AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 she's a butcher with a smile - N.W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Nora D. Wechsler «
avatar

clan ventrue
Messages : 32

MessageSujet: she's a butcher with a smile - N.W.    Ven 22 Juil - 19:50


Nora D. Wechsler



Kirishima Touka
Je m'appelle Nora Désirée Wechsler, je suis né(e) le 13 octobre 1961 et j'ai 55 ans, mais beaucoup de gens pensent que j'ai 22 ans. Je suis une vampire et je fais partie du clan Ventrue. Je suis bisexuelle et je suis difficile. Je suis une professeure de violoncelle dans une école privée et je suis d'origine suisse.


toi et juste toi



Nora possède une apparence qui attire la confiance. Très jolie, elle est tellement délicate que l’on oublie facilement qu’elle mesure 5’8 ‘’, taille rare dans sa famille maternelle. Sa posture parfaite indique clairement ses origines aisées et sa peau pâle et douce est couverte de dizaines de grains de beautés, comme autant de constellations illuminant sa complexion. Elle a un visage fin, des mains délicates et des courbes agréables, bien qu’elles seraient plus belles si elle était un peu plus grasse. La même règle s’applique à sa poitrine, un peu à sa déception : elle a toujours rêvé d’avoir un superbe décolleté.

Naturellement blonde, elle utilise une teinture noire à base de couleur bleu et garde ses cheveux coupés au niveau de son menton depuis sont arrivé en Angleterre. Ainsi, au fil des jours, ils décolorent lentement dans toutes les teintes de bleu, lui donnant terriblement l’air d’une petite fée. Ce n’est que lorsque le blond réapparait qu’elle retourne au salon de coiffure pour rafraîchir le tout.

Sa génétique l’a également dotée d’iris d’un bleu clair comme le ciel, très jolies même s’ils sont souvent couverts par ses paupières tombantes qui lui donne un air endormis et rêveur continuellement. Ses lèvres sont charnues, mais semblent plus minces qu’elles ne le sont dû à leur pâleur.  

Sur son corps, il n’y a que deux cicatrices : les trous dans ses oreilles, percés alors qu’elle était bébé. Elle possède des tonnes de boucles d’oreille de tout genre, qu’elle s’amuse à agencé avec ses vêtements et ses humeurs de la journée. Sa collection passe des belles boucles d’oreilles en or blanc et cristaux taillés jusqu’aux mignonnes en forme de baleine en plastique.

Il faut dire que si une partie de son apparence innocente vient de son physique, la majorité du sentiment vient plutôt de son accoutrement. Toute en dentelle et en soie, les vêtements de Nora sont toujours de couleur claire, complimentant sa complexion et sa minceur. Elle ne porte jamais de pantalons, aimant beaucoup trop la délicatesse d’un bas collant sous une jupe balançant avec le mouvement de ses hanches. Elle alterne selon ses humeurs entre jupes longues et courtes, voir, parfois, extra-courtes, mais garde toujours la même élégance. Elle se fond parfaitement dans les modes actuelles, bien que certaines personnes lui fassent remarquer que ses vêtements sont assez « old school ».  Elle possède une grande collection de bracelets, colliers, sacs à main et chaussures bien entretenus, continuant à grandir de jours en jours. Elle se pare parfois de rubans dans les cheveux ou sous le col de ses chemises, de même que de fleurs fraîches cueillit dans son jardin. Elle garde les bijoux de sa mère pour les occasions spéciales.

S’il y a une chose dans sa garde-robe qui ne respecte pas son thème vintage, ce sont ses sous-vêtements : toujours aux couleurs vives et aux motifs adorables, on dirait plus les sous-vêtements d’une enfant que d’une jeune femme. Toutefois, sa voix n’y laisse aucuns doutes : bien qu’elle parle doucement, d’un ton rêveur, elle possède une voix très grave qu’aucunes enfant ou adolescente ne pourrait avoir.    





L’air absente, presque perdue, la jeune femme ressemble à une grande enfant, l’air totalement inoffensive. Bien sûr, elle a une personnalité adorable : l’air rêveur et la voix légère, elle est délicate, presque aérienne, extrêmement polie… charmante en général.  Mais d’assumer qu’elle est sans défense est une grave erreur à ne pas commettre.

Si elle semble souvent ne pas porter attention aux personnes en sa compagnie, elle possède en réalité un sens de l’écoute et une mémoire terrifiante : même si elle regarde de-çi, de-là alors qu’on lui parle, elle sera capable de réciter, sans faute, le texte exact qu’on lui a débité.

