AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 jeremiah drysdale ⚭

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
» Jeremiah Drysdale «
avatar

hunter avenger
Messages : 67

MessageSujet: jeremiah drysdale ⚭   Jeu 10 Mar - 15:06


Jeremiah Drysdale



matthew daddario
Je m'appelle Jeremiah Drysdale, je suis né le 13/04/1992 et j'ai 23-24 ans. Je suis un hunter et j'appartiens à la creed avenger. Je suis hétérosexuel désintéressé et je suis en break avec l'héroïne. Je suis un civil et je suis d'origine écossaise.


toi et juste toi



Jeremiah a des airs de créature nocturne qui n'a pas souvent vu le soleil, avec son teint pâlot, presque translucide, et, en contraste, des cheveux noirs de jais qui auraient certainement besoin d'être coupés plus souvent. Sur son visage fin et pointu trône un nez droit et des yeux aux iris brun-rougeâtre et aux longs cils noirs en-dessous de sourcils assez fins. Ses traits pourraient être qualifiés de délicats, même de jolis, esthétiquement parlant, si on ne serait pas déconcentré par son air patibulaire et son non verbal hostile. D'une taille moyenne à grande du haut de son mètre 80, ses épaules étroites et ses longues jambes l'allongent plus qu'il ne l'est en réalité. D'un naturel nerveux, il est musclé sans que cela ne se voie particulièrement dans le volume de ses bras ou de ses pectoraux, lui donnait des airs de crève faim. N'aidant pas à son apparence lugubre , son goût vestimentaire se résumant à un seul mot : noir. Pas de couleur, pas de motif, Jeremiah ne se vêt que de noir uni. Il est rare de le voir sans vêtement, étant de naturel pudique. Ainsi on ne peut pas voir les multiples cicatrices qui couvrent le haut de son corps, résultat de non seulement ses activités de hunter, mais les nombreuses bagarres auxquelles il a prit part avant cela. On peut voir sur ses bras les traces de seringue, témoin de ses années d'addiction à l'héroïne. Donc, clairement pas le genre de jeune homme que l'on voudrait croiser dans une ruelle sombre, ses airs négligés et louches repoussant souvant les gens avant que ceux-ci ne puissent le trouver un tant soit peu séduisant.




Et ce non verbal peu avenant est assez cohérent avec la personnalité du jeune homme. Timide, il ne recherche pas beaucoup la compagnie de jeunes de son âge ou d'autres êtres humains, sauf à quelques exceptions près. Mal à l'aise autant dans les foules que dans les conversations privées, il est très protecteur de son droit au secret et n'aime pas qu'on se mêle de ses affaires, surtout que ses affaires impliquent de mettre le feu à des créatures surnaturelles. Pour Jeremiah, chasser n'est pas simplement un hobby, c'est une vocation complète dans laquelle il se jette corps et âme au détriment de sa sécurité et de celle des autres. Pour l'avenger, aucun dommage collatéral n'est trop grand, si la mise à mort d'une créature maléfique exige la mort d'une dizaine d'innocents, Jeremiah le fera sans hésiter. Un brin pyromane, sa technique implique de trouver un endroit où se réunissent possiblement des créatures surnaturelles, pour tout simplement y mettre le feu, espérant en faire périr quelques unes dans la cohue. Convaincu qu'il a été sauvé d'une mort certaine pour effectuer cette mission, il s'imagine mourrant en chasse et vit très bien avec l'idée, le chasse lui donnant le sentiment d'être enfin utile. Sa spiritualité, bien que zélée, est assez floue, n'ayant pas été en contact très tôt avec la religion, il n'est pas animé par une ferveur religieuse, mais ses idées sont arrêtées sur ce qui est bien ou mal. Peu nuancé, il a tranché que les créatures surnaturelles étaient mauvaises et que c'était sa mission de les anéantir toutes, peu importe leur nature.

