de petits nuages. C’était ce que ce hunter avait essayé de faire, ne pas se salir les mains, chasser sans être le vilain de l’histoire. Voilà ce qui avait fait disjoncter le jeune écossais, ce hunter ne méritait pas d’en être un.

Donc, il pensait toujours avoir eu raison et de plus, il avait pu retirer quelques noms de cette séance d’interrogatoire forcée. Il était encore en train d’essayer de trouver ses repères dans la ville, de jeter des lignes à l’eau, question de voir laquelle mordrait. Voilà ce qui l’amenait à Fitzrovia ce soir-là. Il testait une ligne, un nom dont Jake s’était départi avec peu de joie. Il avait même ajouté un quartier, ce pourquoi Jeremiah s’était une fois de plus aventuré en ces lieux peu familiers. Haneesha Patel, voilà qui il cherchait. On aurait pu croire que cela serait un jeu d’enfant à partir de là. Mais Londres n’était pas une petite bourgade où tout le monde se connaissait et Fitzrovia n’était pas particulièrement petit ou désert. Peut-être passerait-il des semaines à rôder pour trouver qui cette Haneesha Patel pouvait bien être.

Il avait mis sa plus belle chemise, noire bien sûr, en espérant passer inaperçu dans le quartier un peu huppé. Il avait l’air d’un serveur plus que d’un bourgeois, mais ça pouvait faire l’affaire… Non, en fait, Jeremiah ne se faisait pas d’illusion, ces bourges de Fitzrovia sauraient sentir le prolo qu’il était à des mètres à la ronde. Ça se voyait dans son visage, dans sa démarche et dans son accent surtout. Il pouvait se faire passer pour un employé, au mieux. Voilà qu’il traînait dans cet espèce de bar à cocktail qui se prenait pour il ne savait quoi, avec ses boissons alambiquées qui goûtaient le lave-vitre à 12 livres. Il en avait commandé un, ne s’étant pas résolu à payer 10 livres pour de la nourriture de pub soit-disant « gastronomique ». Il ne buvait pas non plus son choix de cocktail au nom truffé de jeux de mots minables, de un, parce qu’il ne buvait pas d’alcool et, de deux, parce que 12 livres c’était un putain de racket pour un mini-verre qui ne sentait même pas bon. Il observait la faune locale, espérant que l’une d’entre elle soit sa cible, il aurait eu bien envie de mettre le feu à n’importe quel de ces bourges habillés en clochards parce que c’était la mode, parlant de manière affectée autour de leurs cocktails ringards hors de prix. Déjà qu’il était d’humeur massacrante, comme à son habitude, son regard se posant sur un visage connu ne fit qu’empirer la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Sam 17 Sep - 19:12

Wallace Renwick a toujours été une personne sociale : après tout, son Sire se faisait un point d’honneur de l’amener à toutes fêtes données par la haute société, de l’éduquer aux bonnes manières et de le présenter comme un joli petit animal de compagnie. Si le vampire pense maintenant qu’il n’a guère besoin de se montrer dans toutes les soirées données à Londres, il sort assez régulièrement pour entretenir ses relations : le réseautage, après tout, est bien important dans tous les domaines, même le proxénétisme.

Il avait, ce soir-là, invité une connaissance bien spéciale à sortir : un policier du nom de Wesley Hess. Plutôt jeune, belle gueule et totalement naïf ; il s’agit d’un des policiers patrouillant régulièrement le coin de Covent Garden dans lequel les bonnes gens londoniennes trouvent le Café de Paris. De toutes les relations que le manager doit entretenir, celle-ci est assurément celle qu’il doit le plus garder à l’œil : lorsqu’on doit s’occuper d’un immense business employant des dizaines de créatures sanguinaire, des putes sous-payés et distribuant toute sortes de drogues à l’intérieur de son enceinte, on trouve un moyen de mettre les forces de l’ordre dans sa poche le plus tôt possible. Enfin, dans ce cas-ci, Wallace essayait de le mettre sous la table.