Son sens du raffinement lui vaut mille compliments de la part de ses voisins âgés, qui la trouve « bien distinguée pour son âge ». Elle a toujours su comment charmé les foules et ce n’est pas sans une pointe de fierté qu’elle entretien son réseau de relation, qu’il soit composé d’humains ou non. Elle adore particulièrement les enfants et se fait un point d’honneur d’apprendre à connaître tous les enfants qu’elle croise au quotidien.

Son tempérament calme provient probablement de son éducation : femme cultivée, elle aime la littérature, le théâtre, la musique et le cinéma. Romantique et sentimentale, les pièces de Shakespeare comptent parmi ses favorites, mais elle ne lève pas le nez sur les auteurs récents. Elle est absolument une femme de ville, appréciant la beauté des fleurs dans un bouquet plutôt que dans leur environnement naturel. Elle s’extasiera plutôt devant la beauté d’une fontaine que celle d’une cascade.

Sociable, elle est une personne qui se présente comme sympathique et prévenante, faisant preuve d’une grande tolérance envers les autres, au point où on l’a plusieurs fois accusée d’hypocrisie. S’il est vrai qu’elle se montre respectueuse envers des personnes qui, en réalité, ne lui inspire aucun respect, ce n’est souvent que pour éviter les problèmes : Nora est, généralement, une pacifiste.

C’est dans cet ordre d’idée qu’elle se montre d’une indulgence peu commune chez les vampires, pardonnant les erreurs d’autrui plusieurs fois plutôt qu’une. Certains lui dise qu’il s’agit de faiblesse : elle croit plutôt que cela peut lui attirer de la loyauté. Après tout elle est, elle-même, une personne extrêmement loyale, bien que sa confiance soit difficile à gagner. Par exemple, elle entretient une bonne relation avec sa Sire et serait prête à tout pour elle, comme pour ses amis. Malgré tout, elle sait se montrer assez arbitraire face à quiconque essayant de lui faire du mal : avec son pouvoir de Potence, un cou est si vite brisé qu’elle n’a pas le temps de réaliser le geste qu’elle vient de poser.

Il serait bien noble de dire qu’elle n’entreprend des actions pour les autres que parce qu’ils lui sont cher, mais c’est en réalité plus par égoïsme. Même si elle est parfois froide ou même insensible face aux autres, elle a très peur de se retrouver seule. Malgré tous ses pouvoirs, elle reste une personne douce et fragile qui a besoin de proches sur lesquelles s’appuyer. Si sa balance interne entre bien et mal est franchement dérèglée depuis sa transformation, elle a, de temps en temps, besoin qu’on la rassure et qu’on allège sa culpabilité.  

La plupart du temps, toutefois, c’est en jouant de son violoncelle qu’elle exprime et purge ses sentiments, qu’il y ait un auditoire ou non.



Née Désirée Nora Drechsel à Zurich, son père –  Markus Jörgen Drechsel – était un banquier suisse-allemand alors que sa mère – Carmelita Esposito – était une architecte suisse-italienne. Des professions à gros revenus dans la ville la plus chère au monde : l’enfant qu’elle était eu un mode de vie privilégié. Toujours vêtu des robes les plus jolies, ses longs cheveux blonds atteignant le bas de son dos, jamais une égratignure : elle était si parfaite qu’on aurait dit une poupée. Elle fût éduquée à la maison par un professeur privé renommé – elle parlait 4 langues dès l’âge de 5 ans – et ne côtoyait d’autres enfants qu’à ses cours de violoncelle au conservatoire.

Toutefois, malgré la présence de sa mère et d’une gouvernante à la maison – sans compter son professeur, monsieur Mosconi – elle s’y sentait généralement très seule. C’est lorsqu’elle avait 7 ans que ses parents eurent le plaisir de lui annoncer qu’elle sera bientôt une grande sœur : sa mère était enceinte d’un deuxième enfant. La jeune fille était extatique : elle adorait passer du temps avec les autres enfants et trouvait les bébés particulièrement adorables. Elle ne faisait que penser à cela, parlant même au ventre de sa mère de temps en temps. Cependant, cette joie devait être de courte durée : alors qu’elle revenait d’une rencontre avec un client, un dérapage de voiture sera fatal à sa mère et son fœtus, au 6ème mois de développement.  