Avec la passion qu'il dédie à son art, Jeremiah n'a pas vraiment le temps de se faire des amis, pas qu'il en ait réellement envie. Il lui arrivera d'envier ceux qui arrivent à approcher les autres avec facilité, mais se contente de sa solitude, se disant que ce n'est pas le destin auquel il est voué. Cette rigueur dont il fait preuve par rapport à sa personne est la manière dont il tente de compenser sa propension à l'impulsivité et aux comportements auto-destructeurs. Il lui arrive très souvent de perdre le contrôle, souffrant d'un caractère colérique et explosif. Il ne faut pas le chercher, car il n'est pas très long à trouver. Pour le jeune homme, la meilleure défense est l'attaque, ce qui explique les nombreuses bagarres dans lesquelles il s'est lancé, même si c'était pour mieux perdre. Il a appris très tôt à recevoir des coups sans flancher. Mais lorsqu'il craque, ce vernis austère est remplacé par un penchant très fort pour tout ce qui perturbe les sens, et ce, sans souçi pour sa santé. Dans cet état, il lui arrive de poser des actes étonnants venant de lui, comme dans un espoir de s'étourdir, d'arrêter de ressentir toutes les choses trop intensément. Jeremiah bouillonne sans cesse, mais tente de se restreindre afin de mener sa mission à terme.



Né dans une banlieue pauvre de Glasgow, deuxième enfant d'un couple précaire, Jeremiah ne connut pas son père qui, peu longtemps après sa naissance l'abandonnant, lui, sa mère et sa sœur. Occupant deux emplois à la fois pour subvenir aux besoins de sa famille, sa mère ne fut guère présente non plus. Le jeune Jeremiah était un enfant dissipé et hargneux, dont les autres se moquaient dans la cours d'école, lorsqu'il se présentait avec des t-shirts élimés et des chaussures défoncées. Rapidement, il avait compris que les adultes ne le défendraient pas, il se défendait donc tout seul, avec ses poings, attendant sa mère de longues heures dans le bureau du directeur, sans que celle-ci ne puisse se libérer de son emploi pour aller le chercher. Sa sœur lui appris rapidement à se débrouiller par lui-même, à faire des pâtes, des grilled-cheese. Qualifié de cancre par ses professeurs, il passait tellement de temps à subir des mesures disciplinaires qu'il se mit à accuser un retard considérable dans toutes ses matières. Jeremiah savait que l'école ne voulait rien savoir de lui, alors plus souvent qu'autrement, lorsqu'il ne se faisait pas prendre, il faisait l'école buissonière. Traînant dans les rues, il se fit rapidement de mauvaises fréquentations. Ce n'étaient pas particulièrement ses amis, ça il n'en avait pas vraiment, mais ces garçons plus âgés lui donnaient des cigarettes ou de la bière, en échange, il chipait des trucs dans les magasins, étant plus petit et difficile à attrapper.

Jeremiah commença alors une carrière de petit délinquant à la fin du primaire, n'allant pas en s'améliorant en grandissant. De la cigarette et l'alcool, il passa à des substances plus fortes, s'isolant graduellement de sa famille à qui il parlait à peine. Il passait des jours sans revenir chez lui, dormant dans les ruelles, dans des sous-sols d'inconnus, complètement défoncé. Il n'avait jamais l'impression d'être heureux à moins de planer. Ses notes étaient catastrophiques, il était menacé d'être renvoyé de l'école à la prochaine bagarre à laquelle il serait mêlé, mais cela ne lui faisait pas grand chose, il n'avait pas d'ambition, on lui avait toujours répété qu'il ne valait rien, qu'il était voué à l'échec. Vers 17 ans, il rencontra enfin l'amour de sa vie, l'héroïne. Plus rien n'eut d'importance à partir de ce moment. Pour la première fois, il eut l'impression d'être débarassé de cette colère qu'il avait contre le monde. La seule chose qui importait, c'était son prochain fixe, sa dose. Les délits mineurs durent se transformer en offenses graves afin de financer sa consommation, entrer par infraction, menacer les gens dans la rue, tout semblait correct si cela lui permettait d'avoir sa dose plus vite. Des années de sa vie s'envolèrent ainsi, balloté entre la douce torpeur opiacée et l'attente agonisante entre les doses.