S’il a invité monsieur Wess plutôt que son partenaire, c’est pour 4 raisons bien précises. 1. Wesley a autant de jugeote qu’un pigeon sur l’autoroute. 2. Il est visiblement gay. 3. Il est assez mignon pour qu’il ait envie de se le faire. 4. Son partenaire, beaucoup plus vieux et endurci, ne semble pas aussi facile à influencer, même avec ses pouvoirs.

Et il n’avait pas tort : cela ne faisait qu’une demi-heure qu’ils étaient assis dans ce bar de Fitzrovia et déjà il savait qu’il avait gagné. Le policier riait nerveusement à tout ce qu’il disait, que ce soit une blague ou non, son regard se perdant toujours brièvement dans le col plongeant de la chemise du vampire. Wallace n’avait eu qu’à mettre ses plus récents achats Hermes, jouer habilement de son pouvoir présence et voilà le résultat.

C’était un peu trop facile, même et il se surpris à s’ennuyer, laissant son regard vaguer dans le bar… jusqu’à rencontrer celui d’une vieille connaissance. D’abord surpris, il laisse un sourire suffisant apparaitre sur ses lèvres alors qu’il fixe l’homme habillé en noir.

Ne pouvant résister, il se lève soudainement, s’excusant du bout des lèvres à son invité avant de se faufiler dans la salle, s’approchant du chasseur avec aisance, ses dents blanches luisant dans la pénombre. Il s’arrête à quelques pas de lui – une distance de sécurité – avant d’ouvrir la bouche.

« Long time no see. Ça m’étonne de te voir dans un endroit comme celui-ci. »

Il penche la tête de côté, ses cheveux tressés glissant dans le même mouvement, observant l’autre homme des pieds à la tête. Avec un sourire en coin et un ton tranchant, il poursuit.

« L’effort est minimal, mais on ne peut en attendre plus. »

Ce n’est pas très brillant de venir piquer un chasseur irascible alors qu’on a un joli jeune homme prêt à se plier en quatre dans ses filets, mais que voulez-vous.

Wallace s’ennuie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 72

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Mar 11 Oct - 19:47

Le truc avec Wallace Renwick, c’était que d’en plus de vouloir le tuer parce que c’était un vampire et que c’est ce qui devait être fait, Jeremiah voulait le tuer parce qu’il avait une personnalité merdique et lui tapait royalement sur le système. Même s’il n’avait pas été un vampire, Jeremiah n’aurait pas pu le sentir. Lui qui aurait dû être content de tomber sur une proie potentielle, il était très visiblement énervé de tomber sur Renwick dans un tel lieu. Il n’était pas vraiment étonnant de le croiser dans un tel lieu, mais le jeune chasseur s’était comme imaginé qu’il ne quittait jamais sa tanière, comme une espèce de grosse araignée velue qu’il était. Instantanément, le dégoût le plus manifeste traversa les traits de son visage déjà généralement assez antipathiques. Il aurait pu prier que Renwick ne l’ait pas vu, mais c’était vain, comme leurs regards s’étaient littéralement croisés. Et, comble du malheur, voilà que son ennemi se levait pour se diriger vers lui. Mais qu’est-ce qui lui prenait ? L’Écossais n’avait-il pas été assez clair lorsqu’il avait énoncé son désir très cher de le buter ?