Ce fût un coup dur et la jeune Désirée et son père passèrent plusieurs jours, isolés du monde, dans le manoir familial, n’acceptant de voir que des membres de leur famille. Toutefois, monsieur Drechsel se retroussa les manches et se remis au travail après près de 3 semaines, laissant professeur Mosconi et leur gouvernante s’occuper de sa fille en son absence. Si elle se sentait seule avant, ce n’était rien face à ce moment où l’absence de sa mère se fit cruellement sentir, non seulement par sa chaise vide à sa table de dessin, tenant encore un croquis à moitié complété d’un nouveau bâtiment, mais aussi par les nouvelles attentions de son enseignant privé. Elle ne connaissait guère le mot « pédophile », mais elle comprit assez aisément que s’il n’avait guère osé poser les mains sur elle auparavant, c’était simplement dû à la proximité de Carmelita.  Si monsieur Mosconi la convainquit, au départ, par moult manipulation, de n’en parler à personne, elle craqua enfin après plusieurs mois et le dénonça à son père. C’est à ce moment que la jeune fille commença à percevoir Markus Drechsel comme un héros : aussitôt, il renvoya le précepteur, engagea un psychologue, créa et mis en œuvre un nouvel ordre de travail lui permettant de travailler depuis la maison et jamais, plus jamais, il ne laissa sa princesse seule.

Ainsi, malgré ces années fortes en émotions, la jeune suisse put grandir dans un environnement sain et vivre une vie relativement normale, avec son père et le violoncelle comme allié. À force de côtoyer son père au quotidien, elle se rendit bien vite compte qu’il n’était pas qu’un simple banquier. Il aurait été possible, de nos jours, de le surnommer « Pionnier des Paradis Fiscaux » et il ne se gênait guère pour expliquer à sa fille chérit les magouilles dans lesquelles il trempait et les bénéfices possibles d’en retirer, l’aidant même à faire des placements substantiels alors qu’elle n’avait que 16 ans.

Elle se fit une place de choix dans le monde de la haute en entrant, à l’âge de 20 ans à peine, dans l’Orchestre de Chambre de Zurich. Si c’est son talent au violoncelle qui lui permirent d’obtenir l’emploie, c’est sa belle apparence qui la rendit si populaire. Mince, blanche, ses longs cheveux blonds cascadant contre son dos : elle ressemblait à un ange en faisant vibrer les cordes de son instrument. Un an et demi à peine après avoir pris sa place au sein de l’orchestre, on lui demanda quelques prestations solos à des événements privés.

Toutefois, ce ne sont guère ses prouesses musicales qui lui valut l’intérêt de sa future Sire, mais bien son esprit vif et son aisance dans le domaine de la finance. Dame Enni Järvinen était une cliente finlandaise de son père, une magnifique femme aux courts cheveux noirs et aux yeux perçants, investissant des sommes astronomiques dans la banque de son père et méritant, en retour un traitement privilégié. Elle était, en effet, la seule cliente à venir directement à leur manoir, tard le soir, pour discuter finance. La rencontre de la jolie blonde et de l’impressionnante vampire fût un pur hasard : la jeune femme venait tout simplement souhaiter la bonne nuit à son père lorsqu’elle surprit un brin de sa conversation avec sa cliente. Ils parlaient d’un investissement possible et des retombés subséquentes. Sans vraiment y pensé, Désirée émis son opinion sur le sujet, suggérant une autre alternative plus sécuritaire, mais tout aussi rentable. Rayonnant de fierté, son père présenta sa fille à sa cliente, qui lui tendit la main en se présentant à son tour : elle n’oubliera jamais cette poignée de main glacée et le frisson qu’elle lui donna.

Grande enfant, naïve, il n’en fallut pas gros pour séduire la jeune suisse à l’idée de l’immortalité vampirique. Sur papier, cela semblait un excellent contrat : les investissements théoriques, elle en faisait souvent et n’a jamais vraiment vu les conséquences. Toutefois, cette entente-là se révéla être beaucoup plus éprouvante qu’elle ne l’avait prévu. Tout allait bien, au départ, Dame Enni s’occupait bien d’elle, mais…

Elle n’avait pas prévu attaquer un enfant. C’est l’idée de ses nouveaux pouvoir qui lui sont montés à la tête et, dans un excès de mégalomanie, elle a pris conscience que rien ne l’empêchait d’attraper ce gamin – Vincent, qu’il s’appelait – et de le ramener chez elle, de s’en occuper mieux que ses propres parents, d’être une grande sœur extraordinaire. C’était sans compter sur la faim dévorante des premières années, sur la Bête qui surgissait soudainement en réponse au sang... Une petite morsure et le pacte fût scellé : Désirée N. Drechsel était une Ventrue ne pouvant se nourrir que du sang des enfants.