Jusqu'au jour où il exagéra. À peine à 19 ans, il se réveilla un jour, complètement perdu dans un hôpital. Son regard s'était alors posé sur un inconnu assis dans la chambre qui le regardait avec insistance, un homme d'un certain âge au crâne chauve et joues rouges. Ce dernier le salua alors, le félicitant sur son réveil, avant de lui expliquer qu'il était celui qui l'avait trouvé derrière une benne à ordure. Le jeune homme comprit alors qu'il venait de faire une overdose, qu'il avait failli mourir. Il se surprit alors à être envahi d'une peur terrible en pensait qu'il avait passé si près de la mort, lui qui n'avait jamais aimé la vie. Devant son silence estomaqué, l'homme se présenta, frère Benjamin Chapman. C'était un moine qui l'avait traîné ici. Ce qu'un moine faisait à traîner dans les ruelles peu fréquentables la nuit, il ne savait pas trop. Jeremiah l'envoya promener, lui disant qu'il aurait du se mêler de ses affaires. L'air serein, l'homme s'était levé et avait quitté la pièce. Pour mieux revenir le lendemain, et le surlendemain, jusqu'à ce que l'hôpital lui donne son congé en échange de son adhésion à un programme de méthadone, à son grand dam. À sa sortie, le frère Chapman l'attendait, lui demandant s'il avait un endroit où retourner, un emploi, ou une famille. Sans vraiment attendre sa réponse, car il savait que le jeune homme n'avait rien, il lui proposa un marché. La petite abbaye de campagne d'où il venait tombait en ruines, et aucun des moines n'avait la jeunesse et l'énergie d'entreprendre les travaux. En échange d'un logis et de nourriture, Jeremiah deviendrait leur homme à tout faire. N'ayant rien à perdre, il accepta.

C'est à l'abbaye qu'il rencontra le frère Fergus. Accâriatre, sévère,il ne semblait jamais content de son travail. Et pourtant, il appréciait le vieux moine, lui et le frère Benjamin, qui s'assurait de le conduire chaque jour pour sa prise de méthadone. Pour la première fois, il avait l'impression qu'on s'occupait de lui. Malgré cela, il n'arrivait jamais à réduire ses doses sans subir un manque agonisant, le laissant en sueur, vrillé de convulsions, de maux divers. Malgré tout, le frère Benjamin le laissait rester, lui permettait de vivre parmi eux. Il n'avait jamais ressenti une telle appartenance à un lieu. Puis il fit une découverte, alors que l'insomnie l'avait laissé debout aux petites heures de la nuit, Jeremiah remarqua qu'une silhouette se glissait hors de l'enceinte de l'abbaye. Rapidement il reconnut la démarche bourrue du frère Fergus, qu'il se mit à suivre, jusqu'à ce que les phares d'une voiture le force à se cacher. Il attendit donc, caché ainsi, plusieurs heures durant jusqu'à ce que la voiture revienne. Fergus en descendit, boitant, une carabine à la main. Ne pouvant contenir sa curiosité, il jaillit des bosquets, pour tomber nez à nez avec le canon de l'arme du vieux. L'autre le dévisagea, soupirant, avant de baisser les bras et l'inviter à le suivre d'un signe de tête.

Fergus lui expliqua alors tout, qu'il existait des êtres surnaturels et maléfiques dans le monde et que certains avaient la vocation de les exterminer, c'était ce qu'il faisait. Normalement, Jeremiah aurait haussé les épaules en pensant le vieillard sénile, mais pas cette fois. C'était comme si chaque mot l'avait touché directement, il avait bu ses paroles comme de l'eau de source. Et il voulait en savoir plus. Il supplia alors le moine de l'amener avec lui à la chasse. Ce dernier refusa. Durant des semaines durant, Jeremiah le talonna, usant la patience du frère jusqu'à la corde. Celui-ci accepta finalement de l'emmener avec lui, mais pas avant de lui avoir appris assez pour qu'il ne soit pas un fardeau. C'est ainsi  qu'il fut initié non seulement à l'art de la traque, du combat, mais aussi à la mythologie, à l'histoire connue de ces créatures, tout ce qu'un bon hunter devait savoir.