Malgré les envies de meurtres écrites dans le regard du chasseur, Wallace Renwick s’était approché jusqu’à un seul petit pas de lui, les deux hommes debout se jaugeant du regard. C’était différent pourtant, ils n’étaient pas dans la boîte du vampire, le lieu ne grouillait pas de ses petits lardons serviles. N’avait-il pas un peu peur ? Visiblement non, car la grande échalote lui adressa la parole, se délectant sur sa ô combien originale boutade sur l’apparence du jeune Drysdale, qui clairement n’était pas à sa place. Se moquer de ses fringues, c’était le mieux qu’il pouvait faire ? Jeremiah avait clairement entendu pire au primaire dans la cour d’école. Il décida donc d’aller encore plus bas que son adversaire, le regardant de la tête au pied avec mépris. « Tiens, le retour de la grande folle », rétorqua-t-il en faisant référence à l’apparence efféminée de Renwick. Normalement, il n’était pas trop du genre à faire des commentaires sur avec qui les gens couchaient, comment ils s’habillaient, tous ces trucs qui faisaient flipper les curés et les football moms, mais pour Renwick, il prenait chaque opportunité de l’envoyer paître, quitte à avoir l’air d’un vieux hooligan facho. Clairement, le vampire n’était pas là seul, comme l’indiquait le jeune homme esseulé qui le fixait avec insistance, ce qui inspira la prochaine réplique du chasseur : « T’as pas une queue avec laquelle t’étouffer au lieu de gâcher ma soirée ? » Il n’était pas d’humeur à voir son petit air condescendant, et essayait donc de le faire déguerpir au plus vite, avant que l’envie de lui éclater les dents ne devienne trop forte. Jeremiah déposa son verre sur la table vide à côté de laquelle il se tenait, il n’avait pas besoin de faire semblant pour ce clown, il savait déjà qui il était, ce qu’il faisait, et ce qu’il allait lui faire. Cela fait, il reposa son regard sur le vampire qu’il désigna du menton avant de conclure : « Je vais t’éclater en temps et lieux, attends ton tour. » Peut-être que Renwick aurait un minimum de jugeote, voyant qu’il n’était pas sur son terrain et sonnerait la retraite. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Mar 25 Oct - 20:45

Le manager du Café de Paris n’eut que quelques instants pour savourer la puérilité de ses commentaires, mais ils le valaient bien. Il aime bien se croire mature et inatteignable, mais son éducation, aussi parfaite eût-elle semblée, à créer chez lui une jalousie gamine qui ressort toujours pour le pousser à dominer les autres.

Il arque un sourcil au commentaire du chasseur, mais n’en est pas plus affecté. À 144 ans, si les commentaires sur son apparence et son orientation le dérangeait encore, il serait encore plus mesquin dans ses interactions mondaines. En réalité, il était même un peu satisfait de voir que ses boutades avaient provoqué le chasseur au point que celui-ci s’abaisse à son niveau d’insulte. Vraiment, quand il s’ennuie il devient une véritable drama queen.

« T’as pas une queue avec laquelle t’étouffer au lieu de gâcher ma soirée ? »

Le vampire avait bien remarqué le regard de l’autre glisser par-dessus son épaule et il tourne légèrement la tête pour observer le policier également. Ce dernier détourne rapidement les yeux, comme honteux de les fixer ainsi : toujours accroché à l’hameçon, aucuns problèmes de ce côté. Renvoyant ses tresses derrière son épaule d’une main, il ramène son attention sur celui en noir. Il sourit toujours, laissant sa langue s’égarer sur ses dents un instant.

« Doucement, tu sonnerais presque jaloux.»

Il y a mille manières dont il aurait pu répondre à cette tirade, mais, comme toujours, Wallace se tourne vers l’idée que son homosexualité met les hommes hétéros mal à l’aise.  Ce n’est plus vraiment le cas en l’an de grâce 2016, mais il s’agit de sa tactique la plus naturelle et il ne peut s’empêcher d’y retourner.

Il ne pense pas une seule fois à ce qu’il fait : en fait, il ne cherche même pas à accomplir quoi que ce soit. Il a simplement envie de faire chier ce chasseur en profitant de la sécurité confortable d’un lieu public. Il est un connard.

Le chasseur ramène son attention sur lui, enfin et lui parle d’un ton défiant.

« Je vais t’éclater en temps et lieux, attends ton tour. »

Le vampire penche la tête de côté, pouffant de rire. Il trouve toujours aussi adorable l’idée qu’un humain se croit supérieur à lui, capable de le dominer : de le tuer, même. Dans un excès de confiance, il fait un pas vers l’avant, observant le chasseur de haut et parle d’un ton doucereux.

« Tu crois me faire peur avec ça? J’en ai connu bien d’autres avant toi et peu importe ce qu’ils restent d’eux aujourd’hui, tu ne vas pas tarder à les rejoindre. »

Semblerait bien qu’il ait arrêter la mascarade de l’innocence. Il redresse le menton, parlant légèrement plus fort.

