AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Mer 17 Fév - 17:29

Avec son rythme de vie, le vampire se lève normalement vers midi, prenant l’heure suivante pour se doucher, se coiffer et s’habiller. Le soleil n’entre jamais directement par le mur vitré de son loft, mais la lumière est tout de même très vive le matin, ce qui le rend légèrement somnolent s’il essaie de faire quoi que ce soit à ce moment. En après-midi, par contre, la lumière est douce et ce sont les murs blancs de son appartement qui s’occupe de la réfléchir pour rendre l’endroit lumineux.  Normalement, suite à sa routine d’hygiène, il doit s’occuper d’arroser les multiples plantes dans son logement, une activité qui ne lui prendrait que quelques minutes s’il utilisait son pouvoir de Célérité, mais qu’il aime prendre le temps de faire. Il s’agit presque d’une méditation. Pourtant, il repousse cette tâche de quelques minutes pour contacter Carlile.

Être le manager du Café de Paris ne demande pas beaucoup de travail en dehors du club. En règle général, dès que Wallace sors de la boite à la fin de la soirée, il n’a plus rien à y voir avant l’ouverture le lendemain. Toutefois, il arrive quelque fois qu’une soirée particulièrement occupée ou un imprévu provoque un surplus de travail dont il doit s’occuper dans son temps libre, comme aujourd’hui.

Il y a eu, dernièrement, de multiples demandes pour une même drogue qu’ils n’avaient point en réserve. Lorsqu’une seule personne demande une drogue spécifique, le vampire lui répond seulement qu’elle n’a pas de chance avant de passer à autre chose, mais quand plusieurs clients le mentionnent cela devient un risque de perte monétaire de ne pas s’en procurer. Si ce n’était que cela, ça aurait pu attendre à la visite hebdomadaire du fournisseur du Café, mais suite à une soirée Burlesque particulièrement populaire, les stocks de dope du club se sont vidés à une vitesse effarante.

« Besoin du stock habituel asap » qu’il écrit dans son textos, demandant ensuite s’il peut lui procurer quelques doses de la drogue en demande aussi. Il donne son adresse, concluant avec « Tu peux venir? » avant d’envoyer. D’avoir le numéro de Carlile n’a aucun lien à une quelconque proximité entre les deux hommes. C’est simplement pour le business ; il l’a plus souvent appeler depuis son bureau que depuis son téléphone personnel et c’est bien la première fois qu’il l’invite chez lui. Pourtant, les deux hommes se sont immédiatement entendus dès leur première rencontre. Une seule poignée de main et la brûlure en résultant était ce qu’il leur fallait pour comprendre exactement ce qu’était l’autre.

Wallace n’a eu que très peu de contact avec les garous, durant sa vie. Son Sire les snobais allègrement et le vampire n’a donc jamais réellement chercher à les approcher. Pourtant, à la façon dont Victor Carlile agissait et lui parlait, il était de plus en plus intrigué et amusé. Rare sont les personnes partageant son sens enrageant de la répartie.

Une réponse lui revint assez rapidement, disant que le dealer serait là dans environ une heure. Satisfait, Wallace se met à l’entretient de ses plantes avant de préparer l’argent pour la commande. C’est dans un ensemble t-shirt et sweatpants de la marque Off-White qu’il ouvrit la porte au garou lorsque celui-ci arriva.  

« Entre. »

Il laisse la porte ouverte en reculant, laissant l’autre entrer. C’est probablement la première fois que Carlile le voit vêtu si sobrement ; ses longs cheveux simplement libres jusqu’aux reins, ses yeux sans fard à paupière colorés, ses mains et ses pieds nus… une beauté pâle et simple. Il a toujours la même attitude princière, pourtant. Croisant les bras, il désigne l’autre du menton.

« Le stock. »

Il demande toujours de voir la marchandise avant de payer, de ce ton impérieux insupportable. Après avoir observé la marchandise il se passe la langue sur les lèvres, tournant les talons pour s’éloigner vers la chambre ouverte à gauche.

« Tu peux le mettre sur le comptoir. Combien je te dois? »

Il écoute la réponse de loin, ouvrant un tiroir du bureau pour prendre le montant exacte en liquide qu’il sécurise avec un élastique avant de le tendre à l’autre, souriant.

« Je pourrais fait une blague sur les chiens qui rapportent la balle, maintenant, mais ce serais trop facile. »

Ce disant, son sourire devient encore plus grand, tendant toujours l’argent. Il adore essayer d’énerver l’autre.


Dernière édition par Wallace Renwick le Mer 24 Fév - 15:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Jeu 18 Fév - 0:29

Tandis qu’en général, Vic profitait de ses journées de congé pour récupérer quelques heures de sommeil, il s’était levé plutôt de bonne heure cette journée-là. Il avait pris une semaine de congé afin de prendre son temps pour déballer ses boîtes. Son déménagement était encore récent; c’était sa deuxième journée dans son nouvel appartement, et donc, presque rien n’était à sa place. Son nouvel chez-soi était situé dans une ancienne usine mais n’avait rien d’ancien. De style industriel et moderne, le salon, la salle à dîner et la cuisine ne faisaient qu’un, et lorsqu’on traversait un couloir, on pouvait trouver les deux chambres à coucher séparées par la salle de bain. Comme il ne se servait pas de la seconde, il laissa dans celle-ci les boîtes contenant des choses dont il ne se servait pas souvent en attendant de leur trouver une place. Il était en train de laver un nouvel ensemble de vaisselle lorsque son cellulaire vibra contre le comptoir de granit noir, l’écran affichant un numéro qu’il n’avait vu qu’une ou deux fois : Wallace. Fucking. Renwick. Essuyant ses mains avec un linge, il prit son téléphone et lu le texto en entier, mémorisant l’adresse donnée avant de le reposer sur le comptoir. Soupirant, Vic termina sa vaisselle avant d’y répondre, lui disant qu’il allait être là une heure plus tard. Il prit une douche rapide, enfilant une paire de jeans foncés et un chandail blanc. Par-dessus, il mit un hoodie Drop Dead, et lorsque ses cheveux furent séchés, il passa une main dedans pour les placer de manière relativement satisfaisante. C’était toujours un peu stressant de faire des livraisons à domicile, mais après avoir quitté son appartement, Vic se dirigea vers la ‘cache’ de l’un de ses dealers. Mettant le tout dans un sac de sport, il le jeta sur le siège passager de son Jeep avant de se diriger chez Wallace enfin.