Et finalement, Fergus l'emmena avec lui. Ses contacts l'avaient informé qu'un vampire aurait été aperçu rôdant dans un quartier d'une ville non loin de là, ce devait être une proie plutôt facile, isolée et possiblement en mauvais état. Mais les choses prirent un autre tournant. Alors qu'ils traquaient le vampire qui errait, probablement terrassé par la soif, presque au bord de la frénésie, Jeremiah se prit le pied dans une boîte de conserve, attirant son attention. La créature bougea avec une vitesse fulgurante, qu'il n'avait jamais vue auparavant. Mais pas assez vite pour empêcher le frère Fergus de se jetter devant lui pour prendre le coup à sa place, il fut projeté sur un mur. Pris de rage, Jeremiah s'empara de la première chose qu'il vit, une brique, et se jetta sur la créature, frappant de toutes ses forces, il sentait ses mains comme brûlantes, d'une puissance inouïe alors qu'il écrasait le visage de son ennemi de toutes ses forces. Quand il revint à lui, les mains ensanglantées et ouvertes à divers endroits, la créature était morte. Mais pas Fergus. Emmené de vitesse à un hôpital, le vieux s'en tira avec plusieurs côtes cassées, mais aucun dommage permanent. Et Jeremiah avait trouvé la seule chose qui lui avait fait ressentir une euphorie aussi intense que son ancien amour injectable. D'anéantir ce suppot du mal l'avait rempli de la plus exquise des adrénalines, et enfin, il sentait qu'il avait contribué au monde. Même en voyant Fergus alité aux urgences, il ne s'était jamais senti aussi heureux. Il avait trouvé sa place dans le monde.

De plus en plus, Fergus, blessé et vieillissant lui refilait ses informations et Jeremiah partait, traquait, infiltrait les clubs et les bars où il se mit à mettre le feu plus souvent qu'autrement. Mais ses actions commençaient à attirer trop d'attention de forces auxquelles il ne pouvait pas faire face, il devait s'en aller. Le frère Fergus avait eu vent de par ses contacts de Londres que quelque chose se tramait là-bas, un changement dans les luttes de pouvoir. C'était le temps parfait pour profiter du chaos afin de s'attaquer à des créatures notables. Il n'en fallait pas plus pour que Jeremiah fasse ses bagages, promettant d'appeler souvent à un frère Benjamin en larmes. Il embarqua dans le train pour Londres, financé par Fergus et l'abbaye, des valises pleines de méthadones pour des mois, il était prêt à prendre la ville et ses occupants corrompus d'assaut.


pouvoirs



Mon pouvoir principal est Cleave, il s'agit de créer des armes en infusant des objets ou ses poings de puissance pure. Le second est Firewalk, et il me permet de résister au feu pendant plusieurs minutes, au prix de beaucoup d'énergie. Mon troisième et dernier pouvoir se trouve à être Muse of Flame et me permet de de localiser très vaguement une créature grâce à la direction que prennent les flammes, des fois.



derrière l'écran


Je suis byby, j'ai 22 ans et j'ai trouvé le forum parce que kuku m'a textée quand j'étais en état d’ébriété. Je trouve qu'il est very cool and biootifool et mon niveau d'RP se trouve à être rouillé comme une vieille crowbar inquiétante. Mon activité sera d'à peu près {5.6/10} et le code du règlement se trouve à être vu par la dite kuku!.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Morte Aeterna «
avatar

game master
Messages : 87

MessageSujet: Re: jeremiah drysdale ⚭   Jeu 10 Mar - 19:37

si c'est pas mon hunter/problematic fave préféré. je me suis ennuyée.

je te valide & bienvenue sur le forum!! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

jeremiah drysdale ⚭

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vérité est enfin devant mes yeux [Feat. Jeremiah Frey]
» interrogatoire ▽ noah et jeremiah
» A mourir de rire * JEREMIAH * [ SUJET TERMINE ]
» Ce soir on fait la teuf jusqu'à en tomber raide [moi + Thalia et Jeremiah]
» Une réception d'anniversaire ~ Jeremiah, Minerva, Julius + libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Archives :: Dossiers Personnels :: Hunters-