« Ce n’est pas du bétail qui va m’effrayer. »

Il est vraiment trop compétitif. Son rencard de réseautage est à des kilomètres de ses pensés, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 72

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Sam 29 Oct - 11:06

Ce Renwick était probablement plus insouciant que suicidaire, alors qu’il venait narguer quelqu’un qui l’avait explicitement menacé de le tuer à la première occasion. C’était ce que pensait Jeremiah en le menaçant très clairement une nouvelle fois. Mais la réalité le frappa. Renwick ne le considérait même pas comme une menace. Il se pensait appartenir à une race si supérieure qu’il se permettait de venir le provoquer pour son simple amusement, bien que cela ne lui apporte pratiquement rien d’autre. Bien sûr, son invitation à aller faire autre chose de sa grande gueule fut reçue avec humour par le vampire qui n’avait décidemment pas eu son quota de moqueries. Évidemment qu’il n’était pas jaloux et ce genre de boutade ne lui faisait pas grand-chose. Il n’y avait vraiment aucun doute dans son esprit quant à ce fait. Ce n’était pas ce genre de situation amour-haine. Non, c’était 100% du haine-haine. Renwick pouvait fantasmer ce qu’il voulait, très peu pour Jeremiah, sauf si ça impliquait de lui déchirer l’entrejambe à coup de dents pour le laisser mourir au bout de son sang, pour ça il pouvait faire une exception.

Son hypothèse quant à l’apparente confiance de Renwick fut confirmée avec sa réaction quant à la dernière menace qu’il avait reçu du jeune écossais. Clairement, les masques étaient tombés. Plus personne ne faisait semblant. Renwick se permettait même de rire, allant même faire un pas derrière. Jeremiah eut envie de reculer, mais ne se le permit pas. Il n’était pas question de faire preuve de faiblesse devant cet adversaire. Le vampire lui parla alors de ceux qui avaient attenté à sa vie avant et qui avaient clairement échoué, au prix de la leur. Il ne jouait pas la carte de l’innocent propriétaire de club, non, il était clairement un redoutable vampire et ne s’en cachait pas. Lorsqu’il se fit traiter de bétail, Jeremiah serra les poings à s’en blanchir les jointures. Ils étaient en public, Renwick le savait, ce n’était pas le temps. Voilà pourquoi il s’en permettait. Le chasseur devait garder son calme, il n’était pas armé pour se charger d’un vampire de sa trempe tout de suite. Tentant tant bien que mal de se calmer, Jeremiah essaya de faire perdre intérêt à son adversaire dans cette joute verbale : « Comme si je l’avais pas déjà entendue celle-là. Pour quelqu’un qui se pense si spécial, c’est pas très original. » C’était faux en fait, il n’avait jamais vraiment discuté avec un vampire. Le fait que ces salopards pensent que les humains n’était que du simple bétail le remplissait de rage. Ils étaient des abominations, comment osaient-ils se présenter comme supérieurs ? Comme les maîtres de la création. Jeremiah avait si hâte de lui prouver le contraire, de voir l’amer passage du regret dans les yeux de cette pourriture. « T’es qu’une sangsue comme les autres, Renwick. Peut-être mieux habillé, mais la différence s’arrête là, et tu vas finir comme les autres avant toi. » Il avait décidé de lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Cet enfoiré n’allait pas se faire croire qu’ils avaient quelque chose de spécial, une rivalité ou une merde du genre. Il n’était qu’une proie, ce qui était encore pire que du bétail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Mar 8 Nov - 20:48

Les poings serrés et la rage contenu ne lui ont pas échappé. Il en frissonne presque. C’est beaucoup plus satisfaisant d’emmerder ce hunter que de faire rager Carlile et le vampire s’en amuse beaucoup. Il devrait essayer d’en connaitre plus sur son interlocuteur : ne serait-ce que son nom. Il se fiche un peu de son lieu de résidence : après tout, il n’a pas besoin de se rendre chez lui pour l’éliminer, il peut très bien faire cela en ville. Il ne serait pas le premier voyou à être retrouvé dans une ruelle mal éclairée.