Le sac sur son épaule, Vic marcha jusqu’à la porte de l’appartement et cogna quelques coups avant d’être accueilli par le vampire. Étrangement, ils s’étaient entendus facilement et c’était probablement la raison pour laquelle ça ne dérangeait pas trop à Vic de faire une livraison chez lui au lieu du Café. Lorsqu’il mit les pieds dans l’appartement, ses yeux noisette observèrent ses alentours, remarquant la quantité incroyable de plantes vertes qui décorait la place. Il pensa à s’en procurer quelques-unes pour décorer son appartement lorsque la voix de Wallace le tira de ses rêveries. « Le stock, » dit-il, et Vic s’avança vers le comptoir pour y déposer le sac. Sortant les différentes drogues, il comptait quelques secondes dans sa tête avant de répondre à Wallace, qui lui avait demandé combien il lui devait.

« Normalement, ça serait 410,100£ mais je te fais le tout à 400,000£. »

Il attendit silencieusement que Wallace vienne le rejoindre, et lorsqu’il ouvrit la bouche, Vic plissa légèrement les yeux, serrant les dents. La mi-Février était toujours une période de l’année plutôt difficile pour Vic, qui commençait sa période de chaleurs. Le chercher en faisant des blagues dans le genre n’était pas nécessairement une bonne idée, mais il savait très bien que Wallace ne faisait qu’à sa tête, et ça, tout le temps. « Je pourrais faire une blague à propos d’enfants qui cherchent l’attention, mais ce serait trop facile. » Répondit-il d’un ton égal, haussant un sourcil en prenant la liasse de billets pour vérifier si tout y était. Même si Wallace ne lui avait jamais fait faux bond, c'était une habitude qu'il avait et dont qu'il avait peine à se défaire. Levant les yeux vers lui, il laissa échapper un petit 'pft,' ses lèvres s'étirant en un sourire en coin.

« Tu devrais être reconnaissant, je viens de vous faire économiser à toi et ton foutu club 10,000£. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Jeu 18 Fév - 12:17

Lorsqu’il vit les paupières et les muscles de la mâchoire se contracter, Wallace jubila un instant à l’intérieur, son sourire toujours aussi grand. Il ne sait pourquoi, il a toujours aimé jouer sur les cordes sensibles, même si c’est risqué. Il y a quelque chose dans la satisfaction de savoir qu’on y a touché qui le grise complètement et le fait se sentir fort, supérieur. Il en apprécie tout particulièrement les résultats lorsque ça concerne une personne qui semble d’emblée plus forte que lui. C’est le cas de Vic ; si les deux hommes sont des géants comparés aux standards de la population moyenne, le garou a visiblement une masse musculaire plus importante que le vampire. Ainsi, bien qu’ils n’aient qu’un pouce d’écart, Wallace en parait encore plus petit. Et tout cela est sans compter la manière dont les deux hommes accentuent leurs silhouettes par leurs habillements respectifs.

C’était peut-être également pour les mêmes raisons que Wallace était attirer par Carlile. Le garçon n’a rien du genre habituel du vampire : trop grand, trop bâtit, des yeux foncés et un manque d’élégance flagrant, le brujah ne lui aurait jamais accorder d’attention dans un bar. Et pourtant, chaque fois qu’ils se trouvaient dans cette exacte situation, où il réagissait à ses propos, il se surprenait à songer avec déception au fait que le garou ne soit pas gay. Ce fait a été établit longtemps d’avance dans leur relation, comme Wallace aime mettre les hommes mal à l’aise en soulignant sa sexualité. Si cela n’a jamais fonctionné avec Carlile, ça lui a au moins permis d’acquérir des informations.

« Je pourrais faire une blague à propos d’enfants qui cherchent l’attention, mais ce serait trop facile. »

Wallace ne peut retenir un léger rire en entendant la réponse calme de l’autre. Ce n’est pas faux ; il doit vraiment être un gamin pour lancer des boutades du genre.  Par contre, la situation l’amuse quand même : le garou a su garder son calme et le vampire se demande maintenant à quoi il ressemblerait s’il le lui faisait perdre. Ce n’est probablement pas la meilleure idée que de taquiner un loup-garou, mais il faut bien s’amuser rendu à 144 ans. Il ne réplique rien, toutefois, laissant l’homme prendre l’argent pour le compter. Il n’a pas l’intention d’entraver les affaires avec ses mesquineries de gamin.

Une fois le compte fait, Carlile lève les yeux vers lui, laissant passer un petit rire alors que la commissure de ses lèvres se redresse.

« Tu devrais être reconnaissant, je viens de vous faire économiser à toi et ton foutu club 10,000£. »

Wallace pouffe de rire avant de rouler des yeux en se passant une main dans les cheveux. De l’autre main, il tapote brièvement le torse de l’homme en face, répliquant d’un ton légèrement moqueur.

« Yes, yes, of course daddy. »

Il se détourne, s’appuyant au comptoir et tend une main pour prendre l’un des sachets contenant la drogue si en demande. Drôle qu’une si petite chose puisse lui faire gagner et perdre tant d’argent. Il se passe la langue sur les lèvres, parle sans regarder l’autre.

« Et ça a quel effet, ces comprimés ? On ne veut pas de problèmes avec les ambulanciers. »

Ou la police. Ce n’est jamais arrivé encore, car ils limitent les doses offertes à la clientèle pour éviter une situation de bad trip ou d’overdose, mais lorsqu’il y a du nouveau stock, ils doivent prévoir. Wallace se demande même s’il n’a pas envie de l’essayer, histoire d’avoir une bonne idée de ce à quoi il va devoir s’attendre au Café de Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Jeu 18 Fév - 20:54

À la réponse de Wallace, Vic ne put s’empêcher de rouler les yeux de manière dramatique. À moitié énervé par son attitude, une partie du garou ne pouvait pas vraiment contrôler sa réaction et surtout, sa libido. Il fut partiellement soulagé lorsque Wallace tourna les talons pour prendre l’un des sachets qu’il avait emmené. Croisant les bras sur son torse, Vic avança un peu et s’accota contre le comptoir. « C’est un dérivé d’XTC. Mêmes effets, mais les withdrawals moins intenses et c’est moins cher à se procurer. » Il glissa sa langue contre sa lèvre inférieure, prenant le sachet de comprimés d’entre les doigts de Wallace. « Tu peux en vendre la même quantité pour un peu plus cher. » C’était le genre de chose que Vic devait prévoir; suggérer à ses acheteurs le prix auquel ils pouvaient revendre la marchandise, comment ils pouvaient la commercialiser de manière à ne pas se faire prendre par la police. Le surnom que Wallace avait employé ne cessait de lui trotter dans la tête, et Vic réalisa à quel point un simple mot lui faisait de l’effet. C’était difficile de garder une expression neutre dans une situation comme celle-ci, et le fait qu’il soit en pleine période de chaleurs n’aidait vraiment pas.