Cette contrainte s’accompagna de beaucoup de crises d’angoisse et de culpabilité violentes, qui brisèrent pour de bon sa balance morale. Il fût très difficile de surmonter les rumeurs parmi la communauté vampirique qui, face à son choix de proie, ne pouvait s'empêcher de soulever avec moquerie la question de ses tendances sexuelles. C’est dans ces premières années de son état de vampire que sa personnalité s’étiola lentement pour devenir la femme aérienne et distraite qu’elle est maintenant : un esprit simple au genre enfantin pour se protéger des cruelles actions qu’elle doit poser pour survivre.

Pour alléger sa culpabilité lorsqu’elle ne parvenait guère à se contrôler et causait, malgré elle, la mort d’une de ses proies, elle commença à conserver des souvenirs d’eux. Si elle ne les oubliaient pas, ils n’étaient pas vraiment morts, n’est-ce pas?  

Simplement pour se prouver qu'elle n'était pas comme lui, la jeune vampire traqua et retrouva monsieur Mosconi, son ancien précepteur. Leur discussion fût très brève : elle ne savait guère qu'un homme adulte était si facile à tuer et en garda une image très vive. Si elle en était maintenant conforté de savoir qu'elle n'était pas devenu une pédophile également, elle réalisait qu'elle était un tout autre type de prédateur : les humains sont bien adorables, mais guère plus que du bétail à présent.

Elle devint de plus en plus connue et de plus en plus populaire au fil des ans, donnant des prestations solos un peu partout en Europe et, ce, jusqu’au décès de son père : elle avait alors 32 ans. Lui qui venait de quitter sa position à la banque pour ouvrir une compagnie de placements privés, léguait tout à sa fille adorée quand il devint clair qu’il ne pourrait survivre à son cancer. Elle reprit les reines aisément et pris un an pour réorganiser la compagnie avant d’annoncer sa retraite du monde musical. Elle vendit le manoir familial, nomma un président exécutif à la compagnie – tout en restant directrice et propriétaire elle-même – puis disparu de la circulation.  

À partir de ce moment, Désirée N. Drechsel n’existait que sur papier. La vampire passa 10 ans de sa vie sous le nom de sa mère, Carmelita Esposito, en Italie, où elle fit la connaissance de plusieurs autres vampires, dont Nathaniele L. Zavettori, avec qui elle entretint une relation ambiguë. Ensuite elle s’exila quelques 10 ans de plus en France, sous le nom de Désirée Laurent, tout en organisant, à distance, l’achat et la rénovation d’une maison centenaire au cœur de Londres.

Ce n’est que depuis un an et demi qu’elle y réside, une immense demeure qu’on lui dit souvent être trop grande pour une femme seule, mais elle y est habituée. Après tout, malgré toutes ces années, jamais elle n’a trouvé de personne avec qui partager sa vie. Bien sûr, quelques amants et amantes ont partagés son lit, et quelques amis lui ont tenu compagnie, mais, à maintenant 55 ans, son petit cœur romantique soupire en se disant qu’avec tout cela, elle a probablement aussi perdu la capacité d’aimer.

Nora Désirée Wechsler joue maintenant sa triste mélodie aux enfants de Londres. [/b]


pouvoirs



Mon pouvoir principal est Dominate, il s'agit de donner des ordres indiscutables, une idée précise, modifier des souvenirs ou contrôler complètement une personne. Le second est Potence, et il me donne une force presque 10 fois supérieur à celle d’un humain normal. Mon troisième et dernier pouvoir se trouve à être Fortitude et me permet de supporter la lumière du soleil, les flammes et une majorité des attaques extérieures dû à une résistance corporelle acrue.



derrière l'écran


Je suis Adee, j'ai 22 ans et j'ai trouvé le forum parce que je suis terrible. Je trouve qu'il est 2cool4school et mon niveau d'RP se trouve à être avancé, I guess. Mon activité sera d'à peu près {8/10} et le code du règlement se trouve à être Coma a dit oui bon.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

she's a butcher with a smile - N.W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» I'll make you smile ! w/ Bak Yul
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» Avez vous déjà vu ? Pennywise, the Butcher et Hannibal Lecter en viré.
» Smile(y) me back!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Archives :: Dossiers Personnels :: Vampires-