Oui, il peut presque le voir : sale et ensanglanté, sur le sol crade d’une venelle étroite. Cela lui donnerait presque des idées…

« T’es qu’une sangsue comme les autres, Renwick. Peut-être mieux habillé, mais la différence s’arrête là, et tu vas finir comme les autres avant toi. »

Le manager hausse un sourcil, redressant le menton. Il reste silencieux, un sourire vague aux lèvres. Sans un mot, il replace lentement ses manches, tirant sur les poignets pour éliminer les plis. Chassant une tresse vagabonde de son visage, il ramène un regard froid sur le chasseur et élargit son sourire, montrant les crocs. Ceux-ci miroitent doucement dans la lumière tamisée de l’endroit, mais ce simple éclat doit déclencher des frissons chez le chasseur. Wallace a toujours aimé son pouvoir de Presence. De tout ce qu’il a hérité de son sire, cette habileté est sa favorite.

Il n’en abuse pas, toutefois : il ne faudrait pas que tous les clients l’aperçoivent et quittent soudainement le bar en panique. Rangeant ses crocs, il se passe la langue sur les lèvres et se penche près de l’oreille de l’autre, baissant la voix d’un ton.

« Fais attention où tu mets les pieds, il y a beaucoup plus de sangsues que tu ne crois à Londres. »

Il recule d’un pas, lève les mains avec un léger haussement d’épaules.

« Plusieurs d’entre-elles me doivent des faveurs, alors je surveillerais mes arrières, si j’étais toi. »

Il tourne les talons avec un salut final.

« Bonne nuit. »

Il dit cela sur le même ton que l’on dit ‘adieu’, suintant de confiance en lui tournant entièrement le dos. Il se dirige vers sa table, où le policier l’attend toujours, mais semble prêt à partir d’un moment à l’autre s’il ne lui donne pas toute son attention.

Oh, comme cette discussion lui a donné toutes sortes d’idées… Cela s’annonce une plus belle soirée qu’il ne l’avait anticipé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 72

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Mar 15 Nov - 10:25

Après autant d’altercations avec le manager du Café de Paris, Jeremiah en était venu à attendre un certain niveau de répartie. Évidemment, il avait fait de son mieux pour l’envoyer paître, mais il était clair que Renwick avait quelque réplique brillante au fond de sa poche pour lui renvoyer au visage. Le jeune homme savait qu’il n’avait pas grand chance de l’emporter dans une bataille de mot sauf si son adversaire était en fait une plante verte. Pourtant, le vampire restait silencieux. Qu’est-ce que ça voulait dire. Jeremiah tenta de cacher sa confusion alors qu’il le regardait se placer comme s’il se préparait à quelque. Ce devait être toute une réplique qu’il lui préparait. Mais il n’en fut rien.

Renwick ne fit que le regarder en souriant. Mais ce n’était pas que ça, si simplement ce n’était que ça. Il les vit clairement, ces deux crocs qui avaient probablement percé la gorge de tant d’humains à travers les siècles. Le hunter fut pris de peur, non de terreur même. C’était comme si toute ses entrailles s’étaient mêlées en un nœud glacé. Un frisson terrible le parcourut. Il ne put empêcher cette peur immense de se peindre partout sur son visage. Il recula. Son corps tout entier lui criait de prendre la fuite. Il était en danger. Mais il était à la fois paralysé, comme un lièvre devant le canon d’une carabine. L’autre se penche vers son oreille, il est désormais tout près, bien trop près. Mais qu’est-ce qu’il attendait pour prendre la fuite?

La menace n’était on ne peut plus claire. Le jeune homme écossais n’en aurait même pas eu besoin. Il allait se faire dégommer, on allait lui régler son compte. Si Renwick aurait voulu en finir maintenant, il aurait pu, Jeremiah n’aurait pas été en mesure de lui offrir quelconque résistance. Jeremiah s’était déjà fait menacer, maintes et maintes fois, mais celle-ci lui avait fait l’effet d’une lame entre les deux omoplates. Ses jambes étaient faites de coton, ses dents serrées chauffait tout son visage éberlué. Il continuait d’avoir peur alors que Renwick, satisfait lui tournait le dos. Ce vampire était dangereux. Trop dangereux pour laisser en vie. S’il laissait Renwick sortir de ce bar, il avait la certitude la plus profonde qu’il allait mourir. Jeremiah s’était toujours dit à l’aise avec le fait de mourir, mais à ce moment précis, la perspective de se faire tuer le terrorisait. Renwick était trop dangereux pour les plans, les stratégies, il ne devait pas sortir de ce bar.