Bougeant rapidement, Vic attrapa une poignée des cheveux pâles de Wallace, se plaçant derrière lui. Tirant sa chevelure d’un coup pour le redresser un peu, il approcha ses lèvres de son oreille, soufflant contre sa peau. « Tu devrais faire un peu plus attention. » Marmonna-t-il, sa main libre reposant contre le comptoir. « Tu ouvres la bouche sans savoir quel effet ça peut avoir sur les gens. » Sa main resta dans ses cheveux, serrant un peu plus fort alors qu’il glissa l’autre contre son torse, ses doigts appuyant légèrement sur sa gorge. Ses dents frôlèrent son oreille, la mordillant doucement avant que ses lèvres s’étirèrent en un sourire. « Je vais t’apprendre quelque chose à propos des garous, » Vic dit en donna un coup de poignet, forçant Wallace à se retourner pour le regarder en face. « On a une période durant laquelle on est prêts à fourrer tout ce qui bouge. »

Il laissa échapper un rire faux, s’approchant dangereusement près du visage du vampire. Si près qu’il pouvait sentir l’absence de chaleur provenir de sa peau. Penchant sa tête sur le côté en étudiant les traits de son visage, figés dans le temps, il souffla par son nez. « Quelque chose me dit que tu étais convaincu que j’étais aussi straight qu’une flèche. » Vic rit de nouveau, secouant la tête lentement. « Tu t’es complètement planté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Ven 19 Fév - 2:17

Wallace observait les comprimés de près, analysant leur taille, leur couleur et leur motif. Le dealer s’appuya au comptoir également, tout près de lui. Les bras croisés, parlant du ton nonchalant de celui qui connait son sujet, il ne semble pas lui tenir rigueur pour sa blague d’il y a quelques secondes.

« C’est un dérivé d’XTC. Mêmes effets, mais les withdrawals moins intenses et c’est moins cher à se procurer. »

« Hm… »

Wallace observe les comprimés, pensif. Si c’est moins cher, il y a probablement plus de produits néfastes ou substitués à l’intérieur. Il devrait en essayer un avant de les faire circuler au Café. Il en était à ce point dans ses réflexions lorsque le sachet lui est retiré des mains par Carlile. Le vampire le laisse faire, le suivant des yeux, laissant retomber ses bras à plat contre le comptoir, toujours accoudé dessus.

« Tu peux en vendre la même quantité pour un peu plus cher. »

L’homme aux cheveux longs à un rire, dévoilant de nouveau ses dents blanches.

« Vraiment? C’est une bonne nouvelle pour les affaires. »

Il pense déjà à ses comptes montrant une marge de revenue supérieure à la fin du mois et il se mordille la lèvre, tendant la main pour reprendre le sachet… mais en quelques secondes seulement, ce dernier était de nouveau sur le comptoir alors que le loup-garou saisissait, dans son poing, les longs cheveux blonds en se glissant derrière lui. Wallace n’a honnêtement pas le temps de réagir avant que Vic ne lui tire brusquement la tête vers l’arrière par sa poigne improvisée, lui arrachant une exclamation de douleur et de surprise, se redressant rapidement sur les mains.

« Tu devrais faire un peu plus attention. Tu ouvres la bouche sans savoir quel effet ça peut avoir sur les gens. »

Le vampire sent le souffle chaud de l’homme contre son oreille et il fixe le plafond, figé par l’étonnement. Avoir eu un cœur vivant, celui-ci se serait emballé. Plusieurs pensés lui traverse rapidement l’esprit ; aurait-il toucher une corde trop sensible, pour une fois? Doit-il se défendre face à un partenaire d’affaire? La tension sur son cuir chevelu s’accentue alors qu’une main brûlante glisse contre le tissu de son t-shirt avant de saisir sa gorge exposée. Par réflexe, son souffle s’accélère et, à sa plus grande surprise, un frisson le parcours lorsque le garou mordille son oreille. Il le fait brusquement pivoter, Wallace saisissant le comptoir à deux mains une fois face à Carlile.

« Je vais t’apprendre quelque chose à propos des garous. On a une période durant laquelle on est prêts à fourrer tout ce qui bouge. »

Wallace, les lèvres entrouvertes, regarde l’autre s’approcher de lui, toujours silencieux. Il est choqué par la soudaineté de la situation, mais surtout… par l’érection naissante camouflé par son sweatpants. Il y a quelque chose dans le fait d’être malmené de la sorte qui lui donne presque l’impression de sentir battre son cœur. Il se passe la langue sur les lèvres, tente de reprendre contenance en levant le menton pour éviter d’avoir l’air soumis, écoutant la dernière réplique du garou.

Il déglutit, observant ses yeux foncés un instant, puis laisse un sourire étirer lentement ses lèvres. Il parle doucement, d’un ton qu’il voulait arrogant, mais qui sonne bien plus aguicheur qu’il ne l’aurait cru.

« Alors tu es prêts à baiser ‘tout ce qui bouge’ et cela veut dire moi? Je ne croyais pas te faire autant d’effet.»

Il a un petit rire, rapproche leurs visages encore plus près, si près que ses lèvres effleurent celles de l’autre lorsqu’il parle d’un ton bas.

« Essais voir. »  

Une partie de lui est persuadé que le garou essai simplement de l’impressionné pour lui faire payer ses commentaires. L’autre partie crée une forme contre le tissu de son pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Lun 22 Fév - 20:06

Lorsque Victor baissa les yeux, il pouvait entrevoir le contour de l’érection de Wallace en travers son sweatpants. Il s’empêcha de réagir plus qu’il ne le fallait au sourire fendant qui apparut sur le visage du vampire, ses yeux foncés sur ses lèvres alors qu’il parlait. C’était tout un défi, de résister à la tentation de simplement retourner Wallace et de faire ce qu’il voulait avec lui, mais il voulait voir comment les choses allaient tourner. Glissant sa langue contre ses lèvres, Vic pencha la tête sur le côté, soupirant doucement aux paroles du vampire aux cheveux pâles. Lorsque Wallace s’approcha, si près que leurs lèvres s’effleuraient lorsqu’il parlait, le garou ne bougea pas d’un pouce. Puis, il retourna à Wallace son sourire, sa main tirant dans ses cheveux de nouveau, forçant sa tête vers l’arrière et exposant ainsi son cou. Doucement, Vic se pencha, ses lèvres se posant contre la peau froide du vampire avant qu’il le morde. Il dû utiliser un peu plus de force, grognant silencieusement contre le cou de Wallace alors qu’il pressa son corps contre le sien, satisfait de sentir son érection contre sa cuisse. « Est-ce que c’est un défi? » Vic laissa échapper un rire, ses lèvres s’étirant doucement contre la peau du cou de vampire. Lorsqu’il se redressa, il leva un sourcil, ses yeux noisette observant l’autre homme durant un moment.

« Je le déconseille, » ajouta-t-il avant de glisser sa main libre dans les pantalons de Wallace, ses doigts effleurant doucement le membre de celui-ci avant de l’entourer. Lentement, il commença à le caresser, sa main faisant de doux mouvements de va-et-vient, ses lèvres toujours pressées contre son cou. Il bougea un peu, laissant une trainée de baisers agressifs contre sa mâchoire.

L’impatience du garou allait en grandissant, un grognement s’échappant de ses lèvres alors que sa main continuait son mouvement. Victor la retira aussi vite qu’il l’avait mise, reculant un peu après avoir lâché les cheveux de Wallace. « Ce n’est pas vraiment dans mon intérêt personnel de baiser dans ta cuisine, » dit-il en faisant quelques pas vers l’arrière. Se tournant sur ses talons, Vic se dirigea vers la "chambre" de Wallace d’un pas lent, jetant un regard derrière lui. « Qu’est-ce que tu attends? » Il laissa échapper un rire, et en s’avança vers le lit, retira son hoodie et son chandail d’un même mouvement, les laissant tomber tous les deux sur le sol. « Je ne le demanderai pas deux fois, Renwick. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Mer 24 Fév - 15:37

Carlile resta stoïque tout au long de sa tirade et Wallace se dit, un instant, qu’il s’agissait réellement d’un simple concours de froussard entre eux. Ce début d’érection lui sembla bien déplacé à ce moment. Toutefois, un sourire étira les lèvres de l’autre alors qu’un coup violent force la tête du vampire vers l’arrière. Ce dernier laisse échapper une nouvelle exclamation, qui n’est pas tout à fait dû à la douleur, cette fois. Il ne peut retenir un souffle en sentant les lèvres chaudes du garou contre son cou, puis saisit ses épaules de ses mains, s’agrippant à sa veste, lorsque les dents tentent de briser la chair. Si Vic ne l’avait pas remarqué avant, il est certain qu’en pressant leurs corps ainsi il s’est aperçu de la forme dans le sweatpants du vampire.

« Est-ce que c’est un défi? Je le déconseille. »

Oui. Complètement. Wallace soupir à ces mots et se passe la langue sur ses lèvres. Il est attiré par ce genre de risque comme un papillon par une lumière. Il cherche une réponse ingénieuse et cinglante, mais est plutôt secoué d’un frisson lorsque la main du garou empoigna son membre. La pression sur son cuir chevelu l’empêche de bouger, mais il n’a pas réellement l’envie de se défendre à ce moment ; les yeux fermés, se mordant la lèvre, il apprécie cette main si chaude qu’elle lui fait presque mal. Cependant, après quelques baisers trop rapides, les mains de Carlile le lâchèrent avant qu’il ne recule. Inspirant profondément, Wallace ramène un regard noir sur l’autre, frustré qu’il se soit arrêté. Il hausse un sourcil aux paroles du dealer et le regarde s’éloigner vers sa chambre.

« Qu’est-ce que tu attends? »

Les yeux gris du vampire détaillent le torse nu du garou après que celui-ci ait retiré sa veste, appréciant la vue. Vraiment, il ne déçoit pas…

« Je ne le demanderai pas deux fois, Renwick. »

La fierté de Wallace lui fait redresser le menton, prêt à ricaner en lançant un « Dans tes rêves! » bien sentit, mais le désir qui le ronge le fait s’approcher, d’un pas lent, sensuel, alors qu’un sourire assuré étire ses lèvres.

« Pas besoin d’une deuxième fois. »

Il retire son chandail également – quand un morceau de vêtements vaut 300£, autant le mettre à l’abris le plus tôt possible. Son torse est aussi blanc que son visage, parfaitement sculpté comme une statue de marbre, seulement perturbé par les piercings dorés qui ornent ses mamelons. D’une main, il pousse contre le torse de l’autre pour le faire tomber sur le lit. Taille king, sans tête de lit, il est appuyé directement contre le mur où trois anneaux de métal son accrocher. Pour un connaisseur, il est facile de savoir à quoi ils servent.

Wallace s’approche, souriant, grimpe rapidement sur le lit puis prend les épaules de Vic pour le forcer à s’étendre sur le dos. Penché au-dessus de lui, ses longs cheveux créés un couloir entre leurs deux visages. Il dévoile ses dents blanches alors qu’il glisse une main contre l’entrejambe du garou.

« Tu as raison ; je n’aurais jamais cru ça de toi, Carlile. Je me demande bien ce que j’ai dit pour te mettre dans cet état. »

Il le caresse au travers de son pantalon, parlant doucement.

« Est-ce parce que je t’ai traité de chien? »

Il penche la tête de côté, ouvrant la braguette de l’autre d’un mouvement de poignet.