Comme sorti soudainement de sa torpeur par un choc électrique, il se précipita vers le vers qu’il sirotait et le brisa brutalement sur le rebord d’une table, le fracas attirant l’attention de tous les clients autour. Il n’en avait rien à faire. Le verre brisé dans sa main il se jeta vers le dos tourné du vampire, concentrant tout l’énergie qu’il pouvait dans cet objet. Il n’avait jamais osé utiliser le Cleave devant un public ignorant. Pour ceux qui avaient pu entrevoir la réaction extrême du hunter, le verre brisé brillait presque, comme si on l’avait chauffé à nouveau, à la limite de l’explosion. Jeremiah frappa alors avec toutes ses forces, espérant de tout son cœur d’en finir, peu importe les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Dim 20 Nov - 16:02

Wallace Renwick a beaucoup de défauts. Superficiel, vaniteux, jaloux, condescendant… mais le pire d’entre tous, vraiment, est sa trop grande confiance en lui. Il ne prend pas assez de précautions dans la vie : il se croit toujours trop fort ou trop brillant pour perdre la face, peu importe la situation.

Alors qu’il se faufile tranquillement entre les tables pour retourner vers la sienne – où son invité semble soulagé de le voir se rapprocher – il se remémore le visage terrifier du chasseur pour en imbiber sa mémoire. Il ne peut retenir un sourire satisfait de s’afficher sur ses lèvres, même.

Il ne tourna même pas la tête au son du verre brisé, même s’il voyait les visages surpris et curieux se tourner vers la source de la commotion. Un verre brisé dans un bar : ce n’est pas bien surprenant. Les bruits de pas venant dans sa direction ne lui aurait fait ni chaud ni froid si certains clients n’étaient pas soudainement en train de s’exclamer. Il venait à peine de pivoter le buste, daignant enfin porter attention à ce qui se produisait, lorsque l’arme du chasseur le toucha.

Ses yeux gris s’ouvrent en grand.

Les clients du bar se lèvent en hurlant.

Ses pupilles s’étrécissent.

Un cercle se forme autour d’eux alors que les humains s’éloignent en peur.

Ses lèvres s’entrouvrent sous la surprise.

Il reste immobile, quelques secondes. Dans son mouvement de rotation, le verre chauffé à blanc lui égratigna le bras, déchirant veste et chemise avant de s’enfoncer dans le haut de son flanc, près du pectoral. La douleur est intense, mais la surprise l’est encore plus.

Les traits de son visage se déforment, une grimace dévoile ses dents, mais il retient ses crocs avec peine. D’un mouvement de son bras blessé, il frappe le chasseur à la tempe tout en reculant, bousculant une table qui se renverse sur le côté. Il ne doit pas utiliser ses pouvoirs, il ne doit pas montrer trop de force, il ne doit pas sauter à la gorge de l’homme en noir sous les dizaines de regards de ce bétail ignare-

Pendant une brève seconde, le vampire considère l’option sanglante : éliminer le chasseur, puis tous les témoins. Toutefois, une petite voix dans sa tête – probablement son instinct de conservation – le ramène à l’ordre : c’est beaucoup trop de travail. Et encore une fois, il sous-estime probablement son adversaire.

Il aurait dû se douter que ce type était un animal : lorsque acculé au mur, il attaque. Il l’a vraiment cherché, mais jamais il n’aurait cru qu’il oserait le faire devant autant de badauds.

Il presse une main contre son flanc, reculant rapidement. Il doit sortir d’ici avant qu’il ne perdre aussi son calme et décide de répliquer à ses attaques sans penser aux conséquences. Son regard fait le tour de la pièce : certains clients se terrent contre les murs, d’autres pianotes sur leurs téléphones en panique pour contacter des services d’urgence alors que les derniers se bouscules pour sortir dehors.