« Ou… daddy? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Sam 27 Fév - 1:49

Vic s’était tourné pour faire face à Wallace, qui s’approchait lentement, tout aussi torse nu que lui. Glissant sa langue contre sa lèvre inférieure, son regard se promena durant quelques instants pour apprécier la vue. Vic ne se le cachait pas : il savait apprécier une belle personne, et Wallace, avec sa peau pâle et ses cheveux longs, n’avait pas échappé à son attention. Il se laissa pousser sur le lit sans rechigner, ses yeux noisette jetant un regard vers le haut, remarquant la présence d’anneaux métalliques sur le mur. Il était bien conscient de leur utilité, même s’il n’était pas du genre à utiliser des jouets lors que de ses escapades. Lorsque Wallace grimpa sur le lit, le regard de Vic se reposa sur lui, un bruit surpris s’échappant d’entre ses lèvres lorsqu’il senti la main du vampire se glisser contre son entre-jambe. Alors qu’il parle, Vic ne dit rien, prenant une grande inspiration afin d’essayer de  garder son sang-froid. La main de Wallace contre son érection ne l’aidait pas, mais il était connu pour avoir plus de self-control que ça. Puis, il sentit le vampire défaire sa braguette tout en parlant.  « Ou… daddy? » Ce fut ces mots-là qui firent perdre tout contrôle à Vic, qui se donna un élan afin de se retrouver par-dessus Wallace. Il serra les dents, sa main à plat contre son torse qui semblait être un bloc de glace. « Ferme-la, » marmonna Vic alors qu’il fit usage de sa main droite pour tirer les sweatpants de Wallace vers le bas. Peu importe le prix de ceux-ci, il s’en foutait un peu s’ils déchiraient, et lorsqu’ils furent assez bas pour libérer l’érection de Wallace, Victor sourit.

« Je pense que j’suis pas le seul qui a un léger problème. »

Il glissa ses doigts dans l’élastique des sweatpants, les baissant jusqu’à ce qu’ils soient assez bas pour que le vampire s’en débarrasse lui-même. Glissant sa langue contre ses lèvres de nouveau, Vic pencha la tête, laissant échapper un petit rire arrogant. « C’est presque cute de te voir dans une telle position. » Il bougea un peu, ses doigts effleurant son membre doucement, curieux de voir jusqu’à quel point Wallace en avait vraiment envie.

« Si tu veux continuer à m’appeler comme ça, il va falloir que tu suives certaines règles. »

Il le prit finalement dans sa main, faisant quelques lents mouvements de poignet, simplement pour le faire languir et le garder en haleine. Après tout, c’était probablement l’une des choses préférées du garou, mais dans une situation comme celle-ci, alors qu’il était en période de chaleurs, c’était une toute autre histoire. À ce point-là, l’érection de Vic, contrainte par ses jeans, en était quasiment douloureuse, mais il n’avait pas le goût de donner à Wallace la satisfaction de savoir que c’était en majorité sa faute s’il était dans une telle position. « Premièrement, tu dois demander la permission. Deuxièmement, si tu es pour utiliser ce nom-là, c’est uniquement ce nom-là et rien d’autre. Pas Vic, pas Carlile. »

Il se pencha légèrement vers l'avant, sa main libre attrapant une poignée de ses cheveux pâles. Tirant doucement, il glissa sa langue contre les lèvres de Wallace, ricanant silencieusement.

« Compris? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Lun 29 Fév - 21:54

À peine ces derniers mots prononcés que Wallace se retrouva plaquer dos contre le lit, une main brûlante et solide contre le torse. Il se retint de justesse de laisser échapper une exclamation de surprise et renvoya plutôt un regard défiant à l’autre, les bras légèrement écartés, ses longs cheveux blonds en auréole échevelée autour de sa tête. L’autre a les mâchoires visiblement serrées, alors qu’il lui marmonne de la fermer. Le vampire se mord la lèvre pour éviter de sourire en comprenant qu’il s’agit bien là de la corde sensible de Carlile. Lorsqu’il le sentit tirer sur son sweatpants, toutefois, il oublie bien vite sa trouvaille pour s’inquiéter plutôt du vêtement.

« Hey, fais gaff-. »

« Je pense que j’suis pas le seul qui a un léger problème. »

Wallace serre les mâchoires à son tour, refusant de rompre le regard visuel pour regarder son érection se dressant fièrement, maintenant libre de l’entrave du tissu. Ses muscles se relâches, toutefois, lorsque Vic tira plus doucement le pantalon vers le bas et, répondant machinalement au mouvement, le vampire le retire complètement à l’aide de ses pieds. C’est étrange pour lui d’être le premier complètement nu. Dans ses dernières aventures rapides, il est resté habillé, affirmant par là une sorte de dominance. Toutefois, maintenant que c’est lui qui se retrouve nu, sous l’autre homme, en plus, il se sent démunis… et ce n’est pas pour lui déplaire, étrangement. Même que ça l’excite. C’est probablement pour ça qu’il ne réplique rien à la boutade de Carlile, même s’il n’aime pas particulièrement être qualifié de mignon. Il frissonna au contact des doigts de l’autre, encore, mais se retint bien de bouger les hanches alors qu’il se mit à parler.

« Si tu veux continuer à m’appeler comme ça, il va falloir que tu suives certaines règles. Premièrement, tu dois demander la permission. Deuxièmement, si tu es pour utiliser ce nom-là, c’est uniquement ce nom-là et rien d’autre. Pas Vic, pas Carlile. »

Wallace tente de rester concentrer alors que les mouvements de poignet de l’autre sont trop lents à son goût, testant sa patience. La main tirant ses cheveux lui fit ouvrir les lèvres en un gémissement silencieux. Il garde les yeux planter dans les iris vertes du garou alors que sa langue contre sa lèvre le fais soupirer.

« Compris? »

Wallace ferme les yeux, quelques secondes, se mordant la lèvre. Il pourrait sembler hésiter, connaissant son égo, mais il est, en réalité, en train de surmonter son embarras au profit de son plaisir. Lorsqu’il ouvre de nouveau ses yeux gris, un léger sourire étire ses lèvres alors qu’il a un mouvement de hanches, frottant son membre dans la main de l’autre. Il parle d’un ton doux, moins grave qu’à l’accoutumé.

« Please, daddy… donne m’en plus… »

Il observe l’autre, voulant voir l’effet de ses paroles. C’est, après tout, la première fois qu’il prend part à ce genre de roleplay. Il se passe la langue sur les lèvres, redressant la tête pour murmurer près de l’oreille de l’autre.

« Le lubrifiant est dans la premier tiroir de la table de chevet, Ca-… daddy. »

Il a failli l’appeler Carlile. Il espère que c’était plus discret qu’il ne le croit. Dans le tiroir, bien classé, sont deux types de lubrifiants – à l’eau et au silicone – des menottes, des baillons et des bandeaux… Le tiroir du parfait gentleman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Sam 5 Mar - 12:30

Vic n’intervint pas quand Wallace bougea les hanches vers le haut, augmentant la friction contre son érection. Ses dents s’enfonçant légèrement dans sa lèvre inférieure, il prit une grande inspiration, glissant sa main jusqu’à la base du membre du vampire. Une partie de son esprit part, se demandant comment était-ce possible pour un vampire d’avoir une érection alors que la majorité de leurs organes s’étaient atrophiés. Il se dit que, tout comme certains phénomènes chez les garous, il n’y avait pas vraiment d’explication logique, et chassa cette pensée de son esprit lorsque Wallace parla à nouveau. Une certaine excitation grandi en lui lorsqu’il obéi, se servant du surnom qui envoya une vague de désir malsain vers son entre-jambe. Puis, lorsque Wallace se redressa pour chuchoter à son oreille, Vic arrêta son mouvement brusquement. Il n’avait pas particulièrement envie d’attendre- ou de faire attendre Wallace, tout simplement parce que sa libido était dans le tapis et la seule chose qu’il voulait vraiment en ce moment, c’était de satisfaire cette envie qui lui mettait les nerfs à vif.

Il était conscient que Carlile avait passé près d’échapper à Wallace, mais il ne dit rien, tendant la main pour ouvrir le fameux tiroir. Jetant un coup d’œil à l’intérieur, Victor ne fut même pas un peu surpris. C’était tout comme Wallace, d’avoir tout ça dans un tiroir de table de chevet. Si certaines personnes avaient des livres, un tube de crème pour le corps et un paquet d’autres trucs qui ne servaient jamais, ça semblait être logique pour Wallace d’avoir du lubrifiant et autres babioles. Il ne prit pas vraiment le temps de choisir entre les deux types de lubrifiants, attrapant simplement le tube le plus près. Vic s’arrêta quelques instants, réalisant à quel point il semblait être... trop habillé. Après s’être débarrassé de ses pantalons et ses boxers, il se retrouva de nouveau à genoux au-dessus de Wallace. « Retournes-toi, » dit-il, donnant une légère claque sur sa hanche. Le reste se passa plutôt vite; ce n’était pas vraiment le temps de se préoccuper de comment il allait. Et puis, si Wallace avait vraiment quelque chose à dire, Vic savait qu’il n’allait pas hésiter. Lorsqu’il fut sur le ventre, le garou attrapa une poignée de ses cheveux pâles et le tira vers l’arrière, le forçant à se mettre à genoux. Deux doigts enduits de lubrifiant, il en poussa un lentement à l’intérieur de lui, sa main libre le retenant toujours par les cheveux. S’il commençait aussi doucement, c’était pour une seule et unique raison. Victor adorait qu’on le supplie, et Wallace fucking Renwick n’allait pas y échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Sam 12 Mar - 21:18

Pendant quelques secondes, alors qu’il est tout près de Carlile après lui avoir murmuré à l’oreille, Wallace se fait la réflexion que le garou ressemble à feu son Sire.  Quelques secondes plus tard, alors que le brun stop brusquement son mouvement de main, le vampire cligne des yeux et se trouve stupide ; bien sûr que non, ils ne se ressemble pas du tout... Sa mémoire doit commencer à lui jouer des tours. Aussi immortel qu’il soit, son cerveau est aussi rapide qu’un autre à effacer les traits d’un visage pour ne garder que le Picasso flou d’une connaissance d’autrefois.

Le dealer tend simplement un bras pour ouvrir le tiroir et Wallace a un petit sourire. Le garou est définitivement plus grand que Sire Renwick, mais ce qui l’amuse surtout c’est de voir que l’homme n’a aucune réaction particulière face au contenu du tiroir. Il n’en attendait pas moins de lui, mais il aurait adoré le voir embarrassé… C’est bien de rêver, non? Wallace redresse légèrement le bassin à la vue du tube de lubrifiant dans la main de l’autre, mais Carlile glisse plutôt du lit pour se dévêtir. Le vampire sourit, se redressant sur ses coudes pour le regarder faire. Wallace hausse un sourcil lorsque le garçon se retrouve aussi nu que lui. Il est trop proportionné : un vrai cliché. Mais ce n’est pas pour lui déplaire. Il se passe la langue sur les lèvres, retenant ses commentaires désobligeant : à ce point, il a terriblement envie de continuer. Il veux que ça soit intense et violent.

Lorsque Vic lui ordonne de se retourner en lui assénant une claque, il ne se fait pas prier et roule sur le ventre, ses cheveux blonds couvrant ses omoplates comme un voile. Il a un léger grognement appréciateur lorsqu’il lui tire les cheveux de nouveau et il se redresse sur ses mains, courbant le dos pour bien s’exposer au garou, espérant que cette position suggestive va accélérer les choses. Et pourtant, un seul doigt se glisse en lui en réponse. Wallace se mord la lèvre, fermant les yeux. Cela fait très longtemps qu’il n’a pas été dans cette position. Peut-être près de 80 ans… La sensation est pourtant familière… mais quelque chose le dérange : il sait que Carlile est plus… prompt à utiliser la force que cela. Cherche-t-il à l’énerver ou le ménager?

Wallace n’a pas envie d’être ménager.

Reculant les hanches pour encourager les mouvements de l’autre, lui lançant un regard par-dessus son épaule, il parle du ton le plus suave qu’il puisse utiliser.

« C’mon, Daddy… qu’est-ce que tu attends? »

Il roule des hanches, aguicheur.