Il doit filer avant l’arrivée de la police… Il n’a pas envie d’un tour forcé à l’hôpital. Se faire dire qu’il est cliniquement mort n’est pas dans ses plans de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 72

MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   Dim 11 Déc - 22:03

Le hunter fut abasourdi de voir son coup porter fruit, le verre chauffé à blanc qui allait se planter dans le flanc de son adversaire. L’arme de fortune se fissura, incapable de supporter une telle énergie. Il le lâcha aussitôt, de peur de perdre sa main, mais cette distraction momentanée permit au vampire de répliquer aussitôt. Le coup à la tempe fut assez fort pour lui faire voir des étoiles l’espace d’un instant, le faire tituber. Il se rattrapa sur une table sous les exclamations paniquées de la foule. Lui-même n’arrivait pas à croire ce qui venait de se passer. Il regarda autour de lui, paniqué. Venait-il vraiment de l’attaquer devant tout le monde ? Il y avait au moins une trentaine de témoins directs qui avaient une très bonne vision de son visage pour témoigner par la suite. Merde, merde, super-merde. Et voilà que Renwick tentait de prendre la fuite. Son instinct lui disait de le suivre, sa tête lui disait de prendre la fuite également. Et comme d’habitude, ce ne fut pas la raison qui l’emporta.

Il partit tout de suite à sa poursuite. Il ne pouvait pas le laisser se sauver maintenant qu’il l’avait blessé, c’était le moment décisif. Et si c’était le jour J ? Enfin, la nuit N. Et si c’était ce soir qu’il se débarrassait de Renwick? Il ne pouvait pas laisser cette chance lui échapper, il ne pouvait pas se le permettre. Soudainement, il se sentit solidement agrippé par le bras. Se retournant, il aperçut ce qui semblait être le rencard du vampire, quelqu’un qui, clairement, visitait plus le gym et fumait beaucoup moins que le jeune écossais. Il se débattit pour se défaire de sa poigne, mais l’autre n’entendait pas à rire. Il l’entendit alors de lui ordonner de se rendre, et rien qu’à entendre le ton de l’exclamation, Jeremiah écarquilla les yeux. Un putain de flic. En plus de se taper Renwick, il fallait que ce type, soit un emmerdeur de flic. Paniqué par la perspective de perdre sa proie et de se faire chopper par la police locale, ce qui mettrait à mal toute son opération, encore plus que sa petite scène de toute à l’heure, le chasseur redoubla d’efforts pour se défaire, assénant un violent coup de boule à son adversaire. Leurs fronts s’entrechoquant lui donnèrent l’impression qu’on venait de sonner un gong dans sa tête au complet, sa cervelle rebondissant sur toutes les parois de son crâne comme dans un pinball. S’il s’en sortait, il allait devoir avaler la bouteille d’aspirines au complet pour se défaire de ce mal de bloc. Par miracle, le coup désorienta assez le policier pour lui laisser l’occasion de se défaire et de courir dans la direction où il avait vu Renwick s’engouffrer. Il n’eut même pas à pousser les quidams qui s’ôtèrent bien vite de son chemin, c’était peut-être dû à un de ces sourcils qui s’était fendu pour la énième fois, soit par le coup du vampire, ou celui qu’il venait d’asséner à ce pauvre agent de la paix innocent, lui donnant encore plus l’air d’un maniaque.

Lorsqu’il arriva enfin à l’extérieur, plus aucune trace de sa proie. Il avait beau regarder partout autour de lui comme un forcené, il avait perdu Wallace Renwick, et il était vraiment dans la merde. Sans avoir le temps de réfléchir sur ce qui venait de se passer, il prit lui aussi la fuite à travers les ruelles, sachant que les appels paniqués au 911 des clients avaient probablement attiré des renforts. Non seulement, il allait être dans les petits papiers de la police, mais aussi d’un vampire les plus puissants du quartier. Il n’aurait pas pu plus merder même s’il avait essayé. Du grand Drysdale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: secret alphabets [ft. wallace]   

Revenir en haut Aller en bas
 

secret alphabets [ft. wallace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Secret War
» Farrakhan corrige Wallace à 60min
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» Mike Wallace sur 25 verges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Jardin Public :: Sujets terminés-