« Je ne suis pas humain, tu n’as pas à me faire attention. »

Il ose un clin d’œil, un sourire étirant ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Ven 18 Mar - 16:27

Vic suivait les mouvements de Wallace des yeux, souriant légèrement lorsqu’il bougea les hanches contre ses doigts. Même s’il bougeait, Victor était toujours en contrôle, sa main libre se posant sur la hanche du vampire, ses doigts s’enfonçant légèrement dans la peau pâle de celui-ci. Il échappa un léger rire lorsque l’autre parla, relevant un sourcil. Il était très conscient que Wallace n’était pas humain, qu’il pouvait faire ce qu’il voulait avec lui sans avoir peur de lui faire mal ou de le blesser. Toutefois, c’était justement pour cette raison qu’il allait aussi lentement, voulant simplement apprécier le moment et surtout, pousser le vampire à marcher sur son égo pour le supplier. Glissant sa langue sur ses lèvres, il pencha la tête, ses yeux rencontrant ceux de Wallace. Sans un mot, il inséra en lui un second doigt, les courbant juste assez pour trouver cet endroit qui ne ferait pas faiblir que l’orgueil du vampire, mais aussi ses jambes. C’était peut-être un peu à cause de ses gènes garou que Vic aimait tant être en contrôle de tout, ou peut-être bien parce qu’il avait toujours aimé être au-dessus des autres. Femme, homme. Peu importait au Garou; tant qu’il avait le dessus. Poussant ses doigts encore plus profondément en Wallace, il enserra sa hanche plus fort, sentant les os sous le bout de ses doigts. « Tu me sous-estimes, » marmonna Vic, bougeant ses doigts plus rapidement avant de ralentir. « Je sais très bien que tu ne vas pas briser en deux, » ajouta-t-il, changeant la manière dont il bougeait ses doigts avant de se pencher au-dessus de lui, déposant de légers baisers le long de sa colonne vertébrale. « Je veux t’entendre me supplier. »

Il était très sérieux et son ton de voix en était la preuve. Même si sa patience avait des limites, Victor serait capable d’attendre jusqu’à ce que Wallace décide d’abandonner ce petit jeu pour enfin le supplier. C’était un jeu de domination, et Vic savait bien que ça allait prendre du temps, mais il était prêt à patienter aussi longtemps que nécessaire. « Avec un s’il te plaît et un merci, » rajouta le garou, ses lèvres effleurant la peau du vampire. Il était froid contre elles, comme un glaçon, mais c’était un contraste agréable. Il se rappelait de la sensation de la peau d’un autre garou contre la sienne, et Vic réalisa à quel point il appréciait la fraîcheur de la peau de Wallace. C’était dur d’admettre apprécier à un tel point la présence du vampire, mais voilà. Rien ne servait de se mentir. Il continua à bouger ses doigts de manière aguicheuse, pour garder le vampire sur le bout de ses orteils, un sourire aux lèvres. « Allez, Renwick. Je sais ce que tu attends. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Lun 18 Avr - 21:34

Le rire et le sourcil relevé du garou répondait à la question du vampire ; c’était bien pour l’énerver qu’il prenait son temps. M’enfin, c’était un peu idiot de s’être posé la question, connaissant la personnalité tordue de Carlile. Quoique celle de Wallace n’est pas vraiment meilleure… Les doigts du vampire se serrent doucement sur la couette de lit alors qu’il penche légèrement la tête, ses longs cheveux blonds masquant son visage pour ne laisser paraitre qu’un œil gris. Le regard foncé du loup-garou rencontre le sien alors qu’un autre doigt se glisse en lui et le vampire ne peut retenir un léger frisson à la sensation, fermant les yeux. Lorsque l’autre les courbes, toutefois, il laisse échapper une faible exclamation, ramenant la tête vers l’avant : cela a beau faire longtemps qu’on ne l’a pas touché de la sorte, son corps semble s’en souvenir et ses nerfs s’enflamment déjà. Par réflexe, son souffle s’accélère, mais il serre les lèvres bien fort pour éviter de donner une satisfaction trop rapide à Vic.

« Tu me sous-estimes.  Je sais très bien que tu ne vas pas briser en deux. »

Lui accorder un peu d’humanité en revient à le sous-estimé, pour Carlile? C’est si typique de sa part que Wallace ne peut retenir un léger rire qui se termine en gémissement, ses coudes faiblissant un instant dû au changement de cadence du garou. Il tente de prendre une grande inspiration pour reprendre contenance, mais les lèvres brûlantes glissant le long de sa colonne vertébrale fait lentement plier ses bras jusqu’à ce que son nez effleure le dessus de lit. Cette situation l’excite plus qu’il ne veut l’admettre. « Je veux t’entendre me supplier. », lui déclare le dealer avec le plus grand sérieux du monde, et Wallace ne peux retenir un ricanement amusé. Il tourne un visage qui serait rose depuis longtemps s’il était humain vers l’autre homme, puis parle de son ton habituel, clairement parce qu’il est embarrassé d’être aussi affecté par le garou.

« Te supplier? T’es vraiment un pervert, daddy. »

Il regrette bien vite ses paroles, sa bouche ouverte laissant passer un délicieux gémissement qu’il s’empresse d’étouffer en écrasant son visage contre son lit ; Carlile a trouver le sweet spot du vampire.

« Avec un s’il te plaît et un merci. »

Celui aux cheveux longs serre les poings sur son drap en pensant brièvement « Dans tes rêves. », mais les mouvements de l’autre fait tressauter ses muscles et lancer des vagues de plaisir dans tout son bas-ventre. Son dos est plus arché que jamais et de presser son visage contre son drap ne parvient plus à contenir tous les sons que sa gorge produit, cette traitresse. L’esprit de Wallace est dans ce brouillard de plaisir et de frustration lorsque la voix de Vic se fait entendre, susurrante.

« Allez, Renwick. Je sais ce que tu attends. »

Le vampire grogne, mordant le drap en pesant le pour et le contre. Son orgueil rejette cette situation de toute ses forces, mais merde! Rendu à ce point, autant aller jusqu’au bout, non? Et puis si Carlile part maintenant, sa frustration sexuelle sera impossible à gérer. Foutu obsédé de Carlile, avec ses foutu fétiches et ses foutus doigts de dieux.

« …te plait… »

Il a marmonné contre le drap, mais est bien conscient que ce ne sera pas assez. Il grince presque des dents en tournant la tête vers l’autre, ses yeux humides lançant des éclairs alors qu’il parvient à parler entre ses souffles rapides.

« …s’il te plait, daddy… »

Sa voix est plus tremblante qu’il ne le voudrait et ça le dérange. Les deux mots qui suivent semblent même lui brûler les lèvres au passage.

« …baise-moi… »

Le vampire a beau se la jouer farouche, il est assez docile quand cela vient au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Victor A. Carlile «
avatar

tribu bone gnawers
Messages : 54

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Mer 20 Avr - 0:17

Victor était entièrement conscient de la situation dans laquelle il avait mis Wallace et rien n’était aussi satisfaisant que de le voir mener un combat avec lui-même, à savoir si oui ou non il allait marcher sur son orgueil. Ses doigts bougeant doucement, il arrêta le mouvement lorsque le corps du vampire se tendit; il avait trouvé cet emplacement qui lui faisait voir des étoiles. La vue que Vic avait était plus que satisfaisante; voir Wallace arquer le dos de cette manière obscène, écraser son visage dans les draps en espérant étouffer les bruits qui s’échappaient de ses lèvres. Bien entendu, rien n’échappait à l’ouïe fine du garou qui avait toujours cette espèce de sourire fendant collé au visage. Il était patient. Il pouvait attendre, pousser Wallace jusqu’à ce qu’il brise et que son cerveau s’embrouille tellement que la seule chose qui pourrait sortir de sa bouche serait une supplication insistante. Glissant sa langue contre ses lèvres, il écouta attentivement les paroles du vampire, sentant comme un frisson pervers parcourir sa colonne lorsqu’il prononça enfin les mots qu’il attendait avec tant d'impatience. Il ignora le regard meurtrier que l’autre lui lançait en retirant ses doigts, cherchant durant quelques secondes le fameux tube de lubrifiant.

Sa main propre agrippa rapidement une poignée de cheveux pâles, le forçant à se tenir sur ses mains et genoux convenablement. « Tiens-toi comme il faut, sinon tu vas le regretter. » La voix de Vic était douce mais sévère, sa main libre se glissant entre eux. Contrairement à son comportement depuis le début, il fut presque doux lorsqu’il s’inséra en Wallace, un grognement muet se glissant hors de ses lèvres. Il fallait dire que sa patience commençait à faiblir. Il lâcha les cheveux du vampire, ses mains enserrant ses hanches lorsqu’il le ramena légèrement par en arrière, se poussant plus profondément en lui. « Fuck, » murmura-t-il, pressant ses lèvres contre la colonne de Wallace, étouffant les bruits qui lui échappait. Ses hanches se mirent à bouger à un rythme lent, ses mains retenant Wallace afin qu’il ne fléchisse pas les genoux. C’était une sensation inexplicable. Après autant d’attente et de tension sexuelle, c’était plus que satisfaisant de pouvoir enfin avoir Wallace à lui seul. C’était peut-être la première et la dernière fois que ça arrivait- il n’en avait aucune idée, mais pour le moment, il se contentait de savourer ces sensations comme un verre d'eau froide en temps de canicule. Ses dents se serrant légèrement, il glissa un bras sous Wallace, le forçant à se redresser pour qu'il puisse chuchoter à son oreille. « How's that feel? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Wallace Renwick «
avatar

clan brujah
Messages : 43

MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    Lun 25 Avr - 1:40

Dès les mots magiques prononcés, Carlile retira ses doigts, provoquant un nouveau gémissement chez le vampire, qui, cette fois, ne tente pas de le retenir. Après les mots qu’il vient de dire, son esprit à fait la paix avec l’idée de se laisser dominer… enfin, pour un moment. Il a un bref hoquet de douleur lorsque le garou lui agrippe les cheveux, mais se redresse sans rechigner, les bras bien tendus, le menton levé.

« Tiens-toi comme il faut, sinon tu vas le regretter. »

Wallace inspire rapidement et répond en un souffle.

« Yes daddy. »

À ce point, son corps est impatient ; il désir Vic en lui, maintenant. Il est prêt à dire n’importe quoi pour pouvoir jouir et ces quelques secondes d’attente sont suffisantes pour l’exacerber. Il sent la main chaude du garou glisser contre sa peau et se mord la lèvre en anticipation. Le faible grognement de Carlile lorsqu’il le pénétra fût presque couvert par le gémissement du vampire. Le membre du brun est brûlant, c’est la première fois qu’il sent une chose pareille. Ses jambes en tremblent et des sons lui échappe à chaque souffle. Sa tête retombe vers l’avant lorsque le loup-garou laisse ses cheveux. Les mains sur ses hanches lui semblent encore plus chaudes qu’avant alors que cet autre chaleur se glisse plus profondément en lui. Il ferme les yeux et un violent frisson le parcours, jouissant presque à ce simple mouvement, mais il a su se retenir : il veut quelque chose de plus intense, quelque chose qui vaut toutes les cicatrices que son ego aura demain. En plus, il refuse que Carlile se moque de ses capacités.

Ses bras fléchissement presque lorsque Vic entame ses mouvements : heureusement que celui-ci retient ses hanches, car il ne doit pas y avoir beaucoup de forces restantes dans celles-ci. Un bras se glisse sur son torse avec la sensualité d’un serpent, le forçant à se redresser, lui tirant une nouvelle plainte douce.

« How's that feel? »

Le murmure le fait trembler et il ouvre les yeux, observant le lit et ses mains. Depuis l’arrivée de Vic, le soleil à lentement commencé sa descente, prenant des teintes de rouge et d’orange en glissant derrière les buildings en face de son logement. Alors que leurs bustes sont dans la pénombre, les bras de Wallace sont léchés par les chaudes couleurs du crépuscule hivernale. Sa voix est légèrement plus aiguë alors qu’il répond dans un murmure également.

« …like I’m burning at the stake. »

Il penche la tête vers l’arrière dans un soupire, ses longs cheveux blonds glissant de ses épaules au centre de son dos. Il a… chaud. Il se passe la langue sur les lèvres, referme les yeux. Il veux plus. Il laisse un doux soupire lui échapper avant de parler.

« Daddy… »

Il tourne lentement la tête pour fixer son regard gris sur le garou.

« …faster. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé «



MessageSujet: Re: One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)    

Revenir en haut Aller en bas
 

One look could kill ▬ p.v. Vic (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Kill points
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHES TO ASHES :: Hôtel de Ville :: Jardin Public :: Sujets terminés-